Les objectifs

Objectifs du carnet de recherche

 L’objectif de ce carnet de recherche est de créer un point de ralliement entre des chercheurs opérant de façon dispersée. En effet, la bande dessinée fait l’objet de travaux au sein d’institutions aussi diverses que :

  • le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication de l’université Paris 13,
  • le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’université Versailles-Saint Quentin,
  • le Centre d’Étude de l’Écriture de l’Image de l’université Paris 7,
  • le centre Réseaux humains-Réseaux Technologiques de l’université de Poitiers (duquel dépend le Master « bande dessinée » de l’École Supérieure de l’Image d’Angoulème),
  • le Centre d’Étude du Livre Contemporain (université de Liège),
  • le Centre d’Étude de la Littérature Francophone de Belgique (université de Liège),
  • des institutions comme La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulème à travers son université d’été.

 

Les uniques points de rencontre entre ces nombreuses initiatives semblent être des colloques, tels « La bande dessinée francophone belge contemporaine » (Bruxelles, septembre 2008), « bande dessinée et solidarité (Saint-Etienne, 2008) et « La bande dessinée : un “art sans mémoire” ? » que j’organise en juin 2010.

Ce manque de points de ralliement entre chercheurs s’explique sans doute en partie par le manque de revues spécialisées, les fameux Cahiers de la bande dessinée (auquel le titre que nous avons choisi pour ce blog, « Les carnets de la bande dessiné », rend directement hommage) n’ayant pas connu de successeurs. On notera par contre une forte présence sur Internet des réflexions portant sur la bande dessinée (à travers, notamment, un site comme du9.org).

La communication entre chercheurs, institutionnels (conservateurs, bibliothécaires) et acteurs du secteur (auteurs, éditeurs…) semble donc naturellement prendre la forme du réseau, et c’est pourquoi un dispositif comme ce carnet de recherche nous semble constituer la forme idoine.

 

État des recherches sur la bande dessinée

 

La recherche sur la bande dessinée semble donc dynamique, mais mal organisée, situation d’autant plus étonnante, et dommageable, que la bande dessinée ne cesse de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière (sa production étant en hausse pour la 13e année consécutive jusqu’à représenter 6,5% du chiffre d’affaires de l’édition française). Ne cessant de gagner de nouveaux publics, elle fait également montre d’une diversification de ses productions qui s’organisent désormais majoritairement autour de trois genres: la « franco-belge », le manga et le « roman graphique ».

Ce faisant, le « 9e art » pose aussi bien le problème des possibilités artistiques qu’offre son dispositif de création, que celui de la place qu’il occupe au sein du monde du livre et des industries culturelles, ou encore des échanges culturels fondant sa diversité et son rapport au public. Ces questionnements s’inscrivent dans la continuité de recherches ayant abordé la question de la bande dessinée selon trois axes.

  •  Sémiotique. Sous l’impulsion de Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1), auteur notamment de « L’éloquence des images » (PUF, 1993), des recherches tentèrent de saisir la spécificité du « médium » bande dessinée, et de cerner les principes régissant tant la création que la réception du dispositif de communication qu’elle constitue. Les travaux de Thierry Groensteen (« Système de la bande dessinée », PUF, 1999) ou d’Harry Morgan (« Principe des littératures dessinées », édition de L’An 2, 2003) s’inscrivent dans semblable effort.
  • Historique. Annie Renonciat-Lallemand (INRP), Pascal Ory (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contmporaines) et Patrick Gaumer (auteur de « Le journal Tintin : les coulisses d’une aventure », éditions Moulinsart, 2006) furent les premiers historiens à présenter publiquement leurs travaux de recherche (lors d’une journée à la Bibliothèque Nationale de France en 2005). Plusieurs autres travaux ont tenté de mieux cerner l’importance du cadre législatif encadrant la bande dessinée (tel Thierry Crépin, directeur de l’ouvrage « On tue à chaque page ! La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse », éditions du Temps, 1999) ou l’inscription dans le temps de ce secteur éditorial (tel Jean-Paul Gabiliet, auteur de « Des comics et des hommes », éditions du Temps, 2005).
  • Industries culturelles. Aucune recherche ne semble s’être pleinement consacrée aux interrogations portant sur l’influence des modes de production de la bande dessinée sur son processus de création. Les interrogations relevant d’une approche « socio-économique » sont ainsi directement issues de la profession, comme dans le cas de « Plates-Bandes » de Jean-Christophe Menu (L’Association, 2005) ou de « L’État de la bande dessinée. Vive la crise ! » (Les Impressions Nouvelles, 2008), actes de la dernière université d’été de la bande dessinée organisée par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulème.

 

Afin de s’inscrire dans la continuité de ces différents travaux, notre carnet de recherche entend être ouvert à ces différents axes qui ont tout à gagner à communiquer (pour étudier, par exemple, l’interaction existant entre mode de production et dispositifs de création de bande dessinée). La forme du blog, qui propose de rendre public un ensemble de billets classés dans différentes catégories, nous semble ici aussi constituer  la forme idoine.

 

L’équipe du carnet

 

Ayant vocation à constituer un point de ralliement pour une communauté dispersée de chercheurs, notre carnet de recherche doit constituer un outil d’information, de veille et de collaboration quant aux événements scientifiques (publications, colloques…) portant sur la bande dessinée. Nous entendons penser en fonction de ces missions le choix des responsables chargés de l’animer et pour ce faire une perspective interdisciplinaire et interinstitutionnelle.

 

  • Un rédacteur en chef : Benoît Berthou, maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Paris 13 où je mène au sein du LabSIC des recherches portant sur la bande en tant qu’industrie culturelle.
  • Un premier rédacteur : Sylvain Lesage, historien et membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines où il mène un travail de doctorat portant sur les évolutions de l’album de bande dessinée en France de 1940 à 1990.
  • À court terme, d’autres rédacteurs seront sollicités, que ce soit du côté de l’ACME (http://www.acme.ulg.ac.be/), groupe de recherche en bande dessinée opérant au sein de l’université de Liège, ou du côté de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image.

 

Toutes les contributions sont ainsi les bienvenues…

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *