Multiculturalism and Representation

Ian Hague, doctorant à l’université de Chichester, coordonne l’organisation du Comics Forum, qui a lieu à Leeds tous les ans en novembres, et dont le thème sera cette année le multiculturalisme. De la représentation des minorités aux tensions liées aux adaptations d’une langue à l’autre, d’un média à l’autre, les perspectives envisageables sont nombreuses, des plus classiques (l’exemple de Tintin est évidemment cité dans l’appel) aux plus variées ; le cas de l’oeuvre de Farid Boudjellal pourrait ainsi faire l’objet d’une intéressante proposition, parmi bien d’autres pistes possibles.

Ci-dessous l’appel à communications :

Deadline: Jul 16, 2012
Comics Forum 2012
Multiculturalism and Representation: A Conference on Comics
15 -16 November 2012, Leeds

Multiculturalism, and the representation of it, has long presented challenges for the medium of comics (including manga and bande dessinée). Questions surround the ways in which characters of differing cultures and/or nationalities can and should be presented; answers to which have ranged from anthropomorphism to xenophobia. Issues also exist around the diversity of creators and characters, and the (lack of) visibility for characters that do not conform to particular cultural stereotypes. At Comics Forum 2012, the fourth event in the Thought Bubble conference series, we will attempt to draw out some of the complexities of this field in order to better understand both the problems and the achievements of the medium in dealing with multiculturalism.

Subjects for discussion may include, but are not limited to:
• Cultural diversity (or lack thereof) in comics, manga and bande dessinée
• Ways in which multiculturalism has been represented, visually and/or linguistically in comics
• Moves towards increasing the representation of particular cultural groups in comics, either as creators or characters (e.g. Milestone Comics)
• The modification of existing comics and properties to address new markets (e.g. Spider-Man: India)
• Controversial representations of cultures and relations between cultures (e.g. Tintin au Congo)
• The modification of existing works in new-media representations (e.g. the omission of Ebony White in the film version of The Spirit; the controversies surrounding Idris Elba’s role as Heimdal in Thor)

Proposals of 250 words are invited for talks of 15-20 minutes in length, and should be emailed along with a short biography (around 100 words) to Ian Hague (Department of History, University of Chichester) at: I.Hague@chi.ac.uk. The deadline for submission is 16/07/2012 and notification of acceptance or rejection will be emailed by or before 30/07/2012.
To keep up with all the latest Comics Forum developments, see http://comicsforum.org.

Ian Hague
Department of History, University of Chichester
Email: i.hague@chi.ac.uk
Visit the website at http://comicsforum.org/comics-forum-2012/

International French-Language Comics Conference

Un appel à communication assez ouvert, puisqu’il propose de s’intéresser aux nouvelles perspectives de la recherche concernant la bande dessinée française : dans le cadre du colloque international qui se tiendra à Miami en novembre 2012, les propositions sont attendues… Attention cependant aux confusions : il s’agit de Miami… dans l’Ohio ! A noter, les deux « keynote speakers », Clément Baloup et Thierry Smolderen.

Plus de détails dans l’appel à communications ci-dessous :

Call for Papers
International French-Language Comics Conference
Miami University (Oxford, Ohio, U.S.A.)
2–3 November 2012

Papers
Critical and theoretical presentations in all areas of French-language comics are invited. The conference will help consolidate recent gains in English-language scholarship on French-language comics and will showcase new avenues of research. Publication of revised versions of a selection of the conference papers is planned in the peer-reviewed journal European Comic Art
(http://journals.berghahnbooks.com/eca/).

Proposals
Please send the following material in a Word document (doc or docx) to Mark McKinney (mckinnm@muohio.edu) by 25 July 2012: a 150-word abstract and a 100-word bio-bibliography. All presentations will be in English.

Keynote speakers
Clément Baloup, a cartoonist of Vietnamese and French heritage, has published several graphic narratives devoted to Vietnamese and other groups in France and elsewhere from the colonial period to the present. These include two historical fictions, both with Mathieu Jiro: Le chemin de Tuan [Tuan’s Way] (Seuil, 2005) and Le choix de Hai [Hai’s Choice] (Seuil, 2007).
He has authored two biographical works, Quitter Saigon: Mémoires de Viet Kieu [Leaving Saigon: Memories of Viet Kieu] (La Boîte à Bulles, 2006, 2010) and Little Saigon: Mémoires de Viet Kieu (La Boîte à Bulles, 2012), which respectively tell the stories of Vietnamese emigrants to France and the United States. Baloup has also published Un automne à Hànôi [An Autumn in Hanoi] (La Boîte à Bulles, 2004), about his time at the fine arts school of Hanoi. He earned degrees in art at the École Européenne Supérieure de l’Image in Angoulême, France, and at the École des Beaux-Arts de Hanoï, in Vietnam.

Thierry Smolderen is professor at the Ecole Européenne Supérieure de l’Image in Angoulême, where he has been teaching since 1994, and where he coordinates a Masters degree program in comics, together with the University of Poitiers. Among his many publications are Hergé, portrait biographique [Hergé, A Biographical Portrait] (with Pierre Sterckx; Casterman, 1988), and the recent Naissances de la bande dessinée, de William Hogarth à Winsor McCay [The Birth of Comics: From William Hogarth to Winsor McCay] (Les Impressions nouvelles, 2009), which explores the beginnings of the art form from the eighteenth through the early twentieth centuries, and is forthcoming in English translation with the University Press of Mississippi.
He was a frequent contributor to Les Cahiers de la bande dessinée and Neuvième art. Professor Smolderen has curated numerous comics exhibitions in France and Belgium. He is also an accomplished script-writer of comics.

Registration
Presenters who do not have an up-to-date subscription to European Comic Art will be asked to subscribe with Berghahn. There will also be a reasonable registration fee to pay for conference meals. Information about these fees and about lodging options will be forthcoming.

Sponsors
Sponsors at Miami University include the L.P. Irvin Fund of the Department of French and Italian, the Miami University Special Events Fund, the Humanities Center, the International Visiting Scholar Exchange Fund (from the Office of International Education), Honors and Scholars Program, the International Studies Program, the Department of GREAL, and the Center for
American and World Cultures.

La lecture de bande dessinée

Plusieurs années qu’on attendait cela : à l’occasion du Salon du livre, le Ministère de la Culture a dévoilé la synthèse des résultats de l’enquête menée par Christophe Evans et Françoise Gaudet pour le compte du Département des études et de la prospective. Jusqu’à présent, les indicateurs quantitatifs dont on disposait pour appréhender le lectorat de la bande dessinée restaient rares : les états annuels du marché (bilans de Livres Hebdo ou de l’ACBD) dessinent des indices très indirects et, surtout, les enquêtes Pratiques culturelles des Français contiennent des éléments qui permettent d’inscrire la bande dessinée au sein des autres pratiques culturelles. Ces enquêtes, socle de la sociologie culturelle française, auxquelles les enquêtes de sociologie qualitative se réfèrent constamment (pour les compléter ou en discuter les présupposés) présentent un inconvénient majeur : elles excluent les moins de 15 ans. C’est évidemment gênant pour une pratique telle que la bande dessinée, qui rencontre un grand succès parmi les enfants et les jeunes adolescents…

L’enquête, sobrement intitulée « La lecture de bandes dessinées », offre donc un éclairage complémentaire particulièrement bienvenu en incluant les adolescents de 11 ans et plus – même si l’on peut évidemment regretter l’absence de prise en compte du lectorat enfantin (mais la lecture enfantine a fait l’objet de travaux « quali » nombreux). L’échantillon sur lequel repose l’enquête est particulièrement copieux (4 580 individus de 11 ans et plus, représentatifs de la population française).

Sur le fond, peu de révélations, mais une confirmation de ce qu’on peut appréhender à travers les enquêtes Pratiques culturelles des Français : le lectorat de la bande dessinée est ainsi plus masculin que féminin, appartiennent plutôt aux milieux sociaux favorisés, etc. C’est probablement sur la question du phénomène de « décrochage » que l’on observe dans la lecture au fil du temps et des générations que l’enquête amène ses résultats les plus intéressants, mais également sur les médiateurs du livre, le rapport parents / enfants sur la lecture de bande dessinée, ou encore les pratiques de lecture (moments de lecture, relectures…). Enfin, l’enquête présente l’intérêt d’articuler la lecture papier à la lecture numérique, et pose ainsi un jalon qu’il faudra prolonger.

La synthèse, qui appelle d’autres remarques, est téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture.

En attendant Liège : l’auto-édition, premières pistes de réflexion

Ce billet se veut comme un laboratoire en direct, un brouillon d’idées venant au fur et à mesure de l’avancée de mes travaux sur l’auto-édition, dans le cadre de la préparation de mon intervention au colloque « Figures indépendants de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens » organisé à l’université de Liège par le groupe ACME. J’y tente une forme d’écriture nouvelle pour moi, plus proche a priori de l’esprit des blogs de recherche, mais éloigné de ce que sont les Carnets pour l’instant.

Il va donc de soi qu’il s’agit là d’hypothèses de travail, d’un work in progress où l’écriture est là pour faire avancer mes propres réflexions, non pour proposer des hypothèses (et encore moins des réponses) définitives ! Il va dont tout autant de soi que les remarques et critiques (constructives si possible) sont les bienvenues ! Dernière remarque, je ne tente pas ici une histoire de l’auto-édition en soi, mais une réflexion sur l’auto-édition comme une des matrices de l’édition « indépendante ».

Dans le champ de la recherche historique, dans lequel je m’inscrit, les études sur l’édition, dans la lignée des intuitions de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, ont connu un grand dynamisme. A tel point qu’aujourd’hui, une cinquantaine d’années après le fondateur L’Apparition du livre, la France fait figure de modèle dans les études sur le livre, et le terrain est balisé à la fois par de nombreux travaux monographiques et de grandes synthèses sur l’histoire du livre, sur les éditeurs, les bibliothèques, les librairies…

Or dans cette recherche foisonnante, l’auto-édition reste globalement un phénomène peu étudié. En soi, cette marginalité de l’auto-édition comme champ de recherche est aisément compréhensible : il s’agit là d’un phénomène peu spectaculaire, difficile d’accès d’un point de vue archivistique ; même le dépôt légal y est observé avec plus ou moins de bonheur, conséquence du professionnalisme relatif des auteurs-éditeurs. L’objet est donc difficile à intégrer au champ des études sur l’édition, qui se sont d’abord concentrées sur les grandes figures d’éditeurs (de Hachette à Maspero, de Hetzel à Delpire, etc.) puis sur les collections de masse (Bibliothèque Charpentier, albums du père Castor…).

Or il semblerait que dans le champ encore et toujours naissant de la recherche sur la bande dessinée, les polarités d’intérêt soient inversées. Les éditeurs n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques – tout au plus d’hagiographies, plus ou moins bien documentées. Et si l’auto-édition n’est pas encore réellement étudiée, le phénomène est fréquemment mentionné, dans les histoires générales du 9e art, ou dans certains recueils d’entretiens avec des auteurs, par exemple. Comment comprendre cette place singulière de l’auto-édition ? J’y vois pour ma part la conjonction de plusieurs phénomènes.

D’une part, le fanzinat a constitué un des terreaux du renouvellement de la bande dessinée dès les années 1960-1970.
D’autre part parce que, plus nombreuses qu’en littérature, de grandes figures de la bande dessinée, jouissant d’une estime critique et/ou populaire, se sont essayées, plus ou moins longtemps, à l’auto-édition. L’exemple le plus contemporain en est probablement Midam, qui a quitté Dupuis, accusé de ne pas assez tirer ses séries, pour exploiter lui-même les droits patrimoniaux. Mais on peut également penser à des auteurs aussi différents qu’Uderzo, Fred, Moebius, Michel Schetter, ou encore Jean Graton, qui tous, à des moments divers, se sont lancés dans l’aventure.

Dernier facteur, certaines heures de gloire de la presse dite « adulte » sont le fruit de l’initiative d’auteurs désireux d’échapper à la tutelle de leurs éditeurs : pensons par exemple à Gotlib, Mandryka et Bretécher créant L’Echo des savanes.

Pour autant, la puissance de ce phénomène, à la fois sur les plans économique et symbolique, n’a pas suscité l’intérêt des chercheurs. C’est une évidence : les aspects éditoriaux sont encore largement laissés en friche dans la recherche aujourd’hui en plein essor (et que les Carnets tentent à leur manière de contribuer à animer).

Pourtant, il y a là une piste qui permettrait de mieux penser la spécificité de la bande dessinée dans le champ de l’édition française : pourquoi l’auto-édition y occupe-t-elle une place aussi singulière ? Il est certes difficile d’accéder à des données statistiques permettant de quantifier cette place. Astérix (aujourd’hui sous la coupe d’Hachette) risque par ailleurs de fausser l’impression. Mais il me semble justement significatif que plusieurs auteurs habitués à de fortes ventes aient été, pendant plusieurs décennies (Uderzo, Bretécher, Graton) ou plusieurs années (Régis Franc, par exemple) séduits par ce modèle.

En littérature, on serait bien en peine de citer des auteurs à succès, et sans doute encore moins d’auteurs « reconnus » par la critique, dépasser la dizaine de milliers d’exemplaires. (mais peut-être que je les ignore, tout simplement…).

A suivre : une tentative de définition de l’auto-édition en bande dessinée.

Album 50 : nouveau carnet de recherche

Actif depuis plusieurs semaines déjà, le carnet de recherche ouvert par Cécile Boulaire intéressera à coup sûr plus d’un lecteur des Carnets. Maître de conférences en lettre, membre de l’AFRELOCE,  du comité de rédaction de la revue Strenae, ou encore du laboratoire Intru (entre autres !), Cécile Boulaire a ouvert ce carnet de recherche dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches. En voici la présentation « officielle » :

Album ’50′ suit au jour le jour l’avancée des recherches d’un projet intitulé “Histoire et esthétique de l’album pour enfants en France depuis les années 1950″, conduit par Cécile Boulaire, en vue d’une habilitation à diriger des recherches. Il s’agit d’étudier les conditions historiques de la production d’albums pour enfants en France depuis l’après-guerre, en étant particulièrement sensible à la fois aux dimensions matérielles et économiques, et à l’aspect littéraire et formel. L’objectif est de croiser un historique des maisons d’édition, des collections et des logiques éditoriales, et une “poétique de l’album” qui tienne compte de l’évolution des conceptions littéraires et picturales, techniques et idéologiques.

Allez y faire un tour ! Ca se passe par là

Médiacultures et régimes de valeur culturels

La séance du 17 octobre 2011 du séminaire « Médiacultures et régimes de valeurs culturels », co-organisé par Hervé Glévarec (LCP-CNRS) et Éric Maigret (CIM-Paris 3), sera animée par Eric Maigret, qui propose comme titre à son intervention « Bandes dessinées et postlégitimité culturelle » . Faut-il le rappeler ? Eric Maigret est, entre autres, l’auteur de « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée » (Réseaux, 1994, vol. 12, n° 67, pp. 113-140), qui proposait une stimulante relecture de l’article fondateur et si souvent cité de Luc Boltanski sur « La constitution du champ de la bande dessinée« .

Pour les infos pratiques : la séance a lieu de 17h à 18h30à la Maison des Sciences de la Communication, 20 rue Berbier du Mets – 75013 PARIS, Métro : Les Gobelins (ligne 7).

Plus d’informations sur le programme du séminaire sur le site du laboratoire « Communication et politique » : http://www.lcp.cnrs.fr/html/05-semi02.htm

L’engendrement des images, colloque 3-5 octobre, Lyon

L’ENS de Lyon organise en octobre un colloque consacré aux processus d’engendrement des images. Croisant regards de chercheurs reconnus dans le champ de la bande dessinée (Thierry Smolderen, Thierry Groensteen, Björn-Olav Dozo, Laurence Grove…), de chercheurs nouveaux venus sur ce terrain (Henri Garric), de jeunes chercheurs (élèves à l’ENS) mais aussi de créateurs aussi intéressants que Benoît Peeters ou Marc-Antoine Mathieu, dont on sait à quel point leur pratique est traversée par les questionnements théoriques. Le colloque accueillera également l’intervention de Camille Baurin, membre du comité de rédaction des Carnets.

En voici ci-dessous le programme :

L’engendrement des images

Colloque international sur la bande dessinée

ENS de Lyon
Amphithéâtre Descartes
3 au 5 octobre 2011

La bande des­si­née est long­temps restée en situa­tion mar­gi­nale, tout à la fois dans les domai­nes de l’édition, de l’ensei­gne­ment et de la recher­che. Ce n’est plus aujourd’hui le cas : la bande des­si­née est main­te­nant reconnue comme un art à part entière. Les éditeurs de bande des­si­née ont créé, depuis vingt ans, des col­lec­tions de qua­lité (Aire Libre, chez Dupuis, Shampoing, chez Delcourt, Poisson Pilote chez Dargaud, etc.), accueillant des albums remar­qua­bles et reconnus par la cri­ti­que ; ils accor­dent par ailleurs de plus en plus de place à la tra­di­tion, avec de nom­breu­ses réé­di­tions patri­mo­nia­les, per­met­tant ainsi une meilleure connais­sance des filia­tions artis­ti­ques (tra­vail notam­ment accom­pli par les éditions Futuropolis). Pour ce qui est de l’ensei­gne­ment, les pro­gram­mes du secondaire font une place de plus en plus impor­tante aux bandes des­si­nées, notam­ment dans le cadre de l’appren­tis­sage de l’ana­lyse du récit. Enfin, la recher­che s’est empa­rée de cet objet, pro­po­sant de nou­vel­les théo­ries sti­mu­lan­tes et des ana­ly­ses pré­ci­ses de la tra­di­tion « bédéi­que ». Elle impli­que aujourd’hui de plus en plus de cher­cheurs uni­ver­si­tai­res. Avec le col­lo­que « L’engen­dre­ment des images » nous pro­po­sons de pren­dre acte de cette évolution en organisant à l’ENS de Lyon un grand événement cultu­rel et scien­ti­fi­que autour de la bande des­si­née, un des pre­miers dans l’uni­ver­sité fran­çaise.

1) Un événement cultu­rel.

Le col­lo­que pro­pre­ment dit sera accom­pa­gné de plu­sieurs mani­fes­ta­tions des­ti­nées à animer la vie cultu­relle de l’ENS au cours du mois d’octo­bre. Une expo­si­tion consa­crée à l’oeuvre de Rodolphe Töpffer sera orga­ni­sée dans la gale­rie « La Librairie ». Des repro­duc­tions de Les Amours de Mr. Vieux-Bois, album d’ « his­toi­res en estampe » consi­déré comme une des pre­miè­res bandes des­si­nées, seront accom­pa­gnées de pan­neaux pré­sen­tant les enjeux essen­tiels de l’oeuvre de Töpffer. Accompagnant le col­lo­que pro­pre­ment dit, une table-ronde aura lieu, ras­sem­blant des auteurs de bande des­si­née contem­po­rains (Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu) dont les oeuvres auront été évoqués dans les dis­cus­sions.

2) Un événement scien­ti­fi­que excep­tion­nel.

Le point de vue choisi se veut réso­lu­ment lié aux carac­té­ris­ti­ques pro­pres de la bande des­si­née : il ne s’agira pas de pro­po­ser une jus­ti­fi­ca­tion « lit­té­raire » ou socio­lo­gi­que. C’est pour­quoi nous avons pro­posé aux inter­ve­nants de réflé­chir sur la ques­tion de l’ « engen­dre­ment des images », ques­tion qui se prête tout à la fois à une réflexion géné­ti­que, esthé­ti­que et sémio­ti­que et qui permet d’inter­ro­ger aussi bien la tra­di­tion de la bande des­si­née dans ses com­men­ce­ments au XIXe siècle, son évolution tout au long du XXe siècle, que la pro­duc­tion contem­po­raine. Interviendront Benoît Peeters, grand spé­cia­liste de la bande des­si­née avec Case, plan­che, récit, scé­na­riste des Cités obs­cu­res et auteur récent de la pre­mière bio­gra­phie de Jacques Derrida ; Thierry Groensteen, ancien direc­teur de la Cité inter­na­tio­nale de la bande des­si­née, auteur à ce jour d’ouvra­ges qui sont des clas­si­ques, consa­crés non seu­le­ment à l’ana­lyse sémio­ti­que de la bande des­si­née (Le sys­tème de la bande des­si­née), aux auteurs récents (Tardi, En chemin avec Baudoin), mais aussi au recen­se­ment patri­mo­nial (Krazy Herriman, Les Années Caran d’Ache) ; Thierry Smolderen, ensei­gnant à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image à Angoulême, auteur remar­qué de Naissances de la bande des­si­née, qui replace la nais­sance de la bande des­si­née dans le contexte des tra­di­tions ico­no­gra­phi­ques clas­si­ques et du roman­tisme nais­sant ; Laurent Dubreuil, pro­fes­seur à l’Université de Cornell, spé­cia­liste de lit­té­ra­ture fran­çaise et auteur de plu­sieurs tra­vaux sur la bande des­si­née ; Laurence Grove, direc­teur du centre des études fran­çai­ses à l’Université de Glasgow, spé­cia­liste des emblè­mes en lit­té­ra­ture et auteur d’un ouvrage consa­cré à la bande des­si­née fran­çaise (Comics in French : the European Bande des­si­née). Cependant, notre col­lo­que ne s’appuiera pas uni­que­ment sur des spé­cia­lis­tes renom­més et déjà reconnus. Nous tenions à asso­cier de la façon la plus étroite des étudiants et anciens élèves de l’ENS à cet événement. Les mas­ters et thèses por­tant sur la bande des­si­née se sont en effet mul­ti­pliés ces der­niè­res années et nous pen­sons que l’asso­cia­tion entre cher­cheurs reconnus et jeunes cher­cheurs contri­bue de façon par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace à la créa­tion scien­ti­fi­que, notam­ment dans un domaine que l’uni­ver­sité s’appro­prie depuis peu. Cinq élèves ou anciens élèves inter­vie­ndront, per­met­tant ainsi une imbri­ca­tion directe du col­lo­que dans le sol de l’Ecole.

Lundi 3 octobre 2011

Accueil
9 h : Ouverture du colloque
9 h 15 : Présentation par Eric Dayre, directeur du CERCC (ENS de Lyon)

Processus créateurs de l’image
Président de séance : Henri Garric (ENS de Lyon)

9 h 30 : Benoît Peeters :
« Le scénariste et l’engendrement des images : quelques paradoxes »

10 h 15 : Sergio Garcia Sanchez (Ecole des Beaux-Arts de Grenade)
« Histoire d’une page : processus créatif en bande dessinée »

11 h 15 : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)
« Temporalités et engendrement des images »

Réflexion des images dans le domaine anglo-saxon
Président de séance : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême)

14 h : Camille Baurin (Université de Poitiers) : « Le déploiement de l’image dans l’oeuvre d’Alan Moore : engendrement, métalepse et réflexivité »

14 h 45 : Laurent Dubreuil (University of Cornell) : « Auto-présentation, auto-engendrement : Krazy Kat, Asterios Polyp, etc. »

16 h 00 : Denis Mellier (Université de Poitiers) : « Fiction générale et engendrement intermédial : le cas du Steampunk »

21 h : Projection du film de Stephen Frears, Tamara Drewe au Théâtre Kantor.

Mardi 4 octobre 2011
Au coeur des albums (1) : le mouvement des images

Président: Denis Mellier (Université de Poitiers)

9h : Marion Rostam (ENS de Lyon) :
« Naissance d’un imaginaire graphique dans L’Ascension du Haut-Mal de David B. »

9 h 45 : Björn-Olav Dozo (Université de Liège) :
« L’engendrement narratif par contamination de cases juxtaposées chez Trondheim »

10 h 45 : Marion Lejeune (ENS de Lyon) :
« La reprise des dessins dans les bandes dessinées sans paroles »

11 h 30 : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême) :
« La Cage de Vaughn-James et ses avatars contemporains »

Au coeur de l’album (2) : de la planche au récit
Président : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême)

14 h : Laurence Grove (Université de Glasgow) : « Le récit en une planche du Moyen Âge à l’OUBAPO »

14 h 45 : Morgane Parisi (EESI d’Angoulême) : « Engendrement et genèse : l’élaboration d’un album de bande dessinée »

15 h 30 : Table-ronde : « Comment engendrer les images ? » (avec Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu)

18 h 30 : Inauguration de l’exposition « Töpffer » dans la Galerie « La Librairie » (Forum)

 

Mercredi 5 octobre 2011
Album, Blogs, feuilletons : les diverses formes de l’engendrement

Président de séance : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)

9 h : Henri Garric (ENS de Lyon) :
« Engendrement du gag : mécanisme et souplesse du corps dessiné »

10 h : Elsa Caboche (ENS de Lyon) :
« Narration en images dans les blogs BD : modes d’expression, spécificités, expérimentations »

11 h : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême) :
« Milton Caniff : l’engendrement de l’image comme attracteur feuilletonesque »

Conclusion : Henri Garric et Didier Ottaviani

Parutions : « légitimité culturelle » et « matérialité » de la bande dessinée

Deux récentes publications sont susceptibles d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée.

– Kinéphanos, revue canadienne de recherche sur le cinéma et les « médias populaires », vient de faire paraître un numéro consacré aux logiques de légitimation culturelle. Ce numéro contient un article de Gabriel Gaudette portant sur le graphic novel : « Tensions, prétentions et galvaudage; gains et écueils du roman graphique comme stratégie du cheval de Troie en Amérique du Nord ».

Si l’article en lui-même n’a rien de bien révolutionnaire, il a cependant le mérite de s’intéresser aux effets symboliques d’une forme éditoriale, dans un contexte canadien très éloigné de la situation européenne.

La suite de l’article peut être lue à l’adresse suivante : http://www.kinephanos.ca/2011/romans-graphiques/

-La revue Communication & Langages consacre son n°167 (coordonné par
Pauline Escande-Gauquié et Emmanuël Souchier) au thème : « Bande dessinée : le pari de la matérialité ».

 

PAULINE ESCANDE-GAUQUIÉ ET EMMANUËL SOUCHIER

Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états

PIERRE FRESNAULT-DERUELLE

Scénariographie

ELENI MOURATIDOU

D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée

PASCAL ROBERT

De la « subversion sémiotique » comme mode d’existence matériel de la BD

ÉMELINE SEIGNOBOS ET AUDE SEURRAT

La série commémorée dans L’Anniversaire d’Astérix et Obélix

JULIA BONACCORSI

La bande dessinée aux prises avec la « machinerie éditoriale » du smartphone

NICOLAS GENEIX ET JEAN-FRANÇOIS GUENNOC

Le Photographe au défi de la BD

Ce numéro interroge la matérialité de la bande dessinée, une dimension souvent omise dans les analyses. Or la matérialité fonde les conditions de possibilité de l’énonciation éditoriale, elle forge l’appareil énonciatif et justifie la métamorphose des supports. C’est une condition instituante du média qui participe des nouveaux usages et des pratiques culturelles émergentes.

La bande dessinée a acquis ses lettres de noblesse et sa légitimité depuis la fin des années 1970. Légitimité esthétique et artistique avec ses rituels, ses prix et ses salons, légitimité éducative et culturelle avec ses écoles, ses arts et ses professions, légitimité industrielle enfin avec ses éditeurs, ses imprimeurs et ses diffuseurs qui se sont inscrits dans le tissu économique et social. Elle a accompagné le déploiement intellectuel et éditorial des sciences humaines et sociales, faisant l’objet de nombreux travaux universitaires dans l’ordre sémiotique et esthétique, psychanalytique et politique avec quelques incursions dans l’espace des études littéraires ou celui des cultural studies.

Avec une approche ancrée en Sciences de l’information et de la communication, ce dossier se propose d’aborder le champ croisé de la matérialité et des supports de la bande dessinée. À l’heure de la « plurimédiatisation » et des industries dites « créatives», la discipline présente en effet un certain nombre d’atouts pour analyser cet art en pleine effervescence qui recouvre des réalités médiatiques protéiformes allant du strip traditionnel à l’album en passant par le « blog-BD » et les smartphones.

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre d’un projet de recherche ANR, la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF), l’université Blaise-Pascal et l’AFRELOCE organisent un colloque à l’automne 2012 consacré à la question des enfants en temps de guerre. De l’embrigadement des enfants dans les bandes dessinées des deux conflits mondiaux (évoqués notamment à travers les travaux de Manon Pignot ou Gilles Ragache), à l’encadrement des lectures enfantines (on pense évidemment aux travaux de Thierry Crépin sur la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à la jeunesse), les pistes abondent dans le domaine de la bande dessinée. Ce colloque s’intéressant particulièrement aux points de vue à hauteur d’enfants, on pense immédiatement à une oeuvre telle que Gen d’Hiroshima. Plus profondément, la tension entre aspirations pacifistes et logiques bellicistes trouvera, dans le champ de la bande dessinée, un terreau fertile, cette tension apparaissant comme un des fondements de la bande dite « dessinée franco-belge ».

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse
Colloque international à la Bibliothèque nationale de France et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

18-19 octobre 2012

Délai : 30 septembre 2011

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, les 18-19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?

De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du 20e siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socioéconomiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc.- pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’oeuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant – récits ou témoignages d’enfants – ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

 

Comité scientifique du colloque :

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Michel Defourny (Université de Liège), Claudine Hervouët (BnF/CNLJ – La Joie par les livres), Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire), Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Afreloce), Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Olivier Piffault (BnF/CNLJ-La Joie par les livres), Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres).

 

Modalités

Le colloque se déroulera à Paris, le 18 octobre à la BnF et le 19 octobre à l’ENS de Paris.

Langues : français, anglais, espagnol.

Les communications seront enregistrées afin d’être mises en ligne sur le portail d’EVE (avec l’accord des intervenant-e-s)et éventuellement sur un site de la BnF.

La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)

avant le 30 septembre 2011 à :

Marion Caliyannis

BnF – CNLJ-La Joie par les Livres

marion.caliyannis@bnf.fr

 

Contexte : le programme Enfance Violence Exil

Le programme de l’Agence Nationale pour la Recherche « Enfance Violence Exil », élaboré par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Socio-poétique (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle, principalement en Europe (de la Première Guerre mondiale à l’aube du 21e siècle). Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. Ce projet s’inscrit dans un champ de recherches interdisciplinaire qui associe en particulier les approches littéraires, historiques, linguistiques, psychologique, humanitaires. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant », à travers le vécu des enfants victimes et de la représentation qu’ils en ont donnée ou dont ils ont fait l’objet par l’intermédiaire des médias les plus variés.

Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Spectres ! Journée d’études et exposition

Les élèves du master BD de l’EESI organisent, avec Lucie Campos et Thierry Smolderen et en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université de Poitiers, une journée d’études le 7 juin 2011 autour du thème des spectres. Du comique à l’aventure, la figure du fantôme traverse tous les genres de la bande dessinée, et ses multiples avatars seront abordés lors de cette journée.

L’image fixe-t-elle le spectre ? Marqué par son affiliation à un autre monde, celui des morts et du passé, le spectre se définit aussi par l’inconstance des rapports qu’il entretient avec le monde visible. Lorsque la bande dessinée s’empare de la figure du spectre, elle lui applique ses règles de représentation, ses dispositifs de narration, son rapport au temps. Que devient alors le spectre, arraché à son temps et fixé dans des images ? Quelles fonctions prend-il dans le récit ? Assujetti au système de la bande dessinée, un spectre devient-il un bon fantôme ? Perd-il son aura ? Perd-il de son pouvoir ? Gagne-t-il d’autres  propriétés ?

  • Thierry Groensteen (historien et théoricien de la bande dessinée, professeur à l’EESI) : Petite revue de la hantise dans les bandes dessinées
  • Ben Katchor (auteur de bande dessinée) : L’impression et ses effets fantomatiques (en anglais)
  • Vincent Marie (professeur d’histoire, spécialiste de Tardi et de la première guerre mondiale) : Le spectre de la guerre dans l’oeuvre de Tardi
  • Denis Mellier (professeur de Littérature Générale Comparée à l´université de Poitiers)
  • Thierry Smolderen (essayiste et scénariste de bande dessinée, professeur à l’EESI)
  • Cléry Dubourg, Léo Louis-Honoré, Maxime Jeune (élèves en master BD) : Le fantôme, figure sympathique
  • Emilie Fabre, Pierre-Laurent Daures (élèves en master BD) : Le spectre, figure traumatique
  • Morgane Parisi et Alvaro Nofuentes (élèves en master BD) : L’auteur comme influence fantasmatique

INTERVENTIONS GRAPHIQUES durant la journée : François Henninger, Thomas Gosselin…

SOIREE MARDI FANTASTIQUE « PROPRIETE HANTEE » au cinéma de la Cité, double projection suivie d’un débat, animé par Hidden Circle : La Maison du diable (Robert Wise, 1963) à 19h, The Silent house (Gustavo Hernandez, 2010) à 21h30.

GALERIE DE FANTOMES, exposition aux abords de l’Auditorium.

Cette journée, aura lieu le 7 juin de 9h30 à minuit au sein de l’auditorium de la Cité. Pour plus d’informations, colloque.spectre@gmail.com.

Argumentaire spectre