Le crépuscule des super héros

Le site Pop en stock propose une série de dossiers thématiques dont le dernier en date aborde : Le crépuscule des super héros et invite à considérer les comic books comme Superman, Watchmen, Batman… mais aussi des oeuvres qui s’inspirent de la figure du rebelle comme Persépolis de Marjane Satrapi… Sur le modèle de Comicalités, les dossiers thématiques sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

Voici l’éditorial du numéro sur le crépuscule des super héros :

Apparus aux lendemains du krach boursier comme personnages-phares des comic books adoptés comme lecture de prédilection par les enfants de l’époque, les super-héros, avec leurs costumes colorés et leurs pouvoirs extravagants, émergèrent comme la version américaine du mythe du surhomme. « Héros positif qui doit incarner, au-delà de toute limite, les exigences de puissance que le citadin ordinaire nourrit sans pouvoir les satisfaire » selon les termes de la célèbre analyse d´Umberto Eco dans Le mythe de Superman, le super-héros américain est condamné à perpétuer une série d´idéologèmes inscrits dans la structure de ses récits mêmes (ne pouvant se consumer, il est voué à une temporalité itérative qui annule toute progressivité; modèle de l´homme « hétérodirigé », il est une « conscience civile complètement séparée de la conscience politique »).

Toute une industrie culturelle se bâtira sur ces coordonnées initiales, créant un véritable système tout aussi itératif que les récits, les personnages et les actions qu´il met inlassablement en scène. Symptomatiquement ce système entrera en crise au moment même où le mythe du surhomme s´hypertrophie en pleine réaction néoconservatrice contre les supposés excès de la contre-culture (qui avait allègrement parodié ce même mythe dans les comix underground). En effet, c´est dans l´Angleterre de Thatcher et dans les Etats-Unis de Reagan et Rambo que surgissent deux romans graphiques séminaux publiés par l’éditeur DC Comics, The Dark Knight Returns de Frank Miller (1986) et Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons (1987). Miller propose une version glauque de Batman en en faisant un quinquagénaire sortant de sa retraite pour reprendre sa croisade contre le crime, poussant la logique d’application de la justice jusqu’à en devenir un vigilante tortionnaire au modus operandi versant dans le totalitarisme, alors que Moore et Gibbons créent un groupe de justiciers masqués dont la ligne de partage entre le bien et le mal est si floue qu´elle met en question une sorte de théodicée pervertie.

Chacune à leur manière, ces deux oeuvres interrogent les fondements même de la figure du super-héros en en problématisant toutes les coordonnées (la consumation temporelle, la crise de l´hétérodirection, la question de la progressivité et de la conscience politique, l’inflation de cosanguinité diégétique restreignant le lectorat, etc.). Ce dossier vise à aborder la problématisation et la dégradation du super-héros entamée par ces deux oeuvres charnières et approfondie par les multiples héritiers de ce véritable « crépuscule des idoles » nietzschéen.

Les dossiers thématiques sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

La BD fenêtre sur le monde, la BD hors d’Europe

Les enseignants qui s’intéressent à la bande dessinée ont bien de la chance ! En effet, après un stage à dimension journalistique et citoyenne « La BD reportage, une nouvelle forme d’investigation » en 2011, en 2012 l’équipe du PREAC Bande dessinée (pôle national de ressources en éducation artistique et culturelle du CDDP de la Charente) organise, en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Festival International de la Bande Dessinée, un séminaire national sur le thème « la BD fenêtre sur le monde, la BD hors d’Europe ».

Interroger la bande dessinée sous l’angle international est l’occasion pour Laurent Lessous (le maître d’oeuvre de ce séminaire) de se confronter à d’autres cultures, d’autres récits, d’autres témoignages. Ce média innovant et universel qu’est la bande dessinée est commun à toutes les sociétés mais chacune a développé ses propres codes qu’il est important de décrypter pour nos élèves, citoyen d’un monde en mouvement. Étudier la bande dessinée non européenne soulève des problématiques artistiques, historiques mais aussi typiquement littéraires.
En voici le programme :

Lundi 23 janvier

CDDP de la Charente.

Tristan Robert : Comment transmettre son histoire, son passé, sa culture ? (Une vie chinoise, tome 1, Dire l’enfance et l’adolescence sous Mao)
Philippe Tomblaine : Crises et cris en bulles autour de Carne Argentina
Alain Demarco : Jirô Taniguchi le Proche-Orient ?
Isabelle Delorme : Israël au prisme de la bande dessinée, regards croisés sur une société en mouvement
Youmna Thome : La BD libanaise
Christophe Richard : la BD sud-africaine
Agnès Deyzieux : Le manga aujourd’hui

Mardi 24 janvier

Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

9h00 accueil par Gilles Ciment, Directeur général de la Cité
9h30 Jean-Pierre Mercier : Le renouveau de la bande dessinée états-unienne, les héritiers d’Art Spiegelman
10h45 Table ronde, débat avec Serge Ewenczik, éditions Cà et là autour des parutions états-unienne en France aujourd’hui
12h00 déjeuner
14h00 L’édition du manga au Japon aujourd’hui, table ronde avec Stéphane Duval (Le Lézard Noir), Xavier Guilbert (www.du9.org) , Stéphane Beaujean (Les Inrocks)
15h30 Autour de la bande dessinée coréenne avec Choi Juhyun et Park Yoon-sun, débat animé par Laurent Lessous
17h00 Visite d’expositions et des réserves de la bibliothèque et du nouveau centre de documentation
18h30 Apéritif avec le Préac

Mercredi 25 janvier

Festival International de la Bande Dessinée et Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

9h00–12h00 Matinée réservée au FIBD : visites d’expositions la veille de l’ouverture du festival
14h00–16h30 Rencontre des auteurs Zeina Abirached et Marguerite Aboué (à confirmer) et possibilité d’un débat autour d’auteurs israéliens.
17h00 Bilan du stage

Jeudi 26 janvier

Festival International de la Bande Dessinée
Journée libre pendant la première journée du FIBD 2012

Informations pratiques

Etablissement coordonnateur : CDDP de la Charente
Contact : Guylaine Merle 05 45 67 31 67
Public : enseignants du 1er et 2d degré, responsables et médiateurs des structures culturelles
Durée : 4 jours (du lundi 23 au jeudi 26 janvier 2012)
lieux
– Centre départemental de documentation pédagogique de la Charente
Château de l’Oisellerie
16400 La Couronne
– Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
121 rue de Bordeaux
16023 Angoulême Cedex

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

La bande dessinée dans l’ordre des guerres et des génocides

La revue pluridisciplinaire de la fondation d’Auschwitz : Témoigner entre histoire et mémoire propose, dans son numéro 109 de mars 2011, un important et passionnant dossier sur la bande dessinée dans l’orbe des guerres et des génocides du XXe siècle. Ainsi, selon Fransiska Louwagie et Daniel Weyssow (les deux coordonnateurs du dossier) mise au service ou revenant sur les guerres et génocides du XXe siècle, la bande dessinée fut mêlée aux plus sombres événements de notre Histoire.

La première partie du dossier intitulée Propagande évoque le rôle joué (en France, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas) durant la Seconde Guerre mondiale par des éditeurs et auteurs de bandes dessinées qui se mirent au service de l’envahisseur ou qui, au contraire, lui résistèrent. En relevant les contributions de la bande dessinée aux efforts de guerre, c’est son potentiel même en tant que moyen d’action et de propagande qui est ici mis en exergue.

Thierry Crépin : Les éditeurs de bandes dessinées en France sous l’occupation

Dans les années quarante, la presse enfantine est en France le principal support éditorial de la bande dessinée. La défaite militaire a favorisé un renouvellement des éditeurs, la limitation du champ de diffusion des illustrés, l’éclatement des centres de production et une soumission aux censures allemande et vichyste. Confrontés à une situation inédite, les éditeurs français adoptent des comportements d’une grande diversité, entre accommodement des anciens et complaisance des derniers arrivés pour les temps nouveaux.

Renée Dickason : Les bandes dessinées britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale : effort de guerre et messages patriotiques

Dans cet art qu’est le façonnement du « bon citoyen », la propagande met tout en œuvre pour rassembler les esprits et mobiliser un peuple autour d’objectifs communs. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne vit dans la menace d’une invasion de l’ennemi allemand. Sacrifices, adaptations aux exigences d’une période où la pénurie est de rigueur, participation à l’effort de guerre figurent parmi les attentes du gouvernement d’alors. Compléments ludiques aux émissions radio, aux informations diffusées au cinéma ou aux articles publiés dans les journaux, les bandes dessinées apportent une part de rêve et de réconfort à leurs lecteurs. Ici, le but n’est pas d’affoler les jeunes en suscitant chez eux des sentiments anxiogènes face aux exactions qui sévissent dans les régimes totalitaires, il s’agit bien de les rassurer. Si divertir et éduquer sont les principales missions des bandes dessinées, en temps de guerre, elles contribuent aussi inévitablement à informer et à guider les opinions.

Kees Ribbens : Préjugés mis en images. Stéréotypes antisémites dans une bande dessinée aux Pays-Bas sous le régime national-socialiste

Le magazine Volk en Vaderland [Peuple et Patrie], en tant que principal porte-parole du parti national-socialiste néerlandais, colportant les croyances politiques propagées par les sbires de l’occupant allemand, a publié en 1942 une bande dessinée hebdomadaire intitulée « Rare, maar ware commentaren » [Commentaires étranges mais vrais]. Au cours des 45 épisodes publiés, relativement indépendants, Peter Beekman, son créateur, a commenté les événements et l’évolution de l’actualité. Sa représentation de divers ennemis éclaire la façon dont la bande dessinée a été utilisée comme une façon assez nouvelle de propager des opinions clairement racistes. La question centrale développée dans l’article porte sur les différents stéréotypes utilisés pour représenter les Juifs, sur la vision qu’a Beekman des Juifs et sur l’impact possible de ses images antisémites. L’article présente les travaux de Beekman dans le context de l’émergence de la bande dessinée néerlandaise et analyse la présence prégnante de l’antisémitisme dans ce cas spécifique à partir de six thèmes dominants.

La seconde partie intitulée  Guerres et génocides du XXe siècle concerne les possibilités d’évocation des auteurs de bandes dessinées lorsqu’ils reviennent sur les événements. De la première à la Seconde Guerre mondiale, des génocides commis à l’encontre des Arméniens, des Juifs, des Cambodgiens ou des Tutsi aux massacres de Sabra et Chatila, la dimension créative dont fait preuve la bande dessinée en abordant ces sujets longtemps tenus pour inaccessibles atteste de ses capacités à opérer au-delà de la « simple » restitution des faits.

Laurence Messonnier : André Hellé, Le Livre des heures héroïques et douloureuses, 1914-1915-1916-1917-1918. L’album entre témoignage et devoir de mémoire, la guerre à hauteur d’enfant

L’album de Hellé expose un témoignage de guerre selon le concept défini par Jean Norton Cru : souci de véracité historique sans fioriture. Il s’inscrit dans la double problématique de l’expression d’un trauma à destination des enfants et de l’intention mémorielle. Pour cela il associe voix officielle émanant des états-majors belligérants et illustrations à polychromie cryptique. L’intertextualité occupe le devant de la scène, tandis que l’autocitation iconique renvoie aux jouets-enfants de la Boîte à joujoux et l’inter-iconographie aux clichés de L’Illustration. La représentation canonisée de la Grande Guerre est conforme à ce que retient la mémoire collective, mais la stratification temporelle laisse filtrer la subjectivité auctoriale à travers les légendes et les textes sélectionnés qui servent de cartouches à une image panoramique oscillant entre art primitif et dessin animé. L’illustration à hauteur d’enfant dédramatise la violence pour aboutir à une miniaturisation du sublime.

Isabelle Delorme : Le génocide arménien. De la reconnaissance sur la scène internationale à son émergence dans la bande dessinée : histoire d’une rencontre mémorielle

Le génocide arménien (1915-1916) a été peu représenté dans le neuvième art. Sa reconnaissance récente et de plus en plus importante sur la scène internationale s’est traduite par la publication de plusieurs bandes dessinées, entre 1979 et 2010. Dans ces albums, la question arménienne est d’abord posée, puis on y voit planer l’ombre du génocide, avant que celui-ci ne soit violemment mis en texte et en images.

Yannick Malgouzou : Du récit familial au témoignage historique : Maus d’Art Spiegelman

Si Maus d’Art Spiegelman est un succès critique et public, c’est grâce à la rigueur de sa démarche où théorie et pratique, réflexion et figuration se questionnent et s’enrichissent mutuellement. L’auteur a en effet créé une forme dynamique qui transforme le récit d’une mémoire individuelle en récit d’une création artistique ; mais ce récit d’une création difficile se transforme à son tour en récit d’une transmission possible de l’expérience du génocide. Ces trois niveaux narratifs se mélangent pour donner à voir les difficultés de figuration et de communication inhérentes au génocide juif et pour montrer, parallèlement, comment l’œuvre artistique doit les dépasser par un ensemble de choix esthétiques. Ainsi, par le biais du récit familial, Spiegelman construit une histoire fortement individualisée qu’il ouvre aux dimensions de l’universel par un ensemble de stratégies exploitant les ressources de la bande dessinée.

Andreas Huyssen : Des souris ou des hommes ? La question de la mimesis d’Adorno à Spiegelman

Partant de la question de la représentabilité de la Shoah et de la plasticité du concept de mimesis, Andreas Huyssen étudie Maus d’Art Spiegelman comme une œuvre qui a choisi l’écart maximal avec les formes traditionnellement usitées pour relater une tragédie historique. Le suicide de la mère d’Artie est, dans l’œuvre autobiographique de Spiegelman, posé comme l’élément déclencheur d’une quête des origines qui conduit le personnage à interroger son père et à relater les années de guerre et de déportation. La mimesis, dont Adorno a théorisé l’implication dans le processus de civilisation et sa relation paradoxale à la Bilderverbot (l’interdit des images), est ici conceptualisée comme le moyen de surmonter le clivage entre l’indicible de ce que l’auteur/narrateur entend rapporter et la nécessité de sortir de l’état mélancolique dans lequel il est plongé. Se rattachant à la tradition des comics américains dont l’aspect satirique est appuyé du côté du mot d’esprit (« Mauschwitz »), la transposition animalière permet à l’auteur/narrateur de se confronter de biais au sentiment insurmontable de la perte.

Jonathan Haudot : Rire et Shoah : La réception de la BD Hitler=SS

Au regard de l’ampleur de la tragédie, si associer le rire à la Shoah peut apparaître antinomique car moralement déplacé, force est de constater que de nombreux auteurs juifs et non-juifs ont abordé cette catastrophe via le prisme de l’humour. Entre autres artistes, cela a été le cas de Romain Gary, Edgar Hilsenrath en Roberto Benigni. Dans le cas de la BD Hitler = SS du duo Philippe Vuillemin et Jean-Marie Gourio, la réception en France a été des plus sévères puisque l’éditeur et les auteurs de cet album ont été poursuivis et condamnés pour « injures raciales » et « complicités d’injures raciales ». Le récit de cette condamnation demeurant vague dans l’historiographie de la bande dessinée, la présente contribution retranscrit donc et interprète les arguments avancés au cours des débats et procès découlant de la publication d’Hitler = SS. Au total, cette étude expose et décrypte les trois grands axes de la réception de ce titre, à savoir : le récit de la genèse de l’album comme discours de justification des auteurs incriminés, l’utilisation de la caricature et de la dérision comme siège d’ambiguïtés interprétatives et enfin, la remise en cause du mode de diffusion de cette bande dessinée.

Catherine Ojalvo : Séra face à la mémoire cambodgienne : le noir de la mémoire

La bande dessinée, a priori considérée comme un « art mineur » peut-elle soutenir et endosser une fonction testimoniale au même titre que des textes produits par Antelme, Kertesz ou Levi ? C’est la validité de cette interrogation que nous nous proposons de développer dans cette contribution en nous appuyant sur les productions de Séra, auteur franco-cambodgien de bande dessinée, mais aussi peintre et sculpteur. Nous examinons trois bandes dessinées qui constituent un ensemble relatant différentes périodes du régime khmer rouge au Cambodge, afin de voir de quelle manière le génocide est représenté par Séra. L’analyse prête une attention particulière à l’usage des couleurs dans les bandes dessinées.

Fabrice Picon : Les traces de l’histoire. De l’histoire dans la bande dessinée Rwanda 1994 : Descente en enfer

L’histoire fictionnelle racontée dans la bande dessinée Rwanda 1994 : Descente en enfer incorpore des traces de l’histoire (factuelle) complexe du génocide rwandais. Les références dans le texte évoquent à la fois l’héritage du Rwanda qui a établi les circonstances du génocide ainsi que l’implication de la France dans le « dernier génocide du XXe siècle ». Cet article analyse les allusions historiques au génocide rwandais telles que (re)présentées dans cet unique médium littéraire.

Vincent Marie : Entre Histoire et mémoire : La fabrique d’un imaginaire Tutsi dans la bande dessinée Déogratias de Stassen

En 1994, du 6 avril au 4 juillet le Rwanda était plongé dans la tourmente d’un génocide. Parallèlement en occident, les médias restèrent étonnamment silencieux sur le sujet. Il faut en effet attendre le mois d’août pour voir le génocide traité à la une des magazines ou des journaux occidentaux. Aujourd’hui, le cinéma et la bande dessinée se sont emparés de l’événement et participent de la médiatisation et de la reconstruction mémorielle du génocide. Pourquoi et sous quelle forme ? Peut-on esthétiser la souffrance et la mort ? Cette étude paradigmatique s’appuiera sur le cas de la bande dessinée Déogratias de Jean-Philippe Stassen qui pose de façon originale la question de la fabrique mémorielle d’un événement traumatisant. Dans Déogratias, c’est au répertoire du reportage que le dessinateur vient puiser son inspiration pour raconter l’histoire du génocide tutsi et de ses conséquences sociales. Il fait alors le choix de centrer son récit/reportage sur le destin d’un jeune Hutu. En regard de l’investigation historienne, suivre le parcours de cet adolescent de papier permet alors de réfléchir sur les mécanismes d’un génocide mais surtout de réfléchir sur les rapports entre temps et récit, mémoire et oubli ou encore entre vérité et subjectivité pour comprendre l’impact de la bande dessinée dans la construction d’une mémoire du génocide tutsi.

Yael Munk : Waltz with Bashir. A Lebanon war story : Lorsqu’un film se transforme en roman graphique

Valse avec Bachir : Une histoire de guerre libanaise (2009) de Ari Folman et David Polonsky constitue une adaptation unique d’un script cinématographique en bande dessinée. Sur la base du documentaire d’animation éponyme primé, sorti un an plus tôt, le récit présente l’expérience autobiographique de Folman en tant que jeune soldat israélien durant la première guerre du Liban (1982). Cet article soutient que cette adaptation a subtilement servi le cinéaste en lui permettant de fournir un témoignage amendé de son expérience traumatisante.

Tous ces articles  sont disponibles en version PDF sur le site de la revue.

http://www.auschwitz.be/index.php?option=com_content&view=article&id=61&Itemid=402

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Les musées d’histoire et la bande dessinée

Qu’il est loin le temps où la bande dessinée était considérée comme un art mineur ! Objet d’étude, analysée dans des ouvrages scientifiques, des colloques, des séminaires de grandes universités, la bande dessinée fait depuis quelques années une entrée triomphale dans nos musées. Conservateurs, commissaires d’expositions reviennent sur les expériences conduites dans cette famille particulière de musées que sont les musées d’histoire, quand la bande dessinée – expression d’une culture vivante – permet d’éclairer l’écriture de l’histoire.

Voici la programmation de la journée d’étude du mercredi 11 mai 2011 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation:

Modérateur : Xavier de La Selle, directeur du Rize, centre Mémoires et Société à Villeurbanne

10h Accueil par I sabelle Doré-Rivé et Xavier de La Selle.

10h30 : De l’exposition à la bande dessinée, quand la fiction s’attaque à l’histoire par Emmanuelle Polack, historienne, commissaire de l’exposition « Rose Valland sur le front de l’art ». L’élaboration de la grande exposition consacrée au parcours de Rose Valland (CHRD, 2009) a parallèlement nourri l’écriture d’un scénario de bande dessinée, révélant les qualités fictionnelles d’un personnage historique épique et attachant. Cet exemple permet d’interroger les relations entre la fiction propre à toute oeuvre littéraire et le matériel historique mis à disposition des scénaristes et des illustrateurs. Pour démontrer enfin qu’une bande dessinée particulièrement documentée est un médium intéressant pour l’historien.
11h15 : Lecture croisée entre des objets de collection et des auteurs de bande dessinée par Xavier Aumage, Archiviste, musée de la Résistance nationale (Champigny-sur-Marne), commissaire de l’exposition « Traits résistants ».
À l’inverse de ce qui se fait depuis des années pour la Première Guerre mondiale, l’image du résistant n’avait pas encore étudiée sous l’angle de la bande dessinée. Fruit du travail de deux musées « de la Résistance », l’exposition a souhaité renouveler le champ historiographique de la période à partir de cette forme d’expression artistique très prisée. Déroulant le fil de plus de soixante ans de création, l’exposition a également permis d’impulser de nouveaux projets de bande dessinée.

12h : Visite libre de l’exposition Traits résistants en présence du commissaire, Xavier Aumage

La genèse du projet : Deux musées de France, le CHRD à Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, s’associent pour créer une exposition sur la Résistance dans la bande dessinée, exposition présentée à Lyon d’avril à septembre 2011.

Le projet : L’exposition présente plus de soixante ans de création artistique. Elle rend compte tout à la fois de la reconnaissance progressive de cet objet particulier qu’est la bande dessinée et de l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans nos consciences et notre imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle.
Dès la Libération, lorsque les résistants sortent de la clandestinité, la diffusion d’affiches et d’imprimés, de photographies sur les maquis et la période insurrectionnelle cristallise pour des décennies l’archétype du résistant. Dans les illustrés pour la jeunesse, un trait particulier permet alors de définir son image : celle du maquisard, fier et courageux, surgissant de l’ombre.
Icône choisie pour le visuel de l’exposition, une vignette de la série « Le capitaine invisible », illustrée par Robert Rigot en 1945 pour le périodique Message aux Coeurs Vaillants, symbolise parfaitement cette représentation et sa puissance d’évocation.
L’exposition Traits résistants propose d’interroger la constance de cette image et de ses archétypes au fil du temps et des infléchissements de l’historiographie de la Résistance. S’attachant aux grands classiques de la bande dessinée, issus des périodiques comme Vaillant, Coq Hardi, Tarzan, etc., l’exposition aborde également la présence du thème dans la bande dessinée contemporaine.
Auteurs-acteurs de la Seconde Guerre mondiale, Edmond- François Calvo, René Brantonne, Jacques Dumas (alias Marijac), Pierre Mouchot (alias Chott), Roger Lecureux, Robert Rigot et Albert Uderzo sont quelques-unes de ces grandes figures auxquelles répond, dans l’espace d’exposition et dans un contexte marqué par l’élargissement de la notion de résistance, l’oeuvre de Stéphane Levallois, Jean-Pierre Gibrat, Sylvain Vallée et Fabien Nury.

Un catalogue : Enfin, on conseillera la lecture du catalogue de l’exposition envisagé comme un recueil de textes permettant de dresser un état du sujet. Parmi les contributeurs figurent l’archiviste Xavier Aumage, les historiens Laurent Douzou et Sylvain Lesage, l’historien du cinéma d’animation Philippe Moins, le spécialiste de bande dessinée Didier Pasamonik, le bibliothécaire Henri Champanhet, ainsi que le conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image Jean-Pierre Mercier. Fort d’une liste des sources (albums, séries et récits complets) sur le thème de la Résistance intérieure en France, l’ouvrage présente également la retranscription d’une interview de Stéphane Levallois, auteur en 2008 de « La résistance du sanglier » chez Futuropolis.

http://www.editions-libel.fr/agence-maison-edition/

13h : Pause déjeuner

14h30 : Exposer la bande dessinée historique : quels enjeux ? par Vincent Marie, Historien, commissaire de l’exposition « Mobilisation générale, 14-18 dans la bande dessinée » et « Tardi », Historial de la Grande Guerre (Péronne). Quelles que soient les époques, la bande dessinée apparaît comme un véritable laboratoire de création d’images sur la Première guerre mondiale. Avec « Mobilisation générale », qui présentait l’ensemble des bandes dessinées sur la Grande Guerre dans leur contexte d’époque, et l’exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Tardi, l’Historial de la Grande Guerre soulève la question des enjeux esthétiques et scientifiques qui président lors de l’élaboration de ces manifestations.

15h15 : « De superman au chat du rabbin » : une porte d ’entrée dans l’univers des codes visuels se référant à la mémoire et à l’histoire par Anne-Hélène Hoog, Conservatrice, musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris), commissaire de l’exposition « De superman au chat du rabbin ».
Première manifestation d’envergure consacrée au 9e art dans un musée d’histoire, « De superman au chat du rabbin » mettait en évidence la présence et le rôle de nombreux auteurs juifs dans la bande dessinée, des années 1912-1930 à nos jours. 230 oeuvres issues du travail d’artistes américains et européens évoquaient la manière dont la bande dessinée a contribué, essentiellement par le roman graphique, à créer et diffuser différentes visions du passé juif.

16h00: L’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! Regards dessinés sur les génocides » : quelle matière pour dire les processus ? par Laure Piaton, Directrice du Centre du Patrimoine Arménien (Valence), commissaire de l’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! ». Qu’elles s’inscrivent de manière « frontale » ou « distanciée » dans le génocide dont elles traitent, les bandes dessinées sur le sujet participent toutes d’un même objectif : contribuer à la connaissance et à la reconnaissance. Privilégiant l’approche comparative, qui permet de saisir la singularité de chaque génocide et en révèle les traits communs, l’exposition propose un parcours thématique entre les planches afin de montrer comment, malgré leurs différences, l’ensemble des oeuvres présentées expriment l’essence du génocide.

16h45 : Débat
17h : Conclusion par Xavier de La Selle

Pour plus d’informations : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website