La numérisation des archives de la bande dessinée – 1

Tandis que les éditeurs de bande dessinée se ruent sur le nouvel eldorado de la publication en ligne, les fonds d’archives, eux, adoptent de plus en plus la solution de la numérisation de leurs fonds. Une bonne nouvelle pour tous les chercheurs, tant ces fonds sont parfois d’accès difficiles.

Pionnière de ce mouvement, la Cité de la bande dessinée d’Angoulême, qui poursuit son programme de numérisation. Après le fonds Quantin et les cahiers d’Alain Saint-Ogan, c’est aujourd’hui l’intégralité de la collection du Rire qui est disponible en pdf sur le site de la cité. Trois initiatives différentes, mais qui ouvrent des perspectives de recherche passionnantes.

Le fonds Quantin très riche, permet non seulement de retrouver la trace d’auteurs oubliés de l’histoire de la bande dessinée, mais aussi d’étudier le processus de publication, étape par étape : « scénario manuscrit, planche originale, mise en couleur à l’aquarelle, impression noir et blanc, sélections couleurs, tirages en quadrichromie et image imprimée définitive » (extrait de la notice de la CIBDI). Initiative essentielle, car elle permet d’étudier une dimension largement négligée de la bande dessinée : son inscription dans une histoire éditoriale. Inscrire la bande dessinée dans des contextes éditoriaux précis, cela permet de sortir de la mythologie de l’artiste-créateur, et d’explorer la dialectique contraintes / transgression à l’oeuvre dans tout système éditorial – qu’il s’agisse de livres de cuisine ou de poésie. Pour le grand public de la bande dessinée, cette question avait pris de l’acuité grâce à l’activisme des membres de L’Association entre autres ; le Plates-bandes de Jean-Claude Menu, par son attaque en règle contre le 48CC, a considérablement fait avancer le débat dans le milieu. Pour autant, il n’existe pas encore de travail d’ampleur portant sur un corpus large et étudiant la relation auteur / éditeur. La numérisation de ce corpus devrait donc accélérer le processus.

Deuxième fonds numérisé par la Cité : les albums et, surtout, les 82 cahiers d’Alain Saint-Ogan, qui consignait dessins et correspondance. Un peu oublié aujourd’hui, Alain Saint-Ogan est l’un des pionniers de la bande dessinée moderne, et ce fonds permet d’explorer, de façon unique, l’artiste à l’oeuvre, la construction d’une carrière d’exception.

Enfin, la nouveauté du moment : fin 2009 était lancée la collection numérisée du Rire – ou plutôt de sa première série, du 10 novembre 1894 au 31 janvier 1903. Cette collection correspond là encore à une phase cruciale de la bande dessinée, une phase pendant laquelle la bande dessinée côtoyait la caricature, l’histoire en images, avant de s’autonomiser progressivement en tant que genre graphique spécifique. Cette numérisation était attendue depuis longtemps, et, là encore, ces archives, par leur facilité d’accès, devraient susciter des recherches passionnantes. Cependant, on ne peut que regretter le choix (ou la contrainte) du PDF comme format de numérisation. Format lourd et mal-commode, il oblige surtout le chercheur à télécharger chaque numéro qu’il veut consulter. Résultat, une recherche particulièrement fastidieuse. L’indexation est bien conçue, même si la liste des mots-clés prédéfinis semble contraindre dès le départ les recherches ; mais, pour chaque occurence du mot-clé recherché, il faut télécharger le numéro concerné… ce qui ne facilite assurément pas la recherche.

Certes, le pdf est vraisemblablement la solution la moins coûteuse pour la mise en ligne d’archives numérisées, et, dans le cas de revues, la constitution de fichiers séparés par numéros est relativement logique. Mais l’exemple des revues scientifiques montre que le pdf est une fausse solution : singeant le papier, il se révèle, au fond, inadapté aux nouveaux modes de lecture numériques (comme l’explique par exemple Hubert Guillaud dans La Feuille). Espérons donc que les prochaines numérisations d’archives se feront sous un autre format. En tout cas, à chaque fonds numérisé par la Cité correspond un format différent. A l’heure où la numérisation du patrimoine  littéraire semble s’imposer comme enjeu central dans la politique culturelle, il serait sain que les chercheurs et conservateurs de bande dessinée portent la question du format, central dans le débat. Numériser du texte et de la bande dessinée, ce n’est évidemment pas la même chose. On parle beaucoup de l’exception culturelle française, à préserver des appétits de Google ; la bande dessinée fait partie de cette exception culturelle – par son histoire, son statut, son format… -. Espérons qu’à l’heure des choix techniques, la bande dessinée ne sera pas laissée de côté.

Références bibliographiques :

Fonds Saint-Ogan. URL : http://collections.citebd.org/saint_ogan/www/

Le Rire. URL : http://collections.citebd.org/lerire/www/


2 réflexions au sujet de « La numérisation des archives de la bande dessinée – 1 »

  1. j’aimerais apporter quelques précisions complémentaires à votre excellent article sur nos collections numérisées. Une petite correction tout d’abord. nous avons inauguré ce travail de numérisation avec le fonds Alain Saint Ogan, suivi de Quantin et enfin du Rire ( d’autres fonds seront proposés en 2010 dont Lisette et l’American illustré). Si je souscris pleinement à votre avis sur le choix des formats, différents d’une collection l’autre, je tiens à préciser que celui-ci est dicté par la nature du corpus mais aussi par des motifs économiques. Chaque campagne de numérisation représente un coût assez conséquent que nous ne pourrions assumer si nous ne bénéficions pas d’aides prévues pour ce type de projets ( subventions du Ministère de la culture via la Mission à la recherche technologique) quis hélas ne couvrent pas la totalité du coût total. Les documents manipulés sont fragiles, uniques parfois ( Saint Ogan), ce qui nous oblige à recourir aux services d’entreprises spécialisées dans la numérisation de fonds patrimoniaux chez qui chaque page fait l’objet d’un calibrage particulier. Le mode de consultation, d’indexation, le choix du format PDF ( qu’il n’est pas obligatoire de télécharger), sont les solutions trouvées pour rendre accessibles au public sans alourdir considérablement le budget de chaque campagne. Je suis d’accord avec vous pour dire que nous ne proposons pas là un véritable livre electronique. Pour y parvenir le traitement de ces collections selon les procés développés pour l’e-pub par exemple supposerait des moyens très importants dont nous ne disposons pas. C’est à ce prix, si je puis dire que la numérisation de nos collections répond à l’urgence de conserver la mémoire de ces documents peut être portée à la connaissance du public.

    jean-philippe martin
    directeur de l’action culturelle
    Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

  2. Merci pour ces précisions. J’ai bien conscience des contraintes économiques que représentent les campagnes de numérisation. Mais à l’heure où la question de la numérisation s’impose comme un des grands enjeux culturels dans le débat public, il me semble malgré tout regrettable qu’on en reste à ériger le PDF en norme, alors qu’il s’agit d’un format fermé qui présente peu d’avantages (lourdeur des fichiers, difficulté à annoter, etc.). Mais évidemment, c’est déjà ça de pris, et il est clairement préférable que ces fichiers sortent en PDF plutôt que d’attendre une véritable prise de conscience des limites de ce format !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *