Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Le groupe de travail « Livre : création, culture et société », appartenant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, a choisi d’adopter, comme thématique de son séminaire 2010-2011 : « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ». Semblable proposition semble constituer une incitation à évoquer l’ensemble des « intermédiaires » de la chaîne du livre de bande dessinée, que ceux-ci aient en charge la définition d’une politique éditoriale ou l’inscription dans un public. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin prochain.

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2
« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2010-2011 :
Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Appel à contribution
Date limite : 30 juin 2010

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris 10-Nanterre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, se tiendra la cinquième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ».

Champ de recherche :

Dans la continuité des débats et réflexions suscités par la session 2009-2010 du séminaire, par la première journée d’études du 15 juin 2009 (« Du livre à l’auteur. Autorité, sociabilités, matérialité et circulation de l’écrit du XVIe au XIXe siècle » (www.chcsc.uvsq.fr/journees/dulivrealauteur.html) et le colloque des 2 et 3 juillet 2010 (« L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur. Du livre à Internet »), ainsi que dans le cadre de la préparation du projet ANR « L’auteur en réseaux. Modes de circulation transnationale du livre » (session 2011),  notre groupe de travail entend poursuivre ses investigations sur le livre, l’auteur, non seulement dans le cadre des relations avec les autres professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires, critiques…), mais aussi dans son rapport complexe et souvent invisible avec la communauté des lecteurs (imaginé, convoqué, redouté, réel, pluriel, hyperlecteur, contre-lecteur…).

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles capable d’interroger l’auteur non plus comme « acteur central de l’univers littéraire » (B. Lahire), mais comme un acteur parmi d’autres pris dans un réseau contractuel (avec un éditeur), dans un réseau communicationnel (avec libraires et bibliothécaires), dans un réseau médiatique (avec les journalistes).

Refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, il s’agira de ne pas exclure les productions commerciales grand public ni les créateurs les moins légitimes (auteurs de best-sellers, auteurs de genres populaires dits mineurs), et de prendre en compte la banalisation de l’objet livre qui désacralise le produit et le producteur, l’œuvre et le créateur. Dans cette optique, toutes les perspectives (historiques, juridiques, littéraires, sociologiques…) seront prises en compte.

Deux axes de réflexion sont proposés :

1/ Les réseaux de diffusion

Seront privilégiées les pistes suivantes :

  • la librairie et la bibliothèque face aux usagers du livre
  • les imaginaires de la librairie, de l’édition et de la bibliothèque
  • la lecteur comme création (lecture savante ; les lectures de l’auteur…)
  • les supports ou les outils de lecture
  • les représentations de la lecture
  • les discours sur la lecture
  • l’écriture en marge (de la glose à Internet)
  • transferts littéraires et réception littéraire
  • les littératures traduites

2/ Les communautés de lecteurs

Pourront être explorées les pistes suivantes :

  • les cercles de lecture
  • les lieux de sociabilité et de lecture
  • les modalités de lecture (à haute voix, silencieuse…)
  • les abécédaires et manuels de lecture
  • les comités de lecture (journaux et maisons d’édition)
  • les courriers de lecteurs (presse, édition…)
  • les blogueurs
  • les fans
  • les sites de lecture

Renseignements pratiques :

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences à Paris 10-Nanterre

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance.

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Forme et date limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 30 juin 2010 à l’adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr.

Université de l’Institut Charles Perault – 2 : « La littérature de jeunesse à la scène et à l’écran »

L’Université d’été de l’Institut Charles Perault, dirigé par Rose-May Pham Dinh (université Paris 13) a rendu public son programme que nous présentons ici en pièce jointe. Il est à noter que cet événement semble faire pendant à la 4e université d’été de la bande dessinée dont le thème est consacré au « trans-média, cross-média, média-global ». Les deux manifestations devraient ainsi donner un intéressant panorama de ce nouveau dispositif médiatique et il est à noter qu’une intervention portera sur le personnage de Moumine le troll, crée par Tove Jansson et présenté en bandes dessinées aux éditions du Lézard Noir.

Prog_univ2010_web

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Viñetas Serias ». Premier Congrès International de Bandes Dessinées

À l’occasion de la troisième édition du festival international de bande dessinée de Buenos Aires « Viñetas Sueltas », les chercheurs sont invités à se joindre à cet événement qui donne un nouvel élan au neuvième art en Argentine. La recherche en bande dessinée dans ce pays vit actuellement un renouveau après des décennies de crises politiques et économiques qui l’avaient abattue en plein vol. Avec le retour à une certaine stabilité, de nouvelles entreprises éditoriales ont vu le jour (Editorial Común, Domus Editora, La Productora…) auprès des plus traditionnelles (De la Flor, Sudamericana), notamment grâce aux blogs et autres sites internet. Ce phénomène témoigne de la vigueur de la bande dessinée malgré des années de néant éditorial et il semble naturel que la recherche ait suivi ce mouvement et que les sujets de mémoire et de thèse portant sur l’historieta fleurissent depuis quelque temps, notamment en Histoire, en Sociologie et en Sciences de la Communication.

Le Premier Congrès International de Bandes Dessinées « Viñetas Serias », qui se tiendra du 23 au 25 septembre 2010 à la Biblioteca Nacional de Buenos Aires, se veut un point de départ à l’institutionnalisation de la recherche sur le neuvième art en Argentine. Seront donc abordées, outre les études historiques et esthétiques sur des séries et des personnages nationaux, les problématiques propres aux difficultés des chercheurs argentins, en ce qui concerne, par exemple, le mauvais état de conservation des archives, la difficile constitution de bibliographies critiques et, en somme, le manque de moyens de la recherche dans ce domaine particulier.

L’appel à communication est lancé jusqu’au 7 juin 2010.

Pour plus d’informations, consulter le site de « Viñetas Serias » : http://www.vinetas-sueltas.com.ar/congreso/

Traduire l’humour des langues et littératures asiatiques

L’équipe « Littérature d’Extrême-Orient, Texte et Traduction » (LEO2T) de l’université de Provence organise en 2011 un colloque intitulé « Traduire l’humour des langues et littératures asiatiques ». Même si elle n’est pas mentionnée dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, gageons que la bande dessinée sera la bienvenue au regard d’un thème impliquant une réflexion sur le manga. L’examen des récentes éditions des œuvres de Miziku Shigeru, qu’il s’agisse d’Opération mort ou de la série Kitaro le repoussant, et plus largement le travail des éditions Cornelius pourrait ainsi poser le fondement d’une fort originale et intéressante recherche.

Traduire l’humour des langues et littératures asiatiques

Résumé

Depuis plus de six ans, l’équipe LEO2T a organisé plusieurs rencontres, journées d’études et colloques au sujet des littératures d’Asie, leur réception et leur traduction. Après avoir étudié la manière de traduire les onomatopées des langues asiatiques, l’expression de la passion, de l’amour et du sexe ainsi que les questions de réception des œuvres romanesques de l’Extrême-Orient, elle organise deux jours de colloque sur le thème « Traduire l’humour » » qui permettront d’aborder tous les problèmes qui peuvent surgir dès lors que l’on tente de faire passer d’une des langues de notre zone géographique de prédilection, savoir le hindi, le chinois, le thaï, le coréen, le vietnamien et le japonais, dans une autre (et particulièrement la nôtre), des traits d’humour d’une autre culture.

Annonce

Depuis plus de six ans, l’équipe LEO2T a organisé plusieurs rencontres, journées d’études et colloques au sujet des littératures d’Asie, leur réception et leur traduction. Après avoir étudié la manière de traduire les onomatopées des langues asiatiques, l’expression de la passion, de l’amour et du sexe ainsi que les questions de réception des œuvres romanesques de l’Extrême-Orient, elle organise deux jours de colloque sur le thème « Traduire l’humour » qui permettront d’aborder tous les problèmes qui peuvent surgir dès lors que l’on tente de faire passer d’une des langues de notre zone géographique de prédilection, savoir le hindi, le chinois, le thaï, le coréen, le vietnamien et le japonais, dans une autre (et particulièrement la nôtre), des traits d’humour d’une autre culture. Les propositions d’intervention sur une langue asiatique différente de celles citées plus haut sont aussi les bienvenues. Nous ne mettons aucune limite ni restriction aux angles d’approche qui pourraient être retenus, ni même à la nature des textes soumis à examen. Néanmoins, nos expériences récentes nous invitent à demander aux intervenants d’envisager une intervention la plus brève possible (20 minutes) afin de laisser le plus de place à la discussion et aux échanges avec le public et les autres intervenants. Les interventions retenues pourront être publiées dans la revue en ligne de l’équipe IDEO.

La date limite d’envoi des propositions de communication est fixée au 15 septembre 2010.

Les propositions d’une quinzaine de lignes porteront un titre. Et seront envoyées à absa.ndiaye@univ-provence.fr


LieuAix-en-Provence
Date limitemercredi 15 septembre 2010
ContactAbsa d’Agaro
  • courriel : absa [point] ndiaye (at) univ-provence [point] fr
  • Université de Provence, DR_LSH Bur A 133, 29 Av Robert Schuman 13621 Aix-en-Provence cedex 1
Urls de référence

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Chris Ware : la bande dessinée réinventée

Chris Ware : la bande dessinée réinventée, ouvrage réalisé par Jacques Samson et Benoît Peeters sur l’œuvre de l’artiste éponyme, est paru en 2010 aux Impressions Nouvelles. À travers un argumentaire hétéroclite, il entend rendre compte de la modernité de cet auteur, figure souvent primée, essentielle à la bande dessinée contemporaine américaine. Cette « première monographie en langue française » (p.6) complète ainsi un appareil critique sur Chris Ware encore peu présent en France, développé notamment sous la forme d’articles parus dans des collectifs, tels « Jimmy Corrigan : entre le mythe et le monde » dans Mythe et bande dessinée et « Une vision furtive de Jimmy Corrigan » dans Poétiques de la bande dessinée, tous deux signés par Samson.

Chris Ware se divise en quatre chapitres dont l’intérêt est de revêtir chacun une forme différente. Ainsi, à une présentation biographique de l’auteur et de ses œuvres représentatives, succède, dans un second chapitre, un entretien mené par Benoît Peeters. Le troisième chapitre est consacré à des extraits, préfaces et introductions rédigés par Chris Ware lui-même et le dernier, enfin, est dédié à une théorie développée par Samson sur l’œuvre de l’auteur, à travers une analyse de Jimmy Corrigan dans sa globalité et de « micro-lectures » successives de planches individuelles. De fait, ces quatre chapitres font à chaque fois entendre une voix différente : celle de Peeters comme meneur d’une interview, de Samson comme lecteur et théoricien d’une œuvre et celle de Ware lui-même, au sujet de son rapport à la création, de sa condition d’auteur de bande dessinée et de sa perception du médium. Autonomes mais pourtant connexes, ces parties peuvent se lire indépendamment, tout en convergeant cependant vers un même argumentaire qui touche à l’esthétique du support.

En effet, le sous-titre de l’ouvrage, « La bande dessinée réinventée », manifeste d’emblée la thèse sous-jacente des auteurs à propos de la modernité en bande dessinée, conceptualisation dont Chris Ware serait l’un des artistes les plus représentatifs : « L’expérimentation [de Chris Ware] […] répond au besoin de s’approprier la « musicalité » de la bande dessinée, sans le recours du texte. Il veut pousser son médium à la limite, de manière à en éprouver les potentialités les plus essentielles. » (p.20) A ce sujet, la longue analyse de Samson au quatrième chapitre, « Chris Ware : une célébration de la bande dessinée » (pp.101-156), est certainement la plus poussée de l’ouvrage. L’essayiste s’y adonne à une analyse de Jimmy Corrigan comme réflexion même sur l’acte de lecture : « L’essentiel de la démarche de Ware peut être ramené à un effort d’élaboration d’une nouvelle compétence de lecture pour la bande dessinée, jusque et y compris à travers la maîtrise de l’ensemble des paramètres d’édition. » (p.126) Par un effet de zoom avant, il passe d’une étude de l’objet-Jimmy Corrigan (pointant alors l’importance dans la bande dessinée contemporaine de dispositifs paratextuels tels la jaquette ou les pages de garde en tant qu’éléments d’analyse) au contenu narratif même de l’œuvre. Cette problématique lui permet en ce sens d’interroger les « nouvelles formes de « lisibilité » » (p.124) expérimentées par Ware : superposition de lignes narratives, éclatement du sens de lecture au sein de la planche, haut degré d’expressivité de la bande dessinée servi par le style minimaliste de l’artiste… La modernité de Ware est ainsi mise en valeur par l’emploi de ces procédés qui soulignent sans cesse l’autoréflexivité de son œuvre, tant sur le plan énonciatif qu’éditorial, et qui font jouer au lecteur un rôle primordial dans la reconstitution de son sens. Pour illustrer son propos, Samson a ainsi recours à la notion de « métalecture », « c’est-à-dire une lecture qui se fige et se concentre – voire s’interroge – sur sa propre effectuation. » (p.150)

Cette théorisation de la modernité en bande dessinée peut se lire en rapport avec les lectures rétroactives qu’effectue Chris Ware, dans le troisième chapitre, au sujet de deux pionniers du médium : Rodolphe Töppfer et Frank King. Il y souligne l’importance chez Töppfer du rythme et de la gestuelle en bande dessinée, à l’origine même de ce qu’il entend par la « musicalité » du support. Il définit ensuite le rythme régulier de parution du strip de King comme « le moteur de son histoire » (p.96). Le strip, dans son mode de diffusion, accompagne le quotidien même du lecteur et apparaît dès lors comme le support idéal de représentations intimistes de tranches de vie, dans « un étrange équilibre entre humour et drame » : « Il s’agissait d’une succession d’événements insignifiants et sans rapport apparent, dominée par un sentiment persistant et inlassable qui faisait avancer le tout. » (p97) Ces analyses témoignent alors de deux aspects importants : tout d’abord, elles rendent compte du travail de deux modèles pour Ware, dont l’influence se retrouve dans la construction très rythmée de ses planches et du caractère intimiste de ses histoires, soulignant par là une modernité déjà présente chez ces précurseurs. Ensuite, elles ébauchent, par leur dimension rétroactive, une histoire de la bande dessinée en perpétuelle mutation, comme le sous-entend l’auteur lui-même : « Des strips plus décalés et plus personnels qui sont tombés aux oubliettes depuis quelques décennies devraient refaire surface avec le statut d’œuvres d’art supérieures. » (p.98)

Chris Ware : la bande dessinée réinventée est donc un très intéressant ouvrage, non seulement au sujet d’un auteur de plus en plus important, mais également à propos de la question plus large de la modernité en bande dessinée, amenée à se poser souvent dans la recherche sur ce médium, étant donné les innovations formelles auxquelles la production contemporaine est sujette. On pourra tout de même regretter une absence de définition de cette principale notion, du moins dans la façon dont elle est envisagée par les auteurs[1]. Cependant, le livre demeure essentiel, l’indépendance des chapitres favorisant plusieurs niveaux d’accessibilité, entre objet de curiosité et ouvrage théorique. A noter enfin la présence très importante de planches et croquis de Ware, essentielle à la pleine compréhension des arguments avancés.

Référence :

Benoît Peeters, Jacques Samson, Chris Ware : la bande dessinée réinventée, Les Impressions Nouvelles, 2010.

ISBN : 9782874490859


[1] La question de la modernité a également été abordée lors d’un colloque à Cerisy dont l’axe d’étude était « Bande dessinée, Récit et Modernité » auquel Benoît Peeters, entre autres, a participé. Le lien ci-dessous renvoie au programme de ces journées d’étude : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/bandedessineeprg87.html

Lire et produire des bandes dessinées à l’école

Du 18 au 20 mai 2010 se tiendra un important colloque à Grenoble sur les liens entre bande dessinée et école, à l’initiative, notamment, de Nicolas Rouvière, bien connu pour ses travaux sur Astérix. Rassemblant chercheurs et médiateurs de la bande dessinée, ce colloque, au programme dense, se propose « d’ouvrir le champ de la réflexion pédagogique et didactique sur l’usage scolaire du médium dans le cadre plus particulier de la classe de littérature. Les cycles d’enseignement privilégiés seront ceux de l’école primaire, du collège et du lycée, mais une ouverture sera faite aux expériences pédagogiques menées à l’Université. »

En voici, ci-dessous, l’argumentaire de présentation et le programme définitif, pour ceux qui n’en auraient pas encore eu connaissance.

Lire et produire des bandes dessinées à l’Ecole
du mercredi 18 mai 2010 au vendredi 20 mai 2010

Maison des langues et des cultures – Université Stendhal Grenoble 3

Trente années se sont écoulées depuis le premier colloque international consacré aux liens entre bande dessinée et enseignement. Celui-ci s’était tenu en 1979 à La Roque d’Anthéron et avait donné lieu aux Actes Histoire et bande dessinée publiés la même année. De fait c’est principalement dans le champ disciplinaire de l’histoire que la réflexion pédagogique s’est poursuivie, à travers l’ouvrage collectif dirigé par Pascal Ory, Histoire par la bande, bande dessinée, histoire et pédagogie publié chez Syros en 1993. Les liens entre bande dessinée, pédagogie et littérature n’ont quant à eux jamais fait l’objet d’un colloque spécifique. Le tout premier colloque consacré à la bande dessinée et l’enseignement du français s’est tenu en avril 2008 à l’UQAR (campus de Lévis), mais son orientation visait moins la didactique de la littérature en elle-même que l’usage prétexte de la bande dessinée dans une perspective croisant la linguistique et les sciences de l’éducation.

Les deux dernières décennies ont pourtant vu un renouvellement complet des problé-matiques littéraires liées à l’usage scolaire du médium.

Tout d’abord les études en sociologie de la lecture, dans le courant des années 80,  ont montré que face à l’évolution et aux mutations du public scolaire, il était nécessaire de repartir des pratiques réelles des élèves et de leurs intérêts, afin d’éviter les effets d’exclusion à l’égard de la culture écrite. [1]

Dans le courant des années 90, les recherches sur la paralittérature et la littérature populaire [2] ont conduit à repenser l’approche du champ littéraire : celui-ci s’est élargi à la notion de « culture médiatique », pour reconnaître aux fictions de masse la capacité de cristalliser les représentations collectives et la sensibilité historique d’une époque, autant que peut le faire la production restreinte de la littérature légitimée. Il apparaît alors que les stéréotypes dont peut user la bande dessinée ne sont pas la dégénérescence de motifs originaux inventés par la littérature d’avant-garde. Ce sont des codes sociaux que la fiction de masse ne fait qu’arranger et manier selon un axe de plus grande communicabilité.

Dans le courant des années 2000, la théorisation sur le fonctionnement du médium   a franchi un pas décisif à travers l’approche néo-sémiotique de Thierry Groensteen (Système de la bande dessinée, PUF, 1999), suivi de l’essai théorique de Harry Morgan (Principe des littératures dessinées, éditions de l’An 2, 2003), qui ont conduit à inscrire pleinement la bande dessinée dans le champ des « littératures dessinées ». Depuis 2002, en France, la BD a du reste fait l’objet d’une reconnaissance officielle comme littérature légitime de la part du Ministère de l’Education nationale. Inscrite parmi les « six caté-gories » de la « liste de référence des oeuvres de littérature de jeunesse pour le cycle 3 », elle est fortement présente également dans les listes des ouvrages recommandés par le livret d’accompagnement pour chacun des cycles du collège.

Cette revalorisation officielle ne produit pas pour autant un parfait consensus à son égard, en particulier parce que l’on méconnaît souvent les théories critiques qui la légitiment. Si la bande dessinée est entrée peu à peu dans les bibliothèques scolaires,  les manuels et les cours, plutôt de français que d’arts plastiques, elle est utilisée le plus souvent pour enseigner autre chose qu’elle-même : elle habille les exercices de grammaire de nouveaux atours, ou sert d’illustration pour telle ou telle notion de narratologie. Dans les classes, force est de constater qu’on n’étudie pas encore d’album de BD comme oeuvre intégrale.

Le retard en l’occurrence provient surtout de la réflexion pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet littéraire encore perçu comme secondaire et marginal. Il manque en particulier une modélisation des difficultés qu’implique l’étude du médium, tant du point de vue de la socialisation du livre en classe, des compétences lecture spécifiques mobilisées par le récit séquentiel en images, de la production d’écrit à caractère scénaristique, que des critères d’évaluation des productions d’élèves.

Les théories littéraires de la réception, qui soulignent le rôle actif du lecteur en tant que sujet producteur du sens [3], ont certes renouvelé la didactique de la littérature à l’Ecole : les travaux de Catherine Tauveron, en particulier, en mettant l’accent sur le texte littéraire comme ère de jeu programmant ses propres difficultés de compréhension et d’interprétation, ont profondément renouvelé la pratique scolaire de l’album pour enfant et du roman jeunesse, pour solliciter la participation active des élèves face à des textes « réticents » ou « proliférants ». [4] Mais tout se passe comme si ces différentes avancées s’arrêtaient au seuil de la bande dessinée, qui n’est presque jamais pris comme exemple de support.

Dans le prolongement du colloque « Bande dessinée et enseignement du français »  qui s’est tenu à l’UQAR (campus de Lévis) en avril 2008, le colloque international organisé par le CEDILIT vise à ouvrir le champ de la réflexion pédagogique et didactique sur l’usage scolaire du médium dans le cadre plus particulier de la classe de littérature. Les cycles d’enseignement privilégiés seront ceux de l’école primaire, du collège et du lycée, mais une ouverture sera faite aux expériences pédagogiques menées à l’Université.

[1] Olivier Galland, Les Jeunes, Paris, La découverte, coll. « Repères », 1985 et François de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989.

[2] Daniel Couégnas, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992, coll. « Poétique ».

[3] W. Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985 et J-L. Dufays, L. Gemenne, D. Ledur, Pour une lecture littéraire, vol. 1, Bruxelles, De Boeck Duculot, 1996.

[4] Catherine Tauveron (dir.), Lire la littérature à l’école, Paris, Hatier, 2002.

PROGRAMME

MARDI 18 MAI

8 heures 30 : accueil des participants

9 heures : ouverture

Lise Dimasy, Présidente de l’Université Stendhal
Chantal Massol
, Directrice de Traverses 19-21 (EA 37 48)
Nicolas Rouvière
, MCF didactique de la littérature, Grenoble 1, IUFM

Etat des lieux sur les pratiques scolaires
De la BD-prétexte à l’étude du médium pour lui-même : quels enjeux culturels, quels obstacles didactiques ?

Matin :

. 9 heures 30
Harry Morgan
(théoricien de la BD, auteur)
De l’amélioration de la presse enfantine à la production de bandes dessinées en classe (1949-2009).

. 10 heures
Bernard Tabuce
(Université Montpellier 3)
Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD au collège. Rahan peut-il espérer dégraisser le mammouth ?

. 11 heures
Jean-Maurice Rosier
(Université libre de Bruxelles, Belgique)
Leurre pédagogique ou pratique de retrait : la BD à l’école.

. 11 heures 30
Laurence Corroy
(Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
Marie-Christine Lopani-Vaissade
(Université Bordeaux 3)
Des bulles au tableau noir : pour une éducation à la bande dessinée.

Après-midi :

. 14 heures
Marianna Missiou
(Université de l’Egée, Rhodes, Grèce)
Enjeux éducatifs contemporains et bandes dessinées.

. 14 heures 30

Jean-François Boutin (Université du Québec à Rimouski )
Michaël Ggégoire
(Université du Québec à Rimouski )
L’apport de la recherche-développement dans l’exploitation de la bande dessinée en contexte scolaire : un aperçu de la démarche de recherche et des activités pratiques pour la classe de français.

. 15 heures 30
Jean-Pierre Thomas
(Université York, Toronto, Canada)
Enseigner la bande dessinée en Amérique du nord : l’album ou le graphic novel ?

. 16 heures
Mohamed Bahi
(Université de Beni-Mellal, Maroc)
La bande dessinée entre lecture récréative et support didactique : le cas du Maroc.

. 16 heures 30
Matteo Stefanelli
(Université de Milan, Italie)
Ordre et désordre. Pour une pédagogie de la BD au-delà de la dialectique textes- images

MERCREDI 19 MAI

La bande dessinée en classe de français : quelle didactique pour une approche littéraire et plastique du médium ?

Matin :
L’adaptation d’oeuvres littéraires en BD

. 9 heures
Jean-Paul Meyer
(Université de Strasbourg)
A propos des albums de BD adaptées de romans : de la transposition littéraire   à la transposition didactique.

. 9 heures 30
Brigitte Louichon
(Université Bordeaux 4, IUFM d’Aquitaine)
Fables en BD – La contrainte du texte.

. 10 heures :
Guillaume Perrier
(Université Grenoble 1, IUFM de Chambéry)
Lire Proust en BD.

L’étude de la BD en oeuvre intégrale

. 11 heures :
Nicolas Rouvière
(Université Grenoble 1, IUFM de Grenoble)
Etudier un album BD en oeuvre intégrale au cycle 3 : quelles spécificités didactiques ?

. 11 heures 30 :
Evelyne Bedouin
( Université de Picardie, IUFM d’Amiens)
Comment des enseignants de cycle 3 tentent de concilier approche formelle de la bande dessinée et lecture littéraire : l’exemple du Paradis des cailloux.

Après-midi:
Auteurs et éditeurs pour enfants : quel projet éducatif ?

. 14 heures :
Christiane Connan-Pintado
(Université de Bordeaux 4, IUFM d’Aquitaine)
Instruire et plaire : le projet éducatif et culturel d’Yvan Pommaux.

. 14 heures 30 :
Marie Lallouet
(rédactrice en chef de « J’aime lire » et « Dlire »)
La bande dessinée comme elle se fait.

. 15 heures 30 :
Catherine Brasselet
(Université de Valenciennes)
De l’influence de la bande dessinée sur l’album pour enfants.

. 16 heures  :
Mireille Baurens
(Université de Lyon 1, IUFM de Lyon)
Fanny Lignon
(Université de Lyon 1, IUFM de Lyon)
Lanfeust de Troy : la BD au service d’une égalité de « genre ».

Atelier 1 :
Présentation d’expériences pédagogiques sur la BD à l’école primaire

. 14 heures:
Nathalie Lemieux
(Université du Québec à Rimouski, Canada) :
L’enseignement explicite de stratégies de compréhension à partir de la lecture de bande dessinée auprès de garçons à risques : problématique, méthodologie et résultats préliminaires.

. 14 heures 30
Angélique Perronet
(Ecole Jules Ferry, Grenoble) :
Etudier un album de BD au CM1 : l’exemple de Petit vampire va à l’école.

. 15 heures 30
Patrice Gentilhomme
(Ecole d’application, Tours) :
Témoignage pédagogique : une classe littérature-BD au cycle 3.

. 16 heures :
Marianne Berissi
(Université de Provence,IUFM Aix-Marseille) :
Etudier la BD sans texte : Là où vont nos pères, une initiation complexité narrative.

Atelier 2 :
Lire et produire des bandes dessinées au collège

. 14 heures
Liliane Cheïlan
(Institut international Charles Perrault, Eaubonne) :
Les rapports texte-images dans deux adaptations en bande dessinée de Frankenstein de Mary Shelley : quelles pistes de découvertes ?

. 14 heures 30
Claire Simon
(CIBDI, Angoulême) :
Un projet annuel dans une classe de 4e « ambition réussite » : l’adaptation d’oeuvres littéraires en bande dessinée. Quels gains pour les apprentissages ?

. 15 heures 30
Marie Restoin
(CIBDI, Angoulême) :
Les 99 exercices de style de Matt Madden, ou comment initier les élèves de collège à l’art de la BD.

. 16 heures
Alain Démarco
(Université de Nice, IUFM) :
Comment intégrer l’étude et la fabrication de planches dans le cours de lettres, une préoccupation d’enseignant et de formateur.

Atelier 3 :
Etudier la BD au Lycée

. 14 heures
Daniel Sallès
(Collège de l’Europe, Bourg de Péage)
Perrine Domaine Devevey
(Collège La Mandallaz, Sillingy) :
Bande dessinée et éducation aux médias.

. 14 heures 30
Bernard Spée
(Collège Saint-Hadelin à Visé, Belgique) :
Analyser et produire une séquence onirique en bande dessinée : l’exemple du rêve du capitaine Haddock dans Tintin au Tibet.

. 15 heures 30
Judith Rosenfeld
(Lycée professionnel André Cuzin de Caluire) :
Etude d’une oeuvre complète / Lecture d’image / oeuvre à double voix Les quatre fleuves, policier Fred Vargas, Baudoin, éditions Viviane Hamy, collection chemins nocturnes, France, 2000.

. 16 heures
Vincent Marie
(Lycée Philippe Lamour de Nîmes) :
Enseigner la souffrance et la mort à partir de C’était la guerre des tranchées, de Tardi.

JEUDI 20 MAI

La bande dessinée au service d’autres apprentissages

Matin :
Bande dessinée et histoire

. 9 heures
Philippe Marion
(Université de Louvain-la-Neuve, Belgique)
Les « 14-18 » de Jacques Tardi. Constantes graphiques et diversités des sensibilités historiques.

. 9 heures 30
Joël Mak Dit Mack
(Lycée professionnel de Thizy, Rhône)
Histoire culturelle et bande dessinée : pistes méthodologiques et propositions pédagogiques pour l’étude d’oeuvres complètes en classe.

. 10 heures 30
Sylvie Dardaillon
(Université Orléans-Tours, IUFM)
Christophe Meunier
( Université Orléans-Tours, IUFM)
Dire l’indicible : la Shoah dans la Bande Dessinée. Approches historiographique, littéraire et didactique.

. 11 heures
Thierry Crépin
(Lycée Guy Mollet, Arras)Histoire et bande dessinée. La propagande dans la bande dessinée sous l’occupation : de la recherche à l’exploitation pédagogique.

. 11 heures 30
Julie Gallego
(Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La bande dessinée historique dans l’enseignement supérieur.

Après-midi :
Langue, culture et civilisation

. 14 heures
Marianne Jacquet
(Université de Colombie Britannique)
Isabelle Côté
(Université de Colombie Britannique)
Le rôle de la BD dans la formation des maîtres en contexte culturel et langagier minoritaire en Colombie-Britannique.

. 14 heures 30
Tatiana Blanco Cordon
(Université de Clermont-Ferrand )
Eléments de réflexion pour l’exploitation du récit de bande dessinée dans la pratique de l’espagnol langue étrangère.

. 15 heures 30
Marc Blancher
(Université Eberhard-Karl de Tübingen)
Enseigner la bande dessinée (francophone) dans le monde germanophone : moyens, méthodes, apports et perspectives.

. 16 heures
Sylvie Martin-Mercier
(Université Grenoble 3)
La bande dessinée à l’université : exemples d’exploitation de la BD en filière italien LCE (Université Stendhal).

. 16 heures 30
Youmna Tohme
(Centre international d’études pédagogiques)
L’exploitation de la bande dessinée en cours de langue et civilisation françaises.

. 17 heures : conclusion et clôture du colloque

responsable

Nicolas Rouvière
nicolas.rouviere@ujf-grenoble.fr

url de référence :
http://w3.u-grenoble3.fr/traverses/spip/
adresse

Traverses 19-21/CEDILIT
Université Stendhal Grenoble 3, BP 25 38040 Grenoble Cedex 9

Un programme très dense, donc. Si un lecteur de ce blog présent à ce colloque souhaite proposer un compte-rendu du colloque, ou du moins d’une partie, il est le bienvenu ! Nous contacter via carnetsbd@orange.fr

Studies in Comics

Le premier numéro de la revue Studies in Comics vient de paraître, fin avril 2010. S’inscrivant dans le prolongement de The Comics Journal et de The International Journal of Comic Art (dont le rédacteur en chef, John Lent, signe un article dans ce numéro), Studies in Comics s’inscrit aussi dans le mouvement d’expansion des revues scientifiques consacrées à la bande dessinée dans le champ universitaire anglo-saxon : European Comic Art (Liverpool University Press) a été lancé au printemps 2008, et The Journal of Graphic Novels and Comics (Routledge) est censé être lancé lui aussi cette année.

La couverture du premier numéro, empruntée à Chris Ware

Les deux rédacteurs en chef (Julia Round, université de Bornemouth, et Chris Murray, université de Dundee) n’hésitent d’ailleurs pas, dans leur éditorial, à qualifier ce mouvement de « révolution » faisant émerger un champ de recherches nouveau. Exagération rhétorique, certes, mais la recherche sur la bande dessinée tend indéniablement à s’institutionnaliser, dans les pays anglo-saxons en tout cas. Le premier numéro de cette revue laisse supposer un ancrage fortement théorique, ainsi que le montre le sommaire :

The winding, pot-holed road of comic art scholarship Authors: John A. Lent Intertwining verbal and visual elements in printed narratives for adults Authors: Pascal Lefevre Discerning pictures: how we look at and understand images in comics Authors: Stuart Medley The shape of comic book reading Authors: A. David Lewis William Hogarth’s A Harlot’s Progress : the beginnings of a purely pictographic sequential language Authors: Roberto Bartual The graphic novel as metafiction Authors: Paul Atkinson The limits of time and transitions: challenges to theories of sequential image comprehension Authors: Neil Cohn Interview-Harry Morgan: the twenty-first century Renaissance man of graphic novels Authors: Laurence Grove Reviews-Diary Drawings by Bobby Baker Authors: Sarah Lightman

Personnellement, je n’ai pas eu le temps encore de lire ce numéro à fond, mais je compte au moins me pencher sur l’article de John Lent, qui propose une généalogie comparée de l’émergence de l’étude de la bande dessinée à l’université en Amérique du Nord, en Europe, en Chine, au Japon, ainsi qu’en Australie. Une mise en perspective par le principal spécialiste de la question qui ne manque pas, a priori, d’intérêt – et qui devrait nuancer quelque peu l’éditorial de la revue, qui présente l’étude de la bande dessinée comme un champ tout juste émergent. Ce n’est pas tout à fait faux, mais cela fait quand même quelques décennies que le champ émerge… Voici, pour finir, l’appel à communications de la revue :

Papers are invited for Studies in Comics, a new international and interdisciplinary academic journal that aims to describe the nature of comics, to identify the medium as a distinct art form, and to address its formal properties. With the inaugural issue we hope to launch our investigations with a selection of world-class academic articles that explore the formal properties of comics, advancing their own theory of comics or responding to an established theoretical model. We also welcome reviews of new comics, scholarship, criticism and exhibitions, as well as unpublished creative work. We invite submissions of articles of 4,000-8,000 words from any discipline. These should have a strong critical focus and seek to apply hitherto unexplored theoretical approaches to the medium of comics or respond to published theories about the medium’s formal properties. Possible areas include:

  • Comics and visual language in the context of communications theory
  • The grammar of comics
  • Narrative structure
  • The relationship between panel, page and the multiframe
  • Composition and panel transitions
  • The treatment of time and space
  • Responses to published theorists such as Scott McCloud, Will Eisner, Thierry Groensteen, etc.

We also welcome reviews of new publications and exhibits and short creative work of 1-5 pages in length. Creative work should be relevant to some aspect of comics, although there are no other thematic or stylistic restrictions. Metafictional submissions that deal with the processes and theories of comics creation are encouraged. Submissions are welcome from both scholars and enthusiasts. Contributors are encouraged to approach comics from any discipline and to turn their attention to comics from all countries and in all languages. So whether you’re a semiotician, philosopher, scientist, historian, enthusiast, cultural, literary or film critic, Studies in Comics welcomes you! Please send all submissions to studiesincomics@googlemail.com.

Le premier numéro est en accès libre sur le site de la revue : http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-issue,id=1804/

Contemporaneity : Historical Presence in Visual Culture

La revue électronique « Contemporaneity : Historical Presence in Visual Culture », présentée sur le site de l’université de Pittsburgh (USA), recherche des articles se proposant d’appréhender la temporalité en terme d’inventivité visuelle. Ce thème rencontre de nombreux échos dans le champ d’une bande dessinée s’inscrivant volontiers dans des temps à venir (à travers des utopies comme Les Cités obscures) ou passés (dans le cadre des œuvres historiques chères à Hermann ou Bourgeon) et mobilisant dans ce dernier cas une documentation qui semble lui conférer une spécificité vis-à-vis d’autres arts. Il serait également intéressant d’examiner les modalités selon lesquelles la bande dessinée s’invente un présent, que ce soit à travers des procédés graphiques ou narratifs (flash-back, ellipses…), une réappropriation de son patrimoine (pensons à l’exposition cent pour cent) ou encore à travers la volonté de se constituer comme un mode d’expression critique vis-à-vis de ce qui lui est contemporain (pensons à L’An 01 de Gébé ou à la récente vogue de la « bande dessinée de reportage »). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 septembre 2010.

Robert Bailey, Editor-in-Chief
Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture
104 Frick Fine Arts
University of Pittsburgh
Pittsburgh, PA 15260
Email:
contemporaneity@pitt.edu
Visit the website at
http://contemporaneity.pitt.edu

Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture aims to explore how the complexities of being in time find visual form. Crucial to this undertaking is accounting for how, from prehistory to the present, cultures around the world conceive of and construct their present and the concept of presentness visually. Through scholarly writings from a number of academic disciplines in the humanities, together with contributions from artists and filmmakers, Contemporaneity maps the diverse ways in which cultures use visual means to record, define, and interrogate their historical context and presence in time. For our inaugural issue, we seek submissions from scholars, artists, and filmmakers. Possible topics or areas of interest include, but are not limited to, the following:

– The concept of the present across time and cultures
– Cultural exchange, temporal disjunction, historical coincidence
– The simultaneity of conflicting kinds of time
– The persistence of the past in the present
– Collecting, the archive, forgery
– Messianic time, circular time, the eternal return, the event, everyday life, historical time, timelessness
– Teleology, apocalypse, the end of time, the end of art, the end of history
– Tradition, decadence, renaissance, restoration, avant-garde, modernization
– Phenomenology of time
– Nostalgia, melancholy, boredom
– Chronophobia and chronomania
– Making time visible, representing time through images and texts, narrating
– The life of images and reception history
– Treating the present historically
– Historical delays and the acceleration of history
– Methodological problems concerning the writing of art history or film history
– Periodization

The deadline for submissions is September 30, 2010. Manuscripts should be no more than 6,000 words in length and should adhere to the Chicago Manual of Style. Contributions from artists and filmmakers may take many forms.

Please visit contemporaneity.pitt.edu for more information. To make a submission, click Register and create an Author profile to get started.

Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture is a scholarly, peer-reviewed online publication edited by graduate students in the Department of History of Art & Architecture at the University of Pittsburgh. It is hosted by the University Library System of the University of Pittsburgh as part of its D‐Scribe Digital Publishing Program.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Image et pouvoir

L’institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques de l’université Saint-Joseph de Beyrouth organise en décembre prochain un colloque intitulé : « Image et pouvoir ». Cet événement est susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée, car il entend interroger la place qu’occupe l’image au sein de l’espace social à travers des thèmes riches et variés.

L’analyse des rapports qu’entretiennent image et pouvoir politique nous invite ainsi à relire les travaux de Pascal Ory qui traitent d’une bande dessinée ayant valeur de propagande (Le petit nazi illustré. Vie et survie du téméraire, Nautilus, 2002), de Jean-Paul Gabillet qui s’intéresse à l’influence des contraintes économiques et idéologiques sur la création de bande dessinée (Des Comics et des hommes, Editions du temps, 2005) ou encore ceux de Thierry Crépin et Thierry Groensteen qui analysent l’importance d’un dispositif législatif de protection de la jeunesse sur le neuvième art (On tue à chaque page, les éditions du temps, 1999).

Le rapport de la bande dessinée à la violence ne semble pas avoir pour sa part fait l’objet d’études complètes et exhaustives et il serait sans doute intéressant de convoquer à ce sujet les écrits de Serge Tisseron qui, traitant largement de l’influence des images violentes (Enfants sous influence. Les écrans rendent-ils les jeunes violents ?, 10/18, 2003), semblent faire de la pratique du neuvième art l’occasion d’établir un autre rapport à l’image (Psychanalyse de la bande dessinée, Flammarion, 2000). Nous reproduisons ci après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin 2010.

Image et pouvoir

Colloque international à l’Institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) de l’Université Saint-Joseph

Organisateur : IESAV

Comité Scientifique : Elie Yazbek, Christophe Varin, Carine Doumit

Lieu : l’Institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, Liban

Dates : jeudi 9 et vendredi 10 décembre 2010

Sujet : Image et pouvoir

Que peut l’image ? Le pouvoir est-il dans l’image ? Dans un monde où prolifèrent aujourd’hui les images indicielles et les images de synthèses, le questionnement sur ce que certains appellent « l’empire du visible », au sein du débat global sur l’image, s’impose et entraîne la réflexion sur:

– – L’impact des images sur la vie quotidienne, notamment avec la prolifération des images sur le web.

– – Les violences qu’elles peuvent engendrer (« L’image peut-elle tuer ?» demande Marie-José Mondzain).

– – Les rapports que les images entretiennent avec les différentes formes de pouvoir religieux, politique, économique….

Plus globalement, les rapports entre la représentation dans ses divers aspects et le pouvoir pourront être abordés durant ce colloque qui se veut un lieu de rencontres entre des disciplines transversales.

5 thèmes généraux (mais non exhaustifs) sont proposés :

– Image, pouvoir et société

– La mise en image de la violence

– Responsabilité(s) des images

– Images, émotions et identification

– La représentation, entre visible et invisible

Le colloque regroupera des acteurs, observateurs et des praticiens de l’image qui confronteront leurs expériences et discuteront des tenants et aboutissants de cette thématique avec un public composé principalement d’étudiants.

Intervenants :

Prière d’envoyer un résumé d’une quinzaine de lignes, accompagné de vos coordonnées personnelles et d’une brève bio-bibliographie, à eyazbek@usj.edu.lb avant le 30 juin 2010.

Les communications peuvent être en français, en anglais ou en arabe.

Chaque communication devra durer au maximum 25 minutes.

Les actes du colloque seront publiés par la revue Regards de l’IESAV.

L’organisation prend en charge les frais de séjours.

Url de référence : http://www.ficmec.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Ethics & Fan studies

John Walliss et Catherine Larsen, appartenant respectivement aux universités de Liverpool Hope (UK) et George Washington (USA), rendent public un appel à communication pour un ouvrage intitulé « Ethics & Fan studies ». Ce dernier entend poser le problème de la légitimité, et plus largement du positionnement du chercheur, dans l’analyse et l’interprétation des pratiques culturelles amateurs. Les articles doivent être rédigés en anglais, mais leurs objets d’étude ne sont nullement cantonnés au monde anglophone et force est de constater que le champ du neuvième art offre énormément d’intéressants et problématiques terrains d’étude : fanfiction (portant directement sur des Comics), communautés de collectionneurs, blogs portant sur l’univers de nombreux auteurs… Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin 2010.


CALL FOR PAPERS Book Collection: Ethics of Fan Studies
Deadline: Abstracts June 30, 2010; finished essays March 31, 2011

Ethical issues are raised whenever a researcher investigates a particular group or community. These ethical considerations are often compounded by resistance to academic scrutiny on the part of the community or group being investigated.
This is often the case in Fan Studies, where fans conduct what they feel to be private business in the public domain of the internet and other “closed” venues such as fan conventions. Studies of fans by academics often anger fans, who feel that researchers are being disingenuous in their claims of being fellow fans, even as those fans engage in many of the same activities as their academic counterparts. For their part, many researchers still find themselves in ambivalent positions, with one foot inside the academy and on in fandom, unsure of how to identify themselves and often resistant to being too closely identified with their fan communities.

In this essay collection we hope to bring issues of researcher identity, fans’ rights, the legality of fan activity and the sometimes fortuitous and sometimes fraught relationship between fans and media producers are, among others, to the fore.

Please submit abstracts by June 30, 2010; finished essays by March 31,, 2011. Essays must be approximately 5,000 words in Harvard Referencing Style with 12-point font. Essays must be written in English, but they do not have to be about the anglophone, western version of the internet. We welcome submissions which include–but are not limited to–the following topics:

– theorizing online fan cultures
– the relative positions of the aca-fan and the fan scholar
– teaching fan studies
– research methods
– breaking “the fourth wall”
– producer/fan relationships
– fan practices, transformative works and legal issues
– citing and issues of privacy

Send one copy of your submission as an electronic attachment to:
John Walliss
Liverpool Hope University
wallisj@hope.ac.uk
or
Katherine Larsen
The George Washington University
klarsen@gwu.edu


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts