Colloque « Disney »

Christian Chelebourg, de l’université Nancy 2, organise au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle un colloque « Walt Disney ». Ces cinq jours (16-23 août 2011) permettront de s’intéresser à tous les aspects de l’univers de Disney : création (thèmes récurrents, chorégraphies dans les films…), adaptation (Fantasia, Tim Burton…), entreprise (Disneyland), histoire (Disney pendant la guerre), idéologie (capitalisme). Aucun titre de communication ne fait directement référence à la bande dessinée, mais il en sera sans aucun doute question.

Walt Disney

Résumé

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Argument

Walt Disney (1901-1966) a contribué à renouveler profondément l’approche et la diffusion des productions artistiques à destination de la jeunesse. S’il n’a pas inventé le dessin animé, et s’il a largement puisé à la source des littératures européennes, on lui doit d’avoir popularisé ce qui est devenu un des médias majeurs de la culture jeune, et d’avoir œuvré à l’internationalisation, voire à la mondialisation de la culture occidentale.

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Communications

Danièle ANDRÉ : « D’un Z qui veut dire… Disney – l’Ouest américain selon Zorro »

Marc BERDET : « La fantasmagorie des parcs à thème »

David CALVO : « Disneyland, archéologie mythique d’un imaginaire »

Christian CHELEBOURG : « Walt Disney et la médiatisation des contes »

Barbara CISE : « Disney Princess : élaboration et destin d’une figure topique »

Thierry CORMIER : « Disney ou le monde merveilleux de nos peurs infantiles »

Adela CORTIJO TALAVERA : « La Belle et la Bête, de Cocteau aux studios Disney »

Laurent DÉOM : « Walt Disney ou le regard émerveillé »

Virginie DUREY : « Walt Disney et l’idéologie américaine »

Hervé GUINERET : « Walt Disney ou le capitalisme enchanté »

Pierre-Eric JEL : « Disney à l’ombre du polar : Who framed Roger Rabbit de Robert Zemeckis (1987) ou l’interrogation sur le devenir de l’animation »

Sylvain LEDDA : « Visages de la mort chez Walt Disney »

Isabelle LIMOUSIN : « Mickey au musée d’art moderne »

Arnaud MAILLET : « Regard, pièges et fascination chez Walt Disney »

Francis MARCOIN : « Les vies multiples de Scrooge McDuck »

Gilles MENEGALDO : « Tim Burton et les studios Disney : subversion et dynamique créative »

Samuel MINNE : « The Sword in the Stone : indétermination générique et vision du genre »

William MOEBIUS : « Le contact et la coordination des corps dans l’œuvre de Disney de 1927 à 1940 »

Philippe MORLOT : « Walt Disney et les arts visuels »

Maryse PETIT : « À propos de Fantasia : création et mise en “anima” »

Christine PRÉVOST : « De la transmission des valeurs morales à la mise en scène d’un patrimoine national illustrant une Amérique aux identités multiples : Disney-Pixar et la géographie de la nostalgie »

Dick TOMASOVIC : « Walt Disney chorégraphe — vers une redéfinition de l’art du mouvement »

Daniel TRON : « Technique et créativité dans les productions Disney »

Aurélie VILLERS : « Walt Disney et l’effort de guerre »

Lieu

Cerisy-La-Salle (50210) (Centre culturel international de Cerisy, Le Château)

Dates

mardi 16 août 2011

mercredi 17 août 2011

jeudi 18 août 2011

vendredi 19 août 2011

samedi 20 août 2011

dimanche 21 août 2011

lundi 22 août 2011

mardi 23 août 2011

Contact

Centre Culturel International de Cerisy
courriel : info [point] cerisy (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Url de référence

Site du CCIC

Source de l’information

Michaël Morel
courriel : michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Apparitions fantastiques

« Apparitions fantastiques » : c’est le thème qu’ont choisi les CRILA, CERLI et CERIEC de l’université d’Angers pour un colloque en novembre 2011. Intitulé « Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image) », celui-ci est organisé autour de trois thèmes : « l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition ». « Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose », et il s’agit donc d’interroger l’apparition à travers, en ce qui concerne l’image, de la « transposition des textes dans les arts visuels ». Au vu du corpus que propose l’appel à communication, nous pensons qu’il serait intéressant pour des chercheurs de travailler sur :

  • Des adaptations d’Edgar Alan Poe comme Adam Sarlech (Frédéric Bézian aux Human), La Chute de la maison Usher (Richard Corben chez Albin Michel) ou encore Le Portrait ovale (Pascal Somon chez Nucléa).
  • Des adaptations de Lovecraft comme Les Montagnes hallucinées (Culbard chez Akiléos), Les Mythes de Cthulhu (Breccia chez Rackham), Le Temple (Rodriguez chez Emmanuel Proust Éditions).

La date limite est fixée au 30 juin.

COLLOQUE CRILA-CERLI-CERIEC

Université d’Angers

24-26 NOVEMBRE 2011

Apparitions fantastiques

Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image)

Il s’agira dans ce colloque pluridisciplinaire d’organiser la réflexion autour de trois axes : l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition. Pourquoi ce choix ? On sait d’abord que « le fantastique excelle lorsqu’il est porté par un texte court et le plus souvent par la brièveté de la nouvelle » (N. Prince, Le fantastique, A. Colin, p. 77) : Poe, James, Hawthorne, Maupassant, Richepin, Schwob, Nodier, Gautier, Lorrain sont autant d’auteurs qui ont porté la nouvelle aux nues, et leurs écrits permettent d’envisager le rapport étroit entre le fantastique et la nouvelle. « La nouvelle réussit à merveille à créer la tension nécessaire et l’émotion propre au genre. Il s’agit d’un récit bref et rectiligne, concentré sur peu de personnages, sur un événement unique au caractère insolite, inouï et inédit […] Tout dans la nouvelle est au service de l’efficacité fantastique » (Id., p. 78) : « [la nouvelle] a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet » (Baudelaire).

Le fantastique, dit-on communément, déclenche « l’apparition » (R. Caillois) : apparition de l’insolite, de l’inadmissible, de la chose ou de l’être surnaturel. Le mot fantastique se rapporte au verbe grec phantasein qui signifie « faire voir en apparence, montrer, apparaître ». Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose. Le même mot phantasein est lié à phantasia, « l’apparition », et à phantasma, « le spectre, le fantôme », réunissant dans une même origine apparition et surnaturel. L’apparition est le principe actif par lequel l’événement surprenant se manifeste. Elle atteint le héros, ouvre son expérience à l’indicible. Quelque chose apparaît qui implique « l’infraction du réel » (J.-L. Steinmetz). Ce basculement correspond souvent à une « monstration » (D. Mellier) qui consiste à « montrer de manière excessive et hyperréaliste des créatures surnaturelles ».

Mais comme son double au miroir, la disparition participe elle aussi au jeu de/avec la peur ou de l’insolite. Disparition d’une personne, d’une partie de son corps, d’un objet, voire d’un lieu. Il existe aussi, au coeur du fantastique, un paradoxe lié à la lacune, au manque, à la manifestation ou à « l’apparition » de l’invisible, à « l’image absente » (H. de Régnier), au « visible paradoxal » (N. Prince). Comment alors exprimer ce qui échappe à la représentation, sinon par le texte même, par ses figurations et ses escamotages stylistiques ? C’est en s’effaçant que le texte de l’invisible en vient finalement à l’exhiber. L’écriture de la disparition s’achève alors par une disparition de l’écriture.

Notre colloque se propose de développer ces pistes sur un mode transversal en réunissant des spécialistes du texte court et des analystes de la littérature ou des arts visuels. Les formes brèves sont toutes convoquées : nouvelle, novella, tale, short story, conte. De même pour les genres ou sous-genres de l’imaginaire : fantastique, gothique, horreur, terreur, merveilleux, fantasy, science-fiction, littérature de jeunesse, mythe. Aucune périodisation précise ne sera préconisée.

Sur le plan de l’image, on s’intéressera à la transposition des textes dans les arts visuels. L’adaptation de la nouvelle fantastique à l’écran pose des problèmes spécifiques. La forme brève peut être conservée ou même condensée. A l’inverse, la fiction, largement étoffée peut donner lieu à un long métrage qui permet aux motifs et figures (comme le spectral) de s’inscrire dans un espace et de se déployer dans la durée. La question de l’apparition/disparition est cruciale et donne lieu à des choix de mise en scène (monstration ou évitement, suggestion ou fragmentation de la figure, répétition/variation, jeu sur le hors champ, la lumière et l’ombre, les bruits diégétiques etc.) qui rejoignent des préoccupations théoriques importantes. Il nous semble loisible enfin d’ouvrir un atelier aux spécialistes de traductologie afin de réfléchir sur la pratique de la traduction en matière de nouvelles fantastiques (des nouvelles « classiques » ont été traduites plusieurs fois).

Responsables de l’organisation :

-locaux (pour le CRILA) : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark (Université de Nantes) : mise en place des ateliers. Contact CERIEC : Anne-Simone Dufief

-extérieurs : (pour le CERLI) Gilles Menegaldo (Université de Poitiers) : aire cinématographique.

Des ateliers thématiques seront définis en fonction des propositions. La majorité des communications sera faite en français. Toutefois, un atelier sera prévu pour les communications en anglais (fonctionnement habituel du CRILA). Un autre atelier pourrait réunir les théoriciens du genre.

Une journée d’étude préparatoire sous forme de séminaire ou de table ronde aura lieu le 23 juin. Le sujet sera « la nouvelle fantastique ».

Temps de parole imparti : 25 minutes + 5.

Merci d’envoyer vos propositions conjointement aux deux adresses mail suivantes, avant fin juin :

-Lauric Guillaud : lauric.guillaud@sfr.fr

-Anne-Simone Dufief : simone.dufief@univ-angers.fr

Quelques auteurs anglophones célèbres du genre :

Coleridge, Lord Byron, John Keats, Washington Irving, William Austin, James Hogg, Mary Shelley, Nathaniel Hawthorne, Poe, Emily Dickinson, J. S. Le Fanu, Lewis Carroll, Henry James, Dickens, Oscar Wilde, Yeats, Ambrose Bierce, R.-L. Stevenson, Bram Stoker, Arthur Machen, H.G. Wells, Robert Chambers, W.W. Jacobs, M.R. James, Kipling, Lord Dunsany, Saki, E.M. Forster, A. Conan Doyle, Edith Wharton, Walter de la Mare, Mark Twain, Virginia Woolf, Algernon Blackwood, D.H. Lawrence, Graham Greene, Somerset Maugham, O’Henry, H.P. Lovecraft, Daphne du Maurier, Ray Bradbury, Ursula Le Guin, Nabokov, Charlotte Perkins Gilman, Stephen King, Richard Matheson, etc.

Aire francophone :

Jean Cocteau, Marguerite Yourcenar, Léon Bloy, Jules Claretie, André Pieyre de Mandiargues, Marcel Aymé, Théophile Gautier, Jules Lermina, Prosper Mérimée, Maupassant, George Sand, Jean Richepin, Villiers de l’Isle-Adam, M. Renard, Henri de Régnier, Gaston Danville, Catulle Mendès, Remy de Gourmont, Balzac, Charles Nodier, Michel de Ghelderode, Jean Ray, Claude Seignolle, J.-L. Bouquet, Alexandre Dumas, Nerval, etc.

Bibliographie sommaire sur la nouvelle :

– BONHEIM, Helmut, The Narrative Modes. Techniques of the Short Story, Brewer, 1982, 197 p.

– BOUCHER, Jean-Pierre, «Le titre du recueil: le premier récit. Le Torrent d’Anne Hébert», Écrits du Canada français, no 65, 1989, p. 27-46.

– Id., Le recueil de nouvelles, Montréal, Fides, 1992, 216 p.

– CHKLOVSKI, V., «La construction de la nouvelle et du roman», Théorie de la littérature, textes des formalistes russes réunis et traduits par T. Todorov, Paris, Seuil, «Tel Quel», 1965, p. 170-196.

– DELOFFRE, Frédéric, La Nouvelle en France à l’âge classique, Paris, Didier, 1967, 130 p.

– ETIEMBLE, René, «Problématique de la nouvelle», Essais de littérature (vraiment) générale, Paris, Gallimard, 1975, p. 220-236.

– FONYI, A., «Nouvelle, subjectivité, structure. Un chapitre de l’histoire de la théorie de la nouvelle et une tentative de description structurale», Revue de littérature comparée, vol. 50, no 4, oct.-déc. 1976, «Problématique de la nouvelle», p. 355-375.

– GODENNE, René, La nouvelle française, Paris, P.U.F., collection SUP, 1974, 176 p.

– Id., « Comment appeler un auteur de nouvelles?», Romanic Review, fév. 1967, vol. LVIII, no 1, p. 38-43, Columbia University Press, New York & London.

– MORIN L., De la nouvelle fantastique au roman fantastique, Etudes Canadiennes, 1996, vol. 22, n° 40, pp. 17-28.

– PELLERIN, Gilles, Nous aurions un petit genre, Québec, L’Instant même, 1997, 217 p.

– PRINCE, Nathalie, Le fantastique, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2008, 128 p.

– Id., Petit musée des horreurs. Nouvelles fantastiques, cruelles et macabres, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2008, 1152 pages.

– Id., « L’image absente. Une dialectique de l’invisible », dans Le livre et l’image dans la littérature fantastique et les oeuvres de fiction (F. Dupeyron-Lafay dir.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 237 à 256.

– SHAW, Valérie, The Short Story: a Critical Introduction, London, New-York, Longman, 1983, 294 p.

Responsable : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark, Anne-Simone Dufief, Gilles Menegaldo

Comics as history, comics as litterature

Un appel à communication intitulé « Comics as history, comics as litterature : Roles of the Comic Book in Scholarship, Society, and Entertainment » vient d’être publié. Il nous invite à réfléchir à la « valeur de la bande dessinée comme vecteur de recherches historiques et académiques » (ma traduction). Même si cet appel peut sembler intéressant, nous invitons nos lecteurs à la méfiance. Le texte que nous reproduisons ci-dessous s’appuie sur un corpus réduit (et notamment sur une large évocation de Persepolis) et aucun nom de chercheur n’est indiqué. Nous avons contacté son auteur qui nous assure, sans plus de précision, disposer d’un éditeur mais ne pouvoir signer un contrat qu’après avoir rassemblé quelques chapitres. Louche ?

Comics as History, Comics as Literature: Roles of the Comic Book in Scholarship, Society, and Entertainment

Even with recent waves of scholarship comics still fall in the gutters of placement, research, and understanding. They are hiding in the white matter between respectable, acceptable, educational, and academic. This anthology takes another step in bridging the gap of scholarly resources and documents, bringing comics closer to the center of the academic debate. The forms of comics have morphed into graphic novels, which while a different genre per se they also attest to the popularity and credibility of comics themselves. The 9/11 Report, Comic Encyclopedia, History of the World, The Watchmen, and Perepolis are just some examples of the power of comics to change the way we look at popular culture products. The 9/11 Report and The Watchmen both deal with political moments—real and fictionalized—and in their texts they capture senses of American racisms, hatred, care, and concern. These books grapple with terrifying and compelling subjects, making them readily available to the reader, and in a round about way they make political turmoil understandable. Along these same lines, Marisa Acocella Marchetto’s Cancer Vixen and Marjane Satrapi’s The Complete Persepolis weave female narratives, subject matters, and even political turmoil into the pages of their captivating tales. Cancer Vixen puts the breast cancer battle of a freelance cartoonist into a perspective of humor, fight, pretty shoes. In its pages references are made to access to health insurance, but the story really focuses on the battle of cancer through the eyes of laughter and living life. Satrapi’s narrative tells the story of a young girl in Iran, the failed Iranian revolution, her parents desire to protect her sends her off to boarding school, her marriage and divorce, and the quest for freedom of expression. These brutal and poetic tales illustrate the story of life and history, much like comic books have been doing since their inception in 1837.

This anthology will host a collection of essays examining the role of comics as portals for historical and academic content, while keeping the approach on an international market verse the American one. Few resources currently exist showing the cross-disciplinary aspects of comics. Some of the chapters will look at the use of Wonder Woman during World War II, the brief Jungle Wars comic series in regards to the Vietnam conflict, and European comics for the Cold War and prior. More so, the continual use of comics for the retelling of classic tales and current events demonstrates that the genre has long passed the phase of for children’s eyes only. • Comics as war
• Comics as social movements
• Messages of gender
• Nation/state dialogues
• Racial tolerance
• Promoting racism (overly or accidentally)
• Comics as a voice of literature
• Other ideas are welcome, as long as the subject of comics and their meaning is central to the argument.
Please submit your abstract (no more than 500 words) and a brief CV by 15 April 2011. Invited essays of 5,000 to 8,000 words will be due by 30 June 2011. Chicago format is required. Contact: comicsashistory@gmail.com.

Editor
Comics as History, Comics as Literature
Email: comicsashistory@gmail.com

L’intertextualité dans la littérature et les arts

« L’intertextualité dans la littérature et dans les arts » : voici le titre d’un un appel à communication pour un colloque international organisé par une faculté de Lettres de l’université Ibn Zohr (Maroc) pour qui « L’intertextualité permet de penser la littérature comme un vaste réseau de textes entretenant entre eux des rapports qui se jouent de la chronologie linéaire et de la logique causale ». Dans la bande dessinée, cette « intertextualité » peut prendre plusieurs formes : Parodies de Thierry Groensteen (auquel nous avons consacré une recension) analyse les « réseaux » tissés entre œuvre appartenant au neuvième art, mais il serait sans doute également intéressant de s’intéresser aux allusions littéraires dans la bande dessinée. Beaucoup d’œuvres n’hésitent pas en effet à se référer à d’autres textes, ou à un patrimoine iconographique : d’Asterix au Journal de Serge Clerc (dans lequel Dieu apparaît pour demander à Mauriac et Jean-Pierre Dionet de fonder une revue de bande dessinée), les exemples sont nombreux et il s’agira de les examiner avant le 15 mars prochain.

L’intertextualité dans la littérature et les arts

UNIVERSITE IBN ZOHR

Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Agadir – Maroc

Colloque international

L’intertextualité dans la littérature et les arts

O9-10 mai 2011

Colloque International organisé par le Département d’Etudes Françaises, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Agadir-Maroc.

Responsables : Sad SLAMTI et Hanane ESSAYDI

Argumentaire

Les œuvres d’art, qu’elles soient littéraires ou plastiques, posséderaient une mémoire. Voilà, un postulat qui nous ferait considérer l’intertextualité comme « une bibliothèque ou chaque texte transforme les autres qui le modifient en retour »[1]. L’intertextualité permet alors de penser la littérature comme un vaste réseau de textes entretenant entre eux des rapports qui se jouent de la chronologie linéaire et de la logique causale. L’auteur, pour emprunter une expression à Umberto Eco, devrait certainement « mourir pour ne pas gêner le cheminement de son œuvre » [2]. Sa mort à son insu, puisqu’on peut l’enterrer même de son vivant, est en tout cas un engagement théorique qui permet au dialogue entre les textes de s’enrichir et de faire de l’œuvre ce livre à venir. Elle est d’autant plus inhérente au plaisir du texte fait de fascination et de renvois et à cette incessante quête toujours à renouveler de la signification

La place du lecteur dans l’approche intertextuelle est de ce fait sans appel. Il est un élément fondateur de cette modification que fait finalement un texte d’un autre texte. Aussi, parmi les questions qui vont intéresser ce colloque sont les suivantes : que faire du lecteur placé au centre de cette rencontre autour des idées ? A-t-il une autorité dans ce festin intertextuel ? Comment comprendre le clin d’œil que fait un texte à un autre texte ? Que faire des allusions souterraines que l’œuvre littéraire imprime de manière subreptice non dite, parfois innommable, d’autres fois inavouée ? Que faire, en fin de compte, de cette incontournable question des clés, si nous-mêmes nous n’en avions pas repéré sans l’aide de l’histoire des idées. Combien d’autres clés, hébergées par le texte, seraient indispensables à la découverte de son secret dialogique ?

Et comme dit Marc Escola, un texte ou pour élargir le débat nous dirions une œuvre est « faite des œuvres dont elle vient mais aussi des œuvres qui viendront après elle et qu’il sera possible de mettre en relation avec elle. L’identité d’une œuvre ne coïncide pas seulement avec les œuvres à venir, mais encore avec des interprétations qu’il sera possible de donner de cette même œuvre d’une époque à une autre de l’histoire littéraire ».

Au-delà de sa fonction définitoire, laquelle permet d’appréhender le texte différemment, l’approche intertextuelle nous paraît de ce fait, dotée d’une fonction opératoire dans la mesure où elle constitue un outil d’analyse à même de décrire une poétique du texte littéraire. C’est cette dimension qui sera privilégiée dans le cadre de ce colloque. Dans sa troisième édition, nous nous proposons de réfléchir sur les procédés par lesquels un texte s’approprie un ou plusieurs textes. Autrement dit, il s’agit d’étudier ce que le texte fait des autres textes qu’il invoque, comment il les modifie, les phagocyte, les transforme ou les révoque.

Axes du Colloque

  • – L’ironie littéraire : un acte fondateur de l’intertextualité
  • – La réception en tant que dimension principale de l’intertextualité
  • – L’intertextualité comme champ des possibles des textes ou comme mémoire des œuvres
  • – Le plagiat par anticipation, ou l’intertextualité par anachronisme
  • – La stylistique, une clef indispensable dans le décodage de l’intertextualité inavouée
  • – Intertextualité et altérité
  • – Histoire des idées et intertextualité
  • – Intertextualité et interdiscursivité
  • – Cinéma et peinture (l’intertextualité de l’image)
  • – Hypertextualité, parodie ou pastiche
  • – Intertextualité en art
  • – intertextualité et publicité
  • – La mise en abyme comme forme générique de l’intertextualité.
  • – La photographie et le texte ethnographique

COMITE SCIENTIFIQUE

  • Abrighach Mohamed (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Astruc Rémi (Université de Cergy-Pontoise France)
  • Bissani Atmane (Faculté Multidisciplinaire Errachdia Maroc)
  • Chaiab Mohamed (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Dakir Abdenbi (Université Ibn ZOHR Agadir Maroc)
  • Diop Cheikh (Université de Dakar Sénegal)
  • Jayed Abdekhaleq (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Ndiaye Christiane (Université de Montréal Canada)
  • Simedoh Vincent (University of Lethbridge Canada)

COMITE D’ORGANISATION

  • Slamti Sad (Université Ibn Zohr)
  • Essaydi Hanane (Université Ibn Zohr)
  • Bouachraoui Farida (Université Ibn Zohr)
  • Alaoui Hafid Ismail (Université Ibn Zohr)

A CONTACTER

M. Sad SLAMTI

Tél. : 00 212 6 61 85 51 60

E-mail : de_saaade@hotmail.com

Mme. Hanane ESSAYDI

Tél : 00 212 6 61 34 38 01

E-mail :hanane.essaydi@gmail.com

CONDITIONS DE PARTICIPATION

1-Obligation de s’engager à participer dans l’un de ces axes précités.

2-Envoi d’un résumé du travail de recherche avant le 15 mars 2011.

3-Date de communication de l’avis favorable du comité scientifique : le 15 AVRIL 2011

4-Le travail de recherche doit parvenir avant le 20 mai 2011

5-Langues du Colloque : Arabe, Français, Anglais, Amazighe

[1] Sophie Rabau, L’Intertextualité, Paris, Flammarion, Coll. « Corpus », 2002, p. 15.

[2] Umberto Eco, Pastiche et postiche, Paris, Grasset, 1992, p. 15.

Responsable : Sad SLAMTI et Hanane ESSAYDI

Adresse : Département d’Etudes FrançaisesFaculté des Lettres et Sciences HumainesUniversité Ibn ZohrAgadir Maroc


[1]

What happens next : the mechanics of serialization

La « sérialisation », le fait de concevoir des productions destinées à ne pas donner lieu à un seul film, livre ou jeu : voici le concept sur lequel deux chercheurs d’une université néerlandaise (Amsterdam) nous invitent à réfléchir. Spirou, Asterix, Thorgal… La France publie des séries très anciennes (plus de 70 ans pour Spirou, 50 ans pour Astérix) et prolifiques : les évoquer retiendrait certainement l’attention des organisateurs, surtout si le chercheur parvient à mettre en évidence les mécanismes d’écriture ou de publication cachés derrière ces créations. La lecture du livre d’Hugues Dayez (Le duel Tintin-Spirou, éditions Luc Pire) fournit pour ce faire un matériau des plus intéressant. Date limite : 24 janvier 2011.

The recent explosion of popular serialized forms, from Lost and Battlestar Galactica to computer game expansion packs, has provoked renewed interest in the economics and mechanics of serialization as well as the impact of this cultural form on readers, viewers and gamers. How do contemporary serials relate to earlier forms of serialization, and how do they affect our understanding of the concept of serialization? What are the economic, narratological, and social effects of contemporary serials? And where does the form go from here?

This conference is intended to give graduate students from different fields of study the opportunity to present and exchange ideas on the concept and mechanics of serialization. It is hoped that interaction and discussion will allow graduate students to both share their knowledge and gain new expertise in this exciting area of research. Moreover, it is hoped that this conference will be able to help form ideas about how serialization can be conceptualized across disciplines as diverse as literary history, economics, narratology, television studies and cultural analysis.

We invite proposals for twenty-minute research papers addressing any aspect of serialization; and collaborative panels of two to three papers. Possible subjects include, but are not limited to, the impact of serialization in 19th century literature, the relationship between serialization and notions of authorship, webserials, the mechanics or economics of serials, the effect of serialization on science fiction, newspapers, comics and downloadable game content. Graduate students are encouraged to approach serialization from the perspective of their particular field to give the conference an interdisciplinary character.

Conference dates: 25 – 26 March, 2011.

Keynote speakers: Dr. Joyce Goggin and Dr. Mark Turner.

Deadline for abstracts: 24 January 2011.

Please send your abstracts and inquiries to uvaserialization@gmail.com, and watch http://www.hum.uva.nl/serialization/ for updates.

Rob Allen and Thijs v.d. Berg

University of Amsterdam, Institute for Culture and History

Spuistraat 210, room 5.01

1012 VT Amsterdam, The Netherlands

Email: uvaserialization@gmail.com

Visit the website at http://www.hum.uva.nl/serialization/

Paysages et géographies arthuriennes de l’Ouest

Le Cercle d’Études Nouvelles d’Anthropologie (CENA) lance un appel à communication intitulé : « Paysages et géographies arthuriennes de l’Ouest ». Cette proposition nous invite donc à penser les relations entre un ensemble de récits (réunis dans un excellent volume de la collection « Bouquins » de Robert Laffont : La Légende arthurienne) et un territoire qui n’est pas étranger à la bande dessinée. Nombre d’œuvres de fantasy le mettent en effet à l’honneur, à l’instar de Bran Ruiz de Deschamp et d’Auclair qui, pour narrer la légende de la ville d’Ys, produit moult cartes et détails l’inscrivant résolument dans le Finistère. La préface de cette étonnante œuvre semble de plus définir le cadre d’une bande dessinée « régionaliste » dont on retrouve trace chez des auteurs comme François Bourgeon (Les Compagnons du crépuscule), Lidwine (Le dernier loup d’Oz) ou Makyo et Vicomte (La ballade du bout du monde) et qu’il conviendra d’explorer avant le 15 janvier prochain. Il est à noter que le site du CENA propose aux chercheurs une intéressante documentation à travers des articles en libre téléchargement portant sur la réception du roman arthurien.

Géographies arthuriennes dans le Grand Ouest.

Depuis 1973, notre association mène des recherches de terrain (mythes, rites et coutumes, systèmes symboliques, recherches socio-historiques et d’anthropologie arthurienne) aux Marches de Gaule et de Petite Bretagne. Nous publions également une revue : Herméneutiques sociales.

Chaque année, le CENA organise également un colloque arthurien destiné à explorer les racines et réceptions de la Légende arthurienne en lien avec les terroirs qui ont vu naître certains de ses récits.

Le samedi 24 septembre 2011, à Lassay les Châteaux, nous examinerons les liens entre la Légende arthurienne aux époques médiévales et les territoires du Grand Ouest Français: quels paysages réels ont-ils contaminé les récits arthuriens ? Quelles places la fiction et le merveilleux tiennent-ils dans les descriptions géographiques: paysages châteaux, cités, forêts et déserts, qui sont le cadre de ces récits de chevalerie ?

Envoyer un résumé de 5 lignes proposant une intervention à Georges Bertin, président du Cena.

Responsable : CENA

Url de référence :
http://cena12.com

Adresse : 31 rue Proust49100 Angers