Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

La Sorbonne Nouvelle, l’Institut Finlandais et l’INALCO organisent un colloque consacré au fantastique et à la science-fiction, genres dont il s’agit selon l’argumentaire, d’interroger la place (tant esthétique, que critique ou économique). Contactés, les organisateurs du colloque se disent enchantés à l’idée de recevoir des propositions portant sur la bande dessinée. L’étude, entre autres exemples, d’une collection comme Néopolis chez Delcourt (caractérisée par une étonnante homogénéité de thèmes et de traits rappelant la bande dessinée de genre que publiait les hebdomadaires Tintin ou Spirou…), d’une oeuvre comme celle de Moebius (qui oppose clairement, dans son autobiographie Histoire de mon double, le travail opéré sur Blueberry et l’inspiration nourrie de rêves et de phantasmes sensible dans l’Arzach ou Le Garage hermétique), ou encore d’un « classique » comme Les Naufragés du temps (dans lequel Jean-Claude Forest et Paul Gillon revisitent avec maestria de nombreux mythes antiques) seraient ainsi les bienvenues. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 16 mai 2010.

Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

Colloque organisé par la section d’estonien et la section de finnois de l’INALCO, le CIEH & CIEFi–Sorbonne nouvelle.

Paris, 19 et 20 novembre 2010

Les littératures de l’imaginaire (fantastique, science-fiction et merveilleux) constituent un terrain relativement neuf dans le domaine de la littérature comparée. Si depuis quelques années il semble que la critique universitaire ait commencé de s’intéresser à ces littératures considérées comme marginales, l’angle comparatiste n’est guère intervenu pour enrichir la réflexion sur leurs formes et leur propos, alors même que ces genres s’y prêtent particulièrement.

En effet, le statut de ces littératures dans ces pays interroge de façon particulièrement aiguë les problématiques de la réception et de la définition des genres. Quelle est la position, en termes de légitimité ou de recevabilité, des littératures de l’imaginaire ? Quelles instances les scrutent et en valident les produits ? Quel spectre couvrent précisément les termes employés en français, en estonien et en finnois pour désigner le fantastique ou le merveilleux ?

Les participants au colloque seront également invités à s’interroger sur les dimensions européenne et nationale de ces genres. Ces différentes littératures ont-elles adopté des modèles différents, émanant de domaines culturels où fantastique et science-fiction abondent, comme les États-Unis ou la Russie soviétique et postsoviétique, ou existe-t-il partout un modèle dominant commun ? Le fantastique et la science-fiction sont-ils également enracinés dans les traditions littéraires locales et le folklore, acquérant ainsi des caractéristiques spécifiquement nationales ? Quelles sont les tendances en matière de traduction (de l’anglais, du russe ou d’autres langues) et comment ces tendances contribuent-elles à la perception de ces genres en France, en Estonie et en Finlande ?

Dans le cadre d’une analyse « métacritique », on pourra s’interroger sur le rapport des courants se réclamant du postmodernisme (ou d’autres valeurs de rupture vis-à-vis du projet littéraire moderne) avec la dominante imaginaire telle qu’elle est illustrée par ces genres, regroupés parfois en France sous l’étiquette de « fiction spéculative ».

Nous proposons de discuter ces questions à l’occasion d’un colloque qui se tiendra à Paris en novembre 2010. Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français ou en anglais. Le titre de la communication (20 minutes) et un résumé de 250 à 300 mots doivent être envoyés avant le 16 mai 2010. Les organisateurs feront connaître les communications sélectionnées avant le 31 mai 2010.

Les résumés doivent être envoyés, ainsi que d’éventuelles questions, à katre.talviste@gmail.com et martin.carayol@gmail.com.

Responsable : Département d’estonien, département de finnois, CEEM – INALCO ; Institut finlandais ; CIEH & CIEFi – Sorbonne nouvelle

Adresse : Section d’estonien – Département de l’Europe centrale et orientale Institut National des Langues et Civilisations Orientales 2, rue de Lille 75343 Paris cedex 07

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Hasard et destin

L’université de Californie à Santa Barbara organise un colloque « Jeunes chercheurs » intitulé « Hasard et destin ».  L’appel à communication indique des pistes permettant d’explorer ces deux thèmes. La bande dessinée n’y est pas mentionnée, mais gageons toutefois (vu le large champ que souhaite embrasser cet événement) que des réflexions sur le gag (forme relevant d’un comique de geste se constituant comme une représentation de l’événement) seraient les bienvenus. La date limite de remise des propositions est fixée au 14 mai 2010.

10e Colloque de jeunes chercheurs
Etudes françaises et francophones, Departement de Français et d’Italien & Departement de Philosophie

Université de Californie, Santa Barbara


Hasard et Destin

Quelqu’un disait que la Providence était le nom de baptême du Hasard
Quelque dévot dira que le Hasard est un sobriquet de la Providence.
Chamfort, Maximes et pensées

Sur un toit, une tuile subit les conditions météorologiques, et sous l’effet de la pluie, du gel, de la grêle ou du vent, elle pourrait se casser ou encore glisser. Et « quelle tuile ! » car il arrive qu’elle tombe sur la tête d’un pauvre passant. L’anecdote est célèbre, et on parlera de triste destin ou de hasard malheureux, suivant que l’on relie ou non l’événement à un ordre supérieur, à une intention mystique, ou à une contingence fortuite.

Le colloque explorera le vaste champ d’étude, à la fois épistémologique, métaphysique, historique et esthétique, que soulèvent les tensions entre hasard et destin. Nous nous intéresserons particulièrement au domaine littéraire et aux autres formes d’expressions artistiques mettant en jeu la problématique de ce colloque. Une préférence sera donnée aux Études Françaises et Francophones, mais les approches provenant d’autres disciplines seront bienvenues.

Liste non exhaustive d’études envisageables :

Romans picaresques, romans d’apprentissage
Destin héroïque
Loi divine, loi naturelle Providence et libre-arbitre
Destin individuel et destin collectif
Hasard des rencontres
Moment, occasion, circonstances
Journalisme et fait-divers
Hasard objectif, hasard psychologique
Métaphores et motifs : labyrinthe, jeux de hasard, roues de la fortune
Déterminisme social, héréditaire, divin
Fatalité, tragique, et Deus ex-machina
Comique de situation
Hasard créateur, créateur de hasard
Aléatoire, aléa, contingence, nécessité
Interprétation des signes, rituel divinatoire, voyance, sciences occultes, prédestination Possible et probable, certitude et incertitude

Les personnes intéressées par le thème du colloque sont invitées à soumettre une proposition de communication (max. 250 mots), ainsi qu’une courte biographie, avant le 15 janvier 2010, via courriel à l’adresse suivante : colloque.ucsb@gmail.com

Le comité d’organisation :
Julien Guillemet, Michelle Kendall, Karen Turman

Responsable : Julien Guillemet
Adresse : Department of French and Italian 5206 Phelps Hall University of California, Santa Barbara Santa Barbara, CA 93106-4140

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les représentations du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire

Le Groupe Renaissance et Age Classique de l’université Lumière Lyon 2 organise les 12 et 13 mai un colloque intitulé « Les représentations du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire ». Il est à noter que les pistes de réflexion proposées sont fort diverses puisqu’elles vont des enjeux pédagogiques, aux modes de représentation en passant par les dispositifs éditoriaux abordant le XVIIe siècle. Les organisateurs jugent que la bande dessinée a toute sa place au sein de semblable questionnement et nous invitent à diffuser cet appel à communication dont l’échéance est fixée au 30 avril 2010.

Les représentations du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse contemporaine :
patrimoine, symbolique, imaginaire


A l’heure où le XVIIe siècle connaît une désaffection dans l’enseignement du français au collège en raison de sa complexité linguistique et culturelle, il suscite au contraire un intérêt des plus vifs dans la littérature de jeunesse. Ce paradoxe mérite réflexion en regard de la portée éducative communément attribuée à la littérature de jeunesse. Les Colombes du Roi‑Soleil (2005-08), A la poursuite d’Olympe (1995), Les Orangers de Versailles (2000), Louison et Monsieur Molière (2001), Guerre secrète à Versailles (2003), Mesdemoiselles de la vengeance (2009)… : autant de séries et de titres qui pourraient, en effet, contribuer idéalement « à l’acquisition d’une culture personnelle », permettre « d’instaurer un dialogue avec les œuvres patrimoniales » et faciliter parfois « l’accès à la lecture des œuvres classiques »[1]. Au vrai, pourquoi le XVIIe siècle jouit-il d’une telle faveur éditoriale, que sont loin de lui disputer les XVIe et XVIIIe siècles ? Est-ce un hasard si le XVIIe siècle, Versailles et Louis XIV, sans compter La Princesse de Clèves, best-seller de l’année 2009, sont autant à l’honneur dans les caricatures, les analyses politiques et les discours universitaires ?

Il y a donc tout lieu de s’interroger sur la vogue du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse pour savoir si elle relève d’un pur effet de mode – Versailles n’est‑il pas le décor choyé des documentaires télévisés, du cinéma et des arts du spectacle ? –, d’une vocation pédagogique – quelle meilleure propédeutique pour les collégiens français aux grands textes et auteurs classiques ? –, ou encore d’enjeux restant à définir – nostalgie, en période de crise, pour un siècle qu’emblématisent les ors et les fastes de Versailles ? glorification d’un pouvoir fort ? goût pour le commerce galant dû à la pipolisation des politiques ?… A moins qu’une génération d’auteurs nourrie à la lecture des Trois mousquetaires ne se souvienne, tout simplement, que le XVIIe siècle s’impose comme une période historique des plus fertiles en aventures romanesques…

En dégageant la spécificité des stratégies d’écriture, des enjeux esthétiques et socio‑politiques à l’œuvre dans les récits de jeunesse consacrés à cette époque, le but du colloque sera d’éclairer les représentations du XVIIe siècle que les auteurs cherchent à promouvoir auprès de leur public.

Ces questionnements engagent à l’évidence une réflexion pluridisciplinaire, à la croisée de la littérature, de l’histoire, de la didactique et du monde de l’édition. Le corpus envisagé se limitera aux récits fictionnels (romans, biographies romancées…). Les classiques abrégés pourront également faire l’objet d’une étude.

NB : on trouvera un corpus indicatif sur le site du GRAC

(http://recherche.univ-lyon2.fr/grac. Actualités > Colloques et journées d’étude).

Les communications s’inscriront au moins dans un des axes suivants :

1/ les enjeux pédagogiques, socio-politiques et historiques de la représentation du XVIIe siècle ;

2/ l’imaginaire du XVIIe siècle français et ses topoi : Molière, Louis XIV et Versailles ;

3/ le XVIIe siècle européen : ses thèmes et ses figures propres – Cromwell en Angleterre, Rembrandt aux Pays-Bas, Velázquez en Espagne, etc. – et les bouleversements historiques qui le caractérisent (la découverte du Nouveau Monde, par exemple) ;

4/ les politiques éditoriales : choix iconographiques et typographiques, appareil critique, séries, cœur de cible (sexe, âge)…


[1] Bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, Programmes du collège, Programmes de l’enseignement de français.

URL de référence ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La numérisation des archives de la bande dessinée – 2

La numérisation des archives de la bande dessinée, que j’évoquais déjà dans un précédent billet, se poursuit, toujours sous l’égide de la Cité internationale de la bande dessinée. Cette fois-ci, pas moins de trois titres sont lancés dans leur version numérisée, des titres assez différents en termes de dates ou d’importance. Tout d’abord, Le Pierrot :

Le journal Le Pierrot fut publié en 47 numéros du 06 juillet 1888 au 20 mars 1891. Hebdomadaire paraissant le vendredi, il comportait 4 pages en noir et blanc. Son directeur de publication était A. Willette et son rédacteur en chef E. Goudeau. Publiant essentiellement des dessins politiques et humoristiques en lien avec l’actualité de l’époque, elle fut fondée et imprimée par A Willette lui-même.

Ensuite, l’American illustré, qui n’a été publié que pendant 40 numéros en 1907. Pour autant, on aurait tort de sous-estimer son influence et son rôle dans l’imprégnation par la bande dessinée française de thèmes et traits stylistiques empruntés aux USA, comme le rappelle la notice de la CIBDI :

Le journal American Illustré fut publié en 40 numéros du 29 juin 1907 au 28 mars 1908 par la Librairie Mondiale. Hebdomadaire, ce journal était composé de 16 pages illustrées grand format, dont 8 en couleur. Il accordait une place importante aux histoires en images par des auteurs français, aux pseudonymes américains. On retrouve ainsi dans ses pages des auteurs tels que : Nay, Jean d’Aurian, Hémard, Marcel Capy, Lajarrige, Moriss, Forton, Depaquit et des séries telles que Jim Pattarson, inventeur par Pierre Falké, Les aventures de Séraphin Laricot par Forton, Thomas Picook, détective par Thomen ou l’Histoire de France Humoristique par Sellier. De nombreuses histoires furent inspirées par des thèmes américains tels que cow-boys et indiens, business-men, touristes américains à Paris mais furent réalisés par des auteurs français.

Enfin, Lisette, dont la Cité met en ligne les numéros publiés jusqu’en 1940. Sur ce point, on aimerait comprendre pourquoi la Cité ne poursuit pas la numérisation jusqu’en 1942, date de la suspension de la publication, suite aux difficultés liées à la guerre. Peut-être faut-il comprendre que les numéros publiés pendant la guerre ont été mal conservés, et qu’ils n’ont pu être numérisés, puisque la notice indique par ailleurs des numéros lacunaires, en raison de la fragilité des exemplaires conservés à Angoulême. On regrettera également, sur ce point, que la Cité n’indique pas clairement la part que représentent ces lacunes, et les numéros précis concernés : il semblerait a priori facilement envisageable de compléter ces lacunes par des dons ou prêts d’exemplaires issus d’autres collections…

Au total, trois journaux, et surtout trois périodes différentes de la bande dessinée. Le Journal de Pierrot s’inscrit clairement dans cette phase où la bande dessinée est encore largement une extension de la caricature, dont on ne la distingue pas clairement à l’époque. Americain illustré s’inscrit dans un tout autre contexte, et paraît à une époque où la bande dessinée est nettement plus formalisée et perçue en tant que telle. Enfin, Lisette, qui apparaît dans l’entre-deux-guerres, naît dans un contexte médiatique encore différent, marqué par la féroce concurrence que se livrent les illustrés pour enfants. Lisette va par ailleurs, comme les autres journaux des éditions Montsouris (Guignol, 1919-1936 et Pierrot, 1925-1942, à ne pas confondre bien entendu avec Le Pierrot version XIXe siècle) constituer une des voies de l’acclimatation en France de la bande dessinée américaine et de la bulle, notamment par la publication dans Lisette de Little Annie Rooney.

LittleAnnie_Lisette_7janv1934

Pour faciliter ces recherches, chaque numéro est préalablement décrit par une série de mots-clés, qui fournissent une première approche du contenu. On ne peut que souhaiter avec impatience les travaux de recherche que cette numérisation ne manquera de susciter. Et attendre la numérisation d’autres titres !

Références bibliographiques :

Le Pierrot. URL : http://collections.citebd.org/pierrot/

L’Américain illustré. URL : http://collections.citebd.org/american/

Lisette. URL : http://collections.citebd.org/lisette/www/

Congrès international « Texte/Image »

L’université fédérale de Sao Paulo (Brésil) organise les 23 et 24 septembre 2010 un congrès intitulé « Texte-Image ». Cet événement entend explorer les différentes formes de complémentarité entre le textuel et « l’imagétique »,comme stipulé dans l’appel à communication qui suit. Celui-ci constitue également une invitation à se familiariser avec une bande dessinée brésilienne, et plus largement sud-américaine, sans doute trop mal connue comme le montre cette brève présentation provenant de l’ambassade de Brésil en France. La date limite de remise des propositions est fixée au 31 mars.

Ier Congrès International Texte-Image (Universidade Federal de São Paulo-BRESIL)

20-24 septembre 2010

Iniciative conjointe des cours de Lettres et d’Histoire de l’Art de l’Universidade Federal de São Paulo (Brésil), le I congrès International Texte-Image accueillera les plusieures formes de dialogue entre le textuel et l’imagétique, dans le but de repenser sa complementarité traditionnelle. En temps de visual culture et de iconic turn, il est encore dans l’ordre du jour comprendre comment l’image se donne à lire et le texte à voir. Voilà donc un enjeu à double volet: d’un côté, celui de dénoter les moyens par lequels les textes fondent, interpellent ou justifient et jugent l’image, manière de la prendre auprès du langage, du discours, de lui octroyer la parole ; d’un autre côté, celui de connoter les attributs de visibilité que les textes appréhendent de et par l’image, manière de sa confirmation, de sa mise en évidence et de son intensification rhétoriques. Ainsi que l’écriture et ses pouvoirs spécifiques sont excités et exaltés par la hétérogéneité sémiologique d’une visualité nouvelle qui se montre, aujourd’hui, lieu de toutes les possibilités formelles, l’image se trouve obsédée par son revers, c’est-à-dire, par un scriptural plus que jamais interpellé par le narratif et le descriptif.

C’est dans ce sens que le I Congrès International Texte-Image cherchera à surprendre les représentations verbale et visuelle dans le terrain à peu près difus de leurs rencontres et conflits. Espace même de l’interstice, il appelle aux lectures comparatistes et multidisciplinaires. D’oû l’invitation au dialogue ─ bien que pour mettre au devant des dissonances et des conflits ─ entre les Lettres, l’Histoire de l’Art, l’Anthropologie, la Philosophie, la Psychologie, les Arts et les Sciences de la Communication, dans le but d’exposer leurs perspectives critiques. Sans vouloir les soustraire à leurs compétences particulières et à leurs singularités, ce seront leurs frontières que l’on cherchera à mouvoir afin de mettre en évidence des interrogations insoupçonnées, voire des protocoles d’interprétation renouvelés.

Les propositions de communications (800 à 1200 caractères avec espace, Word Times New Roman 12 pts., interligne simples; avec titre, volet thématique, nom de l’auteur, institution d’enseignement et/ou recherche, adresse électronique) doivent être adressées aux organisateurs du congrès, Leila DE AGUIAR COSTA (Cours de Lettres/UNIFESP) et/ou Osvaldo FONTES FILHO (Cours d’Histoire de l’Art/UNIFESP) jusqu’au 31 mars 2010, par courriel (textoimagemunifesp@uol.com.br).

Volets thématiques:

1. Images dans/du texte littéraire

2. L’ut pictura: ses modalités, ses limites

3. La description, de l’Antiquité au XXIe siècle

4. Illustration et textualité: aux frontières du lisible et du visible

5. Les arts visuels comme vecteur de l’écriture littéraire

6. Le textuel et les formes de communication visuelle: protocoles et impasses actuelles

7. Questions d’iconologie: image, texte, idéologie

8. Poétiques et Rhétoriques du visuel: le(s) discours de l’image et sur l’image

9. L’image sous le regard des Sciences Humaines: philosophie, histoire, anthropologie

10. Échos de l’iconic turn dans les Sciences Humaines

11. Culture visuelle (ou études visuelles) et histoire de l’art

12. L’imaginaire et l’expérience visuelle: questions de psychologie de l’art

13. L’image dans les études culturelles: stratégies, dynamiques et interrogations

14. Parole et image dans les media numériques

15. Image, rationalité scientifique, actualité technologique

Adresse : Rua Iperoig 714, apto 112 05016-000 São Paulo-SP/Brésil

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le western et les mythes de l’Ouest dans la littérature et les arts de l’image

Ci-dessous l’annonce d’un colloque de Cerisy portant sur le western. La bande dessinée y occupe une place non négligeable, notamment à travers des communications d’Adela Cortijo (« La bande dessinée et le western »)  et de Jean-Paul Meyer (« Les aventures de Blueberry en BD »).

DIRECTION :

Lauric GUILLAUD, Gilles MENEGALDO

ARGUMENT : Le système du western repose essentiellement sur le concept américain de frontier qui s’impose en forgeant une véritable mythologie populaire. Du Dernier des Mohicans de Cooper aux romans de Gustave Aimard et de Karl May, en passant par les « dime-novels », le western a d’abord des origines littéraires. La généalogie du genre passe par les récits d’enlèvement et de captivité, la terreur gothique liée à l’émergence de la littérature américaine, la fascination pour la violence et le sacré, le rêve (ou le cauchemar) américain. Il puise dans l’histoire de l’Amérique, glorifiant l’épopée des pionniers, sans négliger les Guerres indiennes. Surtout, le western mythifie certains personnages historiques qu’il fait entrer dans la légende. À la fin de L’Homme qui tua Liberty Valance, une phrase résume l’essence du western: « Quand la légende devient réalité, imprimez la légende ! ».

Apparu dès les premières années du muet, le western connaît son apogée entre les années 1930 et les années 1960. Si nombre de westerns sont alors confiés à des réalisateurs de « série B », plusieurs grands noms de l’histoire du cinéma s’y illustrent. Robert Aldrich, John Ford, Howard Hawks, Fritz Lang, Anthony Mann, Nicholas Ray, Raoul Walsh, donnant au genre ses lettres de noblesse. Dans les années 1960, le renouveau vient d’Europe, avec Sergio Leone. Plus récemment, des réalisateurs américains comme Clint Eastwood ou Sam Peckinpah, réalisent des westerns « crépusculaires », où l’héroïsme manichéen cède la place à des personnages ambivalents. Un renouveau du genre se dessine ces dernières années avec Dead Man (1995) de Jim Jarmusch, L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (2007) d’Andrew Dominik, 3h10 pour Yuma (2007), de James Mangold (remake du film de 1957) ou encore Appaloosa (2008) de Ed Harris.

On s’interrogera sur les ressorts idéologiques du western. Le genre a longtemps servi de justification à l’ethnocide des Indiens d’Amérique, avant de montrer peu à peu les Indiens comme des victimes de la Conquête de l’Ouest. Il conviendra aussi d’explorer la grande perméabilité du western aux autres genres: comédies musicales (La Kermesse de l’Ouest de J. Logan), comédies (Go West avec les Marx Brothers), films de gangster et films noir (La Fille du désert de Walsh, remake de son propre film La Grande évasion). Nombre d’idées constitutives du western ont été recyclées au cinéma souvent dans le film policier, Assaut de Carpenter, est un remake de Rio Bravo de Hawks, ou de science-fiction, Outland reprend la trame du Train sifflera trois fois. Les séries télévisées (Dead Wood) proposent aussi des réécritures inventives.

Ce colloque se propose de décrire les commencements du genre sur le plan littéraire et de souligner les motifs westerniens dans la peinture des grands espaces au XIXe siècle (Bierstadt, Wyeth, Remington), la photo, la musique ou la bande dessinée (Morris, Charlier, Giraud, Jijé, Pratt). Il s’agira de resituer le western dans la mythologie américaine dont il est issu et de revisiter les « figures mythiques » telles Bas de Cuir, Daniel Boone, Jesse James, Billy the Kid, Calamity Jane, Buffalo Bill, et d’autres stéréotypes du genre: le cow-boy, l’éclaireur, le sheriff, la figure adamique, le pionnier, le héros solitaire, la femme fatale, l’outsider. Des topoi seront convoqués, comme la wilderness, la Prairie, le désert, la ville, le saloon etc. On étudiera la persistance des motifs du western dans la littérature contemporaine mainstream (Cormac McCarthy, Jim Harrison, James Lee Burke, etc.) sous forme de reprise (décors, thèmes, personnages) ou d’hybridité générique: fantastique/western, policier/western. La littérature des écrivains amérindiens (Louise Erdrich, James Welch) ou chicanos (Alejandro Morales, Richard Vasquez) constituera une autre piste à explorer.

COMMUNICATIONS :

  • Jean ARROUYE: Grandeur et décadence photographiques du cow-boy
  • Zachary BAQUÉ: La représentation des institutions politiques américaines dans le western
  • Paul BLETON: L’Ouest, pratique culturelle française
  • Roger BOZZETTO: Bill Cody à l’assaut de l’univers
  • Yann CALVET: Le crépuscule des mythes
  • Christophe CHAMBOST: La fange et le filon, ou comment Deadwood ré-investit le western
  • Liliane CHEILAN: Portraits contrastés de Calamity Jane: de la figure de légende à l’héroïne de bandes dessinées
  • Adela CORTIJO: La bande dessinée et le western
  • Christophe DAMOUR: Stanislavski dans l’Ouest. Les Method Actors et le western
  • Xavier DAVERAT: Géopolitique du désert westernien
  • Jocelyn DUPONT: The Assassination of Jesse James by The Coward Robert Ford, manifeste pour un western hypnagogique
  • Lauric GUILLAUD: Le western, tentative de généalogie d’un genre
  • Jennifer JENKINS: Simenon à la frontière américaine: Le Fond de la Bouteille et The Bottom of the Bottle de Henry Hathaway
  • Marianne KAC-VERGNE: Les westerns contemporains à l’épreuve du multiculturalisme
  • Sophie LÉCOLE-SOLNYCHKINE: La construction photographique du paysage ouest-américain: de la propagande politique à l’identité nationale
  • Jean-Marie LECOMTE: Le western et la révolution du cinéma parlant (1928-1931)
  • Jean-Louis LEUTRAT: Le mythe de Billy le Kid
  • Suzanne LIANDRAT-GUIGUES: La Ballade de Little Jo
  • Isabelle LIMOUSIN: De la poétique westernienne à la sublimation science fictive, The Roden Crater de James Turrell
  • Jean MARIGNY: Cowboys, Indiens et… Vampires
  • Gilles MENEGALDO: Les westerns de Jacques Tourneur
  • Jean-Paul MEYER: Les Aventures de Blueberry en BD. Une sémiographie du western
  • Philippe MORICE: Cicatrice: l’opéra dans la chair
  • Cécile MURILLO: « Easy to sneak upon »: la figure de l’Indien acculturé dans les westerns
  • Anne-Marie PAQUET-DEYRIS: Itinéraires westerniens dans les adaptations de Cormac McCarthy, All the Pretty Horses [1992; Billy Bob Thornton, 2000] et No Country for Old Men
  • Philippe ROGER: Les westerns de King Vidor
  • Isabelle SINGER: Dead Man, la traversée du mythe
  • Benjamin THOMAS: Mercenaires et samouraïs, western et chambara, le dialogue des genres [2005; Joel et Ethan Coen, 2007]
  • Christian VIVIANI: Republic Pictures: la féminisation du western

Le colloque a lieu du 21 au 31 juillet. Pour plus de renseignement, contacter michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr.

La ville : identité(s), échanges, territoires esthétiques.

L’Institut National d’Histoire de l’Art organise les 22 et 23 juin prochain un colloque intitulé : « La ville : identité(s), échanges et territoires esthétiques. Amérique latine-Afrique-Asie ». La ville est un thème omniprésent dans l’histoire de la bande dessinée (pensons au Paris de Tardi, à la métropole extrême-orientale d’Amer Béton, ou encore à l’étrange cité latine de Cybersix…). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication qui pourrait intéresser bien des chercheurs s’intéressant à la bande dessinée et dont la date limite est fixée au 15 mars prochain.

La ville : identité(s), échanges et territoires esthétiques

Amérique latine – Afrique – Asie

Les 22 et 23 juin 2010

Institut national d’histoire de l’art,

Salle Vasari

Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Centrale ou périphérique, capitale ou mégapole, la ville moderne est reconnue pour son dynamisme socioculturel, pour sa position géographique ou pour son importance au sein d’un ensemble national ou international. Lieu de mémoire, de désir, de langage et d’échange, la ville est également le reflet de l’identité et de la diversité culturelle de son territoire. Entre fascination et répulsion, elle exerce un sentiment différent chez chacun. De par leur nature visionnaire et grâce à leurs démarches poétique, heuristique ou métaphysique, l’artiste et l’architecte offrent une image complexe de la ville qui synthétise et amplifie la perception parfois passive qu’en ont ses habitants.

Ouvert à tous les domaines des sciences humaines, ce colloque est consacré aux villes des pays émergents d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Il s’agira de confronter les regards de l’habitant, de l’artiste et de l’architecte face à la ville contemporaine, entendue comme organisme vivant en perpétuelle mutation. Ces trois visions seront mises en perspective afin d’explorer les modalités de construction et de déconstruction des identités de l’espace urbain et de ses habitants. Ce processus sera éclairé à partir d’une compréhension de la ville comme matériau, comme laboratoire d’expériences, en insistant sur les notions d’échanges physiques et culturelles. Ce colloque tentera ainsi d’analyser le territoire urbain comme détonateur de changements et de résistances et de révéler les diverses stratégies d’appropriation de l’espace public. Il aura également pour objet de mettre en évidence les ressemblances et dissemblances que ces villes nouvelles entretiennent avec celles d’Europe ou des Etats-Unis, leur devenir et les enjeux qu’elles soulèvent à l’échelle mondiale dans la lignée des réflexions actuelles sur le Grand Paris.

À l’initiative du groupe de recherche Instead ! (www.instead-art.org) travaillant sur les pays extra-occidentaux, ce colloque réunira des spécialistes de différents horizons afin de dresser une cartographie artistique, culturelle et sociale de la ville en Amérique latine, en Afrique et en Asie.

Les interventions s’articuleront autour de l’interaction de plusieurs axes touchant aux relations de la ville entre art et politique, entre histoire et migration et entre imaginaire et utopie. Ces thèmes et mots-clés orienteront le colloque :

1 – Appropriation et documentation de l’espace urbain

• Stratégies artistiques urbaines : performances, happenings, événements ou toute autre forme d’actions et d’interventions d’artistes dans l’espace public des villes

• L’image du flâneur, du piéton, du marcheur

2 – La ville : un lieu de mémoire

• Art, Histoire, politique

• Question de la commande

3 – Image et représentation de la ville

• Art et urbanisme : dialogue entre architecte et artiste

• Relation entre l’artiste et son environnement

• Esthétique du paysage urbain

• Utopie

4 – Ville et migration

• Notions de transit, de résistance

• Urbanisme et identité culturelle

• Mondialisation et urbanisation (centre/périphérie)

Les propositions d’interventions (300 mots) sont à envoyer aux organisateurs avant le 15 mars 2010.

ORGANISATEURS

Julie Jones, ATER Université Paris I : jjones@instead-art.org

Olivia Speer, allocataire moniteur Université Paris I : ospeer@instead-art.org

Responsable : Instead !

Url de référence :

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts