La recherche sur la bande dessinée : construire une communauté

 Les Carnets de la bande dessinée écrivent petit à petit ce qui pourrait peut-être devenir une histoire. Aussi peu modeste soit-elle, cette formule nous semble toutefois rendre compte de notre effort. Ils se sont en effet ouverts en décembre 2009 en dressant un constat :

 Alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

 Les Carnets se sont ainsi fixés pour mission d’animer et d’étoffer un réseau de chercheurs (toujours plus nombreux à en croire nos statistiques d’audience) et ont pour ce faire choisi de se constituer comme un outil d’information et plus encore d’intuition. Nous avons en effet choisi de relayer des appels à communication systématiquement assortis de pistes de réflexion susceptibles, nous l’espérons, de stimuler l’imagination de nos lecteurs et d’œuvrer à une meilleure représentation de la bande dessinée au sein des publications scientifiques (les Carnets adoptant une position résolument interdisciplinaire).

La seconde saison des Carnets est notamment marquée par une annonce : la création de la revue Comicalités. Études de culture graphique qui sera inaugurée lors de l’université d’été de la bande dessinée grâce au concours de Gilles Ciment et Jean-Philippe Martin. L’année (universitaire) se clôt d’ailleurs sur la publication d’un premier appel à communication (« Représenter l’auteur de bandes dessinées ») qui sera suivi de deux autres (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure du numérique »). S’ouvre ainsi un espace de publication qui mobilise (dans les différents comités) 38 chercheurs et a offert aux Carnets une belle conclusion pour sa troisième saison d’exercice.

La revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Le projet que nous avions présenté en ouverture du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » organisé en juin 2009 a ainsi pris corps : l’étude de la bande dessinée, et plus largement de la culture graphique, peut désormais s’appuyer sur deux structures ayant trouvé leur place dans notre paysage scientifique.

Nous sommes bien évidemment satisfait de notre action, mais ne pouvons nous empêcher de considérer sa réelle fragilité : bien que reconnue, Comicalités reste une revue jeune et surtout isolée. C’est notamment ce dernier point qui nous semble poser problème : au sein du portail scientifique revues.org, Comicalités est ainsi placée dans les catégories « Représentations », dans laquelle on peut tout au plus la rapprocher de la revue Strenae qui s’intéresse à la littérature de jeunesse, et « Études visuelles » dans laquelle on ne lui trouve pas vraiment d’équivalent (une belle revue comme Études photographiques n’abordant par exemple nullement les terrains du graphisme ou du dessin). On retrouve également semblable isolement au sein du Directory of Open Access Journal puisqu’une recherche sur le terme « comics » pointe seulement deux revues : Comicalités et ImageText.

La chose est d’importance et semble montrer que les recherches sur la bande dessinée et plus largement le graphisme occupent une position marginale : elles sont reconnues, acceptées par la communauté scientifique, mais le risque est grand qu’elles soient également considérées comme un « micro-champ » du savoir qui serait l’affaire de quelques spécialistes et au sein duquel des chercheurs pourraient s’inscrire de façon occasionnelle. Il nous revient donc de démontrer que les publications de Comicalités peuvent être structurantes, informer d’autres domaines de la pensée et participer de l’effort scientifique en son entier. Pour ce faire, il nous semble que se présentent deux solutions.

  1.  Mettre en évidence la richesse et la vitalité des recherches sur la bande dessinée et le graphisme en exposant publiquement l’ensemble des problématiques et des domaines qu’elles sont susceptibles d’embrasser.
  2. Montrer que ces recherches rencontrent un réel écho au sein de la communauté scientifique et qu’elles s’appuient sur des problématiques partagées par de nombreux chercheurs en France et à l’étranger.

C’est afin de mener à bien ces deux objectifs que nous avons choisis de nous engager dans un projet lancé par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image : né d’une idée de Thierry Smolderen, encadré par Gilles Ciment (directeur de la Cité), Catherine Ferreyrole (directrice de sa bibliothèque), Catherine Ternaux (centre de documentation) et moi-même, et développé par Élodie Arroyo, celui-ci prendra la forme d’un portail documentaire. Placé au sein de la rubrique « recherche » de neuviemeart 2.0, ce dispositif fonctionnera comme un agrégateur et constituera notamment un point de rencontre entre les publications scientifiques s’intéressant à la bande dessinée de par le monde. Doté d’un forum où seront discutés intuitions, méthodes ou corpus, nous espérons qu’il contribuera à rompre un isolement et à fortifier l’existence d’une communauté scientifique.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités intègre le Directory of Open Access Journals

Cette troisième année d’existence des Carnets de la bande dessinée s’achève en fanfare puisque la revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Tel est le cas de notre revue, et plus largement la position de la plateforme Openedition qui nous héberge : rejoignant des publications comme COnTEXTES, Études photographiques ou Semen (diffusée par revues.org), Comicalités intègre ainsi la catégorie « Langages and litteratures » et se découvre un nouveau voisinage puisqu’elle cohabite avec la revue canadienne Belphegor, l’Américaine ImageText ou encore la Flamande Image and narrative. Toutes sont en effet accessible via le moteur de recherche développé par le DOAJ et cette intégration nous semble donc constituer une forme de reconnaissance, tant pour notre travail que pour la bande dessinée : Comicalités appartient désormais pleinement à l’espace scientifique européen et mondial.

Cette bonne nouvelle intervient alors que notre revue vient tout juste de fêter son premier anniversaire et présente un bilan qui nous semble franchement positif : en un an, nous avons publié 14 articles (soit l’équivalent de deux numéros de revue), lancé 3 appels à communication (dont les fruits seront mis en ligne dans les mois qui viennent) et surtout fédéré un grand nombre de chercheurs. Chargés de déterminer l’orientation scientifique de la revue et de certifier la qualité de ses publications, les différents comités de Comicalités regroupent en effet 33 chercheurs ; et leur composition témoigne d’un bon accueil du monde de la recherche puisqu’on y trouve pas moins que 12 professeurs des universités et 11 maîtres de conférences.

Avec plus de 3700 lecteurs mensuels, notre revue semble également avoir trouvé son public et talonne presque Les Carnets de la bande dessinée (environs 5700 lecteurs mensuels) dont le bilan nous semble également positif. En effet, leur audience augmente, malgré un rythme en légère baisse (puisque 65 billets furent publiés sur une période de 46 semaines : avis aux rédacteurs potentiels, vous êtes les bienvenus !). Ceux-ci semblent surtout servir un partage de l’effort de recherche comparable à celui que j’appelais de mes vœux les 12 septembre dernier en ouverture de notre seconde saison : responsables de la thématique « Raconter à l’heure du numérique », Julien Falgas et Anthony Rageul ont en effet publié plusieurs billets pour expliciter le champ scientifique qui leur fut confié et stimuler l’imagination des auteurs. Se refermant pour l’été au moment où se clôt l’appel à communication qu’ils ont signé, les Carnets leur adressent donc de sincères félicitations et leur donne rendez-vous, ainsi qu’à l’ensemble de leurs lecteurs, en septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Où vont donc les Carnets ?

Les Carnets de la bande dessinée ont achevé leur seconde saison d’exercice sur une publication hautement symbolique : le premier appel à communication de la revue Comicalités. Études de culture graphique intitulé « Représenter l’auteur de bande dessinée ». Hébergé sur revues.org, ce dispositif représente la seconde étape de notre projet pour doter l’ensemble des chercheurs travaillant sur la « culture graphique » (c’est-à-dire l’ensemble des formes d’expression dessinées, au premier rang desquelles la bande dessinée) d’espaces idoines : après avoir conçu un outil d’information (ces Carnets), ils disposent désormais d’un espace de publication répondant en tout point aux réquisits d’une revue scientifique (les propositions sont avalisées par un comité scientifique et les articles évalués par deux membres du comité de lecture, processus qui garantit la qualité de la publication et valorise donc le travail des auteurs).

Les Carnets de la bande dessinée et Comicalités sont également le fruit d’une réflexion sur le mode de production et de partage de la recherche à l’heure des technologies numériques : celles-ci nous semblent en effet démontrer que la notion de « publication » est trop souvent appréhendée par les chercheurs de façon réductrice. Créant Comicalités, nous avons ainsi souhaité revisiter la forme de la revue : notre projet s’organise autour d’appels à communication qui ne correspondent pas à des « numéros », mais renvoient à des « thématiques » (c’est-à-dire à des ensembles d’articles formant une unité mais n’étant jamais close et restant sans cesse susceptible d’intégrer de nouveaux travaux). Offrant aux chercheurs un appui scientifique, les articles publiés nous semblent donc être à même de susciter de nouvelles publications et donc de permettre l’émergence du champ de recherche qui nous intéresse.

Ce dispositif n’est pas sans influence sur Les Carnets de la bande dessinée : si ceux-ci restent un outil d’information relayant toutes sortes d’information scientifique, nous aimerions qu’ils constituent un réel complément de Comicalités. Outre les appels à communication de la revue, Les Carnets… pourraient ainsi héberger des interventions des responsables de « thématiques » ou des directeurs de publication : ceux-ci seront ainsi à même de préciser les champs restant selon eux à explorer au sein de l’espace qu’a jugé bon de leur confier le comité scientifique. De même, les auteurs pourront s’exprimer à propos de leurs productions ou d’autres, voire développer les notes de bas de page de Comicalités qui sont réservées à l’expression de toutes sortes de précisions ou d’intuitions. Bref : nous souhaitons que, grâce aux Carnets de la bande dessinée, la recherche puisse être pensée comme un processus collectif.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les carnets se referment pour l’été

Ils prennent en effet du repos après avoir publié, depuis le 16 décembre 2009, 62 billets composés de recensions et d’appels à communication assortis de pistes orientant, nous l’espérons, les chercheurs dans leurs travaux. Notre intention était de créer un outil de veille permettant de dynamiser les recherches portant sur ou évoquant le neuvième art et elle semble répondre à un réel besoin à en croire nos chiffres de fréquentation.

Les Carnets accueillent en effet, depuis mars dernier, entre 1200 et 1600 visiteurs différents (hors « robots » indexateurs comme Google ou Yahoo), chiffre auquel il faut ajouter le nombre sans cesse croissant des abonnés à notre flux RSS (1779 au 14 juillet). Notre fréquentation est de plus, et à notre grande surprise, fort internationale puisque 20% de nos visites proviennent en moyenne du Canada, 10% de pays européens (Belgique et Royaume Uni en tête) et 2% du Japon. Nous invitons d’ailleurs nos usagers étrangers à ne pas hésiter à nous signaler toute information susceptible d’intéresser la communauté.

Les Carnets de la bande dessinée ont également bénéficié d’une reconnaissance certaine : la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image nous a ainsi proposé de présenter nos publications dans la rubrique « Laboratoire » de la revue neuvième art, et le comité scientifique de la plateforme Hypothèses, développée par le Centre pour l’Edition Electronique Ouverte, nous a distingué en nous intégrant dans le Florilège 2010 des Carnets de recherche. Nous tâcherons de nous montrer dignes de ces honneurs et vous donnons rendez-vous le 10 septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La BD, des carnets : quelle idée ?

« Les carnets de la bande dessinée » sont nés d’un constat : alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

On note essentiellement, au cours des dernières années, quelques trop rares activités scientifiques : deux colloques (« Le manga à la rencontre de l’occident », organisé en en 2006 par le Centre d’Étude de l’Écriture et de l’Image de Paris 7, et « BD et solidarité », organisé en 2008 à l’université Jean Monet de Saint-Étienne), et un numéro de la revue « Hermes » (« La bande dessinée : art reconnu, média inconnu »). D’autres pays d’Europe semblent connaître une situation tout à fait comparable, notamment en Belgique où de jeunes chercheurs se sont fédérés au sein d’un groupe ACME partant « de la conviction que la recherche universitaire doit faire entendre sa voix dans les discours sur la bande dessinée ».

Cette situation de dérilection scientifique signifie-t-elle qu’en bande dessinée il n’y aurait rien à chercher et à trouver ? Ces « carnets » entendent plutôt faire valoir une autre hypothèse : le manque de points scientifiques de ralliement contraint les chercheurs à opérer de façon dispersée et rend problématique la perception de la bande dessinée comme un objet de recherche constitué. D’où la volonté d’ouvrir cet espace numérique ouvert aux enseignants, institutionnels (bibliothécaires, musées…) et acteurs du secteur (auteurs, éditeurs…), c’est-à-dire à tous ceux qui sont susceptibles de favoriser un travail scientifique ayant trait au « 9e art ».

« Les carnets de la bande dessinée » entendent ainsi exister à côté de dispositifs éditoriaux comme Neuvième art ou Du9. Ils se fixent pour objectif de collecter une information scientifique permettant un travail de veille et étant susceptible de déboucher sur des collaborations, et s’organisent ainsi autour d’un certain nombre de catégories.

  • « Informations » regroupe les annonces de publications et de colloques ayant trait à la recherche sur la bande dessinée.
  • «Appels à communication » regroupes les demandes de textes et d’articles ayant trait au neuvième art.
  • « Recensions » rend publiques des informations et analyses de travaux de tous types susceptibles d’appuyer l’effort de recherche sur la bande dessinée.
  • « Coopérations » héberge des présentations d’axes et projets de recherche susceptibles de fédérer des chercheurs et de devenir structurants (ils feront alors l’objet d’une sous-catégorie dédiée).
  • « Intuitions » présente des pistes susceptibles de donner matière à des travaux de recherche et, pourquoi pas, de faire par la suite l’objet de « recensions », d’ « informations » ou de « coopérations ».

Les contributions de tous bords et toutes formes (simples « brèves », annonce d’événements ou publications plus longues) sont ainsi les bienvenues : n’hésitez pas à nous contacter !

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts