Textyles : La bande dessinée contemporaine

Créée en 1985, TEXTYLES est une revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Pour son dernier (et double) numéro, elle publie les actes d’un colloque tenu à Bruxelles sur la bande dessinée belge contemporaine, dont voici ci-dessous le sommaire :

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, Numéro 36-37

La bande dessinée contemporaine, sous la direction de Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat

La bande dessinée a généré depuis près de quarante ans des discours de rupture variés. Elle revendique désormais une maturité et une exigence artistique que confirment la diversification de ses procédés graphiques ou narratifs, la mise en place d’un appareil de consécration spécifique et l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales.

Les actes du colloque de Bruxelles (2008), qui sont publiés ici, ont pour ambition autant de dresser le bilan d’un champ en pleine mutation que de dépoussiérer les discours académiques sur la bande dessinée.

En se concentrant sur la BD francophone belge, ces contributions éclairent les démarches artistiques novatrices, se penchent sur des stratégies inédites dans la diffusion du medium et s’intéressent à l’apparition de sociabilités nouvelles. Elles étudient également l’évolution des genres et des registres ou les rapports entre bande dessinée et industrie culturelle. En outre, elles situent la place réservée à une avant-garde qui se cherche encore souvent entre littérature et art contemporain. Elles se penchent, enfin, sur l’engagement des auteurs.

Les pistes de réflexion que ce numéro de Textyles explore confirment que l’étude de la bande dessinée n’est plus en phase d’émergence et constituent un champ de recherche bien balisé qui, à son tour, remet en perspectives les disciplines des sciences humaines convoquées dans l’analyse de la BD.

Sommaire

Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat, « La bande dessinée francophone belge au présent »

Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? »

Floriane Philippe, « L’évolution du paysage éditorial de bandes dessinées en Belgique francophone »

Tanguy Habrand, « La « récupération » dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés »

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération. Autour de l’expositionAlternatif Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel »

Laurent Demoulin, « Du Rwanda au Coeur des ténèbres. Jean-Philippe Stassen illustre Conrad »

Laurence Brogniez, « Féminin singulier : les desseins du moi. Julie Doucet, Dominique Goblet »

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage »

Björn-Olav Dozo, « Note sur la bande dessinée de reportage »

Hubert Roland, « Écriture et narration de l’histoire dans le projet Fritz Haber de David Vandermeulen »

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre 1940-1945 »

Frédéric Paques, « Joe G. Pinelli, dans le no man’s land de la BD »

Clément Dessy, « La ville entre texte et image dans les bandes dessinées de Michaël Matthys »

Gert Meesters, « Les significations du style graphique : Mon fiston d’Olivier Schrauwen et Faire semblant, c’est mentir de Dominique Goblet »

Art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures

L’équipe de recherche Langue, Langage et Interactions Culturelles (LALIC) lance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures ». Les organisateurs, qui nous ont directement contactés, sont très favorables à des propositions portant sur la bande dessinée permettant d’éclairer « la manière dont les langages et approches artistiques contribuent à traiter de la réalité interculturelle et de l’altérité ». Il s’agit donc de considérer le neuvième art comme vecteur d’apprentissage et « passeur » d’autres cultures, thème sur lequel il y a beaucoup à dire. En témoigne par exemple le cas du manga et plus particulièrement d’initiatives éditoriales entendant passer outre la publication de shônen ne mettant pas en valeur leur environnement culturel. Une œuvre comme Nonnonbâ de Mizuki Shigeru (publié chez Cornelius) initie ainsi le lecteur à tout un bestiaire mythologique japonais qui est détaillé dans le cadre d’un Dictionnaire des YoKaï publié chez Pika. Le livre a ici valeur d’initiation à une forme de folklore, voire, dans d’autres cas, à une Histoire que nous parvenons sans doute mal à saisir. Tel est peut-être le cas dans Zipang, série de Kaiji Kawaguchi publiée chez Kana retraçant les aventures d’un actuel navire de guerre japonais égaré, par la grâce d’un phénomène météorologique, en pleine seconde guerre mondiale. Les dilemmes de l’ensemble de l’équipage (doivent-ils changer le cours d’un conflit menant le Japon vers l’holocauste nucléaire ?) sont ici explicités par de nombreuses pages documentaires permettant de replacer ces événements dans leur contexte.

Nous vous proposons de télécharger ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 14 mars 2011.

cadragecolloque-arts-langues- UCO- 2011

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait / tisser des liens

Indépendants ? Alternatifs ? Les termes, loin d’être neutres, divisent amateurs et éditeurs, comme en témoigne le salutaire pamphlet de Jean-Christophe Menu, Plate-bandes. Car chez les amateurs de bande dessinée, la dialectique du mainstream et de l’avant-garde, c’est un peu comme la politique pendant les repas de Noël : quand on aborde le sujet, la situation dégénère. Depuis l’article de Luc Boltanski sur la constitution du champ de la bande dessinée, qui abordait la polarisation entre un pôle « commercial » et un pôle « novateur », la tension et les phénomènes de transfert entre ces deux pôles constituent un enjeu récurrent des débats, qu’ils soient savants ou informels. Il faut dire que ces pôles relèvent sans doute plus des idéaux-types weberiens que d’entités strictement délimitées.

C’est toute l’astuce de l’intitulé de l’ambitieux colloque organisé par l’ACME qui, loin d’essentialiser l’édition indépendante, propose de la mettre en perspective avec l’industrie du livre, grâce au sous-titre « tirer un trait, tisser des liens », qui dit bien l’ampleur des contradictions qui traversent cette notion d’ « indépendance ». Surtout, on ne peut que se réjouir de l’organisation d’un colloque dédié aux pratiques éditoriales, quand celles-ci attirent encore si peu l’attention des chercheurs. Que celui-ci se propose, en outre, de s’intéresser aux pratiques éditoriales à l’échelle mondiale, constitue un geste fort. Ci-dessous, l’appel à communications, qui propose des pistes de recherche stimulantes :

Résumé
Le groupe de recherche sur la bande dessinée ACME (Université de Liège) organise en novembre 2011 un colloque sur le thème «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens. ». L’ambition de ce colloque est d’aborder la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

Argumentaire

À la faveur d’un double mouvement de rationalisation et de concentration dans l’industrie du livre, mais aussi de la participation d’acteurs d’un genre nouveau au sein du secteur (industrie lourde, groupes de communication, fonds d’investissement), les principes qui gouvernent la production et la diffusion des biens culturels ont évolué, dans le dernier quart du xxe siècle, dans le sens d’une attention accrue à la rentabilité. Cette exigence a contribué à durcir les critères de la sélection éditoriale en érigeant une barrière à l’entrée pour des œuvres peu susceptibles d’apporter les retombées financières escomptées.

Face à un tel élan, des structures nouvelles ont vu le jour qui ont fait le pari de combler les lacunes du système en place. Qualifiées d’« indépendantes », « alternatives », « underground » ou encore « d’avant-garde », ces initiatives se sont polarisées autour d’une conception commune du métier, activité — sinon activisme — vouée à la culture d’un catalogue original, dans un imaginaire de l’altérité contre le conformisme, sur le mode du small is beautiful. Après la peinture, le cinéma ou la musique, l’industrie du livre est ainsi passée à son tour à l’heure du grand retournement, de la littérature à l’essai en passant par le livre de jeunesse, ce moment où l’industrie semble générer sa propre contradiction.

La bande dessinée, en tant que secteur du marché du livre, n’a pas échappé à ce couple marchandisation/rébellion. Dans les années 1990, avec des structures telles que L’Association, Cornelius, Amok et Fréon, ego comme x ou les Requins Marteaux, une vague d’indépendants s’est faite le porte-drapeau d’une « autre » bande dessinée dans l’espace franco-belge. Sans doute un tel mouvement a-t-il des antécédents : Futuropolis, les Éditions du Fromage, Audie ou Artefact avaient eux aussi montré l’exemple d’une édition en rupture avec l’ordre établi. Inédite cependant, dans les années 1990, est l’apparition d’une collectivité d’éditeurs consciente d’elle-même, dont la raison d’être et le repoussoir seront et resteront l’industrialisation de plus en massive de l’édition de bande dessinée ; une collectivité, sinon une génération, qui en même temps qu’elle allait tirer un trait (sur les figures, les codes et les lieux de la standardisation), allait aussi tisser des liens (avec des ancêtres choisis, avec des pairs locaux, avec des homologues à l’étranger).

De pareilles observations pourraient être faites pour l’édition de bande dessinée hors de ce seul espace. Le mouvement underground qui se développe vers la fin des années 1960 aux États-Unis a donné lieu à d’importants éditeurs tels que Kitchen Sink Press ou Fantagraphics Books. S’y sont développés, à partir des années 1980, une bande dessinée dite « alternative » — dont les auteurs allaient devenir les figures de proue du « roman graphique » — en même temps qu’un travail de patrimonialisation ou de réhabilitation de prédécesseurs choisis. Sur un mode plus artisanal, l’auto-édition et un microcosme reposant sur la diffusion de « minicomics » photocopiés ou en ligne ont enrichi le champ des possibles de tout auteur désireux de s’imposer en marge du studio, omniprésent outre-Atlantique.

De l’espace franco-belge aux États-Unis en passant par la Belgique néerlandophone, l’Italie ou la Suisse, de l’Europe du Nord ou centrale à l’Asie en passant par l’Afrique du Sud, des tendances communes émergent sur fond de particularités locales et semblent bien témoigner d’un phénomène mondial.

Fort de ce renouveau créatif, le colloque «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens » entend interroger la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

  • Un premier volet sera consacré à la discussion des concepts mis en place pour désigner les forces de renouveau de la bande dessinée à l’échelle internationale. Pour interchangeables qu’ils puissent paraître au premier abord, les termes « d’indépendance », « d’alternative », « d’underground » ou « d’avant-garde » (de l’autre côté du spectre, de « mainstream » ou de « BD ») sont lourds à la fois de présupposés et de connotations, et se trouvent mobilisés dans des contextes d’action bien spécifiques. Épingler les avatars de ce lexique, discuter la variété de ses définitions et de ses usages, constituera un premier enjeu.
  • Un second volet portera sur l’analyse des similitudes et des contrastes tant stylistiques que thématiques observés au sein de l’édition indépendante. L’abandon de la couleur, l’évolution du dessin dans une voie picturale ou minimaliste, l’augmentation significative de la pagination des albums ; mais aussi une forte propension à l’introspection, à de nouvelles formes de réalisme ou encore à l’engagement (critique sociale, positionnement politique, revendications culturelles des minorités), constituent autant de choix de forme ou de contenu qu’il convient d’interroger horizontalement.
  • Un troisième volet portera sur les dimensions socio-économique et politique de la bande dessinée indépendante internationale. L’analyse comparative envisagera des aspects tels que la nature de l’indépendance (en regard d’une industrie toute-puissante, d’un marché balbutiant, d’un État intrusif), la diversité des dispositifs techniques mis en œuvre par les structures (fabrication, diffusion, commercialisation), leur reconnaissance et soutien éventuels de la part des pouvoirs publics, la fédération ou non de ces entités, les possibilités d’échanges en matière de traduction à l’échelle internationale (foires, salons, contacts informels) ou encore les moyens développés pour légitimer et rassembler ces expériences (anthologies ciblées, foires et salons, ou encore expositions thématiques).

Procédure

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse acme2011@ulg.ac.be pour le 15 mars 2011 au plus tard. L’envoi comportera d’une part un résumé anonyme de 300 mots environ, d’autre part une fiche signalétique détaillée. Ces documents pourront se presenter au format doc ou pdf.

Réponse du comité de sélection : le 1er mai 2011.

Les communications se tiendront en anglais ou en français.

Bien entendu, les carnets suivront l’avancement de ce beau projet.

MR2zbfl4d4gx

« Jeunes et jolis ». La formation de la jeunesse dans la presse magazine

Le groupe de travail « Presse magazine », appartenant au Centre d’Histoire de Sciences Po publie un appel à communication intitulé : « “Jeunes et jolis” La formation de la jeunesse dans la presse magazine ». Débouchant sur un projet de publication consacré à la presse magazine, celui-ci concerne une bande dessinée qui a largement contribué à la « formation de la jeunesse » à travers un grand nombre de publications. Outre Tintin et Spirou, l’étude de La Semaine de Suzette (dans laquelle apparaît Bécassine), Cœurs vaillants (qui, le premier, publia Hergé) ou encore Pif apporteraient très certainement des éléments de réponse à cette interrogation, que ce soit à travers des œuvres appartenant au neuvième art ou à traves l’ensemble du « paratexte » (jeux-concours, courrier des lecteurs, rubriques pédagogiques telles que L’Histoire du monde des Funcken…). Ces magazines, ou d’autres (pensons aux plus actuels Bodoï ou Tcho), seront dans tous les cas à consulter avant le 14 janvier prochain.

APPEL A COMMUNICATION

« Jeunes et jolis »

La formation de la jeunesse dans la presse magazine.

L’histoire de la presse magazine accompagne au XXe siècle celle de la culture de masse. Au Centre d’Histoire de Sciences Po, le groupe « Presse magazine » se propose depuis deux ans d’ouvrir le dialogue entre historiens, chercheurs de diverses disciplines en sciences humaines et acteurs de la presse magazine. Il s’agit de considérer les magazines comme des sources et des objets d’histoire. L’offre de magazines est en effet toujours plus abondante en France, et le discours de ces publications prépare et prolonge l’ensemble des mutations de la société.

Dans la poursuite de ses travaux sur le corps dans la presse magazine, notre groupe de travail organise le 18 mars prochain une journée d’études sur la jeunesse. Il s’agit d’essayer de comprendre comment les magazines contribuent, dans tous les sens du terme, à la « formation » de la jeunesse.

Dans l’histoire de la culture de masse, certains périodiques, tels que Salut les copains, se sont distingués et ont participé à l’invention de la jeunesse, à sa constitution en groupe social à partir des années 1960. Quelles approches envisager pour analyser un tel processus ? D’abord, sur un plan strictement éditorial, le « jeune » constitue un public-cible dont la presse magazine contribue à identifier les attributs spécifiques par rapport à d’autres catégories démographiques ou sociales et participe ainsi au développement de la ou des « culture(s) jeune(s) ». Ensuite, ces attributs – physiques, éthiques, esthétiques, sexuels, etc. – sont mobilisés, au-delà même de la presse estampillée « jeunesse », par le discours médiatique, qui produit des représentations des « jeunes » dont on peut retracer les mutations. Enfin, à un troisième niveau plus général, ce traitement du fait « jeune » transparaît dans l’ensemble du phénomène « presse magazine », comme injonction à la jeunesse et ressort puissant du rêve vendu sur papier glacé.

Quand et comment la presse magazine s’adresse-t-elle à la jeunesse ? Selon quelles modalités (formation, information, complicité, etc.) ce contrat de lecture s’établit-il et comment évolue-t-il sur le long terme ? Quelles oppositions symboliques la presse magazine souligne-t-elle dans ses représentations de la jeunesse ? Enfin, comment cette jeunesse informe-t-elle à son tour les autres secteurs de la presse magazine, tant dans leurs visées idéologiques que dans leurs stratégies rhétoriques ? Voilà les quelques questions qui baliseront cette journée d’étude.

De toute origine disciplinaire, les propositions, d’une quinzaine de lignes, sont à envoyer avant le 14 janvier 2011, à Claire Blandin (blandin@u-pec.fr). La journée s’insèrera dans un projet de publication sur la presse magazine.

Vous pouvez découvrir les travaux du groupe de travail Presse magazine sur le site du Centre d’histoire de Sciences Po à l’adresse suivante :

http://centre-histoire.sciences-po.fr/centre/groupes/presse_magazine.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The Medium is the Lesson: Using Literature, Film, and New Media to Teach Politics

Robert W. Glover, de l’université James Madison (USA), lance un appel à communication intitulé : « The Medium is the Lesson: Using Literature, Film, and New Media to Teach Politics » Celui-ci entend donc évaluer l’apport de modes d’expressions s’écartant du seul « textuel » dans le processus de « compréhension de l’inujustice, de la souffrance humaine et de l’humiliation ». Des études portant sur la bande dessinée seraient ainsi certainement les bienvenues et aucun article n’a, à notre connaissance, pleinement abordé le sujet. Cet axe semble d’autant plus fructueux que nombre d’œuvres, comme par exemple La seconde guerre mondiale de Pierre Dupuis, adoptent un parti-pris didactique (organisation chronologique du récit, larges récitatifs explicitant les événements représentés…) qu’il y a lieu d’expliciter plus avant et de confronter avec des travaux constituant de véritables témoignages (comme Gen d’Hiroshima) ou s’inscrivant dans un registre pathétique mettant l’accent sur une souffrance physique et morale (pensons à l’œuvre de Jacques Tardi). Si nos lecteurs ont d’autres suggestions, nous les invitons à nous les communiquer avant le 1er mars 2011, date de remise des propositions.

A variety of « texts » may be deployed in the classroom for the purposes of exposing students to narratives of injustice, political struggle, power and domination, and democratic contestation. Textbooks and lecture constitute one such text. Yet what is particularly noteworthy in human history is the tremendous power of literature, film, and other forms of narrative to elevate our understanding of an injustice, of human suffering and humiliation, while igniting our desires to alleviate such societal shortcomings. The educational intent of such mediums is, almost by definition, less implicit than « traditional » materials yet their power to move the « reader » is often more profound. Furthermore, as technological media proliferate, we potentially gain yet another mechanism through which to teach our students about their contemporary political reality.

Thus, literature, film, and new forms of media present tremendous opportunities for teaching students about politics. Yet the concrete ways that we might utilize such « texts » within our classrooms remain under-researched in political science scholarship. How might we structure our engagement with « non-traditional texts » such as literature, film, art, and new media in ways that maximize their potential to spur critical thinking and intellectual growth among our students? What dangers and obstacles accompany such unorthodox pedagogical methods? These questions have yet to be dealt with in a systematic way.

With these opportunities and gaps in mind, the editors invite submission of abstracts for an edited volume on the use of literature, film, and new media (broadly defined) in political science pedagogy. In particular we are interested in chapter-length pieces that examine innovative and non-traditional « texts » within the political classroom including: literature, art, film, theatre, music, advertising, simulations and role-playing, as well as internet resources such as YouTube and social networking media. We welcome submissions from all sub-fields of political science and government as well as related disciplines, and support a methodologically pluralistic approach to exploring the questions above. In addition, we welcome submissions covering teaching at all levels of higher education, from introductory surveys to graduate seminars. A publication timetable has not yet been set. Interested authors should contact the editors via email with any questions or to submit their abstracts.

Details

• Deadline for sending abstracts: March 1, 2011.

• Length of abstract: 350 words.

• Abstracts should be e-mailed to Robert W. Glover  (gloverrw@jmu.edu) and Daniel Tagliarina (daniel.tagliarina@uconn.edu)

Robert W. Glover

Dept. of Justice Studies

James Madison University

90 Bluestone Drive, MSC 1205

Harrisonburg, VA 22801

Email: gloverrw@jmu.ed

Daniel Tagliarina

Dept. of Political Science

University of Connecticut

341 Mansfield Rd. U-1021

Storrs, CT 06269

Email: gloverrw@jmu.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pratiques créatives sur Internet

Le Laboratoire Communication et Politique organise un séminaire intitulé « Pratiques créatives sur Internet ». Quatre rendez-vous, de deux heures chacun, seront ainsi l’occasion de mieux cerner les nouvelles possibilités qu’offrent les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication vis-à-vis d’une création qui est « prise ici dans le sens d’initiatives, de conceptions inédites et de nouveaux modes d’accès aux champs artistiques sur le web, ainsi que dans celui de pratiques développées par de nouvelles formes collectives d’organisation, de communication et de production ». Une séance sera consacrée à la bande dessinée et le document que nous proposons de télécharger ci-dessous fournit des informations que nous ne manquerons pas de relayer.

ProgrammeLCP

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation

La revue Forum for world litterature studies publie un appel à communication intitulé : « Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation » Explicitement destinée à la bande dessinée, cette proposition appréhende la notion de « politique » au sens large. Sont ainsi sollicités des articles abordant la représentation d’événements politiques, mais également le traitement « du politique » en bande dessinée ou encore traitant du neuvième art comme vecteur de construction d’une identité politique et communautaire. Il est à noter que sont mentionnés, dans la liste que nous reproduisons ci-dessous, le cas de la caricature et de la bande dessinée « franco-belge » : cela pourrait être l’occasion de se pencher sur des œuvres quelque peu oubliées, telles que L’An 01 de Gébé ou le travail du collectif Bazooka.

Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation

The journal FORUM FOR WORLD LITERATURE STUDIES will be publishing a special issue devoted to politics and visual literature. Much of it springs from the 2010 Comparative Literature Conference at Purdue University, « Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation, » but we’re also looking for contributions outside of the conference. Our understanding of « political » is broad in scope, relating not only to affairs of state (at home and abroad), but also the praxis of visual narrative and ways it impacts individual identity and community dynamics. Possible paper topics may include, but are not limited to:

• Historical representations in graphic novels

• The appropriation of national myths and folktales in animated film

• Dynamics of humor and subversion in syndicated comic strips

• Imaging the ethnic/racial other in comics and other forms of visual narrative

• Representations of gender and sexuality in anime and manga

• Personal memoir in graphic novels or animation

• The international language of comics

• Representations of trauma in visual narrative

• Superheroes and the definition, or complication, of communal and national identity

• The Franco-Belgian comics tradition and its political import

• Visual narrative as transnational discourse

• Political cartooning and its social impact

• Journalism, biography, and graphic narrative

• Comics and graphic novels as international children’s and adolescent literature

FORUM FOR WORLD LITERATURE STUDIES is co-edited in Wuhan and Shanghai, China, and West Lafayette, Indiana, and it reaches a world-wide readership. As such, we’re particularly interested in those contributions that have an international perspective and/or would appeal to a broad audience, regardless of the text’s national origin.

Papers should be between 4,000-5,000 words and formatted according to the latest MLA STYLE MANUAL. In addition, essays should reflect the FORUM’s house style, which should consider the following:

• In the body of the text, citations should be parenthetical and without « p. » (Smith 33). But in the Works Cited, you need to include « p. » or « pp. » where appropriate.

• You do not need to write « Print. » after entries in your Works Cited, as is called for in the latest edition of the Manual.

• Please use foreign languages in the original where appropriate, meaning where the language is important to the argument, followed by a translation in parentheses, « come questa » (Smith 33, « like this »).

• The house style does not allow scare quotes or any slashes or odd orthography (e.g., no « and/or » [pick one] or « (her)story. »

The FORUM is aimed at a world-wide audience of scholars working in English, many for whom English is not the first language. As such, CLARITY IS IMPORTANT. The journal also prints articles in Chinese and can easily handle Chinese characters.

The deadline for submission is January 5, 2011. Please submit your finished essays to graphic.engagement@gmail.com. Questions regarding the special issue should also be directed to the same email address.

Special issue, Forum for World Literature Studies

graphic.engagement@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts