La recherche sur la bande dessinée : construire une communauté

 Les Carnets de la bande dessinée écrivent petit à petit ce qui pourrait peut-être devenir une histoire. Aussi peu modeste soit-elle, cette formule nous semble toutefois rendre compte de notre effort. Ils se sont en effet ouverts en décembre 2009 en dressant un constat :

 Alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

 Les Carnets se sont ainsi fixés pour mission d’animer et d’étoffer un réseau de chercheurs (toujours plus nombreux à en croire nos statistiques d’audience) et ont pour ce faire choisi de se constituer comme un outil d’information et plus encore d’intuition. Nous avons en effet choisi de relayer des appels à communication systématiquement assortis de pistes de réflexion susceptibles, nous l’espérons, de stimuler l’imagination de nos lecteurs et d’œuvrer à une meilleure représentation de la bande dessinée au sein des publications scientifiques (les Carnets adoptant une position résolument interdisciplinaire).

La seconde saison des Carnets est notamment marquée par une annonce : la création de la revue Comicalités. Études de culture graphique qui sera inaugurée lors de l’université d’été de la bande dessinée grâce au concours de Gilles Ciment et Jean-Philippe Martin. L’année (universitaire) se clôt d’ailleurs sur la publication d’un premier appel à communication (« Représenter l’auteur de bandes dessinées ») qui sera suivi de deux autres (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure du numérique »). S’ouvre ainsi un espace de publication qui mobilise (dans les différents comités) 38 chercheurs et a offert aux Carnets une belle conclusion pour sa troisième saison d’exercice.

La revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Le projet que nous avions présenté en ouverture du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » organisé en juin 2009 a ainsi pris corps : l’étude de la bande dessinée, et plus largement de la culture graphique, peut désormais s’appuyer sur deux structures ayant trouvé leur place dans notre paysage scientifique.

Nous sommes bien évidemment satisfait de notre action, mais ne pouvons nous empêcher de considérer sa réelle fragilité : bien que reconnue, Comicalités reste une revue jeune et surtout isolée. C’est notamment ce dernier point qui nous semble poser problème : au sein du portail scientifique revues.org, Comicalités est ainsi placée dans les catégories « Représentations », dans laquelle on peut tout au plus la rapprocher de la revue Strenae qui s’intéresse à la littérature de jeunesse, et « Études visuelles » dans laquelle on ne lui trouve pas vraiment d’équivalent (une belle revue comme Études photographiques n’abordant par exemple nullement les terrains du graphisme ou du dessin). On retrouve également semblable isolement au sein du Directory of Open Access Journal puisqu’une recherche sur le terme « comics » pointe seulement deux revues : Comicalités et ImageText.

La chose est d’importance et semble montrer que les recherches sur la bande dessinée et plus largement le graphisme occupent une position marginale : elles sont reconnues, acceptées par la communauté scientifique, mais le risque est grand qu’elles soient également considérées comme un « micro-champ » du savoir qui serait l’affaire de quelques spécialistes et au sein duquel des chercheurs pourraient s’inscrire de façon occasionnelle. Il nous revient donc de démontrer que les publications de Comicalités peuvent être structurantes, informer d’autres domaines de la pensée et participer de l’effort scientifique en son entier. Pour ce faire, il nous semble que se présentent deux solutions.

  1.  Mettre en évidence la richesse et la vitalité des recherches sur la bande dessinée et le graphisme en exposant publiquement l’ensemble des problématiques et des domaines qu’elles sont susceptibles d’embrasser.
  2. Montrer que ces recherches rencontrent un réel écho au sein de la communauté scientifique et qu’elles s’appuient sur des problématiques partagées par de nombreux chercheurs en France et à l’étranger.

C’est afin de mener à bien ces deux objectifs que nous avons choisis de nous engager dans un projet lancé par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image : né d’une idée de Thierry Smolderen, encadré par Gilles Ciment (directeur de la Cité), Catherine Ferreyrole (directrice de sa bibliothèque), Catherine Ternaux (centre de documentation) et moi-même, et développé par Élodie Arroyo, celui-ci prendra la forme d’un portail documentaire. Placé au sein de la rubrique « recherche » de neuviemeart 2.0, ce dispositif fonctionnera comme un agrégateur et constituera notamment un point de rencontre entre les publications scientifiques s’intéressant à la bande dessinée de par le monde. Doté d’un forum où seront discutés intuitions, méthodes ou corpus, nous espérons qu’il contribuera à rompre un isolement et à fortifier l’existence d’une communauté scientifique.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Raconter à l’ère numérique : limites des approches théoriques de la BD numérique

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le dernier d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

Thierry Groensteen constate aujourd’hui qu’en 20 ans, l’ordinateur est devenu omniprésent dans la production et la publication de bandes dessinées imprimées (Groensteen, 2011). Pour de plus en plus d’albums, l’encre et le papier sont de nouveau un support de reproduction pour des images réalisées avec d’autres outils. Les outils informatiques ont remplacé la plaque de cuivre ou la gravure sur bois, dans le but de publier des livres de papier. Comme en convient Groensteen, pour bien des récits de bande dessinée, le développement d’une diffusion sur ordinateur n’est pas un changement de support, mais une continuité. Selon ses mots, nous vivons « un tournant historique. Nous sommes au moment où la bande dessinée est interpellée de plein fouet par la montée en puissance de la bande dessinée numérique online, des webcomics. ».

A présent, toujours selon Thierry Groensteen :

« La question majeure qui semble se poser est de savoir si la bande dessinée numérique interactive de demain pourra encore être considérée comme de la bande dessinée, ou bien si, soit qu’elle ouvre des possibilités d’expression radicalement nouvelles, soit qu’elle change du tout au tout l’expérience même de la lecture, nous assistons à la naissance d’un nouveau média. »

Thierry Groensteen s’appuie sur le travail d’Anthony Rageul (Rageul, 2009) et sur celui de Magali Boudissa (Boudissa, 2010) pour définir ce que serait la « bande dessinée numérique interactive de demain » et sous quelles conditions elle pourrait encore obéir à une ontologie de la bande dessinée. Cette approche me semble se heurter à un double écueil paradigmatique et heuristique.

Le paradigme choisi par Thierry Groensteen comme par Magali Boudissa pose la bande dessinée en objet immanent. La bande dessinée devrait s’adapter aux support numérique tout en conservant son intégrité, en respectant ses limites ontologiques. Ce même paradigme pousse Anthony Rageul à définir d’emblée ce qu’il nomme « la bande dessinée interactive » comme un nouveau medium, avant de s’interroger sur les spécificités qui fonderaient son existence. Ainsi, le paradigme de l’immanence de la bande dessinée est si prégnant qu’il contamine sa petit soeur numérique : à peine émancipée de sa génitrice, elle est sommée de se doter sans tarder de sa propre ontologie. A la suite de Jean Clément ou de Lev Manovitch, je préfère considérer que l’ère numérique appelle son propre langage narratif et que ce langage émerge en s’appuyant sur les langages antérieurs, tout comme la bande dessinée elle-même s’est forgée autour de 1900 dans un « creuset résolument polygraphique qui n’a manqué aucune des révolutions majeures menant à l’âge audiovisuel » (Smolderen, 2009).

L’écueil paradigmatique me semble être le fruit d’un écueil heuristique : Thierry Groensteen a popularisé une approche sémiotique de son objet. Or, comme le rappelle Michel Fayol en se référant à Mandler, « le jugement subjectif basé sur le traitement métalinguistique n’est pas aussi apte à révéler l’organisation sous-jacente des narrations [que des expériences de rappel ou de traitement ‘online’] » (Fayol, 1985). La sémiotique et le structuralisme me semblent trouver d’autant plus leurs limites face aux formes narratives émergentes de l’ère numérique. Il n’est pas possible d’adopter une démarche d’analyse systématique lorsque chaque récit peut inventer sa propre forme. La bande dessinée ne peut être abordée comme une immanence à l’ère numérique. Seule l’étude de la production et de la réception des récits pourra permettre de comprendre la part jouée par la bande dessinée dans la constitution de nouvelles formes narratives.

En adoptant le paradigme de la bande dessinée comme forme transitoire du récit à l’ère numérique, je propose d’aborder la bande dessinée comme héritage et non comme horizon. La bande dessinée fournit ainsi un référent par rapport auquel observer le récit en mouvement.

Références citées

  • Boudissa, Magali, La bande dessinée entre la page et l’écran: Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique, Thèse d’esthétique, sciences et technologies des arts, Paris VIII, 2010, 399 p.
  • Clément J., 2000, « Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace », Adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/.
  • Fayol, Michel, Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1985, 159 p.
  • Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration, Système de la bande dessinée 2, Paris, P.U.F., 2011, 220 p.
  • Manovitch, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010, 608 p.
  • Rageul, Anthony, Bande dessinée interactive: comment raconter une histoire? Prise de Tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, Mémoire

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Le corps et le récit

Cette fiche ouvre quelques pistes de réflexion pour une approche plasticienne ou esthéticienne de notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique ».

Confortablement assis dans son fauteuil, allongé sur son lit, telles sont les deux positions que l’on prête au lecteur de bande dessinée. La question du corps du lecteur est traditionnellement réduite à ce lieu commun. Si la bande dessinée est, comme le prétend McCloud, « une nature morte que l’on explore de manière vivante »1, cette vie tient toute entière dans l’orientation du regard sur les pages et le fait de tourner celles-ci. Une exploration certes vivante mais qui convoque des gestes si machinaux et si ancrés culturellement, échappant à la conscience du lecteur, qu’on ne peut parler d’un réel investissement de son corps.

A l’ère numérique, la question du corps est réactivée. Le développement des terminaux portatifs permettant la lecture de littérature et de bande dessinée numérisées ou numériques pose au moins deux questions quant au corps. La première est celle de l’environnement dans lequel le lecteur se trouve, ces terminaux ayant vocation à une lecture en tous lieux, au premier rang desquels nous pensons aux transports en commun. La seconde est celle de l’ergonomie, de la manipulation de l’outil : le design d’interaction y répond par une recherche de la simplicité, de l’évidence, bref de gestes voués, eux aussi, à devenir machinaux et naturels. L’utilisateur d’iPhone ou iPad a déjà l’habitude de faire défiler les cases en faisant glisser son doigt sur l’écran. Pourtant, l’apparente évidence de l’interactivité cache une réelle problématique de la place du corps face à ou dans l’œuvre et de la médiation du corps dans l’immersion du lecteur, laquelle immersion serait dès lors nécessairement physique.

Cette intuition, appelée à devenir une hypothèse, trouve son origine dans une expérience vécue par hasard et que nous invitons notre lecteur à reproduire. Elle consiste à réaliser une capture d’écran vidéo de sa consultation de Hobo Lobo of Hamelin, bande dessinée numérique de Stefan Živadinović2. Chaque page de celle-ci est une bande horizontale bien plus longue que la largeur de la fenêtre du navigateur. La lecture se fait donc en faisant défiler cette bande de droite à gauche en utilisant l’ascenseur horizontal. Ce mouvement dévoile une surprise : les différentes couches qui composent le dessin se déplacent à des vitesses différentes, en décalage les unes par rapport autres. Ainsi les éléments au premier plan défilent sous nos yeux plus vite que les éléments du second plan, et ainsi de suite jusqu’à l’arrière-plan, le plus lent de tous. Il s’agit là d’un effet de parallaxe simulant le mouvement relatif des objets les uns par rapport aux autres en fonction de leur éloignement lorsqu’on les regarde en se déplaçant (par exemple lors d’un trajet en train ou en voiture : les arbres au bord de la route ou de la voie ferrée semblent défiler à toute allure quand nous avons tout le temps d’observer les bovins paissant plus loin dans les champs). Bref, ce dispositif simule l’effet ressenti d’un déplacement du lecteur le long du strip et, partant, dans la cité de Hamelin. Or, le visionnage de la capture d’écran vidéo ne produit pas cet effet, ou en tout cas lui fait perdre de sa force. Certes, on voit toujours le mouvement asynchrone des différents plans, l’effet de parallaxe est toujours là, l’illusion de profondeur également, au même titre que dans un dessin animé. Seulement, si on voit le mouvement, on n’y est plus sensible : on ne perçoit plus ce décalage de vitesse qui existe entre notre geste avec la souris pour actionner l’ascenseur, synchronisé avec le premier plan, et le déplacement désynchronisé des quatre autres plans.

Cette expérience augure des pistes de travail et de réflexion assez inédites sur la place du corps du lecteur par rapport au récit, que celui-ci soit dessiné ou non. Elle nous invite en quelque sorte à nous intéresser au versant resté inexploré dans la Corr&spondance entre Jean-Christophe Menu et Christian Rosset3, consacrée exclusivement au corps de l’auteur. Au-delà d’un simple changement d’état du lecteur, de la passivité à l’activité, c’est la question de l’immersion dans le récit qui est posée. Dans le cas de la bande dessinée numérique, et dans notre exemple, elle passerait par une immersion dans l’image. Cette immersion reposerait sur la médiation du corps via le dispositif interactif. Quand bien même tout l’investissement physique consiste à déplacer la souris, c’est bien la main, le corps donc, qui ressent l’effet concocté par l’auteur. Il semble pertinent d’interroger cette « boucle de l’immersion  », qui part de l’image et de son dispositif interactif, passe par le corps et revient à l’image. Elle entraîne aussi à questionner comment l’immersion du lecteur connaît un basculement pour devenir en partie physique et, au-delà d’une immersion physique dans l’image, quels sont les effets d’une immersion physique dans un récit.

Autant de graines que nous semons dans l’esprit de nos lecteurs, autant de problématiques que nous les laissons maintenant cultiver.

1McCloud Scott, Réinventer la bande dessinée, traduit par Jean-Paul Jennequin, Paris, Vertige graphic, 2002, p.233.
2Živadinović Stefan, Hobo Lobo of Hamelin, http://hobolobo.net/, consulté le 19 avril 2012.
3Rosset Christian et Menu Jean-Christophe, Corr&spondance, Paris, l’Association, 2009.

Raconter à l’ère numérique : de la question des usages au cas de la bande dessinée

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le troisième d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

La question des usages

Lorsque je parle de « raconter à l’ère numérique », tout comme les auteurs de Communiquer à l’ère numérique (Granjeon et Denouël, 2011) je pose la question des usages. Face au contexte proposé par l’ère numérique, j’oriente mon approche du récit en m’interrogeant sur ce que l’ère numérique implique pour les usages de production et de réception des récits, c’est à dire pour l’action de raconter.

Louis Quéré estime que le propre d’une situation est d’être « non prédéfinie » (Quéré, 1997), c’est pourquoi il s’avère nécessaire d’observer l’activité par laquelle la situation est définie et évolue. Or, comme nous y engage Yves Jeanneret (Jeanneret, 2007), il faut se garder d’observer les médias et leurs pratiques comme une dichotomie. Lorsque Lev Manovitch ou Jean Clément soulignent la place des langages narratifs traditionnels dans l’élaboration d’un langage des nouveaux médias, ils pointent l’« espace de médiation » identifié par Yves Jeanneret entre la technique et le social. En somme, il convient de se demander à la fois ce que les nouveaux médias font aux pratiques narratives et ce que nos pratiques narratives font aux nouveaux médias.

Tout comme Yves Jeanneret s’insurge contre l’approche dichotomique des usages, Alexandre Mallard renvoie dos à dos la sociologie des usages et la sociologie de l’innovation (Mallard, 2011). La première s’intéresse aux usages en aval de la commercialisation, mais se refuse à interroger la phase de conception des produits ou des services ; or la seconde traite des allers-retours entre usages et conception, mais fixe un moment de stabilisation dans la conception au delà duquel elle n’aborde plus les usages. En somme, l’une donne la primauté à la dimension sociale là où l’autre donne la primauté à la dimension technique. Pour Alexandre Mallard, il existe une dynamique qui relie les usages et l’innovation et dont la notion d’exploration rend compte. Ainsi, pour comprendre l’évolution des usages de production et de réception des récits à l’ére numérique, il faut aborder ces usages comme des usages exploratoires des outils numériques par des usagers dotés d’une culture narrative héritière de pratiques antérieures à l’ère numérique.

Le cas de la bande dessinée : retour aux origines

En matières d’usages des technologies numériques de l’information et de la communication (TNIC), Josiane Jouët nous engage à ne pas faire preuve d’amnésie : l’étude des usages de la télématique fournit par exemple des enseignements qui restent utiles à l’étude des usages contemporains des TNIC. Pour éclairer l’impact de nouvelles technologies sur nos usages narratifs, je sollicite l’éclairage d’une situation antérieure et tout aussi révolutionnaire pour le récit que l’ère numérique aujourd’hui : le développement de l’imprimerie jusqu’à l’essors de la presse quotidienne aux Etats Unis autour de 1900, sous l’égide duquel s’est cristallisée la forme moderne de la bande dessinée.

Adrian Mihalache parle de William Blake comme d’un artiste multimédia. Blake a refusé la séparation du texte et de l’image induite par l’imprimerie. Au début du XIXème siècle, les textes étaient imprimés grâce aux caractères mobiles de Gutenberg en laissant des blancs dans lesquels imprimer les images par la gravure sur bois ou l’eau-forte. Blake intégrait ses textes aux images sur une seule plaque de cuivre qu’il traitait à l’eau forte. Il fallait écrire les textes à l’envers, mais cet effort était justifié par la volonté que « les deux médias forment un tout aussi complexe qu’harmonieux. » (Mihalache, 2007).

William Blake meurt en 1827. C’est la même année que Rodolphe Töppfer produit ses premières « littératures en estampes » qu’il décrit ainsi :

« Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose de dessins autographiés au trait. Chacun des dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. » (Töppfer, 1837)

La technique de l’autographie permet à Töppfer de tracer images et textes tels qu’ils seront lus, à l’encre et sur du papier. Le papier spécifique et l’encre grasse utilisés permettent la transposition du trait sur une pierre à lithographie au moyen de laquelle sont imprimées les reproductions.

Si Thierry Groensteen et Benoit Peeters titrent « Töppfer, l’invention de la bande dessinée » (Groensteen et Peeters, 1994), Thierry Smolderen préfère signer « Naissances de la bande dessinée » (Smolderen, 2009). Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne. Après l’autographie de Töppfer, un nouveau pas est franchi lorsqu’autour de 1890, grâce au procédé photographique, « les illustrations publiées par la presse à grand tirage sont pratiquement toutes reproduites à partir des dessins originaux. » Au delà de la technologie d’impression, c’est « dans le bouillon de culture des journaux populaires américains » que le comic strip « va naître autour de 1900 ». Smolderen décrit « une guerre commerciale impitoyable qui n’enregistre ses défaites et victoires qu’en termes de chiffres de vente ». Ce contexte n’est pas sans évoquer la compétition à l’audience des portails et des services grand public de l’Internet d’aujourd’hui. A propos de l’hebdomadaire allemand Fliegende Blätter, Thierry Smolderen relève que « selon un commentateur français de l’époque (Arsène Alexandre), on ne pouvait dire un bon mot à table, ou assister à une situation comique, en Allemagne, sans s’exclamer : ‘Tient ! elle est bien bonne ! Il faut envoyer ça au Fliegende Blätter ! » avant d’évoquer expressément Youtube, emblème du web 2.0 et de la participation du public à l’élaboration des contenus médiatiques.

L’imprimerie de Gutenberg a sans aucun doute révolutionné l’écriture, mais elle a aussi instauré une fragmentation durable entre le texte et l’image. L’apparition de la bande dessinée a été rendue possible et s’est imposée grâce à de nouvelles technologies qui permettaient certes la reproduction de masse d’images et de textes, mais surtout leur production par les mêmes outils que ceux de leur reproduction : l’encre et le papier.

Suite et fin : limites des approches théoriques actuelles de la BD numérique

Selon Thierry Groensteen, nous vivons « un tournant historique. Nous sommes au moment où la bande dessinée est interpellée de plein fouet par la montée en puissance de la bande dessinée numérique online, des webcomics. » (Groensteen, 2011) Mais Groensteen bute sur ce nouvel objet lorsqu’il cherche à l’intégrer à son approche systémique et sémiotique.

Le quatrième et dernier billet de cette série traitera des limites des approches théoriques actuelles en la matière et proposera une voie de résolution.

Références citées

  • Granjon, Fabien et Denouël, Julie, Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011.
  • Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration, Système de la bande dessinée 2, Paris, P.U.F., 2011, 220 p.
  • Groensteen T., Peeters B., éds, 1994, Töppfer, l’invention de la bande dessinée, Paris, Hermann.
  • Jeanneret, Yves, « Usages de l’usage, figures de la médiatisation », Communication et langages, vol. 151, 2007, p. 3-19.
  • Jouët, Josiane, « Des usages de la télématique aux Internet studies », in Fabien Granjon, Julie Denouël. Communiquer à l’ère numérique: regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011.
  • Mallard, Alexandre, « Explorer les usages: un enjeu renouvelé pour l’innovation des TIC », in Fabien Granjon, Julie Denouël. Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011, p. 320.
  • Manovitch, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010, 608 p.
  • Mihalache, Adrian, « Dans tous les sens, par tous les sens: lecture de l’hypermédia », in Pascal Lardellier, Michel Melot. Demain, le livre, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 115-129.
  • Quéré, Louis, « La situation toujours négligée ? », Réseaux, vol. 15 / 85, 1997, p. 163-192.

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Appel pour une association de recherche sur les fictions de grande consommation

Le Centre de Recherche sur les Littérature Populaires et les Cultures Médiatiques de l’université de Limoges, dirigé par Jacques Migozzi, lance un appel à tous ceux dont les « recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports » afin de créer une association internationale qui conférera une forme plus aboutie à l’actuelle Coordination Internationale en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques dont le site-portail est accessible ici. Semblable initiative est effectivement susceptible d’intéresser un grand nombre de chercheurs travaillant sur la bande dessinée, que ce soit en offrant plus de visibilité à des travaux peinant encore à se faire une place dans le paysage universitaire, ou en offrant la possibilité de confronter des recherches (rencontrant par exemple des phénomènes de sérialité ou transmédialité) avec d’autre corpus et d’autres disciplines. Les Carnets de la bande dessinée s’en font donc l’écho et nous reproduisons ici le projet fondateur de cette association dont l’acte inaugural est fixé au 26 mai prochain.

Littératures Populaires et Culture médiatique : appel pour une association internationale des chercheurs

Vos recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports ?

Ces récits  et leurs usages, nous en sommes certains, sont au cœur de l’imaginaire partagé moderne et contemporain et méritent qu’on les étudie avec rigueur et sans préventions de principe, dans une optique résolument pluridisciplinaire et intermédiale. D’où notre appel, sans exclusives à des convergences inédites, et notre proposition : celle de fonder dès le printemps une Association internationale de chercheurs, à partir de synergies existantes et de projets en cours.

Contexte institutionnel : les animateurs de la Coordination internationale des chercheurs en Littératures Populaires et  Culture Médiatique, fondée en 1997, n’avaient pas pris jusqu’à présent le parti d’une structuration formalisée sur le plan juridique (a minima par exemple grâce au statut français des associations régies par la loi de 1901).
Cette Coordination, souple et conviviale, en son nom propre ou en soutenant les initiatives de certains de ses piliers institutionnels, a contribué par exemple entre autres aux succès des rencontres de travail de Louvain (1999) sur la culture médiatique, de Limoges (2003) sur le genre en régime médiatique, ainsi qu’aux multiples colloques internationaux organisés par l’équipe LPCM de Limoges (1998, 2002, 2006/2007) ; elle a suscité la création de la revue électronique à comité de lecture Belphégor qui a mis en ligne  19 numéros depuis 2001.
Lors de la dernière assemblée du réseau, en avril 2010, à l’occasion du colloque international de Leeds « Finding the plot. On the importance of storytelling in popular fictions » (coorganisé par l’équipe LPCM de Limoges et le Popular Cultures Research Network de l’Université de Leeds), l’ensemble des présents a jugé nécessaire de donner plus de visibilité institutionnelle à nos activités et surtout d’impulser de nouvelles dynamiques de coopération, en suscitant échanges et rencontres sur une base internationale plurilingue élargie.
Démarche : L’équipe de Limoges a été mandatée pour mettre en place un portail web qui a vocation à se faire le relais de vos initiatives, publications, projets… et pourrait également accueillir des débats. Vous pouvez dès à présent à vous emparer de cet outil collaboratif de liaison, quel que soient vos choix sur nos propositions et perspectives, en utilisant le formulaire de suggestion. Mais nous vous proposons plus!

Nos propositions en 4 points : une association formalisée; un musée en ligne; une base de données; un consortium de recherche.

1) Fédérer  sur une base internationale les chercheurs en Littératures populaires et Culture médiatique en créant une Association, dont le nom exact n’est pas arrêté et pourra bien sûr faire l’objet de débats entre tous les membres fondateurs. Nous désignons ce projet, de manière conservatoire, par le tandem terminologique choisi voici une quinzaine d’années. Ce tandem soulignait d’une part la nécessité de conjoindre scientifiquement l’étude des récits imprimés de grande consommation  liés à « la civilisation du journal » et à « l’âge du papier » à celle de leurs avatars audiovisuels multimédiatiques plus contemporains, impliquant écrans grands et petits. Il entendait d’autre part appeler à une vision plus englobante et pluridisciplinaire de la circulation des représentations et des usages culturels en régime mass médiatique, à laquelle pourraient contribuer, en croisant leurs regards et leurs méthodologies, des historiens de la littérature, du livre, de l’édition, de la culture des médias mais aussi des sociopoéticiens du texte ou de l’image, des sociologues de la culture, des spécialistes de l’information-communication ou d’études culturelles  scrutant les récits multimédiatiques et leurs pratiques de « réception »…

La création de cette Association est prévue à Limoges les 26 et 27 mai 2011, à l’occasion d’une des séances du séminaire international « Les Littératures populaires en France aujourd’hui » consacrée le 26 mai à la littérature fantastique (conférence de Denis Mellier). Nous espérons vivement que cette initiative suscitera votre intérêt et que vous nous accompagnerez dans cette entreprise  en participant à l’Assemblée générale constituante ou, à défaut, en  marquant même à distance votre volonté de vous inscrire d’emblée dans le cercle des fondateurs.

2) Doter l’Association à sa naissance d’un outil de valorisation des recherches multiples menées en son sein. L’équipe LPCM de Limoges propose de tirer parti de l’existence du musée virtuel « Popular roots of european culture ».

Ce musée virtuel a été conçu dans le cadre du programme « EPOP : Popular Roots of European Culture through Films, Comics and Serialized Literature », lauréat d’un appel à projets de la commission européenne dans le cadre du Culture Programme  2007-2013. Il pourrait constituer en quelque sorte la collection permanente d’un espace muséographique en ligne, qui aurait vocation à accueillir  en sus régulièrement des expositions temporaires thématiques, proposées  par les membres de l’Association en fonction de leurs recherches en cours ou abouties qu’ils voudraient exposer «  en vitrine » à destination d’un large public. Très bientôt, l’équipe de Limoges fêtera ainsi à sa manière le centenaire de Fantômas en proposant dans une nouvelle interface encore plus ergonomique et séduisante pour le visiteur une exposition sur le Maître de l’effroi à la Belle Époque. Nous proposons de mettre en place un Conseil scientifique pluripartite pour piloter ce musée, à qui il incomberait entre autres d’évaluer les projets soumis, d’adouber les commissaires d’exposition et d’arrêter la programmation.

3) Mettre en place une base de données de grande ampleur : Pour permettre de manière inédite des recherches de grande ampleur et de tous ordres sur la circulation transnationale des récits multimédiatiques (impliquant transferts culturels, logiques médiatiques, adaptations, traductions et appropriations, jeux d’acteurs du pôle de la production comme des publics en leurs pratiques culturelles éclectiques… ), nous avançons enfin le projet de collaborer à la mise en place d’un «silo de données » en open source sur les fictions populaires. Le contenu de cet entrepôt de données, interrogeable par requêtes multicritérisées, serait exploitable scientifiquement en toute autonomie par les différents contributeurs de cette entreprise collective de longue haleine, et les résultats pourraient être retranscrits si nécessaire automatiquement sous des formes graphiques ou spatialisées.

Lors de la rencontre de Limoges des 26 et 27 mai 2011, nous tenterons à l’appui de cette proposition de présenter quelques  courts exposés de travail visant à suggérer l’intérêt de recourir à de tels outils, qui devraient permettre de discerner et de penser, dans une optique de « distant reading » (Franco Moretti), nos traditionnels objets d’étude selon des perspectives renouvelées. Dans le cadre du projet EPOP précédemment évoqué, la construction d’une base de données a en effet été engagée grâce aux ressources locales en ingénierie informatique. Nous visons actuellement à en optimiser le fonctionnement pour la rendre pleinement opérationnelle et nous nous confrontons à toutes les exigences  liées au moissonnage automatique des données à partir du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France, qui a marqué sur le principe son intérêt pour une telle exploitation : par ces tests et ces  tâtonnements expérimentaux, que nous pourrons si nécessaire exposer en mai, nous pensons préparer le terrain au projet ultérieur plus ambitieux de « silo » (offrant des garanties supérieures en termes d’interopérabilité et de pérennité des données stockées), en mesurant certains des enjeux théoriques et méthodologiques de ce type de démarche.

4) Constituer un consortium de recherche : L’équipe LPCM de Limoges souhaite poursuivre le  travail au long cours initié par le projet EPOP sur la circulation en Europe des fictions de grande consommation et pour ce faire, en vue de répondre à  court ou moyen terme à des appels à projets nationaux (ANR française) ou internationaux (PCRD européen), ambitionne de s’allier à des partenaires en constituant  un consortium de recherche.

Si certaines des  4 propositions présentées ci dessus, comme le portail LPCM, retiennent votre attention, nous aurions  plaisir à le savoir dans les semaines à venir, car nous espérons que la création de l’Association à la fin mai provoquera des synergies nouvelles.

Nous vous invitons d’ailleurs  en ce sens à faire largement circuler cet appel au sein de vos réseaux de travail.

Pour tous contacts avec l’équipe LPCM de Limoges, organisatrice de la rencontre de mai 2011:

jacques.migozzi@unilim.fr
irene.langlet@unilim.fr
loic.artiaga@unilim.fr
f.pagello@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les dédicaces de bande dessinée

Un mémoire de master en sociologie consacré à la pratique des dédicaces ? Cette pratique structurante du champ de la bande dessinée n’a, a priori, jamais fait l’objet d’une recherche de fond.

Or, Baptiste Coulmont, maître de conférences en sociologie à Paris-8, a publié voici quelques jours sur son site une liste de sujets de masters qu’il aimerait encadrer. Parmi ceux-ci, un sujet sur les dédicaces de bande dessinée, qui permettrait d’articuler une étude à la fois des producteurs et consommateurs. Reprenant une idée de Denis Colombi, qui se demande :

Y a-t-il pratique plus étrange que celle de la dédicace telle qu’elle s’est peu à peu institutionnalisée dans le monde de la bande-dessinée ? Elle consiste, lors de certains événements (sorties d’album, festivals, invitations de librairies…), à donner – le terme est important – un dessin réalisé sur le moment aux lecteurs ou à toute personne qui se présente. (…) Pourtant, ce don revêt souvent un caractère obligatoire à partir du moment où le dessinateur est présent.

A partir de cette interrogation, Baptiste Coulmont suggère quelques pistes de recherche :

Les dédicaces sont-elles présentes depuis le début des salons de la BD ? Voit-on une augmentation de leur place dans les programmes publiés ? Des entretiens avec des dessinateurs âgés pourrait donner des informations intéressantes. Prendre l’angle des dédicaces permettrait d’impliquer dans la recherche à la fois les producteurs et les consommateurs.

Un beau sujet en perspective ; espérons qu’il trouve preneur. Toute personne intéressée peut contacter Baptiste Coulmont via son site, ou se rapprocher directement du département de sociologie de Paris-8.

ICAF : appel à collaboration

L’International Comics Art Forum lance un appel à adhésion afin d’encourager « la reconnaissance de la création de bande dessinée comme un phénomène international, tout à la fois en faisant émerger un terrain commun aux différentes traditions de la bande dessinée de par le monde et en explorant les différences qui fondent leur diversité ». Vous trouverez ci-dessous, le texte de l’appel à collaboration.

The Executive Committee of the International Comic Arts Forum, one of the longest-lived and most respected annual conferences in Comics Studies, is actively seeking new members.

We invite applications from academics (including graduate students) and independent scholars in various fields, including but not limited to Comparative Literature, English Studies, Cultural Studies, Communications and Media, Visual Studies, Art History, and Comics Studies.

The members of the Executive Committee collaborate to plan and present the ICAF conference, which since its founding in 1995 has been one of the most important annual events in comics studies. Among the qualities, backgrounds and/or specialties we are most actively seeking in candidates are:

  • Web-mastering
  • Grant-writing
  • Fund-raising
  • Cultural diversity/expertise in non-Western comics, pursuant to ICAF’s international focus
  • Conference- or event-organizing

We plan to recruit several new members in academic year 2009-2010. Applicants should each send C.V. and a 1-2 page statement of purpose to Cécile Danehy (cdanehy at wheatonma dot edu) by January 4, 2010.

Please send all materials in Word 97-2004 format (with the extension .doc, not .docx) if possible.

We recommend that applicants consult ICAF’s mission statement, history, and past programs (see the sidebar to the right) to get a sense of ICAF’s purpose and character. Commitments to internationalism and interdisciplinarity are the backbone of ICAF and we will be looking for prospective colleagues with these qualities. In addition, we urge applicants to frame their statements of purpose in not only intellectual but also pragmatic terms, with emphasis on specialties and skills such as those noted above.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts