Pour un gestuaire des bandes dessinées

« Pour un gestuaire des bandes dessinées : tel est le titre de l’article que Claude Brémond, directeur d’études à l’EHESS, publia dans la revue Langages en 1968. Disponible librement sur le portail Persée, ce texte constitue l’occasion de nous confronter à un travail datant de plus de 40 ans et de mettre en valeur les avancées de la recherche ainsi que l’évolution du paysage de la bande dessinée. Il pose en effet un problème des plus intéressants : quel rôle le personnage joue-t-il dans la construction du langage du neuvième art ? Cette réflexion s’inscrit clairement dans une lignée « sémiotique » traitant, sous l’égide de Pierre Fresnault-Deruelle, de la bande dessinée afin de mettre à jour la spécificité de son mode d’expression.

Semblable position est présentée dès les premières lignes : la bande dessinée est « un genre essentiellement narratif » dans lequel « l’homme, plus ou moins stylisé, ou une créature anthropomorphe, plus ou moins humanisée, joue un rôle prépondérant, occupe en permanence le devant de la scène ». Il est dès lors question de s’interroger sur l’apport de cette « créature » vis-à-vis de l’entreprise du récit, c’est-à-dire sur une capacité d’un « trait graphique » à se constituer comme « l’un des éléments signifiants de l’histoire racontée ». Jacques Brémond semble ainsi s’inscrire pleinement dans l’étude d’un dispositif de communication, car cet article est parcouru par une volonté : s’en tenir aux limites d’un langage, c’est-à-dire à des signes qui ont « pour émetteur l’auteur de la bande dessinée et pour destinataire le lecteur-spectateur ».

D’où un certain parti-pris : écarter un ensemble d’éléments interférant sur ce « code général ». Celui-ci est ainsi distingué d’un « code gestuel plus particulier […] dont les personnages du récit se servent pour communiquer entre eux (ces gestes, attitudes, mimiques venant alors doubler ou remplacer leurs paroles) » et est posé comme quelque chose de plus substantiel que « des mimiques trop exceptionnelles pour pouvoir être comprises par un large public ». Le « gestuaire » des bandes dessinées constitue dès lors un « lexique très réduit » se référant à « des sentiments élémentaires (peur, colère, défi, etc.), […] des conduites interpersonnelles universellement comprises (agression, négociation, tromperie, secours) » etc. Permettant d’avancer dans la mise à jour des « unités signifiantes des bandes dessinées », ces divers éléments posent également, selon Claude Brémond, un problème on ne peut plus ardu dont la formulation présente un réel intérêt pour les chercheurs du XXIe siècle.

Le « gestuaire » de la bande dessinée prend en effet place dans le cadre d’un découpage le présentant « sous forme d’une succession de moments figés, prélevés sur la durée de l’histoire à intervalles irréguliers ». Contrairement au cinéma, « la bande dessinée se décharge volontiers sur le commentaire ou sur la logique implicite du récit du soin de raconter l’histoire ». Le geste n’est pas l’unique ressource d’une entreprise de narration et un élément comme le récitatif peut dès lors conférer aux attitudes du personnage une tout autre valeur : la bande dessinée « choisit non l’image qui signifie le moment, mais le moment qui fait image. »

Nous sommes donc face à un mode d’expression qui, de par sa nature même, a tendance à ne pas fonctionner sur le mode du message : la représentation de personnages ne relève pas tant de l’information que de la volonté d’associer un ensemble de « postures » de façon « tantôt [à condenser] elliptiquement en un seul geste une suite d’événements complexes, tantôt [à développer] catalytiquement, en une série de gestes, une opération simple ». Ainsi, une étude portant sur un langage propre au personnage de bande dessinée débouche sur une étonnante conclusion : « le choix, le cadrage, le traitement graphique des gestes tendent souvent vers une stylisation esthétique qui n’est atteinte qu’au détriment de la signification narrative des images ».

S’il s’agit de considérer la bande dessinée comme un dispositif de communication, c’est ainsi, selon Claude Brémond, dans une toute autre optique : celle d’une « rhétorique gestuelle des bandes dessinées », c’est-à-dire d’un langage soucieux de « disposition » et « d’action » (ou de « performance » pour parler comme les linguistes). Une approche sémiotique fait ainsi place à des approches historiques (portant sur la tradition du « gestuaire »), comparatistes (évoquant sa diversité au sein des différents types et formats de bande dessinée), voire socio-économiques (tentant de cerner un « gestuaire » propre au « spectaculaire ») qui semblent au jour d’aujourd’hui n’être que partiellement empruntées.

Référence :

Brémont Claude, « Pour un gestuaire des bandes dessinées », Langages, 1968, 3e année, n° 10, « Pratiques et langages gestuels », p. 94-100.

doi : 10.3406/lgge.1968.2552


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Une réflexion au sujet de « Pour un gestuaire des bandes dessinées »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *