La génération des années 50

L’Instituto Superior da Maia (Porto, Portugal) organise un colloque international consacré à la « génération des années 50 ». Les pistes indiquées dans l’appel à communication ne mentionnent pas nommément la bande dessinée, mais gageons que celle-ci peut tout à fait trouver sa place dans ce champ scientifique, car les « années 50 » semblent bien constituer le creuset d’une certaine « culture BD » (pour reprendre l’expression –ironique – de Jean-Christophe Menu). La promulgation de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse a, ainsi que l’ont bien montré Thierry Groensteen et Thierry Crépin dans l’ouvrage qu’ils lui ont consacré (« On tue à chaque page », éditions du Temps), œuvré à la définition des contenus et à la stabilisation des vecteurs de diffusion du neuvième art. Tintin, Spirou et Pif furent ainsi les vecteurs d’une circulation de bandes dessinées sont il serait intéressant de mesurer la contribution à l’imaginaire d’une époque. Nous reproduisons ci-après le texte de cet appel dont la date limite est fixée au 31 juillet.

Appel à contribution

La génération des années 50

Congrès international


Le 25, 26 et 27 novembre 2010 aura lieu, à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto, Portugal), le I Congrès International sur la Génération de 50, sous la responsabilité du Centro de Estudos em Letras (CEL, uID 707 FCT) et du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI.

Bien qu’il n’existe pas d’homogénéité dans les tendances esthétiques et culturelles manifestées par les romanciers, poètes, dramaturges, essayistes et artistes révélés au cours des années 50 du XXème siècle, la critique considère qu’il y a quelques traits communs qui justifient la notion de génération de 50. La valorisation des procédés de construction et la conscience de la Modernité, au-delà de toute dimension engagée de l’art; la constitution de groupes, réunis autour de publications périodiques; une atmosphère mentale marquée par le scepticisme face aux utopies et par l’influence de l’Existentialisme, parmi d’autres aspects, ce sont quelques-uns des éléments qui permettent d’identifier cette génération.

En désirant de promouvoir une réflexion élargie sur l’héritage et l’actualité de cette génération, ce Congrès sera ouvert à des contributions centrées autour des lignes de réflexion suivantes:

– Poésie des années 50: champs de fusion et de rupture;

– Après le roman social: l’importance des procédés de l’écriture;

– Théâtre de l’absurde et théâtre expérimental;

– La maturité des littératures sud-américaines;

– L’indépendance des littératures africaines ;

– La génération de 50: une génération cinématographique;

– La spécificité de la Génération de 50 dans le contexte de la Péninsule Ibérique;

– Les modes de l’affirmation scientifique de la critique et de l’histoire littéraires;

– Les courants de pensée de l’après-guerre.

L’organisation de cette rencontre scientifique invite à la présentation de communications situées dans ces lignes de réflexion ou d’autres pertinentes centrées sur l’étude de la Génération de 50 dans les lettres, l’art ou la culture. Les propositions de communication et résumés respectifs (15-30 lignes) devront être soumis jusqu’au 31 juillet, à:

– cvieira@docentes.ismai.pt

– inovo@docentes.ismai.pt

– helenapadrao@hotmail.com

Url de référence :
– http://www.ismai.pt


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *