Les carnets se referment pour l’été

Ils prennent en effet du repos après avoir publié, depuis le 16 décembre 2009, 62 billets composés de recensions et d’appels à communication assortis de pistes orientant, nous l’espérons, les chercheurs dans leurs travaux. Notre intention était de créer un outil de veille permettant de dynamiser les recherches portant sur ou évoquant le neuvième art et elle semble répondre à un réel besoin à en croire nos chiffres de fréquentation.

Les Carnets accueillent en effet, depuis mars dernier, entre 1200 et 1600 visiteurs différents (hors « robots » indexateurs comme Google ou Yahoo), chiffre auquel il faut ajouter le nombre sans cesse croissant des abonnés à notre flux RSS (1779 au 14 juillet). Notre fréquentation est de plus, et à notre grande surprise, fort internationale puisque 20% de nos visites proviennent en moyenne du Canada, 10% de pays européens (Belgique et Royaume Uni en tête) et 2% du Japon. Nous invitons d’ailleurs nos usagers étrangers à ne pas hésiter à nous signaler toute information susceptible d’intéresser la communauté.

Les Carnets de la bande dessinée ont également bénéficié d’une reconnaissance certaine : la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image nous a ainsi proposé de présenter nos publications dans la rubrique « Laboratoire » de la revue neuvième art, et le comité scientifique de la plateforme Hypothèses, développée par le Centre pour l’Edition Electronique Ouverte, nous a distingué en nous intégrant dans le Florilège 2010 des Carnets de recherche. Nous tâcherons de nous montrer dignes de ces honneurs et vous donnons rendez-vous le 10 septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le coût des stigmates culturels : Elvifrance et la Commission de Surveillance et de Contrôle

Après le travail de Thierry Crépin portant sur sa mise en place (notamment « Haro sur le gangster ». La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954), la Commission de Surveillance et de Contrôle mise en place par la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse continue de susciter l’intérêt des chercheurs. Cette institution est ainsi au coeur de la thèse de Jean-Mathieu Méon : L’euphémisation de la censure. Le contrôle des médias et la protection de la jeunesse : de la proscription au conseil, thèse en science politique soutenue à l’IEP de Strasbourg en 2003, et c’est encore cette institution que Jean-Mathieu Méon évoque dans un article qui vient de paraître : « Illégitimité culturelle et censure de la pornographie. Le contrôle des bandes dessinées et des romans “pornographiques” en France depuis 1970 ».

Son hypothèse de départ est la suivante : « l’illégitimité culturelle de la pornographie est aussi liée à l’illégitimité des formes et des moyens de production et de diffusion auxquels elle est principalement associée et qui font d’elle un genre “industriel” ».

Pour montrer ce poids de l’illégitimité des formes de production et de diffusion, Jean-Mathieu Méon s’attache à démontrer le décalage de la censure exercée par la Commission de Surveillance et de Contrôle entre, d’un côté, les bandes dessinées publiées par Elvifrance et, d’un autre, les romans, entre les publications périodiques et les livres.

S’appuyant sur les procès-verbaux de la Commission, consultés dans les archives Fleurus déposées à la CIBDI d’Angoulême, ainsi que sur l’observation d’une séance de 2002 consacrée a roman Rose bonbon, Jean-Mathieu Méon montre ce qu’il appelle avec justesse « le coût des stigmates culturels ».

Reprenant le constat de Bernard Joubert sur l’ampleur de la censure exercée (Elvifrance est l’éditeur quantitativement le plus censuré sur la base de la loi de 1949 ; voir sur ce point son irremplaçable Dictionnaire des livres et journaux interdits par arrêtés ministériels de 1949 à nos jours, Ed. du Cercle de la Librairie, 2007), Jean-Mathieu Méon montre que si l’acharnement des membres de la Commission peut être en partie imputée au contenu, notamment à la « confusion du territoire des genres » (Juliette Raabe, « Elvifrance. Fragments arrachés au chaos », Contre-champ, 1, 1997), le poids de l’érotisme, de la violence, et le mélange de ces registres. Mais la condamnation est également d’ordre esthétique, comme l’exprime le président de la Commission lors de la séance du 16 avril 1975 : « En l’espèce, l’élément anti-esthétique est une aggravation de la pornographie ».

Surtout, Jean-Mathieu Méon montre le décalage entre les condamnations à l’encontre des publications Elvifrance et la relative modération à l’égard de Métal Hurlant. On aurait d’ailleurs pu souhaiter à ce propos que la pertinence de la comparaison entre les publications soit étayée, ce que l’auteur n’a visiblement pas la place de faire ici. Au-delà de ce détail, il soulève une hypothèse intéressante : « la censure particulièrement sévère d’Elvifrance apparaît (…) comme la conséquence de son illégitimité : ce sont les publications les plus interdites car les plus illégitimes au regard de leur place dans la hiérarchie culturelle ». Cette illégitimité trouve sa racine dans les formes même de la production, qui écarte les publications Elvifrance du processus de légitimation de la bande dessinée analysé par Boltanski, caractéristiques que l’auteur rappelle brièvement : « l’anonymat de leurs auteurs, leur production en série, leur mode de distribution (en kiosque), leur public cible populaire ».

La deuxième partie de l’article, consacrée au contrôle des romans, appuie la démonstration sur le décalage de la Commission dans sa censure de différentes formes. Cet article, court mais stimulant, rappelle donc l’intérêt de travailler sur les formes autant que sur les contenus, sur les formats éditoriaux comme sur les styles artistiques. Alors que le travail critique et scientifique s’est focalisé essentiellement sur des questions de contenus (styles, contenus idéologiques, etc.), le travail sur les formes éditoriales en est encore à ses balbutiements. C’est d’autant plus vrai en ce qui concerne les publications Elvifrance, encore très mal connues malgré les travaux de Bernard Joubert ou Juliette Raabe, cités ci-dessus. C’est, plus généralement, le cas de l’ensemble des publications de petits formats (ainsi que les récits complets) : très mal conservés, souvent anonymes, souvent oubliés des « histoires » canoniques de la bande dessinée, ils restent encore le continent inconnu de la bande dessinée.

On trouvera l’article complet, ainsi que le reste de l’ouvrage, en téléchargement libre à l’adresse suivante : http://digistore.bib.ulb.ac.be/2010/noncat000024_000_f.pdf. Parmi les autres articles, on remarquera également un article de Stéphane Mazurier, « Hara-Kiri et Charlie-hebdo, deux journaux pornographiques ? ».

Reference :

Jean-Mathieu Méon, « Illégitimité culturelle et censure de la pornographie. Le contrôle des bandes dessinées et des romans “pornographiques” en France depuis 1970 », dans Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), édité par Régine Beauthier, Jean-Matthieu Méon et Barbara Truffin. Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2010.

Les séries télévisées dans le monde

L’université du Havre organise un colloque sur les séries télévisées dans le monde ; il mentionne cependant explicitement la question des processus de remédiation, de transposition et d’échanges avec, entre autres, la bande dessinée. Cet appel à communications peut intéresser les chercheurs sur la bande dessinée à double titre. D’une part, la bande dessinée est elle aussi marquée par ce que Thierry Groensteen appelait « l’empire des séries » (« L’empire des séries », 9e art, n° 4, janvier 1999, p. 78-87). Par ailleurs, de nombreuses séries se sont nourries d’univers nés de la bande dessinée, que l’on pense à Superman, aux Schtroumpfs, à Papyrus, Dragon Ball… Il pourrait être particulièrement intéressant de se pencher sur les phénomènes d’aller-retour : la circulation des oeuvres de la bande dessinée à la télévision ne s’opère pas à sens unique. C’est par exemple ce qu’avait montré Damien Boone lors de son intervention du 18 mai 2010 à St-Quentin à propos des Schtroumpfs : le passage d’un support médiatique à un autre transforme en profondeur le rapport à l’oeuvre initié par Peyo et, couplé à ses problèmes de santé, fait perdre le monopole de la production des Schtroumpfs à son auteur. On peut également penser, sur le mode mineur, à l’adaptation des Chevaliers du Ciel : les couvertures représentent alors les visages dessinés non pas des héros créés par Uderzo, mais des acteurs de la série… Bien d’autres pistes sont envisageables pour un sujet qui paraît riche en possibilités :

Les séries télévisées dans le monde : échanges, déplacements et transpositions

15-16-17 juin 2011, université du Havre

Ce colloque pluridisciplinaire se propose d’éclairer les séries télévisées de différents pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Espagne, Amérique hispanique, Brésil, Inde, Japon, Corée, Russie, Canada, Océanie, Afrique …) à travers le prisme de l’échange, de la transposition et du déplacement. Des approches variées sont encouragées (esthétiques, narratives, linguistiques, socioculturelles, idéologiques, historiques, géographiques…) afin d’explorer :

– l’articulation des espaces dans le récit et ses implications narratives: rôles des lieux récurrents, des espaces de rencontre, d’échange et de confrontation ; figures de la mobilité (déplacements, voyages, exodes économiques, exils politiques, retour au pays, intrusions, installations) et de la fermeture (clôture, mise à distance, exclusion).

– les enjeux idéologiques des représentations spatiales : choix des lieux montrés ou occultés, valorisation/dévalorisation des lieux mis en scène, usages utopiques/dystopiques, réalisme social ; exaltation du pittoresque, goût de l’exotisme.

– l’ancrage des séries dans leur contexte de création (conditions de production, lieux de tournage, décors, scénarios…) ; la circulation et la réception des séries dans les différents espaces de diffusion (impérialisme/métissage culturels, enjeux géopolitiques, stratégies d’exportation, modes de diffusion, interprétations et critiques…).

– la comparaison d’une série et de ses déclinaisons dans d’autres pays (traduction, relocalisation, appropriation et adaptation aux spécificités culturelles).

– les intertextes culturels et les transferts à l’œuvre dans les séries (références culturelles, processus de re-médiation : transposition de romans, bandes dessinées et films en séries télévisées, et vice-versa).

Les communications dureront 30 minutes (et seront suivies par 10 minutes de question).

Une sélection des communications sera publiée dans la nouvelle revue /TV/Series/, où seront également publiés les actes du colloque « Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel » organisé par Ariane Hudelet et Sophie Vasset à l’université Paris-Diderot en mai 2011.

Les propositions de communications (un résumé de 300 mots et une notice biographique de 100 mots, en français ou en anglais) sont à envoyer à Sarah Hatchuel (shatchuel@noos.fr) et à Sylvaine Bataille (sylvaine.bataille@wanadoo.fr) avant le 15 octobre 2010.

Le lieu commun

L’unité de recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel de l’université du Littoral Côte d’Opale lance un appel à communication intitulé : « Le lieu commun ». L’expression est à prendre au pied de la lettre puisqu’il s’agit d’interroger des espaces revenant de récits en récits et pouvant donc s’avérer structurants comme l’auberge chère à la fantasy ou le château gothique familier des vampires de toutes sortes. L’évocation de bandes dessinées peut sans aucun doute venir enrichir semblable réflexion tant semblables sites sont récurrents au sein du neuvième art. Pensons, pour nous cantonner au domaine « franco-belge », à une série comme Les Tours de Bois Maury dans laquelle un chevalier errant visite moult châteaux forts, ou encore à Blueberry dont l’action gravite autour du Fort Navajo tout en mettant en scène de nombreuses villes de l’Ouest Américain. Enfin, il est des lieux communs propres à la bande dessinée, qui ne sont nullement évoqués dans l’appel à communication que nous reproduisons plus bas mais qu’il serait sans aucun doute fort intéressant d’évoquer. C’est notamment le cas des laboratoires encombrés d’électrodes produisant d’inquiétantes étincelles ainsi que d’éprouvettes en tout genre qu’occupent les nombreux « savants fous » du neuvième art : Septimus dans La Marque jaune, le professeur Tournesol (L’Affaire Tournesol), le comte de Champignac ou Zorglub (dont le laboratoire fut remis à l’honneur par Frank Le Gall dans Les Marais du Temps) dans la série Spirou, Espérandieu dessinée par Tardi (Le Savant fou), ou encore un fort inquiétant Von Richter n’ayant de cesse de cloner les personnages principaux de la passionnante série Cybersix. Si vous retenez cette piste, il conviendra de mettre de l’ordre dans ce capharnaüm avant le 31 octobre prochain.

Le lieu commun


Unité de Recherche HLLI – Axe: Frontières – Limites – Echanges

Equipe CERCLE

Symposium pluridisciplinaire 2011- 15-16 mars 2011

responsables : Marc Rolland , Claire Jardillier.

A l’instar de certains thèmes littéraires qui, en raison de leur récurrence, finissent par exercer la même fonction qu’un mythe, accédant au rang de mythes littéraires, certains lieux communs, dans le plein sens du mot, ont, pour des raisons évidentes ou mystérieuses, fait florès au point de devenir emblématiques d’une certaine littérature et d’un certain cinéma, d’en être indissociables comme cadre d’une action décisive, et de figurer, par conséquent, comme marqueurs de ce type de création. Il en est dont la genèse est facile à établir: le château gothique, jailli de l’imagination d’Ann Radcliffe ou de Horace Walpole, a abrité en ses murs des Moines maléfiques, des vampires transylvaniens, la lignée maudite des Usher; au XXe siècle, à grand renfort de carton-pâte, il est la pièce maîtresse des films de Roger Corman et de tant d’autres, tandis que sa forme kafkaïenne domine la trilogie inclassable de Gormenghast, sans oublier le dernier refuge des dieux de l’Olympe, le sinistre manoir flamand de Malpertuis.

Le western, bien entendu, serait inexistant sans ses fortins, ranchs, prisons et saloons. Et ce dernier, ne serait-il pas pour quelque chose dans la prolifération des auberges qui font se rencontrer, dans tant de romans fantasy, aventuriers, mages, mercenaires, sous l’égide de l’équivalent médiéval du barman tantôt bienveillant, tantôt inquiétant, dans tous les cas capable de maintenir l’ordre dans son royaume où bière ou cervoise coulent à flots ? L’on sait que l’auberge de la « Vulgar Unicorn » est le point de départ de la douzaine de volumes de Thieves’ World, vaste fresque collective dans le domaine de la Fantasy. A moins que ce lieu, si parfaitement représenté par l’auberge de Bree ne soit le tribut du Maître d’Oxford à ses pubs bien-aimés.

Et qu’en est-il du fort (à distinguer du château, bien entendu), symbole de la césure territoriale entre barbarie et civilisation dans tant de Westerns, dans les épopées cinématographiques dédiées à l’Empire britannique, symbole aussi de l’attente et de la persévérance dans la répétition sans objet d’un rituel militaire chez Buzzati et Gracq ?

Nous voyons que ces lieux communs servent non seulement à rassembler dans un réseau d’échanges, des personnages variés, venus des quatre coins de l’univers de l’oeuvre cinématographique ou littéraire, mais aussi à faire exception, à borner par ses limites physiques un refuge, un huis-clos, un modèle de société. Avants-postes, ou refuges intérieurs, ces lieux sont bien souvent à la frontière de l’inconnu, de l’imprévisible, des solitudines vastae où tout peut survenir d’un instant à l’autre, marquant le bâti face au naturel, ou l’inverse

Dans cette thématique, nous nous intéresserons tout particulièrement à la genèse de ces lieux: imitation, association, clin d’oeil, ou, tout simplement, répétition d’une figure imposée dont on a oublié l’origine, au point qu’une trouvaille moderne soit devenue emblématique d’un monde plus ancien.

Les propositions sont à envoyer par courrier électronique pour le 31 octobre au plus tard:

Marc ROLLAND – garryowen@wanadoo.fr

Responsable : U.R. Histoire, Langues, Littérature et l’Interculturel (EA 4030)
Adresse : Maison de la Recherche-Palais ImpérialB.P. 75162321-Boulogne-sur-Mer

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

(In)visibles cités coloniales

La Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme de Strasbourg lance un appel à communication intitulée « (In)visibles cités coloniales » dans lequel la bande dessinée est nommément citée. Celui-ci nous propose donc de penser les modalités selon lesquelles un pouvoir peut organiser un espace urbain, thématique fort présente dans le neuvième art comme en témoigne l’actuelle exposition « La ville dessinée : architecture et bande dessinée » à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Certaines des œuvres exposées rentrent tout à fait dans le cadre de la proposition ci-dessus, et nous nous permettons également d’indiquer Rampokan Java et Rampokan : Célèbes de Peter Van Dongen (tous deux publiés chez Vertige Graphic) qui relatent, dans un style proche de celui d’Hergé, la reconquête après la Seconde Guerre mondiale de l’Indonésie par les Pays-Bas. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er septembre 2010.

(In)visibles cités coloniales : Stratégies de domination et de résistance de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Colloque international et pluridisciplinaire

24 et 25 mars 2011 – Strasbourg

Argumentaire

Le colloque se propose de mettre en lumière les relations entre processus de colonisation et d’urbanisation à travers les notions de visibilité / invisibilité. La colonisation fait intervenir systématiquement des rapports de pouvoir et la substitution d’un ordre par un autre de façon plus ou moins violente ou radicale. Il s’agira non seulement d’étudier les pratiques urbanistiques qui se caractérisent par une forme de domination, de cécité, d’incompréhension par rapport à un territoire urbain, mais également les résistances à cette domination et leurs manifestations culturelles (usages, événements, …) et objectales (spatiales et architecturales).

1)Villes-strates : superpositions spatiales et temporelles

La ville visible se présente comme une surface reposant sur diverses couches ou strates temporelles. Elle n’est jamais une dans l’instant, « synchrone avec elle-même » (Marcel Roncayolo, La Ville et ses territoires, 1990), car l’espace « se verticalise » dans le temps. Le lieu urbain étant « un feuilleté d’Histoire » (Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, 1974), l’identité d’une ville réside dans la profondeur, dans la diachronie qui s’exprime dans les strates historiques, réelles, imaginaires ou symboliques, qui fondent les lieux. Or, les processus de colonisation dénient la présence de strates invisibles sous ou dans la ville visible : la ville coloniale se construit sur un lieu (ou non loin d’un lieu) déjà occupé précédemment, lui déniant toute épaisseur, profondeur historique et diversité sociale.

2) La question du mimétisme colonial

La construction d’une ville coloniale vise le plus souvent à reproduire, à « dupliquer » la ville métropolitaine, mettant en oeuvre un phénomène de « mimétisme » (Homi Bhabha, The Location of Culture, 1994) élevé au rang urbain. Cette colonisation urbanistique reste centrée sur la question de la reproduction, elle-même ancrée dans l’idée de modèle et de copie, d’authenticité et de pastiche, dont il conviendra de mettre en avant l’ambivalence en posant la question des limites de toute re-production architecturale. L’invisibilité se situe alors au sein d’un « espace-tiers », dans le décalage plus ou moins perceptible entre la copie et l’original.

3) Laboratoires d’idées nouvelles et projections utopiques

La ville coloniale peut également être abordée comme une projection utopique qui se prend dans le rêve de la cité idéale : les représentations de l’espace urbain se superposent alors à l’élaboration de modèles sociaux. Ainsi, les « fronts pionniers », compris comme un mouvement de colonisation d’une société à l’intérieur de ses propres frontières politiques, impliquent la conquête d’un espace tenu pour neuf et « vierge » et la négation des cultures existantes. Ces terres que l’on cherche à s’approprier servent de surface de projection à des villes imaginées/imaginaires, dont la réalisation effacera toute réalité antérieure. A l’invisibilité d’un espace perdu, se superpose l’invisibilité de la ville en devenir, bâtie parfois seulement dans le rêve des pionniers. Toutes ces villes en devenir ne sont pas promises au futur brillant qu’ambitionnent pour elles leurs bâtisseurs. Si certaines parviennent à se structurer et perdurer, d’autres végètent, voire tendent à devenir des « villes-fantômes », comme celles de l’Ouest américain.

4) Stratégies de résistance

Dans tous les cas, la colonisation cherche à transformer l’existant, à l’englober, à le recomposer selon l’ordre établi par les colons. Elle génère l’invisibilité dans la ville par la fusion ou par l’occultation, voire le camouflage des populations autochtones. L’on pourra s’interroger sur les rapports de domination et de résistance entre les colons et les autochtones, sur la place accordée à ces derniers au sein de l’espace physique, géographique et social : en périphérie, dans les interstices, hors des limites de la ville ? L’on pourra également questionner les stratégies de résistance à la mise en conformité coloniale élaborées par ces derniers, ainsi que les directions et les formes diverses qu’elles ont pu prendre.

Ce colloque étant pluridisciplinaire, les contributions attendues pourront concerner aussi bien la littérature que la sociologie, l’ethnologie, la géographie, l’urbanisme, etc. et porter sur des supports divers (architecture, peinture, cinéma, romans, bande dessinée…).

Contacts / Comité scientifique :

Aurélie Choné, Mcf études germaniques, Responsable du programme MISHA « Villes invisibles et écritures de la modernité : vers une nouvelle géographie de l’identité », équipe d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : achone@unistra.fr

Karine Dupré, Mcf architecture, Directrice du département Architecture INSA de Strasbourg : karine.dupre@insa-strasbourg.fr

Laurence Granchamp Florentino, Mcf sociologie, Laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe » (FRE 3229) : laurence.granchamp@misha.fr

Catherine Repussard, Mcf études germaniques, équipe d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : repussardcatherine@wanadoo.fr

Frais d’inscription au colloque : 50 euros (tarif normal) ; 20 euros (doctorants).

Soumission des propositions et des articles :

Les titres et résumés de 1 500 mots, accompagnés des coordonnées, statut et adresse administrative des conférenciers, sont à envoyer pour le 1er septembre 2010 à l’adresse mail suivante : citescoloniales@misha.fr

Les articles, d’un maximum de 40 000 signes (espaces non compris), mis aux normes comme indiqué sur le site http://villesinvisibles.misha.fr à la rubrique « Publications », sont à retourner pour le 30 avril 2011 par voie postale à l’adresse suivante :

Aurélie Choné

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)

5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex

et par voie électronique à l’adresse suivante : citescoloniales@misha.fr

Langues du colloque : allemand, anglais, français, avec une préférence pour la langue française, y compris pour les articles écrits.

Adresse : Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La Tour de Babel

La revue Gaphè de l’université d’Artois lance un appel à communication intitulé « La tour de Babel ». Entendant aborder les « relectures littéraires, philosophiques et artistiques que l’épisode emblématique de la tour de Babel a pu susciter au fil des siècles », cette proposition intéresse bien sur la bande dessinée qui s’est emparée à maintes reprises de cet épisode. Elle s’est parfois attaquée directement au mythe, notamment à travers La Tour de François Schuiten et Benoît Peeters qui traite Babel d’une façon on ne peut plus originale (la grande cohésion que suppose la tour menant tout droit à une désillusion valant toutes les vengeances divines) ou encore à travers le seizième tome des aventures d’Alix signé Jacques Martin et directement intitulé La Tour de Babel. Ailleurs, le mythe a valeur d’allégorie : pensons au second tome de Mort Cinder (La Tour de Babel, Hector Oesterheld et Alberto Breccia, Vertige Graphic) ou encore au nettement plus « kitsch » Universal War One (Babel, tome 5, Quadrant solaire). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 août prochain.

Revue Graphè

Centre de recherche « Textes et Cultures » (EA 4028) de l’université d’Artois


Au sein du centre de recherche « Textes et Cultures » (EA 4028) de l’université d’Artois, l’axe « Lectures de l’Écriture », dont la revue Graphè publie les travaux, a pour objet d’étude la Bible et son influence sur le patrimoine culturel, littéraire et artistique des nations. L’exploration de cet horizon intertextuel est menée dans trois domaines principaux : la Bible en tant que littérature, la Bible et les productions littéraires et esthétiques, et enfin la Bible comme champ d’études épistémologiques et herméneutiques. Le numéro 19 sur Le livre de Jonas vient de paraître.

Fidèle à une alternance entre Ancien et Nouveau Testament, le colloque annuel organisé par la revue Graphè sera consacré en 2011 à la tour de Babel.

Après l’épisode du Déluge et avant l’entrée en scène d’Abraham, les neuf versets de la péricope ferment le cycle des origines du livre de la Genèse (Gn 11,1-9). La construction d’une ville « pour se faire un nom » et l’édification d’une tour « dont le sommet atteindra les cieux » sont l’expression d’une ambition démesurée, nouvelle manifestation de l’hybris de l’homme se voulant l’égal de Dieu et suscitant la colère divine. Bientôt à la tête de ce projet prométhéen sera placé Nemrod, petit-fils de Cham maudit par Noé, que l’on trouvera au premier plan des peintures de la Renaissance, surveillant l’avancement des travaux au milieu de sa cour. L’étymologie populaire a nourri la thématique de la « confusion des langues » et assimilera l’édifice à la cité de Babylone la Superbe. La Pentecôte (Ac 2) pourra être lue comme une restauration de cette unité perdue où diversité rimera avec compréhension.

Sans être détruite (d’après la version canonique), la tour demeure à jamais inachevée, laissant ouvert un vaste chantier d’interprétations à l’image de sa représentation tantôt pyramidale, tantôt hélicoïdale, voire à degrés. Au-delà du symbole architectural et des sources archéologiques se déploie la question du sens que nombreux sont venus poser. Récit étiologique sur l’origine des langues et la répartition des peuples à travers la terre, le texte se veut porteur d’un message moral et édifiant. Mais il interroge aussi le pouvoir du langage jusqu’à se métamorphoser en de singulières bibliothèques quand il ne sert pas de motif polémique et de protestation religieuse. La tour de Babel couvre de son ombre l’imaginaire occidental. « Aussi longtemps qu’il y aura des hommes, la Tour durera », écrit Pierre Emmanuel.

Toujours au regard du texte biblique, dans une démarche intertextuelle et une perspective diachronique, l’appel à communications porte sur les relectures littéraires, philosophiques et artistiques que l’épisode emblématique de la tour de Babel a pu susciter au fil des siècles.

Les propositions de communications (titre, court résumé et bref CV) sont à envoyer avant le 31 août 2010 à :

« jmarc.vercruysse@univ-artois.fr »

Adresse : Université d’Artois Maison de la Recherche 9 rue du temple B.P. 10665 F – 62030 Arras cedex
Responsable : Jean-Marc Vercruysse

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Worlds of violence

Le département d’Histoire de l’université d’Essex (UK) organise un colloque intitulé « Worlds of violence ». Celui-ci propose de réfléchir, entre autres, aux représentations culturelles de la violence et intéresse donc la bande dessinée. La violence est en effet omniprésente au sein du neuvième art et peut être abordée tant à travers l’évocation d’une censure (la bande dessinée « franco-belge » bannissant, sous l’empire de la loi de 1949, toute trace de violence) que comme enjeu esthétique (telle celle d’un manga usant volontiers de « speed lines », héros adolescent et autres affrontements récurrents). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 23 juillet prochain.

WORLDS OF VIOLENCE with keynote speaker Professor Joanna Bourke International Postgraduate History Conference University of Essex, History Department September 9-10, 2010

Violence has been ubiquitous in history: in relations between the sexes and between the generations; in conflicts between nations, races, classes and ethnic groups; in the disciplining of the ‘deviant’ and in the resistance to the powerful. It can be used symbolically and can be construed as legitimate or illegitimate, as honourable or immoral.

This two-day postgraduate conference will explore the varied perceptions and uses of violence in the early modern and modern eras. It aims to encourage reflections on the cultural representations of violence and on its shaping of social relations of all kinds.

Registrations and/or submissions for proposals for papers (consisting of a title and 200-word abstract) should be sent to either ssregn@essex.ac.uk OR kpage@essex.ac.uk by Friday 23rd July 2010. There is no charge and accommodation costs for students wanting to attend will be heavily subsidised.

Contact

Sara Siona Régnier-McKellar
University of Essex
Department of History

ssregn@essex.ac.uk

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Fantasy à la française

La revue Contemporary French & Francophone studies lance un appel à communication intitulé « Fantasy à la française ». Celui-ci propose d’interroger un genre (qu’il ne définit pas) selon une perspective nationale qui pourrait intéresser la bande dessinée. Nombre d’auteurs francophones (pensons à Paul Cuvelier avec Epoxy, Van Hamme avec Le grand pouvoir du Chninkel ou Thorgal, Moebius avec Astor…) ont en effet produit des oeuvres ayant porté ce genre loin des modèles anglo-saxons tels l’archétypal Conan. Il s’agirait ainsi d’interroger l’apport du neuvième art en général, et du domaine « franco-belge » en particulier, à ce genre en aujourd’hui en pleine expansion (et malheureusement sujet à bien des académismes). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 juillet prochain.

Revue Contemporary French & Francophone Studies (Sites)

La revue américaine consacrée à la littérature et à la culture françaises et francophones,Contemporary French & Francophone Studies (Sites) prépare un numéro spécial sur « la Fantasy » à la mode française. Nous recherchons des articles inédits traitant de ce sujet sous toutes ses formes et dans toutes ses ramifications : perspective historique, panorama d’ensemble, études d’oeuvres particulières, originalité par rapport aux oeuvres du domaine anglo-saxon, ressemblances et différences par rapport à d’autres genres perçus comme voisins (le fantastique, par exemple), influences, media utilisés, etc… Les contributions ne doivent pas dépasser 35 000 signes (espaces et notes compris).

Date-limite : 31 juillet 2010

Contacts : Anne Berthelot (anne_berthelot@hotmail.com) et Alain Lescart (alescart@pointloma.edu)

Pour les consignes éditoriales, voir le site de la revue.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le dessin animé ou les métamorphoses du réel

La faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Institut Catholique de Toulouse lance un appel à communication intitulé « Le dessin animé ou les métamorphoses du réel ». Celui-ci est l’occasion de s’interroger sur les modalités et finalités d’un processus d’adaptation en bande dessinée posant au moins deux problèmes :

–       Esthétique. Il serait intéressant d’examiner les procédés permettant de  transformer une œuvre séquentielle en flux narratif et ainsi de s’intéresser tant aux ajouts (bande-son) qu’aux modifications (supression de « l’espace inter-incoique ») que suppose semblable entreprise.

–       Economique. Il serait intéressant d’examiner l’importance qu’acquiert le dessin animé dans le cadre d’une entreprise d’édition qui a très tôt intégré le processus d’adaptation dans son modèle économique (à travers la création de studios, tels Belvision, ou le développement de produits « cross-media »).

Il est à noter que ces deux problèmes sont placés au fondement d’un excellent ouvrage de Philippe Capart et Erwin Dejasse, Morris, Franquin, Peyo et le dessin animé, qui est désormais disponible en commande auprès des auteurs (dont nous pouvons transmettre les coordonnées).

Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 octobre 2010.

Le Dessin animé ou les métamorphoses du réel

Donner vie à l’image par le mouvement appartient à l’histoire de l’humanité si l’on en juge par l’observation des traditions orientales des théâtres d’ombre. Le cinéma qui consiste à capturer le mouvement pour le restituer dans sa continuité s’applique, paradoxalement, dès les origines à projeter des images fixes, à un rythme très rapide, créant ainsi un mouvement artificiel capable de donner l’illusion de la mobilité dans l’illusion du film.

Nous voilà, plus encore que dans le film, projetés dans la fiction, dans un univers où l’imaginaire rayonne, sans avoir recours aux trucages.

Depuis l’expérience du musée Grévin où les pantomimes lumineuses d’Émile Reynaud furent projetées le 28 octobre 1892, aux premières expériences d’animation de John Stuart Blackton (Croquis au grand galop,1906), aux caricatures d’Emile Cohl (Fantasmagorie, 1908) jusqu’aux cartoons délirants, aux films des studios Disney, aux contes de Paul Grimault, de Hayao Miyazaki, jusqu’aux bandes dessinées mises à l’écran, le dessin animé constitue un genre spécifique dans le cinéma.

Trop souvent et trop vite attaché à l’enfance et à une certaine mièvrerie, le dessin animé, né de la caricature, comporte une multitude de volets dont il conviendra de décrypter les lectures. Car le Dessin animé repose sur le déguisement du réel dans sa conception la plus large : la caricature où le grotesque côtoie la satire, le merveilleux des contes revisités ou créés, la fausse innocence occultant une thèse (propagande, engagement politique) .

Le présent colloque se donne pour objet l’étude des différents courants qui parcourent le dessin animé pour en saisir l’originalité spécifique dans les diverses techniques narratives, les applications et implications socio culturelles, les évolutions techniques et la dimension poétique, comique ou, plus prosaïquement, politique ou économique. Autant de pistes de recherche à explorer autour d’une représentation artistique du réel et de l’imaginaire.

Il ne saurait être question de négliger la bande son, à la fois dans l’utilisation des bruitages, des dialogues et de l’usage de la voix humaine ainsi que de la musique redondante, décalée ou originale, qui participe à la construction du film et lui confère un caractère si particulier.

Le colloque, organisé par l’équipe de recherche ERELHA, en lien avec le parcours-mention « Production, édition, enfance et jeunesse », se tiendra les 8 & 9 avril 2011 à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Institut catholique de Toulouse.

Les résumés des communications d’une quinzaine de lignes devront parvenir avant le 30 octobre 2010 aux organisateurs, accompagnés d’une courte biographie. Ils seront adressés par courrier électronique à :

Bernadette Mimoso-Ruiz : b.mimoso-ruiz@ict-toulouse.fr / bernadette.reymr@wanadoo.fr

Gérard Dastugue : dastugue@wanadoo.fr

Faculté des Lettres et des Sciences humaines

Institut catholique de Toulouse

31, rue de la Fonderie

BP 7012

31068 Toulouse cedex 7

Adresse : 31 rue de la Fonderie BP 7012 31068 Toulouse cedex 7
Url de référence :
http://www.ict-toulouse.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

International Bande Dessinée Society Conference : « Time and Space »

L’International Bande Dessinée Society renouvelle son appel à communication intitulé : « Time and Space ». Celui-ci propose ainsi d’interroger deux dimensions fondamentales au mode d’expression qu’est la bande dessinée, posant tant le problème d’une esthétique (Science-Fiction ou Histoire proposant moult représentations de l’espace qu’il est passionnant d’interroger) que d’une poïétique. Il serait ainsi intéressant d’interroger le mécanisme de l’ellipse (cette « omission temporelle » mobilisant des éléments propres au langage de la bande dessinée comme, par exemple, le « récitatif »), ou encore de s’inscrire dans l’étude du mouvement (dans La bande dessinée. Un art séquentiel, Will Eisner fait ainsi de l’espace-temps réduit propre à l’action l’occasion d’un découpage en petites cases contiguës). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 novembre prochain.

Ci-dessous l’appel à communications de la prochaine conférence de l’International Bande Dessinée Society :

International Bande Dessinée Society

Seventh Bi-Annual Conference
Friday 8 and Saturday 9 July 2011Manchester Metropolitan UniversityManchester, England

Call for Papers : Time and Space

We welcome proposals on all aspects of time and space in bande dessinée, including narrative and thematic levels.

Bande dessinée is a spatial medium which has the resources to manage both narrative time and narrative space in multiple ways. The indeterminacy of the interframe space allows for complex relationships between the chronology of the narration and the chronology of events within the diegesis: it may be used to distend or accelerate the narration, and to manipulate order through analepsis and prolepsis, rarely signalled as overtly as in film. Different temporalities may also co-exist within a single panel, as the capacity of the medium to blur boundaries between inner and outer worlds makes it possible for remembered or half-repressed material to break through into the daily reality of a protagonist. The representation of space is similarly complex, as the spatial transitions within the diegesis are overlaid by the non-linear spatial patterning of the page, and the book, as a whole.

Time and space have long been key themes of the medium: in the classic period of Franco-Belgian production, history, science fiction and adventure were major genres, and in more recent work by artists associated with alternative publishing houses, the intertwining of the personal and national past has emerged as a key area of interest, along with revisionist histories, often of the colonial period. Adventure has tended to give way to reportage, and to the exploration of the spaces of modernity, and postmodernity, including non-lieux, heterotopias and marginal spaces associated with exclusion.

The signifying practices of the medium in relation to time and space have been theorised by scholars including Fresnault-Deruelle (linear and tabular dimensions of the medium), Benoît Peeters (the notion of the périchamp, and the typology of mise en page), Thierry Groensteen (codes of arthrology, regulating the articulation of panels), Jan Baetens and Pascal Lefèvre (spatial integration of text into the image) and Scott McCloud (typology of transitions). The ambition and experimentation of bande dessinée that has been produced by contemporary artists has encouraged scholars to employ frameworks of analysis drawn from a variety of disciplines, including postcolonial theory and cultural geography. Current academic work on bande dessinée is building on this theoretical base and extending it: we intend that the conference should provide a forum for significant advances, and in particular to create synergy between narrative and thematic approaches to time and space.

Please send papers to either

Dr Matthew Screech, Manchester Metropolitan University m.screech@mmu.ac.uk

Or

Dr Ann Miller, University of Leicester am84@leicester.ac.uk

Deadline:  30 novembre 2010

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts