Transatlantica : dossier « Comic Book » (2)

Suite de la recension du dossier que Transatlantica consacre au comic book et plus particulièrement aux enjeux scientifiques et académiques de ce domaine.

Dans son entretien avec Jessica Abel et Matt Madden, Bart Beaty revient sur l’enseignement de la bande dessinée dans les cursus universitaires. Tous trois interviennent dans des formations mais, contrairement à Bart Beaty, Jessica Abel et Matt Madden sont tous deux auteurs, des auteurs reconnus qui plus est, comme l’a entre autres montrée la traduction, parue à L’Association, des 99 Exercices de style de Matt Madden. Dans cet entretien, Bart Beaty revient avec eux à la fois sur les obstacles universitaires (programmes limités en général à un semestre, offre limitée…), les attentes et les surprises des étudiants, les oeuvres à étudier et les exercices à proposer…
Toujours dans une perspective de réflexion sur le discours académique sur la bande dessinée, Craig Fisher propose dans son article « Worlds Without Worlds: Audiences, Jargon and North American Comics Discourse » un retour critique sur l’ouvrage de Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée. Largement accepté comme référence théorique en France, l’ouvrage a été traduit par Bart Beaty et Nick Nguyen, sous le titre The System of Comics (publié en 2007).
Cette version n’a reçu qu’un accueil mitigé outre-Atlantique, et Craig Fisher avance ici plusieurs facteurs explicatifs. Surtout, il prend cet exemple comme point de départ à une intéressante réflexion sur les publics auxquels est destiné le discours académique sur la bande dessinée, et les effets du jargon sur ces publics, dégageant ainsi trois types de discours : « fan appreciation, essayistic criticism and academic criticism ».
L’article de Jan Baetens revient aussi sur la structuration du champ académique de la bande dessinée, avec une perspective comparatiste stimulante. Il voit ainsi dans « l’ouverture du monde universitaire à la vie du marché » et « la non-séparation de la fonction patrimoniale et de la fonction de recherche » les deux principaux facteurs du décalage entre le dynamisme de la recherche aux Etats-Unis et son retard persistant en France, malgré le dynamisme de la création et de l’édition. Il revient également sur les différences fondamentales qui opposent graphic novels et romans graphiques, et l’absence large en France des questions soulevés outre-Atlantique par les cultural studies, dont il relève cependant que les historiens du culturel reprennent des questionnements – on pourrait y ajouter les sociologues également…
Là où sans doute l’article de Jan Baetens est le plus intéressant, c’est dans son analyse du rapport à la temporalité de aprt et d’autre de l’Atlantique. En France, l’approche est essentiellement surplombante, englobante, alors qu’aux Etats-Unis une place bien plus grande est accordée à la question de la sérialité. « C’est parce que le rapport texte/image se pense et s’évalue autrement de part et d’autre que Français et Américains envisagent de manière tout à fait différente la persistance des anciennes formes de la série et du feuilleton à l’intérieur de la bande dessinée contemporaine », avance-t-il notamment.

Charles Hatfield, dans « Indiscipline, or, The Condition of Comics Studies », avance des propositions valorisant le statut interdisciplinaire de la recherche sur la bande dessinée.

Enfin, Jean-Paul Gabilliet, dans un copieux « essai bibliographique », complète et actualise l’essai bibliographique qui clôturait son ouvrage Des Comics et des hommes. Elle en reprend la structure :

  • Fonds documentaires
  • Dictionnaires, annuaires et bases de données
  • Les revues spécialisées
  • Approches théoriques
  • Etudes historiques : cartoons et comic strips
  • Etudes historiques : comic books et graphic novels
  • Etudes thématiques
  • Les créateurs
  • Monographies consacrées à des créateurs
    • Bande dessinée de presse
    • Bande dessinée grand public
    • Bande dessinée d’auteur
  • Lecteurs et fans

en ajoutant une partie « approches théoriques », et en apportant de nouvelles subdivisions. La vitalité du champ est telle que cette réactualisation est une excellente nouvelle pour tous les chercheurs s’intéressant à la bande dessinée américaine, dont ce dossier propose un très complet panorama des Comic Studies.

Pour compléter ce dossier, deux études de cas consacrées l’une à la bande dessinée d’auteur (en l’occurence, Maus), l’autre à la représentation de la France dans les comics de super-héros. Sans oublier la recension, par Jean-Paul Gabilliet, de l‘Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels. Réalisés sous la direction de Keith Booker, professeur à l’université d’Arkansas, ses deux volumes rassemblent sur 763 pages plus de 330 entrées rédigées par quatre-vingts auteurs. Un monstre donc, dont Jean-Paul Gabilliet propose une brève recension critique qui permet de compléter ce bilan de Comic Studies qui, pour être à un état que beaucoup de contributeurs qualifient d’embryonnaire, n’en déborde pas moins d’une étonnante vitalité vu de France…


Une réflexion au sujet de « Transatlantica : dossier « Comic Book » (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *