Imaginaire des anges et des superhéros dans la bande dessinée

Vient de paraître une livraison de la revue Robinson constituant le catalogue de l’exposition qui se tient à la Cité Internationale de La Bande Dessinée et de l’image jusqu’au 30 mai 2010 : « Anges et superhéros dans la bande dessinée ». Cette publication semble adopter un axe fort intéressant (s’inscrire dans une histoire de l’art en se plaçant sous l’égide de l’archange Saint Michel).

Quels liens entre anges et superhéros dans les mangas, les comics, la fantasy ? Figures du désir, ils fascinent par leur dualité au point que leur essor dans la bande dessinée d’auteurs en Europe, en Asie comme aux États-Unis enrichit leurs natures, fonctions et représentations.
Comment incarner l’ange ? De l’angélisme à l’ange déchu, de l’ange-robot à l’ange érotique, cet ouvrage interroge les complexités de ces personnages en analysant aussi bien le combat entre Superman, « l’ange de Métropolis », et Batman, les Anges de l’histoire ou du rêve, le superhéros français Fantax et bien d’autres dans le registre de la poésie ou de la parodie critique.
À travers une centaine de bandes dessinées étudiées, de façon pédagogique, dans ce catalogue, le lecteur prendra connaissance de l’origine des anges et des superhéros, avant d’explorer les multiples avatars, transfigurations, métamorphoses d’anges masculins ou féminins, de superhéros puissants mais aussi vulnérables et troublés.
Sous l’orbe de l’archange saint Michel, la monstruosité semble tout à fait autre, extérieure, sous la forme du dragon. Et pourtant désigné dans les codes spécifiques de la bande dessinée contemporaine, cet autre nous est-il si étranger ?

Le sommaire est disponible sur le site de l’université d’Artois.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC
Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique
Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« La bande dessinée : art reconnu, média méconnu »

La revue Hermes vient de consacrer son 54e numéro à la bande dessinée à travers un ouvrage intitulé : « La bande dessinée : art reconnu, média reconnu ». Celui-ci est présenté comme suit par Éric Dacheux, son coordinateur.

 

La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Un art reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas… Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur. Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus.

 

Nous proposons ci-dessous deux documents (la sommaire et l’introduction de cet ouvrage qu’Éric Dacheux a bien voulu nous faire parvenir) et cette publication fera certainement l’objet d’une prochaine recension car certains de ces partis-pris (dépasser « le clivage BD d’auteur BD grand public », « Refus d’un discours savant pour public spécialisé »…) semblent ouvrir un véritable espace de discussion.

InroductionHermes54

SommaireHermes54

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC
Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique
Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts