Autobio-graphismes et bande dessinée

Le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) vient de rendre public le programme du colloque qui aura lieu les 6 et 7 février prochain à l’université de Clermont-Ferrand. Intitulé « Autobio-graphismes et bande dessinée », l’événement est organisé par Viviane Alary, Danielle Corrado et Benoît Mitaine et entend interroger « une des évolutions remarquables » de l’art de la bande dessinée « ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi ». Nous reproduisons ci-dessous le programme d’un événement qui s’annonce à l’évidence copieux.

 

Autobio-graphismes et bande dessinée

Colloque international, les 6 et 7 février 2013

MSH de l’Université Blaise Pascal

Responsables :
Viviane Alary, Danielle Corrado, Benoit Mitaine
Université Blaise Pascal, CELIS (EA 1002)
Université de Bourgogne, Centre Inter-Langues (EA 4182)

Thématique du colloque, inscription dans la politique scientifique du centre

Dans les années 80, Philippe Lejeune constatait que l’autobiographie n’était plus seulement une écriture de bilan de vie mais une forme de recherche permanente, d’exploration de soi et de son art. Significativement, l’évolution de la pratique écrite s’accompagnait de l’apparition d’une volonté d’expression autobiographique dans des arts a priori peu susceptibles au départ d’accueillir l’autobiographie tels que le théâtre ou la bande dessinée.

L’inscription de la bande dessinée dans le genre autobiographique constitue une des évolutions remarquables de cet art ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi. À la suite de nombreuses études et recherches sur cette problématique, ce colloque sera l’occasion de dresser un état de la question sur :
les pratiques autobiographiques : récit autobiographique, témoignage, autofiction, journal intime, blogs. Les frontières du genre : des récits à la première personne se développent sous forme de reportages, d’enquêtes, de chroniques générationnelles, de récits mémoriels qui possèdent une charge ou un point de départ autobiographique, mais les lit-on comme des récits autobiographiques ? Quelle est la nature du pacte autobio-graphique dans ce contexte ?
les modalités de l’insertion de l’expérience autobiographique dans le média spécifique de la bande dessinée reconduisent aux questions du « je » énonciateur, des modalités et spécificités de l’autoreprésentation graphique, du rapport entre graphisme et narration, de la place du paratexte dans le dispositif global.
quelles sont les incidences de la spécificité du media (la médiagénie) ?
le discours sur l’autobiographie : qu’est-ce que le récit autobiographique a apporté à la bande dessinée ? Dans quelle mesure l’autobiographie est-elle le moteur d’une nouvelle pratique de la bande dessinée ou contribue-telle à une évolution de la perception du Neuvième art et de son lectorat ?
en retour on peut se demander ce qu’apporte l’exploration par la bande dessinée de la démarche autobiographique : codifications et renouvellements par la bande dessinée.
l’ouverture aux formes connexes d’autobio-graphisme : carnets de voyage, carnet de bord, l’autobiographie dans l’album ou dans la photographie. Ce colloque est organisé par le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique de l’Université Blaise-Pascal (C.E.L.I.S. – EA 1002) en association avec le Centre Interlangues Texte, Image, Langage (T. I. L. – EA 4182) de l’Université de Bourgogne.

Il s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la bande dessinée et d’une série de travaux qui ont réuni les responsables scientifiques du présent colloque. Au sein du CELIS la réflexion donne lieu :
en 2005 au colloque Mythe et bande dessinée (Viviane Alary, Danielle Corrado ; ouvrage paru en 2007 aux Presses Universitaires Blaise Pascal),
en 2007 au colloque La guerre dessinée, Guerre et totalitarismes dans la bande dessinée, colloque Cerisy-la-Salle (Viviane Alary, Benoît Mitaine, 2010 ; publication en 2012 : Lignes de front, Bande dessinée et totalitarisme, Georg ed, coll. L’Equinoxe).

Parallèlement, le colloque s’inscrit dans la réflexion sur les écritures autobiographiques, transversale au sein du CELIS (Equipes Littératures XX-XXIe, Écritures et interactions sociales) qui a donné lieu à une Journée d’Etudes consacrée aux « Ecritures et espaces autobiographiques au théâtre » (Danielle Corrado, Stéphanie Urdician, mai 2010).

Ce colloque bénéficie d’un double ancrage dans les programmes suivants du CELIS :
« Arts visuels, littératures graphiques, littérature de jeunesse ».
« Dynamique des genres littéraires ».

Au sein du Centre Inter-Langues de l’Université de Bourgogne, il s’inscrit dans l’axe texte-image qui regroupe des chercheurs dont les travaux portent principalement sur des formes hybrides ainsi que sur les rapports qu’entretiennent différents médias. Deux axes sont particulièrement associés à la thématique du colloque :
« Texte et Image : les « Discours visuels » et « L’Artiste : représentations et pratiques ».
« L’Intime » : « Vivre et dire l’intime » et « La représentation de l’auteur ».

Les convergences et affinités thématiques reliant les axes du Centre Interlangues TIL et le CELIS sont à l’origine de ce nouveau partenariat scientifique dont le but est de poursuivre l’exploration de problématiques complémentaires.

La problématique proposée a recueilli l’intérêt d’intervenants de qualité :
18 conférenciers dont deux personnalités majeures : Philippe Lejeune, pionnier pour ses recherches sur l’autobiographie ; Pierre Fresnault-Deruelle, fondateur des études sémiotiques et esthétiques sur la bande dessinée. D’autres théoriciens reconnus sont invités parmi lesquels des chercheurs étrangers spécialistes du sujet (Canada, Belgique). L’ambition est également de réunir des chercheurs de disciplines connexes et d’aborder la problématique depuis des perspectives historique, esthétique et symbolique. Le colloque donnera aussi la parole à cinq doctorants :
deux doctorants réalisant leurs thèses en Espagne
trois doctorants réalisant leurs thèses en France dont deux au sein du CELIS.

Cette action sera également le cadre de stages de recherche pour les étudiants de Master 2 Recherche (voir la liste et les tâches ci-dessous dans « Comité d’organisation »).

Programme

Mercredi 6 février

 9h00 : Accueil
9h30 : Ouverture du colloque.

Matin : Problématiques et perspectives (Modérateur : Pierre Fresnault-Deruelle)

10h30-10h50 : Laurent Gerbier (Université de Tours), Se donner un genre : grandeur et décadence de l’autobiographie dessinée.

10h50-11h10 : Catherine Mao (Paris, Centre de recherches sur les arts et le langage), Écriture de soi et bande dessinée : un pacte nettoyé de ses chimères.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Écritures et transécritures de soi (Modératrice : V. Alary)

14h00-14h20 : Pierre Fresnault-Deruelle, Persépolis : une autobiographie

14h20- 14h40 : Philippe Marion (U. C. Louvain), L’Autobiographie comme agenda de l’imaginaire : L’Ascension du Haut mal de David B.

Pause : 15h-15h20

15h20-15h40 : Danièle Méaux (U. de Saint-Etienne), Bandes dessinées & planches-contacts : croisements pour un récit à la première personne (à propos des travaux de Guibert, Lefèvre et Lemercier).

15h40-16h00 : Alfredo Guzmán (Universidad Autónoma de Barcelona), Los rastros de uno mismo (Transmediación del yo en American Splendor, Harvey Peckar).

Jeudi 7 février

Matin : Discours et images (Modérateur : Benoît Berthou)

9h00-9h20 : Jacques Dürrenmat (Université de Paris-Sorbonne), Les références littéraires dans la bande dessinée autobiographique

9h20-9h40 : Jacques Samson (Montréal), L’ »écobiographie » dans l’autobiographie ou l’autobiographie à travers les petites choses.

Pause 9h55 – 10h20

Modérateur : J. Dürrenmart

10h20-10h40 : Irene Costa Mendia (U. País Vasco), Discursos y metáforas visuales en la obra de Justin Green.

10h40-11h00 : Harry Morgan, De Pooh Rass à Popoff Hayes le toxico ou comment on devient ours.

• 11h00-11h20 : Lucía Miranda Morla (CELIS), Tangles de Sarah Leavitt.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Enjeux de l’autoreprésentation (Modérateur : Jacques Samson)

14h00-14h45 : Thierry Groensteen, Problèmes de l’autoreprésentation

15h00-15h20 : Benoît Berthou (Paris 13, Labsic, Comicalités), La représentation de l’auteur : pour un renouveau éditorial ?

15h20-15h40 : Benoît Mitaine (U. Dijon), Au nom du père. Au sujet des “bio(to)graphies”

Pause

Coda

16h00-16h20 : Viviane Alary – Danielle Corrado (UBP / CELIS), Pratiques autobio-graphiques en terres ibériques.

Responsable(s) Celis :  Viviane Alary

Date et lieu

  • du mercredi 6 février 2013 au jeudi 7 février 2013 – lieu : MSH de Clermont-Ferrand

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt de l’université de Bourgogne organisent le 15 février 2013 une journée d’étude intitulée : « Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran ». Faisant suite à une première journée (« Du texte aux images »), cet événement propose aux chercheurs de questionner un « passage de l’image fixe à l’image animée » posant notamment le problème de « l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres » et dans des domaines variés, aussi bien graphiquement que culturellement comme le montre le programme. Disponible grâce au lien publié ci-dessous, nous laissons nos lecteurs découvrir celui-ci et les Carnets tiennent plus largement à saluer l’effort de chercheurs qui ont construit un ambitieux projet scientifique autour de la bande dessinée et de la culture graphique.

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

 

Journée d’étude, 15 février 2013 (de 9h à 17h30)

MSH de l’Université de Bourgogne

2 bd Gabriel – 21000 Dijon

Résumé :

La question de l’adaptation appliquée spécifiquement à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions jusqu’à présent. Or, la bande dessinée, de par son hybridité sémiotique naturelle, se trouve à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Nous interrogerons lors de cette deuxième journée d’étude les formes de passage de l’image fixe à l’image animée, questionnerons l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres, reviendrons sur quelques cas méconnus sans non plus négliger la dimension économique de cette pratique culturelle dont certains studios de cinéma américains se sont fait une spécialité.

Remarque : Cette journée d’études fait suite au premier volet (« Du texte aux images ») organisé en février 2012 sur l’adaptation en bande dessinée de textes littéraires.

Responsables : Isabelle Schmitt ; Benoît Mitaine ; David Roche (Université de Bourgogne, EA 4182)

Contacts : isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr ; benoit.mitaine@u-bourgogne.fr ; david.roche@u-bourgogne.fr

Lien programme : http://til.u-bourgogne.fr/images/stories/labo/programme/prog.%20je-bd-15-02-2013.pdf

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires

Le colloque « La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires » organisé par Jeanne Chiron se tiendra à l’université Paris Est-Créteil les 11 et 1é octobre prochain. De nombreuses communications devraient intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il sera question d’image ayant valeur d’ « insertion » (Ana Fiero sur Balzac), de « preuve » (Véronique MONTÉMONT sur « photographie et autobiographie ») et de narration (Côme Martin sur Fun Home d’Alison Bechdel). Nous laissons nos lecteurs découvrir les autres aspects de la manifestation en prenant connaissance de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

 

 

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires.

Colloque international organisé les 11 et 12 octobre 2012 par l’équipe d’accueil

Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est – Créteil

Invités : Philippe Hamon et Christophe Martin

Responsables : Jeanne Chiron, Magalie Costella-Saneba, Feng Teng et Jean-Yves Samacher

Lieu: Centre Multidisciplinaire de Créteil, accès Métro ligne 8, station « Créteil Université »; suivre le fléchage.

Jeudi 11 octobre

L’IMAGE AUX SOURCES DE LA LITTÉRATURE

9h00 – Accueil des participants par Mme PLAGNOL-DIEVAL, directrice du LIS

9h15 – Ouverture par Philippe HAMON

Session 1 – La confrontation de deux systèmes sémiotiques

9h30 – Anna FIERRO (Université de Florence)

> Balzac illustré : l’insertion de l’image dans les textes littéraires

10h00 – Alex GAGNON (Université de Montréal)

> Iconotextualité et intertextualité. Pragmatique du discours littéraire dans Brelin le frou de Gisèle Prassinos

10h30 – Discussion

10h50 – Pause

Session 2 – Du figuratif au figural : vers les origines de la création

11h00 – Thouraya BEN SALAH (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, Tunisie)

> L’image comme mode d’une expression authentique

11h30 – Lorraine DUMENIL (Université Paris Diderot-Paris 7 / Université Sapienza de Rome)

> Les « dessins » écrits d’Antonin Artaud

12h00 – Érika WICKY (Université du Québec à Montréal)

> Le tactile, entre visuel et textuel

12h30 – Discussion

13h00 – DÉJEUNER

Session 3 – L’image, source d’inspiration et de réinventions

14h30 – Barbara AIOSA-POIRIER (Université Stendhal Grenoble 3)

> La peinture dans l’oeuvre d’Antonio Tabucchi comme outil d’analyse

15h00 – Ilaria FORNACCIARI (Université de Bâle)

> Les mots et les images. Réflexions sur la fonction des images dans la pratique archéologique de Michel Foucault

15h30 – Julien STRIGNANO (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)

> La vision renouvelée d’une oeuvre littéraire par l’image : Caprichos de Ramón Gómez de la Serna

16h00 – Discussion

16h30 – Pause

Session 4 – Imageries : élaboration de répertoires

16h40 – Rossana CURRERI (Université de Catane)

> L’image, prodrome de l’imaginaire. Réflexions sémiotiques et stylistiques sur quelques romans féminins tunisiens de graphie française

17h10 – Mirela-Cristina GRIGORI (Université Paris-Est Créteil / Université « Al.I.Cuza », Iasi, Roumanie)

> Voyages et écrivains iconophiles au XIXe siècle. Puzzle roumain

Vendredi 12 octobre

FABRIQUES DE LA LITTÉRATURE

Session 5 – Laboratoires de l’autobiographie

9h00 – Véronique MONTÉMONT (Université de Lorraine / ATILF-CNRS)

> La trahison des preuves : photographie et autobiographie

9h30 – Nadia CHABANEIX (Université Paris-Est Créteil)

> Images de l’invisible. Sur un synopsis d’Emmanuel Carrère

10h00 – Côme MARTIN (Université Paris IV – Sorbonne)

> Le double rapport au texte dans Fun Home d’Alison Bechdel

10h30 – Discussion

11h05 – Pause

Session 6 – Glanage et bricolage

11h15 – Anne REVERSEAU (Université K.U.Leuven, Louvain, Belgique)

> « Je suis une bricoleuse ». Christine Jeanney, textes, images et sérendipité

11h45 – Mandana COVINDASSAMY (École normale supérieure, Paris)

> Le « bricoleur » Sebald et ses compagnons

12h15 – Dalila HARIR (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis)

> La représentation iconique de la littérature dans le discours publicitaire

12h45 – DÉJEUNER

Session 7 – Relations écrivains/illustrateurs : du dialogue à l’autonomie

14h10 – Charlène CLONTS (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II)

> Le bord mobile ou la part figurale dans les livres de dialogue de Pierre Reverdy

14h40 – Christine PLU (Université de Cergy-Pontoise/ IUFM de l’académie de Versailles)

> L’illustration de Georges Lemoine : un bricolage pour une médiation herméneutique

15h10 – Irina ANELOK (Université Paris-Ouest Nanterre)

> Fourcade / Buraglio : dialogue texte – image

15h40 – Discussion

16h00 – Pause

Session 8 – Vers une « oeuvre totale » : dispositifs intermédiaux

16h10 – Sandra RAGUENET (Université d’Aix-Marseille)

> La poésie à l’épreuve de la photo-graphie, trois cas de tropismes créateurs : Nanni Balestrini, Heinz Gappmayr et Julien Blaine

16h40 – Alicja KOZIEJ (Université Marie Curie-Sklodowska, Lublin, Pologne)

> À la recherche de l’intégralité : le cas de la « liberature »

17h10 – Anja HAGEMANN (Université Paris IV – Sorbonne / Université de Hambourg, Allemagne)

> Entre visible et lisible : les interactions entre texte et image dans l’art chinois contemporain

17h40 – Discussion

18h00 – Clôture par Christophe MARTIN

Responsable : LIS

Url de référence :
http://lis.u-pec.fr/lettres-idees-savoirs-lis–362195.kjsp?RH=1242051327397

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités : nouvelles publications

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que ces Carnets sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13

Directeur de Comicalités. Etudes de culture graphique

——————————————————————

 

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

 

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »

Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

Mathilde Lévèque (université Paris 13) et Anne Struve-Debeaux (universite Paris Ouest-Nanterre-La Défense) organisent les 27 et 28 septembre prochain un colloque intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations ». L’événement offrira un large panorama des productions éditoriales de la période et accueillera notamment Benoît Peeters et Julien Baudry : nous reproduisons son programme ci-dessous.

Colloque international

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

200 avenue de la République 92001, Nanterre Cedex

Bâtiment B, Salle des conférences.

Organisateurs : Anne STRUVE-DEBEAUX (Université Paris Ouest – CSLF) et Mathilde LEVEQUE (Université Paris 13 – CENEL)

Avec le soutien scientifique de l’AFRELOCE (Association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance).

Le colloque accompagne une exposition de Benoît Peeters, installée à la Bibliothèque Universitaire du 14 septembre au 31 octobre 2012.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Station « Nanterre Université » par le RER A (direction Saint-Germain-en-Laye) ou par le train (départ : gare Saint-Lazare)

Contacts : anne.struve-debeaux@u-paris10.fr, mathilde.leveque@univ-paris13.fr

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à  partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de  jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues — esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

PROGRAMME

JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012

10h-10h30 – Accueil des participants

Séance présidée par Mariella COLIN

10h30 –  Matthieu LETOURNEUX (Univ. Paris Ouest) : « Autres supports, autres réseaux, autres définitions – logiques sérielles et cohérences discursives dans les collections populaires pour la jeunesse de l’entre-deux guerres ».

10h50 –  Laurent DEOM (Univ. Lille III) : « Le roman scout dans les années trente ».

11h10 – Laurent BAZIN (Univ. de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Science et fiction pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres ».

11h30-11h50 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Isabelle NIERES-CHEVREL

14 h – Yvon HOUSSAIS (Univ. de Franche-Comté) : « Marcel Aymé à contre-courant ».

14h20-14h-40 – Marie-Pierre LITAUDON (Univ. Rennes II) : « Léopold Chauveau : Cronos au coeur du style ».

14h40 – Carine PICAUD (BNF) : « Quand “Jean de Babar”, peintre poète, fit souffler un vent nouveau sur l’album pour enfants ».

15h – Discussion

15h15-15h30 – Pause

Séance présidée par Matthieu LETOURNEUX

15h30 – Martine JACQUES (IUFM/ Univ. de Bourgogne) : « L’Île rose et La Colonie de Vildrac. Le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse durant les années vingt ».

15h50 – Mathilde LEVEQUE (Univ. Paris XIII) : « Erich Kästner et l’apparition d’un roman moderne pour enfants dans l’Allemagne de Weimar ».

16h10 – Annie RENONCIAT (Univ. Paris VII) : « Les grandes mutations de l’univers éditorial ».

16h30-16h50 – Discussion

VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2012

10h-10h45 – Conférence : Benoit PEETERS : « Hergé, la construction d’une oeuvre (1928-1948) ».

10h45-11h – Pause

Séance présidée par Benoit PEETERS

11h – Julien BAUDRY (Univ. Paris VII) : « Alain Saint-Ogan ou l’imagerie revisitée du merveilleux pour enfants »

11h20 – Laurence MESSONNIER (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La question animale dans l’entre-deux-guerres : renouveau iconographique et mutation axiologique dans Gédéon (1923-1939) ».

11h40 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Mathilde LEVEQUE

14h – Virginie DOUGLAS (Univ. de Rouen) : « Les récits britanniques pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres : entre nostalgie et modernité, littérarité et production de masse ».

14h20 – Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest) : « De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’oeuvre de Hugh Lofting ».

14h40 – Valérie CZERNY (East Georgia College, USA) : « Mary Poppins: The Inter-War, Outer-Mind Sojourner »

15h – Laurent POLIQUIN (Univ. de Manitoba, Canada) : « Polyphonie d’une crise scolaire en Saskatchewan : le discours journalistique du Patriote de l’Ouest en 1931 et les stratégies discursives de Tante Présentine. »

15h20-15h45 – Discussion

15h45-16h – Pause

Séance présidée par Annie RENONCIAT

16h20 – Mariella COLIN (Univ. de Caen) : « Le renouveau de la littérature de jeunesse en Italie dans les années vingt ».

16h40 – Katia GOLOUBINOVA-CENNET (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La littérature de jeunesse au pays des Soviets ».

17h-17h30 – Discussion et conclusion

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mangaphilie, mangafolie : 6e université d’été de la bande dessinée

 

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image vient de publier le programme de la prochaine université d’été de la bande dessinée : « Mangaphilie, mangafolie ? » Du 2 au 4 juillet, il sera donc question d’un genre qui fut un vecteur considérable de renouvellement, voire de bouleversement, de la bande dessinée. La chose est sensible à plusieurs niveaux, tant graphiques que narratifs ou encore médiatiques (le manga ouvrant clairement la voie à un véritable « système des objets » culturels pour reprendre le titre d’un ouvrage de Jean Baudrillard). Le programme que nous reproduisons ci-dessous traite de l’ensemble de ces aspects et l’événement s’annonce ainsi comme l’une des premières tentatives pour penser ce phénomène de façon véritablement exhaustive. Les inscriptions sont ouvertes et nous invitons tous nos lecteurs à prendre connaissance de leurs modalités en se rendant ici.

6ème université d’été de la bande dessinée : mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident 
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et « teams » de « scantrad » ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Ecrire l’histoire de la bande dessinée numérique

Après deux ans d’observation attentive des évolutions de la bande dessinée numérique sur mon blog Phylacterium, le moment était venu d’en rédiger une synthèse qui serve de première pierre à l’édifice encore à bâtir de l’histoire de la bande dessinée numérique. Le récent appel à contribution pour Comicalités lancé par Julien Falgas et Anthony Rageul ici-même en est un excellent moyen. A partir du dimanche 29 avril, et à raison d’un épisode toutes les deux semaines, la revue en ligne neuvième art 2.0 hébergée sur le site de la Cité de la bande dessinée va diffuser une « histoire de la bande dessinée numérique » en cinq épisodes. Un panorama qui commence aux premières tentatives de bande dessinée sur CD-Rom au milieu des années 1990, jusqu’à la période de constitution d’un marché éditorial que nous vivons actuellement, en passant par le phénomène des blogs bd en 2005. L’axe problématique principal que j’ai choisi pour analyser les oeuvres et les évolutions en cours est celui des relations entre la bande dessinée numérique et son aînée papier, axe pertinent dans le contexte d’une période de transition et de cohabitation.

L’objectif de ce panorama historique est double. D’une part, il s’agit de mettre à la disposition d’un public varié (auteurs, chercheurs, journalistes, bibliothécaires, éditeurs, amateurs…) des données exhaustives sur la chronologie de la bande dessinée numérique (utilement mise en image par Julien Falgas dans une exposition virtuelle sur Facebook) et les directions les plus évidentes de son évolution ; des repères pour toute personne s’intéressant, personnellement ou professionnellement, à la bande dessinée numérique et voulant vérifier tel ou tel fait, telle ou telle donnée, telle ou telle date. Je fais la synthèse de nombreuses études menées depuis le début des années 2000, rassemblant en un seul endroit des données éparpillées sur Internet et dans les bibliothèques. L’utilité d’un texte de référence me semble d’autant plus évidente que les confusions sont grandes, en particulier à l’heure où le devant de la scène est parfois occupé par des faiseurs de bande dessinée numérisée, et non par une bande dessinée numérique de création qui existe pourtant depuis plus de dix ans. Je souhaite également rétablir quelques exactitudes et éviter les imprécisions qui confondent bande dessinée en ligne et bande dessinée numérique, qui ne voient que la bande dessinée numérisée, qui pensent que la bande dessinée numérique est née avec les blogs bd, ou qui limitent la bande dessinée numérique à un espace de création amateur, gratuit et expérimental. De nombreuses structures sont apparues, certaines ont disparues, mais le paysage qui se dessine entre 1996 et 2012 est bien plus varié qu’on ne pourrait le croire. La méthode historique me permet de livrer un travail qui ne se limite pas à un émerveillement béat face à l’avenir de la bande dessinée, mais qui analyse concrètement les oeuvres, les auteurs et les structures de production, et met au jour le véritable degré d’autonomie de la bande dessinée numérique par rapport à la bande dessinée papier.

D’autre part, le second objectif, à mes yeux plus important que le premier, est d’encourager les réflexions historiques sur la bande dessinée numérique, d’où qu’elles viennent ; journalistes, critiques, étudiants, chercheurs sont invités à prendre mon relai (certains ont déjà commencé), par exemple en répondant à l’appel à communication cité plus haut. Ces réflexions sont indispensables, ne serait-ce que parce que beaucoup des oeuvres sont en train de disparaître dans les limbes d’Internet (Foolstrip, Noomz, les premiers blogs bd sur 20six), et que Internet Archive a été pour moi un allié de poids. Tant que cela est possible, il faut garder un témoignage de ce qu’était la bande dessinée numérique à ses débuts faute de pouvoir le faire dans dix ans. Mon Histoire de la bande dessinée numérique se veut certes un texte de référence, mais il ne suffit pas : il faut poursuivre la réflexion sur de nombreux points encore en suspens que mes limites méthodologiques m’ont empêcher de creuser. Il y aurait encore beaucoup à dire du phénomène des blogs bd pour évaluer son impact global sur la bande dessinée. Les oeuvres des premiers temps mériteraient un examen plus approfondi que je ne le fais, car leur degré d’innovation est souvent exceptionnel et pourrait servir d’exemple aux créateurs à venir. L’analyse économique des structures de diffusion est un travail de longue haleine qui ne peut se résumer à un balancement entre le gratuit et le payant. Parce que ce n’est qu’un manuel introductif, mon texte se limite à l’exposition de grands axes de réflexion et appelle à d’autres analyses plus détaillées, potentiellement contradictoires. Il est destiné à être complété, discuté, critiqué, amendé, et toutes remarques et critiques constructives sont les bienvenues, qu’elles prennent la forme d’un mail à l’auteur (mrpetch@orange.fr), de la publication d’un autre texte, ou de commentaires sur le blog Phylacterium, sur lequel je tiendrais dans les semaines à venir un making-of à épisodes pour expliquer certains choix et ouvrir encore d’autres pistes. Je ne prétends ni à l’exactitude absolue, ni à l’objectivité idéale. Enfin, il m’est impensable de ne pas remercier les quelques personnes qui m’ont aidé, à des degrés divers, dans la réalisation de ce travail : Gilles Ciment, Julien Falgas, Phiip, Jean-Paul Jennequin, Anthony Rageul, Fred Boot, Benoît Berthou, Antoine Torrens et Jacques Sauteron.

Mon principal espoir en proposant ce texte en pâture aux internautes est que, dans quelques années, la connaissance sur l’histoire de la bande dessinée numérique ait si bien avancée qu’il paraisse terriblement obsolète !

Du livre à l’audiovisuel : le cas de la bande dessinée

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (LABSIC) de l’université Paris 13 lance un appel à projet pour un contrat doctoral fléché (et dons indemnisé) intitulé « Du livre à l’audiovisuel : les cas de la bande dessinée ». La date limite de candidature est fixée au 30 mai prochain et nous reproduisons ci-dessous la présentation de cette proposition.

Appel à projets pour contrat doctoral fléché

Le LabSIC, Université Paris 13-Nord, laboratoire de l’Ecole Doctorale Erasme, propose un contrat doctoral fléché sur la thématique suivante :

Du livre à l’audiovisuel : le cas de la bande dessinée

1.Présentation de la thématique

Cette thématique s’inscrit dans l’étude de convergences médiatiques sensibles dans le champ des industries culturelles en général et dans le champ éditorial en particulier, par exemple, à travers le développement de l’activité de licensing (à l’instar de Médiatoon au sein du groupe Média Participation), ou à travers des activités de distribution numérique permettant un « portage » sur de nouveaux supports de lecture (comme Ave Comics adaptant des bandes dessinées pour lecture sur smartphone ou « tablettes ») ou encore à travers l’intégration d’activités visant à conforter une stratégie industrielle (tel le rachat de Marvel par Disney en 2009).

Il s’agira d’appréhender ces phénomènes, instruments du devenir d’un mode d’expression, la bande dessinée, qui permet de mettre en évidence ses aspects les plus originaux. La recherche devra non seulement appréhender les convergences médiatiques au regard de la construction d’une fiction (comme le propose par exemple Les Fictions hypermédiatiques de Renée Bourassa ou un numéro de la revue Strenae consacré aux « formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse »), mobilisant découpage en « cases » et instauration d’un rythme par le moyen du dessin.

Le ou la doctorante sera invité(e) à situer ses travaux à ce niveau pour interroger le devenir d’un dispositif graphique et se saisir de sujets tels que :

–          la transformation esthétique de produits culturels pour des impératifs techniques et économiques,

–          la modification d’un schéma narratif et des conditions de réception de bandes dessinées numériques adoptant un mode de défilement automatique d’images fixes,

–          la rencontre entre univers graphiques et dispositifs ludiques dans de nombreux jeux vidéo,

–          les  adaptations aux différents marchés nationaux dans lesquels ces œuvres (qui ont vocation internationale) sont diffusées

Ces axes de réflexion s’inscrivent au cœur des recherches portant sur les industries culturelles et ont par exemple donné lieu à des travaux internationalement reconnus (tels le Convergence culture d’Henry Jenkins ou encore A theory of adaptation de Linda Hutcheon) entendant interroger le devenir d’œuvres prises en charge par plusieurs dispositifs médiatiques. En raison de leur objet même, ils peuvent conduire à adopter une approche pluridisciplinaire.

Ces axes de recherches sont également cruciaux vis-à-vis LABEX Industries Culturelles et création artistique : numérique et Internet dont le LabSIC est porteur.

Mots clés : bande dessinée, graphisme, cinéma d’animation, jeu vidéo, récit, numérique, série télévisée, convergence, crossmedia, intermédialité, industrie culturelle

2.Domaines scientifiques

Ce thème de recherche se propose d’articuler une approche esthétique et communicationnelle afin de mieux cerner un processus immanent aux industries culturelles et médiatiques. Il suppose donc une solide connaissance de l’histoire de la bande dessinée et de l’art graphique, une compréhension de son processus de création et de ses modes de production sur différents supports ainsi qu’une familiarité avec son devenir au sein de divers environnements médiatiques.

3. Conditions requises :

–          Etre titulaire d’un Master 2 (ou d’un diplôme français ou étranger équivalent) faisant une place importante à l’étude des productions graphiques et des structures narratives propres à la bande dessinée.

–          Avoir obtenu ce diplôme en dehors de l’université Paris 13

–          Ne jamais avoir été inscrit en doctorat dans aucune université

Documents à fournir :

–          Une fiche de renseignements (disponible à l’adresse : http://www.univ-paris13.fr/ecole-doctorale-erasme/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=27&Itemid=52)

–          Un C.V . développé

–          Un projet de thèse (10 pages maximum)

–          Le dossier d’inscription en thèse signé par le(s) directeur(s) de thèse et le directeur du laboratoire, accompagné des documents demandés

Calendrier :

Les dossiers de candidature doivent parvenir avant le 30 mai 2012 à l’adresse suivante :

LabSIC /UFR Communication

Monsieur le Directeur

Université Paris 13

99, avenue Jean-Baptiste Clément

93430 Villetaneuse

Pour les candidats présélectionnés, les auditions auront lieu le 10 ou le 11 juillet 2012.

LabSIC : http://www.univ-paris13.fr/labsic/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La lecture de bande dessinée

Plusieurs années qu’on attendait cela : à l’occasion du Salon du livre, le Ministère de la Culture a dévoilé la synthèse des résultats de l’enquête menée par Christophe Evans et Françoise Gaudet pour le compte du Département des études et de la prospective. Jusqu’à présent, les indicateurs quantitatifs dont on disposait pour appréhender le lectorat de la bande dessinée restaient rares : les états annuels du marché (bilans de Livres Hebdo ou de l’ACBD) dessinent des indices très indirects et, surtout, les enquêtes Pratiques culturelles des Français contiennent des éléments qui permettent d’inscrire la bande dessinée au sein des autres pratiques culturelles. Ces enquêtes, socle de la sociologie culturelle française, auxquelles les enquêtes de sociologie qualitative se réfèrent constamment (pour les compléter ou en discuter les présupposés) présentent un inconvénient majeur : elles excluent les moins de 15 ans. C’est évidemment gênant pour une pratique telle que la bande dessinée, qui rencontre un grand succès parmi les enfants et les jeunes adolescents…

L’enquête, sobrement intitulée « La lecture de bandes dessinées », offre donc un éclairage complémentaire particulièrement bienvenu en incluant les adolescents de 11 ans et plus – même si l’on peut évidemment regretter l’absence de prise en compte du lectorat enfantin (mais la lecture enfantine a fait l’objet de travaux « quali » nombreux). L’échantillon sur lequel repose l’enquête est particulièrement copieux (4 580 individus de 11 ans et plus, représentatifs de la population française).

Sur le fond, peu de révélations, mais une confirmation de ce qu’on peut appréhender à travers les enquêtes Pratiques culturelles des Français : le lectorat de la bande dessinée est ainsi plus masculin que féminin, appartiennent plutôt aux milieux sociaux favorisés, etc. C’est probablement sur la question du phénomène de « décrochage » que l’on observe dans la lecture au fil du temps et des générations que l’enquête amène ses résultats les plus intéressants, mais également sur les médiateurs du livre, le rapport parents / enfants sur la lecture de bande dessinée, ou encore les pratiques de lecture (moments de lecture, relectures…). Enfin, l’enquête présente l’intérêt d’articuler la lecture papier à la lecture numérique, et pose ainsi un jalon qu’il faudra prolonger.

La synthèse, qui appelle d’autres remarques, est téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture.

Biographie de Robert Crumb

Jean-Paul Gabilliet, professeur d’université à Bordeaux III et auteur des Comics et des hommes, vient de publier une biographie de Robert Crumb aux Presses Universitaires de Bordeaux. Produit par un éminent chercheur, dont les travaux sur la bande dessinée sont reconnus, et consacré à un auteur dont l’influence et l’importance ne peuvent être mises en doute, ce livre intéressera à coup sur nos lecteurs : nous reproduisons ci-dessous la présentation de l’ouvrage et vous proposons de télécharger le communiqué de presse du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines.

Robert Crumb devint à la fin des années 60 le pape de la bande dessinée underground américaine. Né en 1943 dans une famille typique de la petite classe moyenne de l’après-guerre, il s’imposa à l’âge adulte comme le premier satiriste de la contreculture, avec des personnages mémorables tels que Fritz le chat, jouisseur cynique et désabusé, et le gourou roublard Mr. Natural. Au détour de rencontres avec Janis Joplin, Jim Morrison, Charles Bukowski et bien d’autres, il marqua les années 70 en pornographe vilipendé par les féministes et les gardiens des bonnes moeurs. Mais il se révéla dans la suite de sa carrière comme un créateur aux facettes multiples, illustrateur et musicien aussi bien inspiré par sa nostalgie des années 20 et 30 que par la vie de Kafka et la Genèse.

De Philadelphie à Cleveland, de la Californie aux Cévennes, ce livre retrace la vie et l’oeuvre de R. Crumb, baby-boomer qui quitta à dix-neuf ans la famille dysfonctionnelle dans laquelle il avait grandi pour devenir d’abord l’auteur de bandes dessinées le plus emblématique de la révolution hippie puis, à la fin du XXe siècle, un des principaux pères spirituels des romans graphiques de la nouvelle BD américaine.

Cet ouvrage est la première biographie de R. Crumb. Dessinateur autodidacte au talent exceptionnel, il fait depuis toujours scandale en raison de ses incursions dans la pornographie mais aussi dans une satire sans concessions où il met en scène ses propres angoisses envers les femmes ainsi que toutes les pulsions honteuses de la société américaine, son racisme et son conservatisme.
Jean-Paul Gabilliet est professeur d’histoire et civilisation américaines à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Spécialisé dans l’histoire de la bande dessinée américaine, il est l’auteur de Des Comics et des hommes: histoire culturelle des comic books aux États-Unis (Éditions du Temps, 2005).

cpcrumb1_1330096932298(1)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts