Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial

Tintin au Congo
Hergé : Les Aventures de Tintin reporter du Petit Vingtième au Congo, Ed. Petit VIngtième, 1931

Les polémiques que déclenche régulièrement l’album Tintin au Congo le montrent : le rapport entre la bande dessinée franco-belge et la représentation des colonies soulève bien des passions. Dès les débuts de la recherche universitaire sur la bande dessinée, des articles et des ouvrages se sont penchés sur la question (comme par exemple le livre de Charles-Olivier Carbonell, Le Message politique et social de la bande dessinée, paru en 1976, qui compile des mémoires d’étudiants de sciences politiques). Plus récemment, la thèse de Christian Jannone se penchait elle aussi sur ce sujet.

Philippe Delisle revient sur cet « imaginaire colonial » en bande dessinée, s’inscrivant dans la lignée des travaux effectués par Nicolas Bancel Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire. Comme le remarque Philippe Delisle dans sa conclusion, la bande dessinée a ceci de particulier que, contrairement aux autres composantes de la culture coloniale, elle est encore largement lue et diffusée. Cet accent mis sur la diffusion et la mémoire explique vraisemblablement la constitution du corpus, qui repose exclusivement sur les récits publiés en albums.

On peut regretter ici l’absence d’explicitation nette des critères de constitution du corpus : l’auteur assume certes son refus de l’exhaustivité, disant préférer choisir « un nombre suffisant de récits importants et bien diffusés »… Mais on aimerait savoir selon quels critères ils sont sélectionnés ! Sont en effet mêlés publications contemporaines et publications postérieures (les récits publiés par Michel Deligne par exemple) – soit des albums de statuts et d’impacts fort différents. De même, la période des années 1980 mêle des artistes et des styles très différents, de Jimmy Tousseul à Coeurs d’acier. On ne peut donc que regretter que (par manque de place ?) l’auteur n’explicite pas davantage les critères de constitution de son corpus.

jimmytousseul01
Deshorger, Desberg : Jimmy Tousseul, Le Serpent d'ébène, Dupuis, 1989

C’est donc sur la période 1930-1960 que Philippe Delisle est le plus convaincant. Il analyse, dans les albums de son corpus, les ressorts de l’imaginaire colonial : inventaire des espaces coloniaux, stéréotypes dans la représentation des indigène, la colonisation comme progrès (à travers la figure du missionnaire notamment). En elles-mêmes, les figures convoquées dans cette culture coloniale en bande dessinée ne sont pas bien originales, même si Philippe Delisle constate une place moindre accordée au colon et, à l’inverse, une place éminente accordée au missionnaire.

L’auteur constate d’ailleurs que cet « imaginaire colonial » est en fait à relativiser : l’ailleurs vaut surtout comme espace d’évasion et d’exotisme ; dans l’après-guerre, rares sont les récits de propagande coloniale simple. Les « indigènes » sont certes vus à travers des figures très stéréotypées (l’Asiatique fourbe et cruel, l’Arabe porté à la rapine, le Noir peureux et superstitieux…), mais la bande dessinée ne présente pas, de ce point de vue, d’originalité sur les autres vecteurs de la culture coloniale, dont elle reproduit les poncifs. Philippe Delisle écrit ainsi à propos de ces auteurs :

dans la plupart des cas, les auteurs semblent vouloir avant tout raconter des histoires distrayantes ou édifiantes. Ils envoient leurs héros au Congo, au Maghreb français ou dns l’Inde britannique, comme ils les envoient aussi aux Etats-Unis ou au Mexique, par souci de dépaysement. De même, ils paraissent employer les stéréotypes coloniaux comme des codes isolés, aisément compris par la société dans laquelle ils évoluent, mais sans chercher à élaborer un discours charpenté sur la question.

Le fait le plus marquant dans cette production, c’est, in fine, sa grande stabilité, l’absence d’évolutions marquantes :

On est frappé par le caractère peu évolutif et assez homogène du discours, qui renvoie certainement à la stabilité des préjugés coloniaux. On retrouve par exemple sensiblement les mêmes bandits américains et les mêmes « hommes-léopards » dans « Tintin au Congo », qui paraît dans les pages du Petit Vingtième en 1930, et dans le troisième épisode de Tiger Joë, de facture bien plus « réaliste », et publié vingt-deux ans plus tard dans La Libre junior. Le parcours personnel des auteurs semble loin de jouer un rôle toujours déterminant. Certes, […] le fait que Dineur ait vécu en Afrique donne un ton un peu différent à Tif et Tondu au Congo belge : les indications géographiques précises y sont plus nombreuses, et la figure du colon blanc y apparaît plus nettement. Mais il ne s’agit là que de nuances

Ce qui est plus original et, à mon sens, plus intéressant dans le livre de Philippe Delisle, c’est que cet angle de la culture coloniale est un moyen de réinterroger l’identité « franco-belge » de la bande dessinée. La France et la Belgique sont deux pays aux histoires coloniales très différentes, mais au marché unique en terme de bande dessinée : la structuration du marché de la bande dessinée dans l’après-guerre tend à effacer les spécificités de la bande dessinée wallonne. Pour mieux conquérir le marché français, les références trop appuyées à la « belgitude » sont donc effacées, et des auteurs éminemment bruxellois tels qu’E.P. Jacobs ou André Franquin en viennent à ancrer leurs récits dans un contexte plus ou moins explicitement français. Comment s’articule cette bande dessinée « franco-belge » en construction, et cet imaginaire colonial ? C’est là la partie la plus stimulante de l’ouvrage de Philippe Delisle, qui tente de démêler ce qu’il y a de spécifiquement belge à cet imaginaire colonial : places respectives du Congo et du Maghreb, place importante des missions dans les dispositifs narratifs…

bd-franco-belge

Le coeur du livre s’arrête sur les années 1960, et seul un éclairage rapide est donné aux années 1980. Dommage, à mon sens, qu’il n’ait pas été donné plus de place aux années 1960-1970, au moment où les indépendances se consolident, où les cultures coloniales se recomposent, au moment même où la bande dessinée franco-belge est traversée de nombreux débats esthétiques et politiques. Un ouvrage stimulant donc, mais plutôt destiné aux étudiants qu’aux chercheurs, car il n’apporte, sur le fond, pas de réelle nouveauté. Par ailleurs, si la réception constitue toujours le « trou noir » de l’histoire culturelle, il est toujours regrettable de l’expédier en fin de conclusion.

L’ouvrage est paru en 2008 chez Karthala. Une autre recension de l’ouvrage est disponible sur le site d’Africultures.

Par ailleurs, Philippe Delisle vient de publier un autre ouvrage, toujours chez Karthala : Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique ? Années 1930 / Années 1980, toujours chez Karthala (sortie en janvier 2010). J’y reviendrai.

Spirou-Tintin-et-cieEn attendant, je reproduis ici la 4e de couv :

On oublie fréquemment que la bande dessinée belge d’expression française, terreau de l’école dite «franco-belge », s’est épanouie dans un environnement chrétien. Les deux « pères fondateurs », Hergé et Jijé, ont publié leurs premières séries avec des bulles dans des journaux catholiques. Certes, les deux périodiques spécialisés qui, après 1945, s’imposent sur le marché belge, puis conquièrent le public hexagonal, à savoir Spirou et Tintin, ne sont pas des supports confessionnels. Mais ils sont nés dans des milieux catholiques, et se sont appuyés, au moins à l’origine, sur des réseaux de diffusion chrétiens.

La production franco-belge de « l’âge d’or », c’est-à-dire celle des années 1930-1950, est donc imprégnée, à des degrés divers, de références catholiques. C’est l’époque des grandes biographies « chrétiennes », comme le Don Bosco de Jijé. Nombre de fictions font par ailleurs intervenir des figures catholiques : pieux chevalier, scout débrouillard, ou encore missionnaire conquérant. Qu’on songe au Chevalier blanc, à la Patrouille des Castors, à Tintin au Congo ! A travers la bande dessinée franco-belge « classique », perce finalement tout un imaginaire catholique », imaginaire qui reste pour l’essentiel en phase avec un discours ecclésiastique de reconquête.

Les années 1960-1970 sont marquées par un mouvement de « laïcisation » de la bande dessinée franco-belge, avec l’affirmation du journal français Pilote. Mais cette rupture ne doit pas dissimuler certaines permanences. Scouts et pieux chevaliers continuent à s’illustrer dans les pages de Spirou et de Tintin. Les figures chrétiennes de « l’âge d’or » seront d’ailleurs de nouveau convoquées au cours des années 1980, sous le mode parodique, par des dessinateurs comme Chaland…

Agrégé et docteur en histoire, Philippe Delisle est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Jean Moulin de Lyon et membre du Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes. Spécialiste d’histoire religieuse et coloniale, il a déjà publié plusieurs études sur la bande dessinée franco-belge.

Référence bibliographique :

Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial. Des années 1930 aux années 1980, Karthala, collection « Hommes Et Sociétés », 2008.

ISBN : 2811100830

Call for Papers: International Bande Dessinée Society

Ci-dessous l’appel à communications de la prochaine conférence de l’International Bande Dessinée Society :

International Bande Dessinée Society

Seventh Bi-Annual Conference
Friday 8 and Saturday 9 July 2011Manchester Metropolitan UniversityManchester, England

Call for Papers : Time and Space

We welcome proposals on all aspects of time and space in bande dessinée, including narrative and thematic levels.

Bande dessinée is a spatial medium which has the resources to manage both narrative time and narrative space in multiple ways. The indeterminacy of the interframe space allows for complex relationships between the chronology of the narration and the chronology of events within the diegesis: it may be used to distend or accelerate the narration, and to manipulate order through analepsis and prolepsis, rarely signalled as overtly as in film. Different temporalities may also co-exist within a single panel, as the capacity of the medium to blur boundaries between inner and outer worlds makes it possible for remembered or half-repressed material to break through into the daily reality of a protagonist. The representation of space is similarly complex, as the spatial transitions within the diegesis are overlaid by the non-linear spatial patterning of the page, and the book, as a whole.

Time and space have long been key themes of the medium: in the classic period of Franco-Belgian production, history, science fiction and adventure were major genres, and in more recent work by artists associated with alternative publishing houses, the intertwining of the personal and national past has emerged as a key area of interest, along with revisionist histories, often of the colonial period. Adventure has tended to give way to reportage, and to the exploration of the spaces of modernity, and postmodernity, including non-lieux, heterotopias and marginal spaces associated with exclusion.

The signifying practices of the medium in relation to time and space have been theorised by scholars including Fresnault-Deruelle (linear and tabular dimensions of the medium), Benoît Peeters (the notion of the périchamp, and the typology of mise en page), Thierry Groensteen (codes of arthrology, regulating the articulation of panels), Jan Baetens and Pascal Lefèvre (spatial integration of text into the image) and Scott McCloud (typology of transitions). The ambition and experimentation of bande dessinée that has been produced by contemporary artists has encouraged scholars to employ frameworks of analysis drawn from a variety of disciplines, including postcolonial theory and cultural geography. Current academic work on bande dessinée is building on this theoretical base and extending it: we intend that the conference should provide a forum for significant advances, and in particular to create synergy between narrative and thematic approaches to time and space.

Please send papers to either

Dr Matthew Screech, Manchester Metropolitan University m.screech@mmu.ac.uk

Or

Dr Ann Miller, University of Leicester am84@leicester.ac.uk

Deadline:  November 30 2010

La numérisation des archives de la bande dessinée – 1

Tandis que les éditeurs de bande dessinée se ruent sur le nouvel eldorado de la publication en ligne, les fonds d’archives, eux, adoptent de plus en plus la solution de la numérisation de leurs fonds. Une bonne nouvelle pour tous les chercheurs, tant ces fonds sont parfois d’accès difficiles.

Pionnière de ce mouvement, la Cité de la bande dessinée d’Angoulême, qui poursuit son programme de numérisation. Après le fonds Quantin et les cahiers d’Alain Saint-Ogan, c’est aujourd’hui l’intégralité de la collection du Rire qui est disponible en pdf sur le site de la cité. Trois initiatives différentes, mais qui ouvrent des perspectives de recherche passionnantes.

Le fonds Quantin très riche, permet non seulement de retrouver la trace d’auteurs oubliés de l’histoire de la bande dessinée, mais aussi d’étudier le processus de publication, étape par étape : « scénario manuscrit, planche originale, mise en couleur à l’aquarelle, impression noir et blanc, sélections couleurs, tirages en quadrichromie et image imprimée définitive » (extrait de la notice de la CIBDI). Initiative essentielle, car elle permet d’étudier une dimension largement négligée de la bande dessinée : son inscription dans une histoire éditoriale. Inscrire la bande dessinée dans des contextes éditoriaux précis, cela permet de sortir de la mythologie de l’artiste-créateur, et d’explorer la dialectique contraintes / transgression à l’oeuvre dans tout système éditorial – qu’il s’agisse de livres de cuisine ou de poésie. Pour le grand public de la bande dessinée, cette question avait pris de l’acuité grâce à l’activisme des membres de L’Association entre autres ; le Plates-bandes de Jean-Claude Menu, par son attaque en règle contre le 48CC, a considérablement fait avancer le débat dans le milieu. Pour autant, il n’existe pas encore de travail d’ampleur portant sur un corpus large et étudiant la relation auteur / éditeur. La numérisation de ce corpus devrait donc accélérer le processus.

Deuxième fonds numérisé par la Cité : les albums et, surtout, les 82 cahiers d’Alain Saint-Ogan, qui consignait dessins et correspondance. Un peu oublié aujourd’hui, Alain Saint-Ogan est l’un des pionniers de la bande dessinée moderne, et ce fonds permet d’explorer, de façon unique, l’artiste à l’oeuvre, la construction d’une carrière d’exception.

Enfin, la nouveauté du moment : fin 2009 était lancée la collection numérisée du Rire – ou plutôt de sa première série, du 10 novembre 1894 au 31 janvier 1903. Cette collection correspond là encore à une phase cruciale de la bande dessinée, une phase pendant laquelle la bande dessinée côtoyait la caricature, l’histoire en images, avant de s’autonomiser progressivement en tant que genre graphique spécifique. Cette numérisation était attendue depuis longtemps, et, là encore, ces archives, par leur facilité d’accès, devraient susciter des recherches passionnantes. Cependant, on ne peut que regretter le choix (ou la contrainte) du PDF comme format de numérisation. Format lourd et mal-commode, il oblige surtout le chercheur à télécharger chaque numéro qu’il veut consulter. Résultat, une recherche particulièrement fastidieuse. L’indexation est bien conçue, même si la liste des mots-clés prédéfinis semble contraindre dès le départ les recherches ; mais, pour chaque occurence du mot-clé recherché, il faut télécharger le numéro concerné… ce qui ne facilite assurément pas la recherche.

Certes, le pdf est vraisemblablement la solution la moins coûteuse pour la mise en ligne d’archives numérisées, et, dans le cas de revues, la constitution de fichiers séparés par numéros est relativement logique. Mais l’exemple des revues scientifiques montre que le pdf est une fausse solution : singeant le papier, il se révèle, au fond, inadapté aux nouveaux modes de lecture numériques (comme l’explique par exemple Hubert Guillaud dans La Feuille). Espérons donc que les prochaines numérisations d’archives se feront sous un autre format. En tout cas, à chaque fonds numérisé par la Cité correspond un format différent. A l’heure où la numérisation du patrimoine  littéraire semble s’imposer comme enjeu central dans la politique culturelle, il serait sain que les chercheurs et conservateurs de bande dessinée portent la question du format, central dans le débat. Numériser du texte et de la bande dessinée, ce n’est évidemment pas la même chose. On parle beaucoup de l’exception culturelle française, à préserver des appétits de Google ; la bande dessinée fait partie de cette exception culturelle – par son histoire, son statut, son format… -. Espérons qu’à l’heure des choix techniques, la bande dessinée ne sera pas laissée de côté.

Références bibliographiques :

Fonds Saint-Ogan. URL : http://collections.citebd.org/saint_ogan/www/

Le Rire. URL : http://collections.citebd.org/lerire/www/

Les magazines illustrés (XIXe-XXIe siècles) : une approche transnationale

Jean-Pierre Bacot (Université de Bourgogne, CIMEOS), Joëlle Beurier (Université Paris 13, CRESC), Karine Taveaux-Grandpierre (Université Paris 13, LabSic) et Michèle Martin (Carleton University, Ottawa) organisent les 9 et 10 décembre 2010 à l’université Paris 13 un colloque intitulé : « Les magazines illustrés (XIXe-XXIe siècles) : une approche transnationale ». Des propositions portant sur la bande dessinée (notamment dans son acception « franco-belge » et sa publication à travers des magazines comme Tintin ou Spirou) pourraient donc répondre à l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

A l’occasion du soixantième anniversaire de Paris Match, nous avons organisé en avril 2009, un colloque portant sur les magazines illustrés et les pratiques photo-journalistiques aux XIXe et XXIe siècles. Les contributions ont permis d’élargir la connaissance que l’on pouvait avoir de certains magazines illustrés ayant largement participé à la diffusion d’informations souvent liées à l’actualité. Il a été démontré également l’aspect structurant de cette presse sur les métiers contribuant à son élaboration, des graveurs sur bois aux photo-reporters. Les travaux ont déterminé les rôles de vecteurs puissants que ces magazines illustrés ont constitués dans la construction d’imaginaires collectifs. Les actes de ce colloque sont en préparation.

La recherche historique sur les magazines illustrés a beaucoup progressé ces dernières années. Mais lors de cette rencontre entre chercheurs spécialistes, il nous est apparu qu’une analyse scientifique susceptible de rendre compte de leur évolution sur deux siècles (des modèles, des contenus, des circulations de précurseurs nés au XIXe siècle et toujours puissants malgré la concurrence d’autres médias) ne pouvait faire l’économie d’une dimension internationale. Malgré quelques publications, la recherche à caractère international reste minoritaire et les études sur le photojournalisme peinent à sortir des cas d’études thématiques.

Notre groupe de travail vise à pallier cette carence en proposant un nouveau colloque regroupant des communications concernant des magazines illustrés entre le XIXe siècle et le début du XXIe siècle et portant sur au moins deux territoires géographiques distincts. Les études devront soit effectuer une analyse comparée afin de déterminer des modèles nationaux, soit utiliser une dynamique transnationale pour mettre en évidence la circulation de modèles photo-journalistiques ou de presse.

A titre indicatif, les travaux pourront porter sur des sujets aussi variés que :

  • les contenus thématiques
  • les logiques économiques
  • les relations entre producteurs, éditeurs, travailleurs
  • les aspects techniques. 

Les propositions de communication (2 000 signes, précisant les corpus, méthode et contexte) sont à adresser pour le 15 mars 2010

Par courriel :

joelle.beurier@eui.eu

karine.grandpierre@univ-paris13.fr

Par courrier : Université Paris 13, IUT de Bobigny, Département SRC, Karine Grandpierre, 1 rue de Chablis, 93017 Bobigny

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« La bande dessinée : art reconnu, média méconnu »

La revue Hermes vient de consacrer son 54e numéro à la bande dessinée à travers un ouvrage intitulé : « La bande dessinée : art reconnu, média reconnu ». Celui-ci est présenté comme suit par Éric Dacheux, son coordinateur.

 

La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Un art reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas… Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur. Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus.

 

Nous proposons ci-dessous deux documents (la sommaire et l’introduction de cet ouvrage qu’Éric Dacheux a bien voulu nous faire parvenir) et cette publication fera certainement l’objet d’une prochaine recension car certains de ces partis-pris (dépasser « le clivage BD d’auteur BD grand public », « Refus d’un discours savant pour public spécialisé »…) semblent ouvrir un véritable espace de discussion.

InroductionHermes54

SommaireHermes54

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts