Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction

Le Mansfield college d’Oxford accueillera du 12 au 14 juillet prochain un colloque international et interdisciplinaire dont le thème est : « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction ». Cet événement souhaite, à en croire l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, aborder plusieurs genres (science-fiction, cyberpunk, steampunk…) à travers de multiples représentations de l’humanité, que celles-ci aient trait à des mutations (cyborg, intelligence artificielle…) ou au devenir de pratiques sociales (religion, organisations politiques…). Semblable perspective intéresse au premier chef la bande dessinée et peut même constituer le cœur d’un complexe dispositif de publication comme dans le cas de Girl genius, un dispositif s’auto-définissant comme « steam punk » et mobilisant webcomics, fanfictions et forums… À côté de ces innovantes formes de publication, cette « vision de l’humanité » est également présente dans de nombreuses œuvres. Alors qu’une série comme Judge Dredd représente une humanité incapable de s’organiser en société, un manga comme Dragon Head semble faire de la terreur le fondement d’une possible entente entre les survivants d’une énigmatique catastrophe. Notons enfin que le volumineux Akira évoque à lui seul la quasi-totalité des thèmes présentés ci-dessous et constitue ainsi une œuvre de référence qu’il s’agira de relire avant le 14 janvier prochain.

« Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction »

Tuesday 12th July 2011 – Thursday 14th July 2011
Mansfield College, Oxford

This inter-disciplinary and multi-disciplinary project aims to explore what it is to be human and the nature of human community in cyberculture, cyberspace and science fiction. In particular, the project will explore the possibilities offered by these contexts for creative thinking about persons and the challenges posed to the nature and future of national, international, and global communities.

  • Papers, short papers, and workshops are invited on issues related to any of the following themes;
  • the relationship between cyberculture, cyberspace, science fiction
  • cyberculture, cyberpunk and the near future: utopias vs. dystopias
  • science fiction and cyberpunk as a medium for exploring the nature of persons
  • humans and cyborgs; the synergy of humans and technology; changing views of the body
  • human and post-human concepts in cyber arts and cinema
  • mobile media, place and the telematic body
  • bodies in cyberculture; from apes to androids – electronic evolution; biotechnical advances and the impact of life, death, and social existence
  • body politics in cyberpunk and steampunk: body modification versus cosplay?
  • artificial intelligence, robotics and biomedia: self-organization as a cultural logic
  • gender and cyberspace: new gender, new feminisms, new masculinities
  • cyberpunk and steampunk: exploring the differences and similarities
  • virtual worlds and videogames and its impact on science fiction
  • digital culture and interactive storytelling, transmedia storytelling
  • nature, enhancing nature, and artificial intelligence; artificial life, life and information systems
  • networked living in future city, urban lifestyles
  • human and post-human politics; cyborg citizenship and rights; influence of political technologies
  • cyberpolitics, cyberdemocracy, cyberterror; old conflicts, new spaces: elections, protest and war in cyberspace
  • the state and cyberspace: repression vs. resistance
  • boundaries, frontiers and taboos in cyberculture
  • religion and spirituality in cyberculture

The Steering Group particularly welcomes the submission of pre-formed panel proposals. Papers will also be considered on any related theme. 300 word abstracts should be submitted by Friday 14th January 2011. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 27th May 2011. Abstracts should be submitted simultaneously to both Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats with the following information and in this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract
E-mails should be entitled: VISIONS6 Abstract Submission.

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using footnotes and any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Joint Organising Chairs

Daniel Riha

Charles University

Prague,

Czech Republic

E-mail: rihad@inter-disciplinary.net

Rob Fisher

Network Founder and Network Leader

Inter-Disciplinary.Net

Priory House, Freeland, Oxfordshire OX29 8HR

United Kingdom

E-mail: visions6@inter-disciplinary.net

For further details about the project please visit:

http://www.inter-disciplinary.net/critical-issues/cyber/visions-of-humanity/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Collecting, Collectibles, Collectors and Collections

La Southwest Texas Popular Culture and American Culture Association lance un appel à communication intitulé : « Collecting, Collectibles, Collectors and Collections ». Celui-ci nous invite à penser des pratiques d’accumulation dont le neuvième art est coutumier mais qui semblent bizarrement peu étudiés. Nous n’avons en effet mis la main sur aucun travail de recherche consacré à la collection en bande dessinée, et ce qu’il s’agisse d’analyser sa valeur (quel rapport à l’objet livre ?), son organisation (par auteur, série, période ?) ou encore sa circulation (trocs, héritages, pratiques d’achat ?). Nous proposons à nos lecteurs d’indiquer en commentaire des références qui nous auraient échappées et nous contentons d’affirmer que les auteurs ont sur ce point bien plus d’imagination. Harvey Pekar met ainsi largement à l’honneur, dans American Splendor, sa passion de collectionneur alors que Seth traite dans Wimbledon Green avec justesse et ironie de l’avidité de ceux qui n’ont de cesse d’accumuler. Si vous choisissez de travailler sur ces œuvres, il s’agira de le faire avant le 15 décembre.

PCA/ACA & Southwest/Texas Popular Culture and American Culture Associations

Joint Conference

April 20-23, 2011

http://www.swtxpca.org

Proposal submission deadline: December 15, 2010

Conference hotel: Marriott River center San Antonio

Proposals for individual presentations are being accepted for the Collecting, Collectibles, Collectors, Collections Area and related topics. We also seek proposals for entire panels as well as roundtable discussions concerning Collecting, Collectibles, Collectors, and Collections.

Some areas of consideration include, but are not limited to:

• Collections/Collecting/Collectors/collectibles in popular culture

• Collections in libraries, archives or museums

• Collections/Collecting/Collectibles in Science Fiction and Fantasy

• Personal Collections

• Folk Art Collections and Collectibles

• Collections and collectors in literature, film, theatre

• The history of collecting

• Early American collections and Americana

• Collections of Native American, African American, Asian American, and Latina/o cultures(and others)

• Private or public collections

• The impulse to collect.

• Collecting and political correctness.

• Legal issues regarding collecting/collections.

• The business of collecting – buying and selling, mediating value – the dealer, the picker, the agent.

• The impact of the Internet (including eBay and like sites) on collecting.

• Relationships between collectors and curators.

• Collecting as community activity.

• Collecting as scholarship.

• Collectors’ organizations (car clubs, stamp clubs, costume jewelry collectors’ groups, etc.), their functions, their controversies.

• What is an « authentic » collectible?

• Collecting the immaterial (places, memories, people, websites, words, etc.)

Scholars, artists, curators, and other professionals are encouraged to participate. Graduate students are welcome, with award opportunities for the best graduate papers. Please visit the organization website for more information about this conference. http://www.swtxpca.org. Papers should be approximately 20 minutes long (8-10 pages) and should be original works of scholarship that have not been presented or published elsewhere. Proposals for entire panels should include 3-4 presentations/papers. Roundtables should be approximately 90 minutes long. Please send 200-250 word abstracts for papers, panels, and roundtables, to the Area Chair below, by December 15 2010.

Kathrin Dodds Collecting, Collectibles, Collectors and Collections Area Chair

Kathrin.dodds@ttu.edu

http://www.swtxpca.org

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Art et réseaux sociaux

Les revues REDES et Sociologie de l’art s’associent pour lancer un appel à communication intitulé : « Art et réseaux sociaux ». Cette proposition nous invite donc à considérer le « terrain des activités artistiques » (sans plus de précision, la bande dessinée n’étant pas citée) au regard de dispositifs de communication présentés comme des vecteurs de « notoriétés » ou des instruments de diffusion et de connaissance d’une œuvre. Semblable problème peut intéresser le neuvième art à plus d’un titre et les pratiques culturelles ayant trait au manga pourraient sans doute être analysées de façon fructueuse. Au sein de Génération Otaku. Les enfants de la postmodernité, Hiroki Azuma décrit ainsi une population entretenant avec la bande dessinée un rapport quelque peu paradoxal puisqu’à la fois extrêmement intime et systématiquement partagé. Si vous retenez cette piste, il s’agira de la creuser avant le 31 décembre prochain.

Arts et réseaux sociaux

numéro thématique conjoint , REDES et Sociologie de l’Art-Opus

Résumé

Cet appel à contributions est le fruit de la coopération entre les revues REDES et Sociologie de l’Art et il fera l’objet d’une publication conjointe. Il s’agit d’encourager les travaux au croisement de la sociologie de l’art et de la sociologie des réseaux, et, plus précisément, de mettre à l’épreuve les apports de la sociologie des réseaux sur le terrain si particulier des arts et des activités qui lui sont liées.

Annonce
Cet appel à contributions est le fruit de la coopération entre les revues REDES et Sociologie de l’Art. Le numéro qui en résultera fera l’objet d’une publication conjointe.

REDES, Revista Hispana para el Análisis de Redes Sociales, est l’une des quatre revues internationales spécialisées dans les analyses des réseaux sociaux.
REDES est une revue électronique avec comité de lecture. Ses contenus éditoriaux combinent la sélection de recherches empiriques originales, la diffusion de traductions de textes non disponibles en espagnol, qu’il s’agisse de travaux classiques ou d’un impact significatif dans le domaine des analyses de réseaux, et la publication des premiers résultats de recherche de jeunes chercheurs.
Ses langues officielles sont l’espagnol et le portugais mais elle publie aussi les textes reçus en anglais ou en français si leurs auteurs le souhaitent.
Depuis sa création, en 2002, Redes a publié plus de 150 articles dans 17 numéros. La revue compte 1400 abonnés et elle reçoit plus de 800 visites quotidiennes.
http://revista-redes.rediris.es

La revue Sociologie de l’Art est née en 1992 et totalise 27 numéros. Devenue OPUS-Sociologie de l’Art, elle est depuis 2002 publiée par le GDR CNRS OpuS. Revue de référence dans ce domaine, OPUS- Sociologie de l’Art a pour objectifs de promouvoir la sociologie de l’art dans un esprit d’ouverture à toutes les disciplines qui partagent son souci d’interroger la pratique artistique dans sa spécificité comme dans ses rapports avec les structures sociales qui lui donnent sens ; d’offrir aux chercheurs intéressés par ces questions la possibilité de confronter leurs résultats et d’approfondir les questions théoriques, méthodologiques et techniques propres à la sociologie de l’art ; de renforcer le dialogue et de favoriser la communication scientifique dans ce domaine au niveau international.
http://sociologieart.free.fr/

Appel à contribution

Les milieux artistiques autant que les sociologues travaillant sur ces domaines connaissent l’importance des réseaux en matière d’art, qu’il s’agisse de la production/création, de sa diffusion, voire de sa consommation/réception. Pourtant, en sociologie de l’art, l’influence des réseaux sociaux n’a jusqu’à présent fait l’objet que d’une attention marginale et, si la célèbre définition beckerienne de “monde de l’art”  accorde une place centrale à cette notion, celle-ci reste métaphorique et n’a pas donné lieu à des travaux empiriques explorant spécifiquement les réseaux interpersonnels.

De son côté la sociologie des réseaux a largement balayé les domaines ayant trait aux sociabilités, aux marchés, à l’accès aux ressources, aux inégalités relationnelles, à la diffusion des innovations… mais elle s’est peu penchée sur le terrain des activités artistiques. Et cela, alors même que Harrison White, un des sociologues les plus influents aux Etats Unis et un important théoricien des réseaux sociaux, s’est intéressé très tôt au domaine des activités artistiques avec un ouvrage devenu un classique des recherches empiriques en sociologie de l’art

C’est dans le souci de féconder ce croisement entre sociologie de l’art et sociologie des réseaux et de mettre à l’épreuve les acquis de la sociologie des réseaux sur le terrain si particulier des arts et des activités qui lui sont liées que ce numéro est envisagé. A ce titre, les travaux mobilisant les outils spécifiques de la sociologie des réseaux – dans ses aspects théoriques et conceptuels , méthodologiques et dans ses déclinaisons empiriques – seront particulièrement bienvenus.

Dans l’optique d’une sociologie des réseaux appliquée au terrain des activités artistiques, les propositions pourraient porter sur une mise en perspective des formes et structures des réseaux sociaux avec les formes de notoriété, les trajectoires d’artistes ou de manifestations culturelles. Des approches moins structurales pourraient se demander comment les connaissances interpersonnelles interviennent dans le processus de création, dans la diffusion et la reconnaissance d’une œuvre, d’un mouvement ou d’un artiste, dans l’émergence d’une activité artistique sur un territoire. Des questions sur le rôle des réseaux interpersonnels sur le marché de l’art, sur l’immigration des artistes et plus largement de certains participants au monde de l’art seraient une autre piste possible.

Dans l’optique d’une sociologie des oeuvres, les propositions d’articles pourraient s’attacher aux problématiques artistiques suscitées par l’analyse des réseaux : de quelles façons les représentations/productions artistiques qui incluent la problématique des réseaux sociaux ? Que retiennent les artistes de cette connaissance expérientielle et éventuellement des travaux scientifiques sur la question ? Comment l’intègrent-ils dans le processus de création et dans la forme que prend l’oeuvre ? De quelles façons ces propositions artistiques contribuent elles en retour à renouveller les travaux des sociologues sur le sujet ?

Les deux axes présentés ci-dessus suggèrent des pistes mais n’épuisent pas les questionnements possibles et toutes les intentions d’articles seront examinées avec intérêt.

Envoi des manuscrits

Le calendrier proposé est le suivant:

  • Envoi des résumés et propositions de contribution (env. 2500 signes) avant : le 31 Décembre 2010
  • Envoi des textes définitifs avant : 30 Avril 2011
  • Publication fin 2011 – début 2012.

Les articles doivent être envoyés en  format document word (doc) ou rtf, Verdana, corps 10, interligne 1,5.
Doivent être indiqués : le titre de l’article, le ou les noms complets de-des auteur-s, ainsi que leur institution de rattachement
L’article doit être précédé d’un résumé de 200 mots maximum, en français et en anglais, ainsi que de 3 ou 4 mots clefs en français et en anglais
Les notes seront en bas de page

LE FORMAT DU DOCUMENT EST DISPONIBLE A L’ADRESSE  SUIVANTE :
http://revista-redes.rediris.es/Plantilla.dot

MERCI DE SOUMETTRE LES ARTICLES DIRECTEMENT SUR LE WEB :
http://antropologia.uab.es/ojs-2.2/index.php/redes/user

Coordination du numéro

Martine AZAM, LISST-CERS, Université Toulouse 2
e-mail : martine.azam@univ-tlse2.fr

Comité scientifique

  • Martine Azam
  • Ainhoa de Federico
  • Florent Gaudez

Contacts Revues

REDES, contact :  ainhoa.defederico@univ-tlse2.fr
Sociologie de l’Art-Opus, contact : sylvia.girel@wanadoo.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les jeunes et les phénomènes sériels

La revue Jeunes et Médias lance un appel à articles intitulé : « Les jeunes et les phénomènes sériels ». Celui-ci propose de s’interroger sur les tenants et aboutissants de la « consommation importante de biens culturels produits en série » parmi lesquels la bande dessinée est nommément citée. Six approches (se focalisant sur les publics, les modes de production, les dispositifs esthétiques…) sont proposées et il est question de s’approprier ou de compléter (la dimension « transmédiatique » est ainsi totalement absente) cette liste avant le 8 décembre prochain.

Appel à articles : les jeunes et les phénomènes sériels

La revue semestrielle en sciences de l’information et de la communication Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias, propose une réflexion concernant les pratiques médiatiques des jeunes et leurs modes d’expression et d’appropriation. Dans ce cadre, le dossier thématique du premier numéro portait sur les objets culturels méprisés.

Le dossier thématique du numéro 2 de la revue Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias s’intéresse aux phénomènes sériels.

Les moins de vingt-cinq ans ont en effet une consommation importante de biens culturels produits en série. Pour exemple, la diversité et la pluralité de sites dédiés aux jeunes et aux séries télévisées attestent de l’intérêt qu’ils leur portent. Le streaming, la VOD ont changé aussi la manière de consommer celles-ci. Le succès éditorial de certaines séries – Twilight, Tara Duncan, mais aussi les bandes dessinées et les mangas – parfois adaptées au cinéma avec le même bonheur contribuent à alimenter la réflexion concernant les spécificités de la sérialité destinée aux plus jeunes.

A cette fin, plusieurs axes ont été retenus et pourront être abordés dans une approche pluridisciplinaire :

–          Définition, contours et limites du genre sériel (brièveté, temporalité, récurrence…);

–          Evolution des techniques et des conditions de production des formes de la sérialité contemporaine ;

–          Les jeunes, public spécifique ou privilégié ? (études en réception, approches qualitatives ou quantitatives) ;

–          Les figures tutélaires ou la question des héros récurrents.

–          L’univers sériel et le désir du collectionneur ;

–          Les stratégies marketing des produits sériels.

Les propositions d’articles (1500 signes) sont à adresser avant le 8 décembre 2010 à lcorroy@voila.fr et à mclipani@wanadoo.fr

Les auteurs seront avertis par email le 15 décembre que leur proposition est retenue. Les articles (entre 22000 et 25 000 signes, espaces et bibliographie compris) seront à envoyer pour le 30 janvier au plus tard.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Peter Pan a 100 ans

Et pour l’occasion, la revue en ligne Belphégor se propose de consacrer un dossier à l’oeuvre de James Matthew Barrie et à ses diverses versions, interprétations, échos et influences dans différents médias, dont bien sûr la bande dessinée, que l’on songe, évidemment, à Régis Loisel, ou à Cosey. Ci-dessous l’appel à communications :

Peter Pan a 100 ans

2011 marquera le centenaire de la publication du roman de James Matthew Barrie, Peter and Wendy, aujourd’hui mieux connu sous le titre Peter Pan. Dernière étape de la naissance du célèbre personnage après son apparition en 1902 dans le roman The Little White Bird, puis la création en 1904 de la pièce de théâtre Peter Pan or The Boy Who Wouldn’t Grow Up, qui connaîtra un succès durable et international. Par la suite, en 1906, Barrie extrait six chapitres de The Little White Bird afin de composer le conte Peter Pan in Kensington Gardens, illustré par Arthur Rackham, et, enfin, en 1911, il publie le roman Peter and Wendy qui est, avec Alice in Wonderland de Lewis Carroll et The Wind in the Willows de Kenneth Grahame, un classique de la littérature enfantine.

Mais le roman de Barrie constitue également la dernière étape d’un processus qui a fait de Peter Pan un véritable mythe littéraire. Depuis l’oeuvre originale, la figure n’a cessé de hanter la littérature, la bande dessinée (notamment avec la série de Régis Loisel), le cinéma (autant avec le dessin animé de Walt Disney qu’avec le film de Steven Spielberg, Hook, ou encore le Neverland de P.J. Hogan).

A l’occasion de ce centenaire, la revue Belphégor, Littérature populaire et culture médiatique souhaite consacrer un dossier à Peter Pan qui prendra la forme d’un état des lieux de l’oeuvre de Barrie, personnage et mythe. On pourra donc proposer des contributions aux angles d’attaque divers : incidence de la biographie, histoire de la création du personnage, évolution de la figure mythique, poétique de l’oeuvre, influence dans le domaine artistique et cinématographique, fortune théâtrale et expériences de mise en scène, situation dans l’imaginaire enfantion, etc.

Afin d’illustrer ce dossier et donner ainsi un aperçu de la richesse visuelle générée par le personnage et l’univers de Peter Pan, les plasticiens peuvent envoyer leurs contributions. Leurs travaux doivent être libres de droits et d’une résolution minimale de 200 dpi.

Les contributions devront être remises au plus tard le 30 janvier 2011 et être adressées à Franck Thibault (franck-thibault@orange.fr).

http://etc.dal.ca/belphego.html

Contre-cultures

L’université de Nancy lance pour les années 2010-2013 un séminaire interdisciplinaire sur les contre-cultures, son histoire, ses acteurs, ses vecteurs, ses manifestations. Largement gagnée aujourd’hui par un processus d’embourgeoisement, comme le montrent les enquêtes sur les Pratiques culturelles des Français, la bande dessinée a longtemps appartenu à ces contre-cultures. Des publications Offenstadt que dévorait avec délices le jeune Jean-Paul Sartre, provoquant le désespoir de son grand-père agrégé d’allemand, au positionnement ambigu de Métal hurlant, à mi-chemin de la contre-culture et de l’élitisme, en passant par le rejet des petits formats dès l’après-guerre, les pistes sont nombreuses pour appréhender la place singulière qu’occupe la bande dessinée dans les contre-cultures au XXe siècle. Ci-dessous l’appel à communications :

Tout en appartenant au champ des cultures contestataires la contre-culture cherche à s’inscrire dans la vie quotidienne, à promouvoir un « vivre ensemble » alternatif. Elle renvoie au couple norme/transgression et à une dimension éminemment politique. Si ce terme n’apparaît qu’en 1972 dans les dictionnaires français il est toutefois possible d’en retrouver les prémices dès les débuts du 20ème siècle avec le refus cher à Dada. Le terme même de « contre-culture » pose problème car, au sens propre, il ne serait que l’envers d’une culture jugée comme dominante. De plus l’utilisation du singulier reviendrait à revendiquer une unicité qui doit être discutée. Ainsi le concept de contre-culture, banalisé, s’avère paradoxalement flou car employé trop souvent comme synonyme de termes aux contenus différents : culture underground, culture parallèle, culture alternative, subculture, bohème, avant-garde, etc. Il convient donc de s’interroger sur son sens, son histoire, ses acteurs, ses vecteurs et ses manifestations.

Une tentative de définition préalable peut-être proposée : Ensemble flou, non structuré, la mouvance contre-culturelle revendique une part d’utopie et rassemble des individus rejetant tant la culture établie que toute idéologie. Elle refuse les valeurs et les normes de la société dans laquelle elle se meut au nom d’autres valeurs en prônant par l’exemple une manière de vivre et de concevoir sa vie en harmonie avec ses envies et son environnement. Surtout elle revendique son positionnement en marge, symboliquement et/ou physiquement de la société.

Ce séminaire interdisciplinaire est consacré à l’approche esthétique et politique des phénomènes contre-culturels au 20ème siècle. Il s’adresse plus particulièrement aux enseignants-chercheurs et aux doctorants en lettres et sciences humaines et se déroulera sur trois années à l’Université Nancy 2 à raison de huit séances par an. Nous vous invitons donc à nous faire parvenir des propositions de communication en vous appuyant sur ces pistes de réflexions :

Temporalité :
Historiographie des contre-cultures – La contre-culture avant 1945 – Contre-culture et Beat Generation – Contre-culture et société de consommation – les années 1968 – Contre-culture et post-modernisme – Contre-culture et altermondialisme

Espace :
Géographie de la contre-culture (Tanger, Paris, Londres, Goa, Katmandou, Berlin, etc.) – Villes et campagnes – La pratique de la route – Contre-culture et transferts culturels – Contre-culture et spécificités nationales – Contre-culture et régimes autocratiques/démocratiques.

Style :
Littérature et contre-culture – Avant-garde et contre-culture – Arts (cinéma, peinture, bande dessinée, architecture, musique) et contre-culture – Attitude et mode

Thèmes transversaux :
Utopie et contre-culture – Politique et contre-culture – Jeunesse et contre-culture – Sexualités – Genres – Violence – provocation et transgression – Acteurs et vecteurs – Sociabilités – Récupération

Les propositions de communication sous forme de résumé de 300 mots maximum (format MS Word) doivent être adressées par courriel aux membres du comité scientifique avant le 1er janvier 2011 aux adresses suivantes : Matthieu Rémy (CELJM), matt.remy@free.fr ; Michaël Rolland (CERCLE), michaelrolland1@yahoo.fr ; Jeremy Tranmer (IDEA), Jeremy.Tranmer@univ-nancy2.fr

Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique lance un appel à contribution sur le thème « Fictions politiques ». Les coordinateurs du dossier, Marlène Coulomb-Gully (Université Toulouse 2, LERASS) et Jean-Pierre Esquénazi (Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge), souhaitent que les contributions s’attachent à la façon dont les fictions reflètent « la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » et/ou, plus spécifiquement, représentent les professionnels de la politique ou leur activité. Les analyses attendues peuvent s’attacher aussi bien au texte de la fiction, qu’à ses conditions de production et de réception, et ce, prioritairement à partir de l’analyse de productions contemporaines, françaises ou étrangères. Au côté du cinéma, de la littérature et de la télévision, la bande dessinée est explicitement mentionnée par l’appel.

Les exemples cités (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…) sont des bandes dessinées se référant directement à des personnalités, voire des situations, réelles. Comme l’appel y invite en citant des séries télévisées comme 24h Chrono, il est cependant sans doute possible d’élargir la perspective à des productions abordant la politique, ses débats et ses acteurs de manière moins directement ancrée dans la réalité politique contemporaine. Les transpositions dans des univers fantastiques ou de science fiction peuvent ici constituer des pistes intéressantes (que l’on pense par exemple à la présentation, politiquement ambivalente, des débats sur les armes de destruction massive, le terrorisme et les libertés individuelles par le crossover Civil War, regroupant les super-héros Marvel et publié en 2006-2007).

Les réponses à l’appel doivent prendre la forme d’un avant-projet (3000 signes maximum), soumis avant le 1er avril ; les contributions définitives devant être proposées avant le 1er juillet 2011.

Mots. Les langages du politique
Appel à contributions pour un dossier publiable en juillet 2012
Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique entend publier en juillet 2012 un dossier rassemblant des travaux portant sur le thème suivant : « Fictions politiques ».

Problématique

S’éloignant des rivages de l’information qui a longtemps constitué le prisme d’étude dominant du politique – en tout cas dans sa version médiatique et communicationnelle –, ce dossier de Mots. Les langages du politique s’intéressera aux « fictions politiques ».
Le thème apparaît immédiatement paradoxal : le domaine du politique est évidemment ancré dans la plus concrète des réalités alors que toute fiction (re)présente des mondes qui par définition n’existent pas. Le paradoxe n’est malheureusement (ou peut-être heureusement ?) pas surmonté par le constat sans cesse renouvelé des qualités « politiques » attribuées par tel ou tel critique à telle ou telle fiction. Tout auteur, romancier, cinéaste qui a en ce domaine des ambitions, doit évidemment l’affronter ; et tout chercheur qui examine une production fictionnelle ne peut guère faire autrement qu’exposer comment il comprend politiquement cette fiction.
L’hypothèse qui est la nôtre est la suivante : loin que l’information constitue la seule modalité de construction et d’appréhension du politique, on peut considérer que les débats qui agitent l’espace public, les conflits de définition qui s’y déploient, trouvent dans les oeuvres de fiction une autre forme de traduction. Ces formes d’expression fictionnelles – cinématographiques, télévisuelles ou autres – ne s’opposent à l’information que par l’absence de revendication d’un « dire vrai », mais n’en sont pas moins « une forme particulière d’écho de la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » (Macé, in Macé et Maigret dir., Penser les médiacultures, Paris, INA-A.Colin, 2005, p.55). Le processus par lequel la fiction, tout en demeurant fiction, parvient à jouer ce rôle doit évidemment être élucidé. C’est la demande que nous adressons aux auteurs qui voudront bien participer à ce projet : comment penser ces formes fictionnelles d’expression du politique, que la dimension politique soit volontaire ou non, « politique » étant entendu à la fois dans le sens large défini ci-dessus et dans le sens plus restreint de « représentation des professionnels de la politique ou de leur activité » ?
Dans une telle perspective, le texte de la fiction ne saurait être détaché de ses conditions de production et de réception, qui constitueront des axes d’analyse privilégiés. De la même façon, nous donnerons la priorité à l’analyse de productions contemporaines. A titre d’exemple, le renouveau français des séries télévisées politiques conduit par Canal Plus et dans une moindre mesure par France Télévision fournit un corpus intéressant : on pense à L’Ecole du pouvoir, sur la promotion Voltaire de l’ENA, diffusé en 2009 sur Canal Plus et rediffusé sur Arte en 2010, ou à des téléfilms comme Un homme d’honneur, sur le suicide de Pierre Bérégovoy, diffusé en 2009 sur France 2, mais aussi à Engrenages (Canal Plus), série française aussi diffusée en Grande Bretagne, etc.
La BD constitue aussi un champ d’analyse à explorer (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…), de même que l’on pourra s’interroger sur une forme comme celle du feuilleton politique diffusé dans Le Monde cet été, avant de paraître sous forme de livre, Chirac, le roman d’un procès, défini sur le site du quotidien comme un récit où « tout est faux mais tout est vrai », assertion qui nous plonge au coeur de la vérité fictionnelle.
L’analyse de productions étrangères est souhaitée : ainsi de The West Wing – fiction anti Bush – ou de 24, pour ne parler que de fictions américaines. Leur circulation intermédiatique (on pense au Roman de 24 h chrono, adaptation de la série télévisée, avec les questions génériques que cela pose) et internationale, sur des réseaux et des chaînes aux lignes éditoriales très diverses (24, apparue sur Fox TV en 2001, été diffusée sur Canal Plus en 2002 sous le titre 24 h chrono, certaines saisons l’ayant aussi été sur TF1, etc.) pourront faire l’objet d’interrogations particulières.
Le cinéma français (Le promeneur du Champ de Mars, Parlez-moi de la pluie, La fleur du mal) comme d’autres cinématographies, peuvent être prises en compte : ainsi du cinéma israëlien (Lebanon, Valse avec Bachir, La visite de la fanfare, Ajami…), palestinien (Les citronniers, Le mariage de Rana…) ou des productions regroupées autour du terme générique de « Bollywood », politiquement intéressantes aussi bien dans le phénomène de mondialisation qu’elles manifestent que dans les scénarios eux-mêmes.
Des travaux sur la question générique seront bienvenus – on pense notamment à la docufiction politique (Le Grand Charles, par exemple, diffusé en 2006 sur France 2) – et aux questions posées par ce genre mixte, mais aussi aux fictions dites « populaires » : ainsi des séries télévisées comme Plus belle la vie diffusée sur France 3, qui en est à sa 6ème saison, ou le cinéma bollywoodien déjà évoqué.

Modalités de soumission
Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 40 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 15 000 signes tout compris). Les auteurs pourront soumettre aux deux coordinateurs, avant le 1er avril 2011, un avant-projet (3000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux deux coordinateurs avant le 1er juillet 2011. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, qui sélectionneront celles qui seront soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs en décembre 2011, après délibération du Comité éditorial. Les références bibliographiques devront figurer en fin d’article et être mentionnées dans le corps du texte sous la forme : (Machin, 1983). L’usage des caractères italiques sera réservé aux mots et expressions cités en tant que tels, et les guillemets aux énoncés dûment attribués à un auteur, ou à la glose d’un syntagme. Un résumé de cinq lignes et cinq mots-clés seront joints à l’article.

Coordination du dossier
Marlène Coulomb-Gully
Université Toulouse 2, LERASS, Sciences de l’Information et de la Communication
marlene.coulomb@univ-tlse2.fr
Jean-Pierre Esquénazi
Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge, Sciences de l’Information et de la Communication
jpierre.esquenazi@wanadoo.fr

Jean-Matthieu Méon

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université Paul Verlaine de Metz

More Posts

La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

La Revue des Sciences de l’éducation lance un appel à communication intitulé : « La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage ». Cette proposition nous invite à réfléchir sur les possibles vertus pédagogiques d’une certaine littérature : « à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages? » Ce faisant, elle intéresse la bande dessinée et s’inscrit dans des préoccupations que nous avons déjà relayées dans de précédents billets, mais il nous faut faire remarquer que l’un des axes indiqués dans l’appel à communication nous semble rencontrer quelques échos dans l’actuelle production de bande dessinée. Souhaiter interroger « l’état des connaissances […] au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture » pourrait en effet nous inviter à considérer le cas d’adaptations d’œuvres « classiques » comme dans le cas de la collection Ex Libris des éditions Delcourt qui est évoquée par nos soins sur un autre site. Ces livres, assortis de livrets pédagogiques invitant l’élève à s’interroger sur l’œuvre originale passée au prisme du langage de la bande dessinée, posent en effet directement un problème qu’il s’agira de formuler, si vous retenez cette piste, avant le 31 mai prochain.

La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

Date limite : 31 mai 2011


L’équipe de la rédaction de la Revue des sciences de l’éducation lance un appel de proposition d’articles pour un numéro thématique intitulé : La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage (corédactrices invitées : Monique Noël-Gaudreault et Claire Le Brun).

Madame Monique Noël-Gaudreault, professeure à l’Université de Montréal, et madame Claire Le Brun, professeure à l’Université Concordia, agiront à titre de corédactrices invitées d’un numéro thématique. Dans ce contexte, la Revue des sciences de l’éducation lance une invitation aux auteurs qui désireraient proposer un article en lien avec ce thème. Les articles soumis à la Revue pourront traiter aussi bien des résultats de recherche de nature empirique que de nature théorique. Sous la responsabilité du Rédacteur en chef, leur évaluation sera assujettie au même processus rédactionnel que tout autre article. Toutes les règles et procédures, disponibles sur le site de la Revue et destinées aux auteurs, devront être respectées. Les propositions d’articles seront transmises par courriel au secrétariat de la Revue avant le 31 mai 2011.

Descriptif du numéro thématique

Depuis une quinzaine d’années, la littérature de jeunesse intéresse de plus en plus de chercheurs universitaires. Le rôle de cette littérature à part entière est jugé essentiel, non seulement d’un point de vue affectif, mais aussi cognitif, dans la mesure où, face aux manuels, la littérature de jeunesse peut avoir une influence positive sur la réussite scolaire de l’enfant. Bien que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ait confirmé, dans son plus récent programme de formation, la mission des enseignants comme passeurs culturels, ces derniers se sentent un peu démunis. Ils se questionnent à propos du choix de l’oeuvre en fonction du jeune lecteur, de leur rôle de passeurs et des modalités du passage.

En effet, bien que le corpus des oeuvres soit relativement jeune, il comprend déjà des classiques incontournables; mais comment s’y retrouver dans une production éditoriale pléthorique? Reflet de la société postmoderne, à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages?

Les responsables de ce numéro de la Revue souhaitent diffuser des études portant sur un ou plusieurs des thèmes suivants :

1. l’état des connaissances : 1) au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture; 2) au sujet des rôles respectifs des éditeurs, des auteurs, des illustrateurs, des parents, des bibliothécaires, des didacticiens et des enseignants comme passeurs de culture, et de quelle(s) culture(s); 3) au sujet des oeuvres qui reflètent les grands défis contemporains;

2. les stratégies didactiques efficaces pour transmettre le goût de lire, et donner à l’élève les moyens de rendre compte de sa compréhension, de son interprétation, de ses réactions et de son appréciation des oeuvres lues : cercle de lecture, journal dialogué, marathon de lecture, animation en lecture, lecture à voix haute, dictée à l’adulte, etc.;

3. la nature et l’impact des interventions menées en classe à partir de la littérature de jeunesse.

Gilles Raîche, rédacteur en chef

Adresse : C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3J7Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les récits transfictionnels

L’équipe « Littérature et arts » du Centre Interdisciplinaire Récits, Cultures, Psychanalyse, Langues et Sociétés (CIRCPLES) de l’université de Nice Sophia-Antipolis lance un appel à contribution à un séminaire intitulé : « Les récits transfictionnels ». Entendant s’intéresser à « une nébuleuse d’ouvrages fictionnels qui transgressent délibérément les formes narratives couramment utilisées depuis l’avènement du roman “classique” au 18ème-19ème siècle », cet axe de travail intéresse au premier chef la bande dessinée et s’inscrit dans la lignée de plusieurs de nos billets. Force est de constater que les outils manquent pour traiter d’un objet scientifique pourtant fort prometteur et nous ne pouvons sur ce point que recommander la lecture des ouvrages La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation (dirigé par Thierry Groensteen, édité par le Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image) et Convergence culture (Henry Jenkins, New York University Press). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 décembre 2010.

SÉMINAIRE « LES RÉCITS TRANSFICTIONNELS »
(Responsable : Ilias Yocaris)
APPEL À CONTRIBUTIONS

Forgé par Francis Berthelot (2005), le concept de « transfiction » ouvre des perspectives théoriques nouvelles, dans la mesure où il permet de mener une réflexion approfondie sur toute une nébuleuse d’ouvrages fictionnels qui transgressent délibérément les formes narratives couramment utilisées depuis l’avènement du roman « classique » au 18ème-19ème siècle et/ou les postulats ontologiques dont ces formes sont l’expression quintessenciée. Comment appréhender une telle démarche scripturale ? Les transgressions qui se font jour dans les récits transfictionnels portent à la fois sur « l’ordre du monde » (création d’univers fictionnels possédant des lois de fonctionnement sui generis) et « l’ordre du récit » (mise en place de dispositifs narratifs impossibles à unifier sur le plan générique, narratologique, énonciatif et/ou syntaxique). Seront ainsi considérés comme des « transfictions » les textes qui donnent à voir des univers narratifs intrinsèquement contradictoires (Continuidad de los parques de Julio Cortázar, Projet pour une révolution à New York et Topologie d’une cité fantôme d’Alain Robbe-Grillet), qui présentent des variantes de notre univers « actuel » de référence (98.6 de Ronald Sukenick, Infernal devices de Kurt W. Jeter, The Plot against America ica de Philip Roth), qui décrivent des « objets » non susceptibles d’être pensés comme des substances unitaires (V. et Against the day de Thomas Pynchon, La Bataille de Pharsale de Claude Simon), qui fonctionnent comme des combinatoires (Rayuela et 62/Modelo para armar de Julio Cortázar), qui reposent sur une série de métalepses narratives (Slaughterhouse-Five de Kurt Vonnegut, Se una notte d’inverno un viaggiatore d’Italo Calvino, Foe de John Maxwell Coetzee), qui tendent à estomper les limites entre discours théorique et discours fictionnel (The French lieutenant’s woman de John Fowles, Amalgamemnon de Christine Brooke-Rose) et/ou qui transgressent ostensiblement certaines normes grammaticales et syntaxiques (Degrés de Michel Butor, La Route des Flandresde Claude Simon, The Ticket that exploded de William S. Burroughs).
Nous aimerions apporter sur les invariants processuels et structuraux qui se dégagent ainsi un éclairage nouveau, en adoptant un angle d’approche théorique résolument pluridisciplinaire. À titre purement indicatif, les récits transfictionnels peuvent être décrits d’un point de vue

• générique (intrication de structures discursives et de champs disciplinaires hétérogènes, brouillage des distinctions génériques traditionnelles et création de nouveaux genres comme l’uchronie, le shuffle novel, la « métafiction historiographique » etc.)
• stylistique [dialectique de la norme et de l’écart, émergence de stylèmes spécifiques à l’écriture transfictionnelle, effets de « débordement » structural (frame transgression), hybridation des structures énonciatives et syntaxiques]
• narratologique (imbrication de points de vue mutuellement incompatibles, transgression des catégories narratologiques liées au temps, au mode et à la voix, mise en oeuvre d’une approche narratologique « contextualiste »)
• (trans)sémiotique (brouillage des limites entre littérature et « arts visuels », étude des stylèmes qui caractérisent les transfictions filmiques)
• philosophique et épistémologique (création de « mondes possibles » transgressant les catégories kantiennes de la connaissance, émergence concomitante d’un paradigme cognitif nouveau)
• historique (évolution diachronique du genre transfictionnel, retour sur ses origines, étude des transfictions antérieures au 20ème siècle)
• etc.

Les projets de communication doivent être soumis à Ilias Yocaris (y.ilias@wanadoo.fr) au plus tard le 31 décembre 2010. Ils seront évalués en fonction de trois critères : (a) l’apport de l’étude sur le plan théorique ; (b) la maîtrise du (méta)discours critique portant sur les récits transfictionnels ; (c) la qualité des analyses textuelles proposées. Les frais de déplacement et de séjour des intervenants seront intégralement pris en charge par les organisateurs du séminaire. Ce dernier aura lieu mercredi après-midi (18h-20h) : il s’étalera sur deux ans (février-avril 2011, février-avril 2012) et sera clôturé par un colloque consacré au même sujet. Les exposés retenus pourront être présentés en français ou en anglais, et seront publiés dans la revue Cahiers de narratologie.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Jean-Michel Adam (1997) : Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».
Sture Allén éd. (1989) : Possible worlds in humanities, arts and sciences. Proceedings of Nobel Symposium 65, Berlin/New York, de Gruyter, coll. « Research in text theory ».
Francis Berthelot (2005) : Bibliothèque de l’Entre-Mondes. Guide de lecture, les transfictions, Paris, Gallimard, coll. « Folio / SF ».
Seymour Chatman (1990) : « What can we learn from contextualist narratology ?  », Poetics today, 11, 2, pp. 309-328.
Lubomír Doležel (1998) : Heterocosmica. Fiction and possible worlds, Londres, Johns Hopkins University Press.
Gérard Genette (1972) : Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
– (2004) : Métalepse. De la figure à la fiction, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
Linda Hutcheon (1988) : A Poetics of postmodernism, New York/Londres, Routledge.
Thomas S. Kuhn (1962) : The Structure of scientific revolutions, Chicago, The University of Chicago Press.
Iouri Lotman (1973) : La Structure du texte artistique, trad. du russe par Anne Fournier, Bernard Kreise, Ève Malleret et Joëlle Yong, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Bibliothèque des sciences humaines ».
Brian McHale (1987) : Postmodernist fiction, New York/Londres, Methuen.
Georges Molinié (1989) : La Stylistique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».
Thomas Pavel (1988) : Univers de la fiction, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
– (2003) : La Pensée du roman, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais ».
John Pier et Jean-Marie Schaeffer éds (2005) : Métalepses : entorses au pacte de la représentation, Paris, éditions de l’EHESS, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales ».
Alain Rabatel (1998) : La Construction textuelle du point de vue. Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».
– (2008) : Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, Limoges, Lambert-Lucas.
Jean Ricardou (1978) : « Le dispositif osiriaque », in Nouveaux problèmes du roman, Paris, Seuil, coll. « Poétique », pp. 179-243.
– 1990 [11973]) : Le Nouveau Roman, Paris, Seuil, coll. « Points ».
Michael Riffaterre (1971) : Essais de stylistique structurale, trad. de l’américain par Daniel Delas, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibiliothèque Scientifique ».
Alain Robbe-Grillet (1961) : Pour un Nouveau Roman, Paris, Minuit, coll. « Critique ».
Ruth Ronen (1994) : Possible Worlds in Literary Theory, Cambridge, Cambridge University Press.
Richard Saint-Gelais (2000) : « La fiction à travers l’intertexte : pour une théorie de la transfictionnalité », http://www.fabula.org/forum/colloque99/224.php.
Ilias Yocaris (2006a) : « La discohérence dans Triptyque et Leçon de choses », in Cohérence et discours, Frédéric Calas éd., Paris, PUPS, pp. 399-408.
− (2006b) : « Une poétique de l’indétermination : style et syntaxe dans La Route des Flandres », Poétique, 146, pp. 217-235.

Responsable : Ilias Yocaris

Adresse : Laboratoire CIRCPLES / EA 3159 Université de Nice Sophia-Antipolis UFR LASH98 boulevard Edouard Herriot BP 320906204 Nice cedex 3

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts