Sequential Art, Graphic Novels and comics in Education

Carry Sama et Rob Weiner, de l’université Texas Tech (USA), publient un appel à communication intitulé : « Sequential Art-Graphic Novels & comics in Education » Celui-ci nous propose donc d’interroger l’usage et le potentiel pédagogique de la bande dessinée, question qui fit par le passé l’objet d’analyses qu’il serait fort intéressant de poursuivre et éventuellement de renouveler. Citons par exemple des articles de Serge Tisseron (« La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? »)  et Anne Verger (« L’artiste saisi par l’école ») ainsi que le fort original travail de Dany Laveault et Richard Joly (« La bande dessinée et l’apprentissage de la mathématique au secondaire dans un enseignement par fiche ») disponible sur le portail de revues Erudit. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est le 15 janvier 2011.

Sequential Art, Graphic Novels, and Comics in Education

Edited by Robert G. Weiner and Carrye Syma Texas Tech University Library

In recent years the use of graphic novels, comics, and sequential art in education has exploded. This is due not only to the boom in superhero movies that are based on comic book characters, but also to the wide literary range that graphic novels now have. There are now literally hundreds of college and university courses all over the world that are using graphic novels in their curriculum. The days when comics were just seen as children’s trash, with no redeeming literary or educational value, are hopefully behind us. Contrary to the idea that comics “dumb” down material, it takes both sides of the brain to read and interpret sequential art stories: the right side to interpret the pictures and the left side to understand the narrative text. Our goal with this collection is to provide the educator and scholar with a collection of essays that show how graphic novels and comics are being used in the classroom today, as well as some historical pieces that detail how the educational fields often have and have had a “rocky” relationship with the use of comics in educational settings. We want both theoretical and practical essays showing how sequential art can be and is being used to teach and illustrate concepts and ideas. We are especially keen on pieces related to higher education, military and government uses of comics to educate, but all aspects of comics and education are under consideration. In addition, we would like to have educators from a wide spectrum of the educational fields from K-12, to undergraduate and graduate educational levels. Those using sequential art in adult education and pre-school are encouraged.
Some possible questions/ideas that could be addressed include: The Military’s use of comics to teach.
Graphic Novels and comics in library science education.
How relationships can be understood through the use of graphic novels in human science education.
Teaching mathematical concepts using graphic narrative.
Grade school use of comics.
Middle school use of comics.
High school use of sequential art (say something like Maus to teach the Holocaust).
Comics and Film to teach about blockbuster cinema.
Philosophical issues raised by graphic novels (The Watchmen in a philosophy class about ethics).
Biological and scientific concepts using graphic novels.
The use of mainstream superhero stories in the classroom.
Superman, Batman, Spider-Man to further understand the concept of the hero Mythology (i.e., Odysseys, Hercules etc.).
Graphic Novels and history, how effective a tool is the graphic novel in teaching a historical concept?
Sequential art in teaching foreign language or English as a second language.
Comics in literacy and adult education programs.
Graduate courses using graphic novels.
The History of sequential art in education.
Please send 200 word abstracts by January 15th 2011 to :

Rob.weiner@ttu.edu

Final papers will be due February 28th 2011. No exceptions. Please note the submission of an essay does NOT necessarily mean publication in the volume. Essays will be going through a rigorous peer review process and we have asked a number of scholars to serve in this capacity. We are striving to put together as an excellent collection with diverse viewpoints covering all aspects of comics and education. Authors are also expected to follow the editor’s style guide and be willing to have their work edited.
Thank you

Carry Syma
Rob Weiner

Texas Tech University Library
Box 40002
Lubbock Texas
79409-0002

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et illustration en Belgique. Etat des lieux et situation socio-économique du secteur

Les conditions socio-économiques du secteur de la bande dessinée sont globalement mal connues. Comme le montrait, déjà, Luc Boltanski, la constitution du champ de la bande dessinée a pour corollaire une relative occultation de l’ancrage de ce secteur dans le marché, et on retrouve d’ailleurs cette réticence à parler « gros sous » jusque dans les colloques scientifiques, où parler contrats ou droits d’auteurs est souvent considéré comme vulgaire…

Pour en savoir plus, la SMartBe (Société Mutuelle pour artistes, constituée en 1998 pour guider les artistes, techniciens et travailleurs intermittents face à la complexité administrative du secteur artistique en Belgique), a commandé à Pascal Lefèvre et Morgan di Salvia une enquête sur la situation économique des auteurs de bande dessinée et illustrateurs belges, via un questionnaire en ligne de 26 questions. Plus de 600 auteurs ont été sollicités ; 191 francophones et 72 néerlandophones ont répondu. L’ensemble des réponses a permis de construire des variables par sexe, âge, nationalité, types de publications, traductions, relations avec les éditeurs, revenus…

Les résultats de cette enquête seront présentés le 19 novembre prochain à Bruxelles, à deux pas de la gare du Midi, dans le cadre d’un colloque, dont voici ci-dessous le programme :

  • 13h-13h15  Accueil
  • 13h15-13h30  Introduction, Marc Moura, Directeur de SMartBe, Association Professionnelle des Métiers de la Création
  • 13h30-14h  La création en bande dessinée dans la Communauté française Wallonie-Bruxelles, Dominique Goblet, auteure, Vice-Présidente de la  Commission d’aide à la bande dessinée
  • 14h-14h30  Bande dessinée et illustration en Belgique. Etat des lieux et situation socio-économique  du secteur, Morgan Di Salvia, historien et Pascal Lefèvre, professeur à Sint-Lukas Brussel et Media en Design Academie Genk
  • 14h30-15h  Les éditeurs de bande dessinée et de littérature pour la jeunesse, Marie Challe, chercheuse au Centre de Recherche et d’Information Socio-Politiques et Anne Dujardin, chercheuse au  Bureau d’études de SMartBe
  • 15h-16h Débat avec la salle suivi d’une pause
  • 16h-16h45  Les activités du Syndicat national des auteurs et des compositeurs (SNAC, Paris) dont un grand nombre d’auteurs belges sont membres, Christian Lerolle, coloriste et membre du Groupe BD du SNAC
  • 16h45-17h30  La fin du papier. Vers les bandes dessinées et les albums illustrés numériques ? Pascal Lefèvre, professeur à Sint-Lukas Brussel et MDA Genk
  • 17h30-18h15  Le livre de jeunesse flamand et francophone sur le marché du livre international : contexte et influences, Marita Vermeulen, auteure du livre « Buiten de lijntjes gekleurd » et éditrice de livres pour enfants aux éditions De Eenhoorn
  • 18h15-19h Buffet.
    L’ensemble bénéficiera d’une traduction simultanée flamand/français.

A partir de 19h, une soirée suivra, avec concerts illustrés et spectacles, le tout avec une exposition et la présence de micro-éditeurs.

On le voit, l’arrivée de la bande dessinée numérique pose de façon inédite la question du revenu des auteurs, dans un secteur déjà fragilisé par la surproduction d’albums et la faiblesse de la presse.

L’adresse exacte : rue Coenraets 82. Information et réservation (obligatoire pour le colloque et le buffet) pour le 15 novembre au plus tard auprès de Quentin de Ghellinck, Bureau d’études SMartBe – deq@smartbe.be – 02/542.19.73

Transatlantica : dossier « Comic Book » (2)

Suite de la recension du dossier que Transatlantica consacre au comic book et plus particulièrement aux enjeux scientifiques et académiques de ce domaine.

Dans son entretien avec Jessica Abel et Matt Madden, Bart Beaty revient sur l’enseignement de la bande dessinée dans les cursus universitaires. Tous trois interviennent dans des formations mais, contrairement à Bart Beaty, Jessica Abel et Matt Madden sont tous deux auteurs, des auteurs reconnus qui plus est, comme l’a entre autres montrée la traduction, parue à L’Association, des 99 Exercices de style de Matt Madden. Dans cet entretien, Bart Beaty revient avec eux à la fois sur les obstacles universitaires (programmes limités en général à un semestre, offre limitée…), les attentes et les surprises des étudiants, les oeuvres à étudier et les exercices à proposer…
Toujours dans une perspective de réflexion sur le discours académique sur la bande dessinée, Craig Fisher propose dans son article « Worlds Without Worlds: Audiences, Jargon and North American Comics Discourse » un retour critique sur l’ouvrage de Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée. Largement accepté comme référence théorique en France, l’ouvrage a été traduit par Bart Beaty et Nick Nguyen, sous le titre The System of Comics (publié en 2007).
Cette version n’a reçu qu’un accueil mitigé outre-Atlantique, et Craig Fisher avance ici plusieurs facteurs explicatifs. Surtout, il prend cet exemple comme point de départ à une intéressante réflexion sur les publics auxquels est destiné le discours académique sur la bande dessinée, et les effets du jargon sur ces publics, dégageant ainsi trois types de discours : « fan appreciation, essayistic criticism and academic criticism ».
L’article de Jan Baetens revient aussi sur la structuration du champ académique de la bande dessinée, avec une perspective comparatiste stimulante. Il voit ainsi dans « l’ouverture du monde universitaire à la vie du marché » et « la non-séparation de la fonction patrimoniale et de la fonction de recherche » les deux principaux facteurs du décalage entre le dynamisme de la recherche aux Etats-Unis et son retard persistant en France, malgré le dynamisme de la création et de l’édition. Il revient également sur les différences fondamentales qui opposent graphic novels et romans graphiques, et l’absence large en France des questions soulevés outre-Atlantique par les cultural studies, dont il relève cependant que les historiens du culturel reprennent des questionnements – on pourrait y ajouter les sociologues également…
Là où sans doute l’article de Jan Baetens est le plus intéressant, c’est dans son analyse du rapport à la temporalité de aprt et d’autre de l’Atlantique. En France, l’approche est essentiellement surplombante, englobante, alors qu’aux Etats-Unis une place bien plus grande est accordée à la question de la sérialité. « C’est parce que le rapport texte/image se pense et s’évalue autrement de part et d’autre que Français et Américains envisagent de manière tout à fait différente la persistance des anciennes formes de la série et du feuilleton à l’intérieur de la bande dessinée contemporaine », avance-t-il notamment.

Charles Hatfield, dans « Indiscipline, or, The Condition of Comics Studies », avance des propositions valorisant le statut interdisciplinaire de la recherche sur la bande dessinée.

Enfin, Jean-Paul Gabilliet, dans un copieux « essai bibliographique », complète et actualise l’essai bibliographique qui clôturait son ouvrage Des Comics et des hommes. Elle en reprend la structure :

  • Fonds documentaires
  • Dictionnaires, annuaires et bases de données
  • Les revues spécialisées
  • Approches théoriques
  • Etudes historiques : cartoons et comic strips
  • Etudes historiques : comic books et graphic novels
  • Etudes thématiques
  • Les créateurs
  • Monographies consacrées à des créateurs
    • Bande dessinée de presse
    • Bande dessinée grand public
    • Bande dessinée d’auteur
  • Lecteurs et fans

en ajoutant une partie « approches théoriques », et en apportant de nouvelles subdivisions. La vitalité du champ est telle que cette réactualisation est une excellente nouvelle pour tous les chercheurs s’intéressant à la bande dessinée américaine, dont ce dossier propose un très complet panorama des Comic Studies.

Pour compléter ce dossier, deux études de cas consacrées l’une à la bande dessinée d’auteur (en l’occurence, Maus), l’autre à la représentation de la France dans les comics de super-héros. Sans oublier la recension, par Jean-Paul Gabilliet, de l‘Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels. Réalisés sous la direction de Keith Booker, professeur à l’université d’Arkansas, ses deux volumes rassemblent sur 763 pages plus de 330 entrées rédigées par quatre-vingts auteurs. Un monstre donc, dont Jean-Paul Gabilliet propose une brève recension critique qui permet de compléter ce bilan de Comic Studies qui, pour être à un état que beaucoup de contributeurs qualifient d’embryonnaire, n’en déborde pas moins d’une étonnante vitalité vu de France…

Transatlantica : dossier « Comic Book »

La revue Transatlantica, hébergée sur le portail Revues.org, vient de sortir son nouveau numéro, qui consacre un volumineux dossier aux « Comic Books », coordonné par Bart Beaty et Jean-Paul Gabilliet.Un dossier volumineux, qui s’attaque autant à un état des lieux du champ, de ses sources et de ses outils, qu’à des études de cas très précises.

Bart Beaty, professeur à l’université de Calgary et spécialiste de Wertham, est également spécialiste des transformations de la bande dessinée européenne, et particulièrement française, sujet qu’il a abordé dans Unpopular culture. Transforming the European Comic Book in the 1990s (University of Toronto Press, 2007). De son côté, Jean-Paul Gabillet, professeur à l’université de Bordeaux-III, est spécialiste des comic books, auxquels il a notamment consacré l’incontournable Des Comics et des hommes : histoire culturelle des comic books aux Etats-Unis (Nantes, Editions du Temps, 2005). Les deux coordonnent un épais dossier fort stimulant, dont voici le sommaire.

Jean-Paul Gabilliet
La bande dessinée, nouveau continent des études américaines ? Avant-propos

Bart Beaty
Introduction

Michael Rhode
The State of Comic Art Bibliography in North America

Ana Merino
Memory in Comics: Testimonial, Autobiographical and Historical Space in MAUS

Nicolas Labarre
“How ‘ya gonna keep’em down at the farm now that they’ve seen Paree?”: France in Super Hero Comics

Bart Beaty
Interview of Jessica Abel and Matt Madden

Craig Fischer
Worlds within Worlds: Audiences, Jargon, and North American Comics Discourse

Jan Baetens
Strip, série, séquence

Charles Hatfield
Indiscipline, or, The Condition of Comics Studies

Jean-Paul Gabilliet
Essai bibliographique

La revue comprend également un compte-rendu de l’Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels (Keith Booker, ed, Greenwood Press, 2010).

Ce numéro propose donc des approches variées, avec un accent particulier mis à baliser le panorama des comic studies. Dès son avant-propos, Jean-Paul Gabilliet pose cette question du territoire des études sur la bande dessinée. Le statut universitaire de la bande dessinée a progressé depuis la première thèse soutenue en 1959 (collection spécialisée aux presses universitaires du Mississippi, revues International Journal of Comic Art et ImageTexT…), mais la bande dessinée n’a pas su se constituer, pour autant, en secteur universitaire à part entière, au contraire, par exemple, de la photographie et du cinéma. La discipline se trouve donc traversée d’approches très diverses (spécialistes de l’écrit, de l’image, de l’infocom, historiens…) qui feraient, sans doute, sa richesse si la discipline n’était pas si éclatée.

Dans son introduction, Bart Beaty revient sur cette situation embryonnaire des études sur la bande dessinée, qu’il compare à la situation des études cinématographiques avant que la Nouvelle Vague, en mettant l’accent sur les auteurs, accélère l’émergence des études cinématographiques.

Michael Rhode, dans « The State of Comic Art Bibliography in North America » propose une réflexion critique sur les différentes bibliographies consacrées à la bande dessinée, de celle en dix volumes de John A. Lent aux travaux de Randall W. Scott (notamment son Index to and List of the Comic Art Collection, en ligne), en passant par le Who’s Who in American Comic Books et les différents argus qu’a connu le marché de la bande dessinée nord-américaine. Revenant sur les orientations, délimitations, apports et limites de chacun des outils disponibles, l’article de Michael Rhode s’impose comme une indispensable mise au point pour tout chercheur travaillant sur la bande dessinée américaine. Son article ne se limite d’ailleurs pas à une simple recension critique des outils disponibles, s’ouvrant à une réflexion plus large sur les limites du médium, donc des bibliographies, réflexion particulièrement d’actualité à l’heure où les bouleversements que permettent Internet, le web2.0, les blogs, redéfinissent à la fois la bande dessinée dans ses pratiques de création, de diffusion, d’appropriation, et redéfinissent également la pratique de la bibliographie en posant avec acuité la question de l’accessibilité des sources.

L’ensemble est disponible en libre-accès, à l’adresse suivante : http://transatlantica.revues.org/4782

(à suivre)

Housing fictions. The house in writing and culture, 1950 to present.

La revue European Journal of English studies, qui entend mettre en valeur une approche européenne de la littérature anglophone, publie de nouveau, et pour la dernière fois, son appel à communication intitulé : « The house in writing and culture, 1950 to the present ». Par « maison », il faut ici entendre « both lived experiences and the image of an episteme, inhabited dwellings produced through and producing subjective experiences of time and space ». Cette proposition nous invite donc à nous interroger sur une maison étant à la fois le  lieu d’une communauté et d’un individu, et ce tant du point de sa représentation que des valeurs qu’elle semble posséder au sein de nos cultures. L’évocation de bandes dessinées autobiographiques, ou plus largement « intimes », semble pouvoir ici être fructueuse et nous pourrions citer deux ouvrages dans lesquels la maison joue un rôle prépondérant.

–       Summer of love de Debbie Drechsler (L’Association) évoque ainsi l’adolescence d’une héroïne, Lily, se construisant en utilisant toutes les ressources du nouvel espace dans lequel elle vient d’aménager : la maison familiale est ainsi le lieu d’une communauté (s’exprimant par des rivalités, servitudes et lassitudes…) alors que celle d’amis est un lieu d’évasion et que les bois environnants permettent la découverte de la sexualité. Et si ce livre se clôt sur l’acception par l’héroïne de son nouvel environnement, c’est au gré d’un été rempli de promenades, visites chez les uns et les autres et longues discussions dans le jardin commun…

–       Dans Fun home. Une tragicomédie familiale d’Alison Bechdel (Denoël), la maison semble constituer le théâtre d’un véritable roman d’apprentissage dans lequel la famille tient un rôle de premier plan. Le rapport de l’héroïne, Alison, à son père se construit en effet au gré d’une véritable exploration de l’espace d’une maison riche en secrets, habitudes et collections. De la bibliothèque au salon, l’habitat (fruit d’un labeur familial de 20 ans) semble prendre en charge une communication que les personnages semblent constamment s’interdire.

Nous vous invitons à compléter cette liste (éventuellement par des commentaires) et à vous en emparer avant le 31 octobre prochain.

« In a world which seems bent on ruin and oblivion, we cannot refuse a feeling of affectionate respect for the courage with which such old houses still confront life, cherish its traditions, and are a sanctuary for the lovely wreckage of the past » —Virginia Woolf, 1917.

« Whose house is this? Say, tell me, why does its lock fit my key » — Toni Morrison, 1992.

This issue of EJES aims to engage the variety of European approaches to the study of the house in Anglophone literatures and cultures from the standpoint of contemporaneity. Houses are of course not mere assemblages of bricks, roofs, rooms, doors, furniture; rather, they are both lived experiences and the image of an episteme, inhabited dwellings produced through and producing subjective experiences of time and space. As such they are signs reflecting the dynamic interplay of diverse and contending forces: individual and collective, (trans)national and individual, artistic and theoretical, generic, social, economic, cultural and psychological. If for many writers the house provided a fiction of firmness, how well does this notion hold true today in a world in a state of flow, continually rewritten, restructured or dismantled by diasporas, resettlements, border‐crossings, blendings, and transformations in identity and culture?
Submissions are invited from scholars working in the fields of the Anglophone literatures, language, media and culture, including the arts and architecture.
Contributors may emphasise theoretical/methodological approaches or textual readings. Invited topics include, but are by no means restricted to, the following:
• the cultural architecture of the house;
• the house and the episteme; the disciplines and discourses of the house;
• thresholds and boundaries of/in the house;
• the house and the nation or peoples; the discourses of the house in postcolonial and transcultural perspectives;
• gendered or classed houses;
• the house and the visual.

Detailed proposals (500‐1,000 words) for articles of c.5,000 words, as well as any inquiries regarding this issue, should be sent by e‐mail to all the three guest editors:
Janet Larson at , Francesca Saggini at and Anna Enrichetta Soccio .
The deadline for proposals is 31 October 2010, with delivery of completed essays by 31 March 2011. The issue will appear in 2012.

Francesca Saggini, Ph.D.
Associate Professor of English Literature
Dipartimento CiClaMo — Classical and Modern Languages and Literatures
Universita’ degli Studi della Tuscia
Via Santa Maria in Gradi, 4
01100 Viterbo (Italy)

E-mail: fsaggini@unitus.it
Tel: +39/0761/357613
Fax : +39/0761/357601

Email: fsaggini@unitus.it
Visit the website at http://www.tandf.co.uk/journals/cfp/nejecfp.pdf

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Welsh Mythology in Popular Culture: comics/graphic novels

Audrey Becker du Marygrove college (USA) lance un appel à communication intitulé : « Welsh Mythology in Popular Culture: comics/graphic novels » Destinée à un livre manquant de propositions concernant le neuvième art, cette proposition concerne un mythologie issue du Pays de Galles qui est ici explicitement distinguée de la mythologie celte. Nous avouons ne saisir que de très loin en quoi consiste semblable partition, mais celle-ci nous semble tout de même pouvoir renvoyer à l’étude de certaines œuvres dans le neuvième art européen. Bran Ruz d’Alain Deschamp et Claude Auclair mobilise ainsi, pour raconter l’histoire de la ville d’Ys, tout un bestiaire et un corpus légendaire qu’il serait intéressant d’analyser, alors que Didier Comes construit nombre des œuvres (notamment La Belette ou Iris) autour de divinités relevant clairement du paganisme plus que des temps chrétiens. Ces pistes pourraient peut-être permettre de répondre à la demande extrêmement urgente que nous reproduisons ci-dessous.

We are in the final editing stage for a book on Welsh Mythology in Popular Culture (McFarland). We haven’t received any submissions on Welsh mythology in either comics or graphic novels. Our deadline is approaching, but if you have an appropriate essay that is completed or nearly completed, please email so that we may consider your work. Note: the focus must be on Welsh mythology in particular (not Celtic mythology in general).

Our original call for papers was as follows:

In recent years, interest in Welsh mythology and legendary figures has grown exponentially in popular culture, with appearances in diverse arenas ranging from fantasy fiction to role-playing games, from children’s literature to tourist sites and even Celtic-inspired rock music and heavy metal. We are seeking essays that explore the uses and appropriations of these legends into “popular” spaces, hoping to trace the patterns of interpretation and reinscription to offer some insight into what meaning “Welsh mythology” retains in an increasingly postmodern, global society.

Audrey Becker

Marygrove College
8425 W. McNichols Road
Detroit, MI 48221
phone: (313) 927-1272
Email: abecker@marygrove.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pour un gestuaire des bandes dessinées

« Pour un gestuaire des bandes dessinées : tel est le titre de l’article que Claude Brémond, directeur d’études à l’EHESS, publia dans la revue Langages en 1968. Disponible librement sur le portail Persée, ce texte constitue l’occasion de nous confronter à un travail datant de plus de 40 ans et de mettre en valeur les avancées de la recherche ainsi que l’évolution du paysage de la bande dessinée. Il pose en effet un problème des plus intéressants : quel rôle le personnage joue-t-il dans la construction du langage du neuvième art ? Cette réflexion s’inscrit clairement dans une lignée « sémiotique » traitant, sous l’égide de Pierre Fresnault-Deruelle, de la bande dessinée afin de mettre à jour la spécificité de son mode d’expression.

Semblable position est présentée dès les premières lignes : la bande dessinée est « un genre essentiellement narratif » dans lequel « l’homme, plus ou moins stylisé, ou une créature anthropomorphe, plus ou moins humanisée, joue un rôle prépondérant, occupe en permanence le devant de la scène ». Il est dès lors question de s’interroger sur l’apport de cette « créature » vis-à-vis de l’entreprise du récit, c’est-à-dire sur une capacité d’un « trait graphique » à se constituer comme « l’un des éléments signifiants de l’histoire racontée ». Jacques Brémond semble ainsi s’inscrire pleinement dans l’étude d’un dispositif de communication, car cet article est parcouru par une volonté : s’en tenir aux limites d’un langage, c’est-à-dire à des signes qui ont « pour émetteur l’auteur de la bande dessinée et pour destinataire le lecteur-spectateur ».

D’où un certain parti-pris : écarter un ensemble d’éléments interférant sur ce « code général ». Celui-ci est ainsi distingué d’un « code gestuel plus particulier […] dont les personnages du récit se servent pour communiquer entre eux (ces gestes, attitudes, mimiques venant alors doubler ou remplacer leurs paroles) » et est posé comme quelque chose de plus substantiel que « des mimiques trop exceptionnelles pour pouvoir être comprises par un large public ». Le « gestuaire » des bandes dessinées constitue dès lors un « lexique très réduit » se référant à « des sentiments élémentaires (peur, colère, défi, etc.), […] des conduites interpersonnelles universellement comprises (agression, négociation, tromperie, secours) » etc. Permettant d’avancer dans la mise à jour des « unités signifiantes des bandes dessinées », ces divers éléments posent également, selon Claude Brémond, un problème on ne peut plus ardu dont la formulation présente un réel intérêt pour les chercheurs du XXIe siècle.

Le « gestuaire » de la bande dessinée prend en effet place dans le cadre d’un découpage le présentant « sous forme d’une succession de moments figés, prélevés sur la durée de l’histoire à intervalles irréguliers ». Contrairement au cinéma, « la bande dessinée se décharge volontiers sur le commentaire ou sur la logique implicite du récit du soin de raconter l’histoire ». Le geste n’est pas l’unique ressource d’une entreprise de narration et un élément comme le récitatif peut dès lors conférer aux attitudes du personnage une tout autre valeur : la bande dessinée « choisit non l’image qui signifie le moment, mais le moment qui fait image. »

Nous sommes donc face à un mode d’expression qui, de par sa nature même, a tendance à ne pas fonctionner sur le mode du message : la représentation de personnages ne relève pas tant de l’information que de la volonté d’associer un ensemble de « postures » de façon « tantôt [à condenser] elliptiquement en un seul geste une suite d’événements complexes, tantôt [à développer] catalytiquement, en une série de gestes, une opération simple ». Ainsi, une étude portant sur un langage propre au personnage de bande dessinée débouche sur une étonnante conclusion : « le choix, le cadrage, le traitement graphique des gestes tendent souvent vers une stylisation esthétique qui n’est atteinte qu’au détriment de la signification narrative des images ».

S’il s’agit de considérer la bande dessinée comme un dispositif de communication, c’est ainsi, selon Claude Brémond, dans une toute autre optique : celle d’une « rhétorique gestuelle des bandes dessinées », c’est-à-dire d’un langage soucieux de « disposition » et « d’action » (ou de « performance » pour parler comme les linguistes). Une approche sémiotique fait ainsi place à des approches historiques (portant sur la tradition du « gestuaire »), comparatistes (évoquant sa diversité au sein des différents types et formats de bande dessinée), voire socio-économiques (tentant de cerner un « gestuaire » propre au « spectaculaire ») qui semblent au jour d’aujourd’hui n’être que partiellement empruntées.

Référence :

Brémont Claude, « Pour un gestuaire des bandes dessinées », Langages, 1968, 3e année, n° 10, « Pratiques et langages gestuels », p. 94-100.

doi : 10.3406/lgge.1968.2552

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’imaginaire

L’Université de Québec accueillera du 22 au 26 août 2011 le 9e Congrès International sur l’étude des rapports entre textes et images dont le thème est : « L’Imaginaire ». L’appel à communication, que nous reproduisons ci-dessous, invite ainsi les chercheurs travaillant sur la bande dessinée à explorer une « interface entre le sujet et le monde »  d’au moins deux façons  :

– à travers une culture populaire, thème on ne peut plus riche en bandes dessinées : pensons par exemple au Comics et à leur réinterprétation contemporaine par des auteurs comme Mark Millard (Superman Red Son, Wanted), Frank Miller (Batman Dark Knight) ou Garth Ennis (The Boys) dont le travail semble questionner les présupposés idéologiques et politiques de l’action des superhéros.

– comme un champ économique structurant le domaine de l’imprimé et plus largement le mode de production des biens culturels : à l’heure où l’imaginaire s’inscrit de concert sur une multiplicité de support à travers des licences (Star Wars ou Dragon Ball pour ne citer que les plus profitables), force est de constater que celui-ci relève d’investissements et de modes de créations abordés dans La Transécriture. Pour une théorie de l’adaptation (ouvrage publié par Thierry Groensteen et édité par le CNBDI).

Cette liste est loin d’être exhaustive et il s’agira de la compléter avant le 15 octobre prochain.

Le 9e congrès international sur l’étude des rapports entre texte et image, L’imaginaire / The Imaginary, se tiendra à l’Université du Québec à Montréal, du 22 au 26 août 2011. Le congrès se fera sous les auspices de FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, du NT2, le Laboratoire de recherche sur les arts et les littératures hypermédiatiques, du CRILCQ, le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises et de la Faculté des arts.

Centré sur l’imaginaire, qu’il apparaisse comme une interface entre le sujet et le monde, comme un registre de la pensée, comme un vaste ensemble d’images et de signes, de textes et d’objets de pensée, ce congrès veut explorer les relations entre les textes et les images dans un contexte de transformation qui nous voit passer de façon de plus en plus certaine d’une culture du livre à une culture de l’écran.

L’imaginaire s’impose d’emblée comme une façon d’interpréter le monde et il s’inscrit indéniablement au coeur de notre rapport à l’art, à la littérature et à la culture. Le congrès permettra d’explorer ce thème dans des recherches théoriques de définition et de conceptualisation de cette notion, ainsi que dans des pratiques d’analyse et d’interprétation de textes et d’images, dans une perspective historique ou en fonction d’enjeux contemporains, alors que s’entrecroisent les études sur les cultures visuelles et textuelles par le recours à des méthodologies interdisciplinaires et intermédiales.

AXES
Six axes sont proposés afin d’organiser les ateliers en fonction de problématiques communes.

1- Fabrique du contemporain
Nous chercherons à analyser et à interroger les productions et dispositifs qui sont au coeur de l’imaginaire contemporain et qui rendent compte de sa spécificité et de sa capacité à innover, que ce soit sur un plan esthétique, médiatique, politique ou social.
2- L’imaginaire de la théorie
La théorie est en soi un imaginaire et engage à un acte d’imagination. Dans cette perspective, nous entendons mettre de l’avant une réflexion sur les liens entre, d’une part, les théories de l’image et du texte et, d’autre part, les représentations de la connaissance, de l’action et de la subjectivité.
3- La mémoire de l’imaginaire
Nous entendons susciter une exploration des formes du passé et de la mémoire. Penser l’imaginaire, c’est examiner, dans leur densité même, les modes de documentation, de conservation, de transmission, de déploiement, de mise en valeur et de légitimation de la production culturelle, artistique et littéraire.
4- L’imaginaire : une économie symbolique
Cet axe porte plus précisément sur les relations entre l’art et le pouvoir, qu’elles se déploient dans le cadre du mécénat, des institutions religieuses ou civiques, de l’état et de ses prérogatives, de la commande voire de la logique du marché. De quelles façons les formes que prend le pouvoir au fil des siècles modifient-elles notre imaginaire et notre attitude à son égard, depuis les sociétés anciennes jusqu’aux formes contemporaines du pouvoir?
5- Formes, figures et effigies
Parler d’imaginaire, c’est cibler les formes et les figures particulières par lesquelles son action se manifeste. Cet axe permet une exploration des images du corps et des représentations de soi, depuis les premières figurines et effigies jusqu’aux avatars et personnages virtuels contemporains. Le corps n’a cessé de se dire et de se montrer, d’être construit culturellement et de s’imposer comme un sujet privilégié de l’art et de la littérature.
6- Imaginaire et culture populaire
Étudier la culture populaire est une façon de comprendre comment l’imaginaire se construit, c’est aussi une manière de mettre en scène les processus symboliques dans leur capacité à faire apparaître du nouveau et d’influencer les comportements. Il s’agit de considérer les constructions imaginaires issues de la performance, du cinéma, des rituels, de l’espace public et d’en analyser les expressions textuelles, visuelles ou orales.
Veuillez envoyer, avant le 15 octobre 2010, votre proposition de communication, composée d’un titre et d’une brève description de 200 mots, à l’une des adresses suivantes :

iawis-2011@uqam.ca
aierti-2011@uqam.ca

Agenda / Calendrier

May 1st / 1er mai 2010 : deadline for session proposals / date limite pour la proposition de sessions

June 1st / 1er juin 2010 : list of sessions selected / liste des sessions retenues

June / juin 2010 : call for papers / diffusion de l’appel à soumissions

October 15th / 15 octobre 2010 : deadline for paper proposals / date limite pour les propositions de communication

November 1st / 1er novembre 2010 : list of papers selected / liste des communications retenues

December 1st / 1er décembre 2010 : preliminary program / programme préliminaire

Url de référence :
http://www.iawis.org/
Adresse : 9E CONGRÈS IAWIS/AIERTI Département d’études littéraires Université du Québec à Montréal C.P. 8888, succ. Centre-ville Montréal, Qc H3C 3P8 Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Texte/image : formes, trajectoires, frictions

La revue Formules lance pour son 15e numéro un appel à communication intitulé : « Texte/image : formes, trajectoires, frictions ». Le texte, que nous reproduisons ci-dessous, fait nommément mention de la bande dessinée, affirme vouloir privilégier les propositions s’y consacrant (une petite victoire pour nos Carnets ?) et entend aborder le neuvième art d’une façon bien précise : « la bande dessinée, en raison de sa nature mixte – les travaux de l’OuBaPo en sont la démonstration –, se révèle un lieu d’application de choix pour l’exploitation des possibilités des contraintes. » À en croire ces lignes, une forme de « complexité » (réunir régimes textuels et iconographiques) ferait du neuvième art un « terrain » idéal pour des « structures nouvelles qui pourront être utilisées par les écrivains de la façon qui leur plaira »1 ? La chose est tout sauf évidente à en croire un Thierry Groensteen écrivant que « les contraintes de type oulipien portant sur l’ordre, le nombre, la longueur ou la nature des petites unités de la langue (lettres, syllabes, mots) ne trouveront pas d’équivalent applicable à la bande dessinée »2. Si contraintes il y a en bande dessinée, celles-ci doivent en effet prendre la mesure d’un langage (fait d’images) que l’on saurait difficilement concevoir comme un agencement d’éléments susceptible d’être librement combinés. La proposition de la revue Formules peut donc nous inviter à interroger une identité tout autant qu’une complexité, chose qu’il s’agira, si vous choisissez semblable piste, de faire avant le 15 octobre prochain.

Pour prolonger et/ou renouveler les réflexions menées dans ses n° 7, Texte/Image (2003), et 9, Recherches visuelles en littérature (2005), la revue Formules se propose d’élargir (ou de renverser, c’est selon) la perspective, en se plaçant davantage du point de vue de l’image.

Nous savons que l’écriture d’aujourd’hui ne se contente plus de coucher du texte noir sur blanc tracé le long des pages. Depuis le « coup de dés » de Mallarmé, au moins, le texte n’a cessé de dialoguer avec l’espace et le(s) support(s) qui l’accueille(nt) engendrant ainsi des formes mixtes dans lesquelles le langagier interagit avec l’iconique.

Ces formes mixtes se sont aussi révélées comme lieux privilégiés d’exploration de potentialités inventives, poétiques, esthétiques, au sens large (« contraintes » chez les auteurs oulipiens, attention soutenue chez d’autres auteurs qui partagent le même intérêt pour les aspects matériels ou formels du texte). Que l’on songe à certaines productions récentes de Jacques Roubaud, au dernier ouvrage de Marcel Bénabou begin_of_the_skype_highlighting end_of_the_skype_highlighting, De but en blanc – en collaboration avec l’OuPeinPo –, à la radicale proposition de Mark Danielewski dans O Revolutions, ou encore aux travaux dans la droite ligne des Nouvelles Impressions d’Afrique de Raymond Roussel.

Il s’agira donc de poser de façon très générale la question de ce que la contrainte fait aux images, et aux textes avec lesquels elle se trouve le cas échéant associée, en prenant en compte les supports matériels des oeuvres considérées. Dans cette optique, on prendra aussi bien pour objets la création plastique que l’ensemble – formellement très divers – des relations entre texte et image qui peuvent s’instaurer dans l’espace de la page, en faisant par ailleurs une large place à la bande dessinée, jusqu’ici absente des livraisons de Formules. En effet, la bande dessinée, en raison de sa nature mixte – les travaux de l’OuBaPo en sont la démonstration –, se révèle un lieu d’application de choix pour l’exploitation des possibilités des contraintes. Aussi Formules souhaite-t-elle dans cette livraison privilégier ce domaine.

Les contributions pourront donc porter sur l’usage des contraintes dans la bande dessinée, mais aussi, plus largement, sur des créations plastiques ou littéraires où le recours à la contrainte s’articule à la question du support.

Calendrier : les propositions d’articles (titre et résumé) devront parvenir avant le 15 octobre 2010 aux trois coordinateurs du numéro (Christelle Reggiani, Christophe Reig et Hermes Salceda), à l’adresse suivante : formules15@gmail.com

Ces propositions (200 à 500 mots) indiqueront de préférence quelques MOTS-CLÉS et/ou NOMS-CLÉS (une dizaine au maximum).

Adresse : 79 r Manin, 75019 PARIS
Url de référence : http://www.formules.net
Après acceptation du projet par le comité de rédaction (avant le 1er novembre 2010), les articles devront être remis au plus tard le 15 mars 2011.

  1. Raymond Queneau, cité par Jean Lescure dans « Petite histoire de l’OuLiPo », La Littérature potentielle, éditions Gallimard, collection « Folio essais », Paris, 1973 []
  2. Thierry Groensteen, « Un premier bouquet de contrainte », Oubapo 1, L’Association, 1997, p. 16 []

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts