Hybridations, texte et image

Le magasin des enfants, carnet de recherche avec qui Les Carnets de la bande dessinée entretiennent de constantes relations, porte à notre connaissance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Hybridations, texte et image ». Lancé par l’INTRU (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et cUlturelles, université de Tours), celui-ci invite des chercheurs à s’emparer d’une « idée » de l’hybridation pensée comme « porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation ». Souvent présentée comme « hybride », la bande dessinée, qui est ici directement évoquée, est donc intéressée au premier chef et il serait fort intéressant de penser les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan qualifie de « faux débat » proposant de « définir les littératures dessinées par comparaison » et supposant de « commencer rituellement toute analyse de la narration par images fixes par la précision qu’elle diffère fondamentalement de ceci ou cela » (Principes des littératures dessinées, L’An 2, p. 9). Le thème de l’hybride pose en effet directement la question de l’essence de la bande dessinée et de sa capacité à se poser comme langage et domaine de recherche pleinement autonome, mais force est de constater que cette question est sans doute renouvelée à l’heure où le neuvième art noue avec d’autres médias des relations susceptibles d’aboutir à de nouvelles hybridations que cet appel à communication propose également d’examiner avant le 7 mars prochain.

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Du mercredi 11 au vendredi 13 mai 2011

Appel à contributions: date limite: 7 mars 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527, http://intru.univ-tours.fr/),
avec le soutien du Conseil Scientifique

L’hybridation est d’abord le nom d’une catégorie biologique, ou plus exactement le nom d’une rupture ou d’une transgression des limites entre catégories biologiques : un hybride, c’est avant tout le produit d’un croisement, d’une greffe, d’une rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui désigne le produit de l’union d’un sanglier et d’une truie ; puis le terme a été graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie l’excès ou la démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.

Appliquée au domaine des arts et des lettres, l’idée d’hybridation semble principalement viser la porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui s’emploient à explorer les formes de la « condition postmoderne », qu’il s’agisse de la littérature, de l’architecture ou du fondement des sciences, l’hybridation y est caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche. Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et esthétique de la postmodernité, l’hybridation est présente dans toutes les œuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire des formes d’expression rétives à toute univocité et à toute totalisation.

En appliquant la notion d’hybridation aux formes de la rencontre en texte et image, il ne s’agit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du « diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan, Jencks ou Lyotard, que de reprendre l’étude de ces formes spécifiques de greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.

Les rencontres du texte et de l’image fournissent une très belle occasion d’examiner la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques ou des supports s’échangent en permanence leurs déterminations. Des processus de l’adaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre pratiques venues d’horizons différents aux interrogations sur les formes de la mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que l’on entend rassembler autour de l’idée d’hybridation est vaste.

L’étude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de l’album pour enfant au roman-photo. La rencontre entre le texte et l’image constitue-t-elle par elle-même une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non légitimable » des discours qu’elle engendre ? Favorise-t-elle des formes narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de sur-hybridation à partir de l’hybridation iconotextuelle (adaptation des comics au cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés d’objets, pop-ups, produits dérivés, etc.) ?

Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin d’être exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne s’agit pas tant d’élaborer un discours formel général sur la concept d’hybridation que d’en explorer la puissance heuristique en l’appliquant à des études d’œuvres déterminées.

Les propositions d’interventions sont à remettre pour le 7 mars dernier délai aux organisateurs:

  • Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
  • France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)
  • Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *