La bande dessinée historique

Julie Gallego, membre du Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) lance un appel à communication intitulé : « La bande dessinée historique ». Souhaitant se focaliser sur des œuvres abordant l’Antiquité du bassin méditerranéen (de l’Egypte à la Perse), cette proposition entend prendre le neuvième art au sens large : l’impressionnante (et qui plus est non exhaustive) liste de pistes suggérées nous invite ainsi à penser la patrimonialisation, l’adaptation ainsi que les enjeux commerciaux ou pédagogiques de cette bande dessinée et n’entend donc pas s’en tenir à une analyse de contenu. Il serait ainsi possible de traiter de l’importance de la représentation de l’Antiquité au sein des dispositifs éditoriaux ayant donné naissance à la bande dessinée « franco-belge » : Tintin (avec Alix), Pilote (avec Astérix) et dans une moindre mesure Spirou (avec des séries comme Aurore et Ulysse ou certaines des planches des Histoires de l’Oncle Paul) firent ainsi tous une place à des travaux dont il serait intéressant d’examiner les tenants et les aboutissants en terme de publication. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fxée au 30 avril prochain.

La bande dessinée historique

23-25 novembre 2011

Présentation du colloque

En janvier 2010 disparaissait l’un des derniers maîtres de la bande dessinée franco-belge de l’épopée du journal Tintin, Jacques Martin, dessinateur et scénariste de nombreuses séries, au premier rang desquelles Alix, à l’origine d’un nouveau courant dans la bande dessinée franco-belge : la bande dessinée historique. Chaque année, on constate la sortie de nombreuses bandes dessinées qui prennent l’Histoire comme trame de fond, comme architecture fondamentale ou simplement comme prétexte. Mais plus de soixante ans séparent le premier Alix du dernier Murena : étudier la bande dessinée historique, ce n’est pas seulement réfléchir à l’Histoire dans la bande dessinée, c’est aussi réfléchir à l’histoire de la bande dessinée, entre Alix « classique » reconnu et Murena désormais « incontournable » de l’Antiquité en BD, mais également à la bande dessinée dans l’Histoire, comme reflet de son époque.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Le colloque international, organisé par le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL), qui se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) du 23 au 25 novembre 2011 a pour but de mieux (faire) comprendre les spécificités de ce que l’on peut appeler la bande dessinée historique. Les invités d’honneur de ce colloque seront Jean Dufaux et Philippe Delaby, le scénariste et le dessinateur de Murena.

Ce colloque international comportera trois volets : scientifique, pédagogique et artistique ; il est destiné aux chercheurs, aux enseignants (de tout niveau et de toute matière), aux professionnels de la bande dessinée (dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs, conservateurs, galeristes, etc.) et aux autres spécialistes de l’image fixe ou mobile. Nous espérons que la diversité des intervenants sera le reflet de la richesse de la bande dessinée historique, ou plutôt des bandes dessinées historiques.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Quelle définition retenir pour la « bande dessinée historique » ? À quel corpus appliquer cette dénomination ? Quels sont les principes, les caractéristiques de ce genre narratif et graphique, dans son fonctionnement interne et dans ses interactions avec d’autres domaines littéraires et artistiques, avec d’autres médias ? Quel est son rapport à l’Histoire, un domaine qui par essence hésite déjà entre Art et Science, entre vérité et fiction, entre vrai et vraisemblable, entre Histoire et histoires ? La bande dessinée historique, à la fois convention discursive et medium, rejoint la conception souvent très romanesque de l’Histoire chez les historiens de l’Antiquité.

On pourra ainsi s’intéresser aux modalités d’inscription de l’Histoire en représentation dans la bande dessinée, mais sans limiter sa réflexion aux notions de vrai et de faux entre le support autonome qu’est la bande dessinée et les réalités historiques telles que les études scientifiques ont pu les établir. On analysera éventuellement le point de vue sur l’Histoire que met en avant l’auteur (qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste) et qu’il veut faire partager à son lecteur, et l’étrange pacte de lecture qui lie alors l’auteur de bande dessinée historique et son lecteur. En effet, « mentir-vrai » et « effet d’Histoire »[1] sont des composantes essentielles de la bande dessinée historique, qui, par son degré de véracité narrative et graphique face à l’Histoire, engage auteur et lecteur dans une conception et une représentation du monde passé, oscillant entre historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire. Le matériel historique comme le lectorat apparaissent alors comme des objets d’étude pertinents, l’un en amont de l’œuvre, l’autre en aval.

Les liens entre bande dessinée et histoire culturelle[2] sont également une problématique majeure de la bande dessinée historique car elle est le reflet des mentalités conscientes ou inconscientes d’une époque, ce qui permet de lui donner aussi le statut de document historique ; comme le péplum, elle est aussi susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux, lorsque la finalité de l’évocation des événements du passé est davantage une transposition d’événements contemporains qu’une représentation fidèle du passé. Parler de la romanisation, par exemple, dans la BD franco-belge des années cinquante ou soixante, ce n’est pas seulement parler de la Rome antique, c’est aussi (et, parfois, surtout) évoquer la (dé)colonialisation de la France ou de la Belgique (Astérix et les Goths s’inscrit ainsi dans un contexte où les rancœurs de la deuxième guerre mondiale sont encore sensibles, comme La griffe noire, peu de temps après la guerre d’Algérie). Car une bande dessinée historique appartient à son époque, même si elle transporte le lecteur loin dans le temps et dans l’espace, dans un temps et un espace qu’elle essaie de recréer, même si historique rime parfois (toujours ?) avec utopique et uchronique.

Essayant d’opérer un tri parmi les bandes dessinées qui « tiennent un discours sur l’Histoire », Michel Thiébaut[3] distingue 3 catégories (nous ajoutons la quatrième) :

  • les bandes dessinées didactiques, racontant des histoires dites « vraies » (un moment d’Histoire ou un personnage célèbre) ;
  • les bandes dessinées d’aventures humoristiques ;
  • les bandes dessinées de fiction réalistes, ou d’aventures fictives (catégorie la plus représentée) ;
  • les bandes dessinées érotiques historisantes.

Les communications pourront être l’occasion de revenir sur ce classement.

Limites chronologiques de cette première édition

La chronologie historique ira jusqu’à la Rome tardive mais l’axe majeur sera géographique, celui de l’Antiquité du bassin méditerranéen (Égypte, Carthage, Numidie, Grèce, Crète, Italie – Rome, bien sûr, mais aussi l’Étrurie –, Gaule et territoires celtes, Scythie, Perse, etc.). Des bandes dessinées dont l’histoire principale se déroule à une époque ultérieure mais dans lesquelles un lien est fait avec les périodes citées pourront faire l’objet d’une étude (on peut penser à des BD mettant en scène des personnages enquêtant sur le passé antique ou projetés dans ce passé).

Pistes suggérées (et non exhaustives)

1. Vers une définition de la bande dessinée historique

1.1. Généricité et typologie

1.2. Fonctions mimésique, didactique, narrative et historienne de la bande dessinée historique

1.3. La BD historique non franco-belge : caractéristiques des historical comics et des manga historiques

1.4. Spécificités de la bande dessinée historique à sujet antique par rapport aux bandes dessinées historiques se déroulant à d’autres périodes (notamment dans les œuvres de Jacques Martin, de Gilles Chaillet et de Jean Dufaux)

2. La patrimonialisation de la bande dessinée historique : des magazines au musée

2.1. Place de la bande dessinée historique dans la bande dessinée

2.2. Émergence et évolutions éditoriales (notamment l’influence de la pré-publication sur la narration)

2.3. L’œuvre de Jacques Martin (dans son ensemble ou œuvres ou thèmes précis) ; l’école Martin (notamment Gilles Chaillet)

2.4. Le renouveau de la bande dessinée historique : la série Murena, héritages et innovations de Jean Dufaux et de Philippe Delaby

3. La bande dessinée historique comme objet d’histoire : des choix révélateurs

3.1. La période et le lieu

3.2. Les héros

3.3. Les éléments narratifs

3.4. La création artistique face à la censure (Comics Code américain et loi de 1949)

4. Les enjeux esthétiques et narratifs de la bande dessinée historique face à la littérature, aux autres arts, aux médias interactifs

4.1. Bande dessinée historique et roman historique

4.2. Bande dessinée historique, sculpture et peinture (art classique et art pompier)

4.3. Bande dessinée historique et péplum (cinéma, TV)

4.4. Bande dessinée historique et jeux vidéo

5. Les enjeux scientifiques de la bande dessinée historique face aux autres représentations visuelles

5.1. L’illustration archéologique d’un ouvrage scientifique

5.2. Les maquettes en 2D et les reconstitutions archéologiques en 3D

5.3. Les reconstitutions d’Histoire vivante (troupes de spécialistes et troupes d’amateurs)

5.4. Une nouvelle source d’inspiration pour l’auteur de bande dessinée : la collaboration avec les scientifiques

6. Les enjeux pédagogiques de la bande dessinée historique : atouts et limites

6.1. Histoire ou uchronie

6.2. Héros fictionnels, héros réels

6.3. Entre le vrai et le faux, le réel et le rêvé : combler avec vraisemblance les béances de l’Histoire

6.4. Histoire(s), mythes et philosophie

7. Les enjeux commerciaux de la bande dessinée historique

7.1. Nouveaux titres et nouvelles collections

7.2. Anciens titres et rééditions

7.3. Réception et médiatisation

7.4. Traductions en langues anciennes ou en langues étrangères

Comité scientifique

Jean-Michel Agasse (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Christian Amalvi (Professeur en histoire contemporaine, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Eugenio Amato (Professeur de grec, Université de Nantes, France)

Pierre-Yves Ardoy (Maître de conférences en droit privé, UPPA, France)

Claude Aziza (Maître de conférences de latin, Université de la Sorbonne nouvelle, France)

Benoît Berthou (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13, France ; organisateur du colloque international La bande dessinée : un art sans mémoire ?)

Pierre Bricage (Systémicien, Association Française de Sciences des Systèmes AFSCET, France)

Alain Chante (Docteur en Histoire, Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Christian Delporte (Professeur en histoire contemporaine, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Olivier Devillers (Professeur de latin, Bordeaux 3, France)

Jacques Dürrenmatt (Professeur de stylistique, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, France)

Michel Eloy (Spécialiste de l’Antiquité au cinéma et en BD, auteur du site PEPLVM – images de l’antiquité, ancien collaborateur de J. Martin, Belgique)

Julie Gallego (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Muriel Lafond (Docteur en études latines, agrégée de Lettres Classiques, collège Félix del Marle, Aulnoye-Aymeries, France)

Cécile Leclercq (Agrégée d’Anglais, UPPA, France)

Pierre-Louis Malosse (Professeur de grec, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Valérie Mangin (Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste-paléographe ; actuellement scénariste de bande dessinée, France)

Sébastien Pelle (Professeur de droit privé et de sciences criminelles, UPPA, France)

Patrick Périn (Directeur du Musée d’Archéologie Nationale et Domaine national, Saint-Germain en Laye)

Bertrand Richet (Maître de conférences de langue anglaise, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France ; organisateur du colloque international Le Tour du Monde d’Astérix – Lectures, Traductions, Interprétations)

Cathy Rousset (Agrégée de Lettres Classiques, collège Émile Combes, Bordeaux, France ; chargée de cours, Bordeaux 3)

Nicolas Rouvière (Maître de conférences en littérature française et didactique de la littérature, IUFM de Grenoble, France ; organisateur du colloque international Lire et produire des bandes dessinées à l’École)

Claire Simon (Certifiée de Lettres Modernes, collège Michèle Pallet, Angoulême, France ; chargée de mission DAEC à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême ; chargée du secteur « Bande dessinée » au Pôle pédagogique Rectorat de Poitiers)

Claire Sotinel (Professeur d’histoire antique, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, France)

Antonio Stramaglia (Professeur de latin, Université de Cassino, Italie)

Michel Thiébaut (Docteur en histoire, certifié d’histoire et de géographie ; chargé de cours, Université de Franche-Comté, Besançon, France)

Comité d’organisation

Julie Gallego (responsable du colloque)

Cécile Leclercq

Marie-Françoise Marein

Liens et contact

URL de référence : http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011

Pour l’envoi des propositions ou tout autre renseignement : bd.historique2011@univ-pau.fr (Julie Gallego)

Envoi des propositions de communication

Les communications, inédites, pourront se faire en français ou en anglais et s’appuieront sur un diaporama.

Les propositions de communication compteront entre 4000 et 8000 caractères (espaces compris) et comporteront quelques images particulièrement significatives, accompagnées d’une présentation de l’auteur (maximum 2500 caractères, espaces compris).

Elles doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à l’adresse bd.historique2011@univ-pau.fr. Consulter impérativement la page « Droits à l’image » du site du colloque http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011 pour prendre connaissance de toutes les consignes détaillées (notamment la liste des maisons d’édition qui ont autorisé les reproductions des scans dans les diaporamas des intervenants, les conditions de reproduction et les restrictions d’accord).

La durée exacte des communications sera précisée ultérieurement (environ 25 minutes).

Les éléments suivants seront clairement indiqués dans la proposition de communication :

  • un titre explicite (et éventuellement un sous-titre),
  • la thématique ou la problématique dans laquelle s’inscrirait le travail,
  • le corpus de bandes dessinées sur lequel elle s’appuierait (au moins approximatif).
  • des références bibliographiques (5 au minimum)

Chaque proposition de communication sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition au plus tard fin mai 2011.

Il est demandé aux intervenants de déposer au secrétariat du colloque un exemplaire papier de leur communication, le jour de leur passage (en cas d’absence de dépôt, l’article ne pourra être proposé à la publication). La version définitive pour la publication pourra néanmoins être enrichie ou modifiée ultérieurement en fonction des débats suscités durant le colloque.

Un comité de lecture évaluera, après le colloque, les communications qui seront retenues pour donner lieu à une publication. Les intervenants seront alors prévenus individuellement et les consignes exactes de présentation seront fournies pour les articles retenus.

Toutes les conférences seront filmées en vue d’une diffusion sur le site Internet de l’UPPA et/ en vue de la réalisation d’un DVD ; à cet effet, il sera demandé aux intervenants de renvoyer une convention de cession des droits d’auteur et une autorisation d’utilisation de données personnelles (en conformité avec la CNIL). En cas de refus de ces termes et conditions, la participation de l’intervenant ne pourra être retenue. Le document à remplir et à renvoyer par voie électronique sera disponible sur le site du colloque et sera à signer au secrétariat du colloque.

Calendrier (sous réserve de modifications, cf. site Internet du colloque)

Soumission des propositions : 30 avril 2011.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant mai 2011.

Notification d’acceptation : 30 mai 2011.

Liste des images utilisées pour envoi aux maisons d’édition : 1er octobre 2011.

Envois des diaporamas pour les tests techniques : 15 novembre 2011.


[1] Pierre Fresnault-Deruelle, « L’effet d’Histoire », Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque international Éducation et bande dessinée, La Roque d’Anthéron, 16 et 17 janvier 1979, La Roque d’Anthéron, Objectif Promo-Durance, 1979, p. 98-104.

[2] Pour la bande dessinée comme objet d’histoire, nous renvoyons aux divers travaux de l’historien Pascal Ory.

[3] Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat (dir. M. Clavel-Lévêque), novembre 1997, 855 p.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *