La bande dessinée : un art sans mémoire ?

Comme annoncé dans notre précédent billet, la revue Comicalités. Études de culture visuelle, qui est actuellement en construction sur le portail revues.org, sera active en mars prochain. Consacrée à la bande dessinée, et disposant d’un comité scientifique composé de spécialistes, elle adoptera le mode de la publication continue et ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actives et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant plus d’un an. Durant cette durée, les appels à communication resteront « ouverts » et nous publions donc aujourd’hui une nouvelle version de « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » (thème du colloque des 10 et 11 juin 2010 organisé par les universités Paris 10 et Paris 13). Nous serions en effet enchanté de voir de nouveaux articles rejoindre les travaux exposés lors du colloque (l’ensemble de ces textes faisant l’objet d’une évaluation anonyme par deux chercheurs) et signalons que de nouveaux appels verront bientôt le jour (notamment, en mars, « Bande dessinée et autobiographie »).

Plus d’informations :

Responsable : Benoît Berthou, ben.berthou@orange.fr

« La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

Quel est le mode d’inscription dans le temps de la bande dessinée ? La question se pose puisque son système éditorial semble privilégier la mise au point de « nouveautés » susceptibles de prendre place dans une véritable « guerre des étals » 1 et donner ainsi raison à Thierry Groensteen qui qualifie la bande dessinée d’ « art sans mémoire » et affirme : « La bande dessinée est un art qui cultive volontiers l’amnésie et n’a pas grand souci de son patrimoine » 2. La série et le personnage, dont la longévité dépasse parfois celle de leur créateur, semblent incarner cette temporalité relevant d’une loi du marché et transformant l’auteur en simple « repreneur » 3. La bande dessinée relèverait donc pleinement de la logique d’industries culturelles synonymes, selon Théodor Adorno, d’« anti-culture » car fondées sur la reprise et la mise au goût du jour de choses déjà produites plutôt que sur l’exploration des possibilités artistiques qu’elle offre.

Nous nous proposons d’interroger ce constat et d’aborder une dimension du « 9e art » qui semble tout sauf évidente : quelles valeurs et quelles formes acquièrent pour la bande dessinée l’inscription dans un passé ? Si l’on pose à l’inverse que le « 9e art » ne relève pas seulement du « consommable » et du « jetable », on peut s’intéresser aux initiatives visant à faire de la bande dessinée le témoin privilégié d’une histoire de l’art et de l’évolution de nos sociétés (comme, par exemple, dans le cadre d’expositions comme Vraoum !), mais également aux efforts de professionnels de la chaîne du livre (éditeurs, libraires ou bibliothécaires) pour administrer des collections ou faire valoir un « fonds » proposant des œuvres remontant aux origines de la « Franco-Belge » (voire au-delà) ou issues d’autres horizons. On peut aussi citer les créations d’auteurs faisant de l’inscription dans le temps (que celui-ci prenne la forme d’une histoire ou d’une mémoire) l’instrument d’une autre pratique et vision du « 9e art ».

L’ensemble de ces réflexions constituera la matière des deux premières « sections » de Comicalités.

–   « La bande dessinée : quel patrimoine ? » se propose d’interroger l’inscription du neuvième art dans le temps des diverses institutions et industries culturelles (édition, bibliothèque, archives, musée…) qui la prennent en charge. Des articles portant sur le livre de poche ou les notions de classique et de canon sont d’ores et déjà en phase de prépublication.

–   « Création et histoire du neuvième art » entend interroger la forme et la fonction du passé au sein de la création de bande dessinée. Des articles portant sur la série Spirou, le rapport au temps des éditeurs « alternatifs » ou le rapport entre histoire et politique dans Persepolis sont d’ores et déjà prévus, mais nous sommes tout à fait prêts à accepter d’autres contributions.

Nous proposons à tous les contributeurs, quel que soit leur statut, de nous soumettre un texte d’environs 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme au comité scientifique de la revue qui est composé de :

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord)

–       Éric Maigret (université Paris 3)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne)

Ces propositions doivent être transmises par voie électronique avant le 1er mars 2011 à l’adresse suivante :

ben.berthou@orange.fr

1.Dossier paru dans Livres Hebdo, n°717.

2.Thierry Groensteen, La bande dessinée : un objet culturel non identifié, éditions de l’An 2, 2006, p. 67.

3.Sergio Honorez, « Lifting d’un héros : le cas Spirou », dans L’état de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Liège, 2009, p. 120.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Parodies. La bande dessinée au second degré

Paru en 2010, Parodies : la bande dessinée au second degré de Thierry Groensteen s’attache, comme son titre l’indique, aux dispositifs parodiques qui nourrissent la bande dessinée depuis ses débuts, dans l’idée de montrer comment ils sont associés à ce médium depuis l’origine : « Il nous paraît […] certain qu’elle [la bande dessinée] tend […] massivement à la dérision et à la caricature, et que cette vocation à la raillerie n’est pas moins constitutive de son « génie propre » » (p.11). L’ouvrage est riche et intéressant à plusieurs niveaux, fournissant un apport théorique à une évolution créative de plus en plus mise en valeur dans la scène culturelle, comme en témoignent les récentes expositions sur la bande dessinée au Salon d’Angoulême. 100% BD (2010), tout d’abord, consacré à la reprise par cent auteurs de cent planches représentatives du médium, puis, début 2011, Parodies, dont Groensteen est commissaire et dont le présent essai se fait l’écho. C’est en raison de ce contexte que cet ouvrage paraît nécessaire, tant l’évolution de la bande dessinée relève de procédés d’imitation et de transformation de plus en plus approfondis.

Parodie et bande dessinée : l’histoire d’un médium et la constitution d’un genre

Groensteen s’attache à mettre en valeur le panorama des bandes dessinées parodiques dans une perspective relativement diachronique, à travers dix chapitres thématiques. Parallèlement à cette démonstration, c’est de fait une histoire du médium qui est ici exposée de manière sous-jacente. L’auteur revient en effet sur les différentes strates de la bande dessinée et en remonte la généalogie, de ses origines (« Eléments pour une histoire de la parodie en bande dessinée ») à la création contemporaine (« Tendances contemporaines »), en passant par les comics de super-héros (« Quand les super-héros ne sont pas sérieux ») ou le mouvement underground (« L’âge de la transgression »). Le socle méthodologique sur lequel il repose est solide et clairement expliqué en introduction, l’auteur s’appuyant notamment sur La relation parodique de Daniel Sangsue qui lui permet de formuler une définition précise de la notion de parodie : « Selon le spécialiste Daniel Sangsue, une parodie se définit par « la transformation ludique, comique ou satirique d’un texte singulier[1] » » (p.7). C’est ainsi en terme de « relation » d’une œuvre à une autre que va être pensée la démonstration : « La parodie « implique fondamentalement une relation critique à l’objet parodié[2] » (p.7). Groensteen met aussi bien en exergue les différents dispositifs d’imitation et de transformation intrinsèques au mouvement parodique que la fonction d’interprétation critique que chaque parodie a sur l’œuvre-cible. Dès le premier chapitre, il établit une typologie des procédés usités dont il s’agira de vérifier la présence dans les démonstrations suivantes. On peut en retenir pour exemples les procédés « affectant le verbal », tels que « la dérive onomastique », ceux « affectant l’image » comme « l’hybridation » ou « l’exagération », ou encore les dispositifs touchant les contenus narratifs, « l’accumulation » ou « l’incongruité » (pp.26-27). Cette énumération fournit ainsi une base théorique qui a le mérite ne pas être trop appuyée et s’accorde avec la lisibilité des parties suivantes, écrites dans un langage clair et accessible. Celles-ci sont extrêmement riches en exemples, soulignant là le foisonnement des procédés parodiques qui ont progressivement donné lieu à un genre à part entière, notamment sous l’impulsion de Mad et de Harvey Kurtzman : « Il existait des parodies dessinée avant Mad, mais c’est véritablement à partir de Mad que la parodie est fondée en tant que genre existant en propre » (p.61). L’intérêt de la veine parodique en bande dessinée est qu’elle réside dans un double mouvement « transmédiatique » et réflexif. Groensteen le démontre par l’exemple de détournements de figures littéraires et cinématographiques (Cinémastock de Gotlib et Alexis, la bande dessinée pornographique…) et de personnages iconiques de la bande dessinée, comme Tintin auquel il consacre un chapitre entier, « Tintin et les pirates ». Ces différentes argumentations sont d’autant plus riches que, la parodie relevant de l’absurde et de l’incongru, elles amènent parfois à revenir sur certaines théories préexistantes de la bande dessinée, de manière à les développer en fonction de ce regard. Ainsi des cinq catégories de textes[3] présents dans une bande dessinée (péritexte, récitatif, dialogue, effet sonore et onomatopée, et enfin textes inhérents à la diégèse représentée) auxquelles Groensteen en ajoute une nouvelle :

Il semble que Mad ait inventé (ou du moins employé avec un certain esprit de système) une sixième sorte de texte, pour lequel il faudrait parler d’enrichissements. On ne peut, en effet, ni référer expressément ces inscriptions à l’intervention du narrateur, ni soutenir qu’elles « existent dans le monde fictionnel », dès l’instant où elles apparaissent, disparaissent et surtout se modifient de façon arbitraire et imprévisible. (p.55)

La question juridique et culturelle de la parodie

En plus de fournir de nouveaux apports théoriques à la bande dessinée, l’étude de la parodie permet également de revenir sur l’industrie de ce support et sur ses caractéristiques. En témoignent, entre autres, les passages sur les conséquences juridiques qu’ont pu impliquer certains détournements. La parodie se situe parfois dans des zones intermédiaires entre la reprise, l’hommage et le plagiat, relevant alors de l’indécidable, tant sur plan créatif que judiciaire. Groensteen mentionne notamment le sujet avec l’exemple de la société Moulinsart SA qui s’est manifestée contre de nombreuses parodies de Tintin, qu’elles soient légales ou non : « Si Moulinsart SA et ses dirigeants sont dans le collimateur des parodistes, c’est aussi parce que la société détentrice des droits n’a eu de cesse, précisément, de bloquer la diffusion de tous les détournements… » (p.137). Cette perspective souligne un aspect qui témoigne de l’une des principales caractéristiques de la bande dessinée, étant un médium marqué par un rapport étroit entre création et contraintes pragmatiques (éditoriales, économiques, juridiques…). Même en dehors du geste parodique, la question de la reprise d’un personnage fait souvent problème. Dans le genre superhéroïque, par exemple, des figures iconiques telles Superman ou Batman ne peuvent être réemployées en dehors de leur « maison-mère » DC Comics, obligeant les auteurs à une importante pratique de l’imitation et du pastiche pour évoquer leur présence dans d’autres récits et ayant ainsi produit une tendance métafictionnelle dans le genre.

Ces questions juridiques font également transparaître la position hiérarchique de la parodie dans l’échelle culturelle. Groensteen souligne ainsi à travers différents exemples à quel point celle-ci a pu choquer la morale dominante, au point d’être canalisée par des systèmes de censure ou d’autorégulation, comme le Comics Code Authority, établi en 1954 pour limiter de telles dérives. De fait, la bande dessinée parodique semble s’être développée en réaction à ces autorités éditoriales ou juridiques, mettant ainsi en valeur sa dimension intrinsèquement transgressive, à l’image, par exemple, du mouvement underground : « […] L’underground, avant de chercher le divertissement du public, valorisait la libre expression du dessinateur. Bousculant les tabous de la société américaine, il abordait des sujets tels que la drogue, le sexe […] la révolution politique […] » (p.113). Dès son introduction, Groensteen problématise ainsi le mariage d’un art prétendument mineur et d’un genre tout aussi peu valorisé : « S’intéresser à la parodie dans la bande dessinée, c’est donc prendre pour objet d’étude la mise en œuvre d’une pratique peu valorisée au sein d’un média dont la respectabilité est elle-même toute relative » (p.10).

Parodies : une théorie de la fiction

Parodies s’inscrit également dans un paradigme d’essais critiques sur l’hypertextualité en général, quel qu’en soit le support (cinéma, littérature…). Son sous-titre, « la bande dessinée au second degré », fait ainsi écho au célèbre ouvrage de Genette portant sur ce sujet, Palimpsestes : la littérature au second degré. Il y aurait de fait beaucoup à dire sur les rapports entre ces deux livres où sont finalement constatés de nombreux procédés similaires, l’un en littérature et l’autre en bande dessinée. Genette est de plus régulièrement cité dans l’ouvrage.

D’autres ouvertures sont également prometteuses. Par exemple, Groensteen relève à plusieurs reprises la tendance du geste parodique à produire un traitement métanarratif de la bande dessinée. A ce sujet, il cite un de ses articles dans lequel il s’attache à une étude de la réflexivité et de ses fonctionnements dans la bande dessinée[4] (« Les feintes de la réflexivité », p.184). Or, mettre en rapport parodie et métafiction est l’un des fondements de la théorie de Linda Hutcheon, pour laquelle la parodie permet d’actualiser un mode de lecture de comparaison entre hypotexte et hypertexte, permettant la valorisation d’un certain degré réflexif de la fiction : « L’auteur peut choisir de mettre en relief la « littérarité» de l’illusion provoquée par son texte en usant d’un certain type de parodie: à l’arrière-plan de son texte sera posé un autre texte en fonction duquel sera mesurée la nouvelle œuvre[5] ». Bien que Groensteen rejette l’approche de Hutcheon (notamment en ce qui concerne Watchmen), jugeant sa définition de la parodie trop généralisée et floue (p.91), certaines convergences peuvent être soulignées. Ainsi de la façon dont Hutcheon rappelle, comme Groensteen a pu le développer dans certains de ses chapitres, comment la parodie contient, dans son étymologie même, une dimension non pas satirique ou humoristique, mais subversive : « Le terme grec parodia signifie « contre-chant ». Le terme « contre » (« face ») suggère une idée de comparaison, ou mieux de contraste, ce qui est fondamental dans l’acception du terme « parodie ».[6] » Patricia Waugh consacre également un essai à ce sujet et plus généralement sur la métafiction dont la parodie représente selon elle l’une des expressions[7].

La dimension métanarrative de la parodie relève ainsi d’un phénomène plus global, d’une tendance de la fiction à s’interroger sur ses codes, que ce soit par un mode humoristique, sérieux, ou ironique. Suivant certains essayistes, Groensteen la rapproche, dans la conclusion de son ouvrage, de l’esthétique postmoderne : « [L’exercice de la parodie] est en phase avec une culture de masse diffusant et imposant des références partagées par tous, et avec la philosophie de la création qui est celle du postmodernisme, caractérisée par le métissage des formes culturelles, l’intertextualité généralisée et le recyclage » (p.232). La pratique de plus en plus constante d’une écriture intertextuelle, ainsi démontrée, a pour conséquence une évolution dans notre façon de lire, par la revendication d’un passé de la fiction qui ne peut être occulté : « Entre remake, citation, adaptation, pastiche, clin d’œil et hommage, l’intertextualité sous toutes ses formes est désormais une composante de toute nouvelle production, qui ne peut plus prétendre à l’innocence des commencements » (p.171). Or, encore une fois, de tels arguments peuvent évoquer des essais sur la littérature, et notamment, dans ce cas, un extrait d’Apostille d’Umberto Eco au sujet de la non-innocence postmoderne : « La réponse post-moderne au moderne consiste à reconnaître que le passé, étant donné qu’il ne peut être détruit parce que sa destruction conduit au silence, doit être revisité : avec ironie, de façon non innocente. [8]»

Ainsi l’un des fondements de l’ouvrage, en dehors de traiter la bande dessinée de manière originale et de revenir par ce biais sur son histoire esthétique et culturelle, réside dans son appartenance à un corpus touchant non plus seulement le neuvième art, mais bien la fiction dans sa globalité, et plus particulièrement dans l’une de ses spécificités, la réécriture, la représentation au carré. Parodies a donc le double avantage d’être très abordable et très documenté, et également, par son inscription dans ce domaine critique, d’ouvrir sur des perspectives très intéressantes, à travers des comparaisons potentielles de théories sur différents supports (littérature, cinéma, bande dessinée…) qui relèvent de ce sujet commun.

Référence:

Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Skira Flammarion, 2010, 236 p.

ISBN : 9782081245662


[1] Daniel Sangsue, La relation parodique, Paris, José Corti, p.11

[2] Ibid, p.14

[3] Catégories établies par Ann Miller dans son ouvrage Reading bande dessinée. Critical approaches to French-language Comic Strip, Bristol, Intellect, 2007.

[4] Bandes désignées (De la réflexivité dans les bandes dessinées) : http://www.editionsdelan2.com/groensteen/sequence1/bdesign.html

[5] « Ironie et parodie : stratégie et structure » : https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/10265/1/TSpace0168.pdf

[6] Ibid

[7] Patricia Waugh, Metafiction. The Theory and Practice of Self-Conscious Fiction

[8] Umberto Eco, Apostille au nom de la rose, 1985, Grasset, p.77

Comicalités : nouvelle revue

Les Carnets de la bande dessinée ont le plaisir d’annoncer une naissance : celle de la revue Comicalités. Etudes de culture visuelle qui vient officiellement de voir le jour sur le portail revues.org. Jusqu’en mars prochain, le site sera en construction (élaboration de la maquette, choix du logo…), mais sa page de présentation est visible ici :

http://www.revues.org/8486

La revue dispose d’un comité scientifique dont vous trouverez le détail ci-dessous et fonctionnera selon un mode de publication continue : elle ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actifs et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant 2 ans. Puisque nous travaillons sur un objet de recherche émergent (la bande dessinée), semblable dispositif me semble à même de susciter des vocations en permettant à des chercheurs de « prendre appui » sur les textes d’ores et déjà publiés. Je souhaiterais de plus que chaque « dossier » puisse être confié à un chercheur (qui se chargera de rédiger un appel à communication qui sera soumis au comité scientifique et de finaliser l’ensemble des textes avant évaluation), de façon à démontrer que le neuvième art constitue bel et bien un champ scientifique fécond.

Au sein de chaque « section », les publications se feront progressivement et non en une seule fois,  et de nouveaux appels à communication verront donc le jour (« Bande dessinée et autobiographie » suivra ainsi une nouvelle diffusion de « La bande dessinée : un art sans mémoire ») : ils seront tous relayés par les Carnets de la Bande dessinée qui restent à la disposition de tous les chercheurs désireux d’échanger des informations scientifiques. S’engagera dans environ un an un nouveau processus pour obtenir la labellisation de Comicalités par différentes instances et ainsi mieux encore valoriser les articles publiés et le travail des chercheurs. Nous vous proposons de télécharger ci-dessous une partie du  dossier adressé  à revues.org qui présente plus avant les objectifs et modes de fonctionnement de cette nouvelle publication.

ProjetComicalités

Benoît Berthou (Université Paris 13, LABSIC)

Comité scientifique de Comicalités

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image, directeur)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin, chercheur)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail, professeur des universités)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1, professeur des universités)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3, professeur des universités)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image, enseignant-chercheur)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord, professeur des universités)

–       Éric Maigret (université Paris 3, professeur des universités)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, professeur des universités)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles, théoricien)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image, enseignant-chercheur)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne, professeur des universités)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

What happens next : the mechanics of serialization

La « sérialisation », le fait de concevoir des productions destinées à ne pas donner lieu à un seul film, livre ou jeu : voici le concept sur lequel deux chercheurs d’une université néerlandaise (Amsterdam) nous invitent à réfléchir. Spirou, Asterix, Thorgal… La France publie des séries très anciennes (plus de 70 ans pour Spirou, 50 ans pour Astérix) et prolifiques : les évoquer retiendrait certainement l’attention des organisateurs, surtout si le chercheur parvient à mettre en évidence les mécanismes d’écriture ou de publication cachés derrière ces créations. La lecture du livre d’Hugues Dayez (Le duel Tintin-Spirou, éditions Luc Pire) fournit pour ce faire un matériau des plus intéressant. Date limite : 24 janvier 2011.

The recent explosion of popular serialized forms, from Lost and Battlestar Galactica to computer game expansion packs, has provoked renewed interest in the economics and mechanics of serialization as well as the impact of this cultural form on readers, viewers and gamers. How do contemporary serials relate to earlier forms of serialization, and how do they affect our understanding of the concept of serialization? What are the economic, narratological, and social effects of contemporary serials? And where does the form go from here?

This conference is intended to give graduate students from different fields of study the opportunity to present and exchange ideas on the concept and mechanics of serialization. It is hoped that interaction and discussion will allow graduate students to both share their knowledge and gain new expertise in this exciting area of research. Moreover, it is hoped that this conference will be able to help form ideas about how serialization can be conceptualized across disciplines as diverse as literary history, economics, narratology, television studies and cultural analysis.

We invite proposals for twenty-minute research papers addressing any aspect of serialization; and collaborative panels of two to three papers. Possible subjects include, but are not limited to, the impact of serialization in 19th century literature, the relationship between serialization and notions of authorship, webserials, the mechanics or economics of serials, the effect of serialization on science fiction, newspapers, comics and downloadable game content. Graduate students are encouraged to approach serialization from the perspective of their particular field to give the conference an interdisciplinary character.

Conference dates: 25 – 26 March, 2011.

Keynote speakers: Dr. Joyce Goggin and Dr. Mark Turner.

Deadline for abstracts: 24 January 2011.

Please send your abstracts and inquiries to uvaserialization@gmail.com, and watch http://www.hum.uva.nl/serialization/ for updates.

Rob Allen and Thijs v.d. Berg

University of Amsterdam, Institute for Culture and History

Spuistraat 210, room 5.01

1012 VT Amsterdam, The Netherlands

Email: uvaserialization@gmail.com

Visit the website at http://www.hum.uva.nl/serialization/

Hybridations, texte et image

Le magasin des enfants, carnet de recherche avec qui Les Carnets de la bande dessinée entretiennent de constantes relations, porte à notre connaissance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Hybridations, texte et image ». Lancé par l’INTRU (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et cUlturelles, université de Tours), celui-ci invite des chercheurs à s’emparer d’une « idée » de l’hybridation pensée comme « porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation ». Souvent présentée comme « hybride », la bande dessinée, qui est ici directement évoquée, est donc intéressée au premier chef et il serait fort intéressant de penser les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan qualifie de « faux débat » proposant de « définir les littératures dessinées par comparaison » et supposant de « commencer rituellement toute analyse de la narration par images fixes par la précision qu’elle diffère fondamentalement de ceci ou cela » (Principes des littératures dessinées, L’An 2, p. 9). Le thème de l’hybride pose en effet directement la question de l’essence de la bande dessinée et de sa capacité à se poser comme langage et domaine de recherche pleinement autonome, mais force est de constater que cette question est sans doute renouvelée à l’heure où le neuvième art noue avec d’autres médias des relations susceptibles d’aboutir à de nouvelles hybridations que cet appel à communication propose également d’examiner avant le 7 mars prochain.

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Du mercredi 11 au vendredi 13 mai 2011

Appel à contributions: date limite: 7 mars 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527, http://intru.univ-tours.fr/),
avec le soutien du Conseil Scientifique

L’hybridation est d’abord le nom d’une catégorie biologique, ou plus exactement le nom d’une rupture ou d’une transgression des limites entre catégories biologiques : un hybride, c’est avant tout le produit d’un croisement, d’une greffe, d’une rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui désigne le produit de l’union d’un sanglier et d’une truie ; puis le terme a été graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie l’excès ou la démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.

Appliquée au domaine des arts et des lettres, l’idée d’hybridation semble principalement viser la porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui s’emploient à explorer les formes de la « condition postmoderne », qu’il s’agisse de la littérature, de l’architecture ou du fondement des sciences, l’hybridation y est caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche. Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et esthétique de la postmodernité, l’hybridation est présente dans toutes les œuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire des formes d’expression rétives à toute univocité et à toute totalisation.

En appliquant la notion d’hybridation aux formes de la rencontre en texte et image, il ne s’agit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du « diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan, Jencks ou Lyotard, que de reprendre l’étude de ces formes spécifiques de greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.

Les rencontres du texte et de l’image fournissent une très belle occasion d’examiner la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques ou des supports s’échangent en permanence leurs déterminations. Des processus de l’adaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre pratiques venues d’horizons différents aux interrogations sur les formes de la mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que l’on entend rassembler autour de l’idée d’hybridation est vaste.

L’étude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de l’album pour enfant au roman-photo. La rencontre entre le texte et l’image constitue-t-elle par elle-même une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non légitimable » des discours qu’elle engendre ? Favorise-t-elle des formes narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de sur-hybridation à partir de l’hybridation iconotextuelle (adaptation des comics au cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés d’objets, pop-ups, produits dérivés, etc.) ?

Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin d’être exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne s’agit pas tant d’élaborer un discours formel général sur la concept d’hybridation que d’en explorer la puissance heuristique en l’appliquant à des études d’œuvres déterminées.

Les propositions d’interventions sont à remettre pour le 7 mars dernier délai aux organisateurs:

  • Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
  • France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)
  • Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Paysages et géographies arthuriennes de l’Ouest

Le Cercle d’Études Nouvelles d’Anthropologie (CENA) lance un appel à communication intitulé : « Paysages et géographies arthuriennes de l’Ouest ». Cette proposition nous invite donc à penser les relations entre un ensemble de récits (réunis dans un excellent volume de la collection « Bouquins » de Robert Laffont : La Légende arthurienne) et un territoire qui n’est pas étranger à la bande dessinée. Nombre d’œuvres de fantasy le mettent en effet à l’honneur, à l’instar de Bran Ruiz de Deschamp et d’Auclair qui, pour narrer la légende de la ville d’Ys, produit moult cartes et détails l’inscrivant résolument dans le Finistère. La préface de cette étonnante œuvre semble de plus définir le cadre d’une bande dessinée « régionaliste » dont on retrouve trace chez des auteurs comme François Bourgeon (Les Compagnons du crépuscule), Lidwine (Le dernier loup d’Oz) ou Makyo et Vicomte (La ballade du bout du monde) et qu’il conviendra d’explorer avant le 15 janvier prochain. Il est à noter que le site du CENA propose aux chercheurs une intéressante documentation à travers des articles en libre téléchargement portant sur la réception du roman arthurien.

Géographies arthuriennes dans le Grand Ouest.

Depuis 1973, notre association mène des recherches de terrain (mythes, rites et coutumes, systèmes symboliques, recherches socio-historiques et d’anthropologie arthurienne) aux Marches de Gaule et de Petite Bretagne. Nous publions également une revue : Herméneutiques sociales.

Chaque année, le CENA organise également un colloque arthurien destiné à explorer les racines et réceptions de la Légende arthurienne en lien avec les terroirs qui ont vu naître certains de ses récits.

Le samedi 24 septembre 2011, à Lassay les Châteaux, nous examinerons les liens entre la Légende arthurienne aux époques médiévales et les territoires du Grand Ouest Français: quels paysages réels ont-ils contaminé les récits arthuriens ? Quelles places la fiction et le merveilleux tiennent-ils dans les descriptions géographiques: paysages châteaux, cités, forêts et déserts, qui sont le cadre de ces récits de chevalerie ?

Envoyer un résumé de 5 lignes proposant une intervention à Georges Bertin, président du Cena.

Responsable : CENA

Url de référence :
http://cena12.com

Adresse : 31 rue Proust49100 Angers

Sérialité et bande dessinée

Le Centre d’Etudes sur les Jeunes et les Médias (CEJEM), qui réunit des chercheurs travaillant sur les pratiques médiatiques des jeunes, organise une rencontre sur le thème de la sérialité et la bande dessinée, le vendredi 21 janvier 2011, à 14 heures, salle Las Vergnas, à Paris 3, Sorbonne Nouvelle, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (Métro : censier Daubenton, ligne 7).

Ce débat  sera animé par Pierre Christin, scénariste de bande dessinée, auteur notamment de la série (avec Mézières)  Valerian et Laureline et par le sociologue Eric Maigret, professeur à Paris 3.Cette rencontre est gratuite et ouverte à tous, mais il est préférable de s’inscrire  au préalable : jeunesetmedias@gmail.com.

Pour de plus amples informations : mc-lipani@wanadoo.fr ou le communiqué de presse du CEJEM.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Dans le réel ! Bande dessinée et questions de société

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image s’associe avec le Pôle de Ressources pour l’Éducation Artistique et Culturelle Bande Dessinée (plus connu sous le nom de PREAC BD et administrant l’excellent site de ressources pédagogiques L@BD) pour organiser son stage à destination des professionnels du livre qui a traditionnellement lieu avant l’ouverture du festival d’Angoulême. Le thème retenu cette année est « Dans le réel ! Bande dessinée et question de sociétés » et il fait assurément honneur au lauréat du Grand Prix de la ville d’Angoulême 2010. La visite de l’exposition consacrée à Baru, auteur qui semble n’avoir de cesse de représenter l’aliénation de la classe ouvrière (Quéquette blues) ou le terrifiant racisme dont souffre les populations immigrées (L’Autoroute du soleil), complétera sans doute parfaitement les deux jours d’information et de réflexion consacrés à un thème fort peu traité dans la bande dessinée.

Dans le réel, bande dessinée et questions de société

mardi 25 janvier 2011 en salle Nemo

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


9h00-9h15 accueil
9h15-9h30 mot d’accueil de Gilles Ciment, directeur de la Cité, et présentation du stage et de son organisation
9h30-10h30 panorama du traitement des questions de société dans la bande dessinée par Benoit Berthou
10h45-12h00 rencontre avec Sandrine Revel, Charles Masson et Morvandiau (auteurs), animée par Pouria Amirshahi (la Cité)
12h30-14h00 déjeuner à la table à dessin
14h00-15h30 la Bande dessinée historique coréenne, Massacre au pont de No Gun Ri et Fleur, par Agnès Deyzieux
15h30-17h00 rencontre avec Laurent Astier (auteur), animée par Laurent Lessous
17h30-18h30 visite de l’exposition Parodies, la bande dessinée au second degré, sous la conduite de Thierry Groensteen (commissaire de l’exposition).
18h30 cocktail apéritif

mercredi 26 janvier 2011 en salle Nemo

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


9h00-10h30 panorama du traitement des questions de société dans la bande dessinée jeunesse par Denis Lapière
10h45-12h00 rencontre avec Marzena Sowa et Guillaume Bianco (auteurs)
12h30-14h00 déjeuner à la table à dessin
14h00-16h30 rencontre avec Etienne Davodeau et Kris, animée par Laurent Lessous
17h00-18h00 visite des nouvelles réserves patrimoniales de la bibliothèque de la Cité et de son nouveau centre de documentation

jeudi 27 janvier 2011 dans l’auditorium du musée

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


questions de professionnels
9h00-10h15 le désherbage de la bande dessinée en bibliothèque : retours d’expériences
10h30-11h45 la médiation bande dessinée en bibliothèque : retours d’expériences
11h45-12h00 bilan du stage et clôture

Les intervenants

Benoît Berthou : maître de conférence, Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication (LabSIC), Paris 13
Sandrine Revel : auteur de Résurgences : Femmes en voie de resociabilisation – La Boîte à bulles, 2010 (Contre cœur).
Charles Masson : auteur de (entre autres) Droit du sol -Casterman, 2009 (Ecritures), Bonne santé – Casterman, 2005 et Soupe froide – Casterman, 2003.
Pouria Amirshahi : chargé de mission auprès du directeur (Cité)
Agnès Deyzieux : Documentaliste, journaliste, auteur de Découvrir le manga, formatrice, animatrice, spécialiste du manga, présidente des associations Bulle en Tête et Gachan consacrées à la promotion de la lecture de la bande dessinée et du manga.
Laurent Astier : auteur de L’affaire des affaires, tomes 1 et 2 avec Denis Robert et Yan Lindingre – Dargaud, 2009.
Laurent Lessous : enseignant, préac-BD (CRDP Poitou-Charentes)
Etienne Davodeau : auteur de (entre autres) : Rural ! – Delcourt, 2001, Les Mauvaises gens : Une histoire de militants – Delcourt, 2005., Lulu, femme nue, tome 1 et 2 -Futuropolis, 2009-2010.
Kris : auteur-scénariste (entre autres) de : Les ensembles contraires – Futuropolis, 2008-2009, Coupures irlandaises – Futuropolis, 2008, Un homme est mort, Futuropolis, 2006.
Marzena Sowa : auteur de Marzi – Dupuis, 2005 à 2009.
Guillaume Bianco : auteur (entre autres) d’Ernest & Rebecca – Le Lombard, 2008-2010.
Denis Lapière : auteur-scénariste entre autres d’Alice et Léopold, Charly, Luka, Ludo, Oscar et directeur des collections « Punaise » et « Puceron » chez Dupuis.
Morvandiau : auteur (entre autres) de D’Algérie – Maison rouge, 2007 et coorganisateur du festival « Periscopages » de Rennes.

Inscription et renseignements

http://www.citebd.org/spip.php?article1979

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les Visual studies et le monde francophone

L’université Lille 3 et le CNRS co-organise les 6 et 7 janvier prochain au musée du quai Branly un colloque intitulé : « Les visual studies et le monde francophone ». Cet événement sera donc l’occasion de se familiariser avec un courant de recherche émergent que présente de façon très synthétique le site de l’INSH et le programme de ce colloque (que nous vous proposons de télécharger ci-dessous) et à poser une question : en quoi l’approche pluridisciplinaire sur laquelle reposent ces communications peuvent-elles profiter à l’étude de la bande dessinée et vice versa ? En effet, le neuvième art n’apparaît pas au sein de communications portant, entre autres, sur le cinéma, l’art contemporain ou la littérature et il y a fort à parier que la première forme d’expression à revendiquer une capacité à troubler l’ordre établi du partage entre lisible et visible (voir Töpffer. L’invention de la bande dessinée de Thierry Groensteen et Benoît Peeters, Hermann) rencontrera tôt au tard ces recherches francophones naissantes.

ConferenceVisualStudiesParis6-7January2011

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts