(im)matérialité de la bande dessinée

Les étudiants du Master « Bande Dessinée » de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême lancent un appel à communication pour la journée d’étude qu’ils organisent annuellement. Intitulée « (im)matérialité de la bande dessinée », celle-ci propose cette année de « réfléchir aux mutations des formes de la bande dessinée et à leur pérennité ». Elle fait ainsi écho à de nombreux travaux, disponibles aussi bien dans des revues comme Communication et langage (« Matière et supports, la bande dessinée dans tous ses états ») que prochainement dans Comicalités à travers notre thématique « Raconter à l’heure du numérique ». La date limite de réception des propositions est fixée au 20 mars prochain et nous invitons nos lecteurs à soutenir cette intéressante initiative.

(im)matérialité de la bande dessinée 
Journée d’étude,  vendredi 31 mai 2013 à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (Angoulême)

Afin de réfléchir aux mutations des formes de la bande dessinée et à leur pérennité, les étudiants de deuxième année du Master bande dessinée de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image organisent une journée d’étude sur le thème (Im)matérialité de la bande dessinée. Celle-ci se déroulera le 31 mai 2013 à la Cité, en partenariat avec l’université de Poitiers. Les professionnels et spécialistes de tous horizons – éditeurs, théoriciens, auteurs, blogueurs – sont invités à venir partager leurs positions, leur expérience et leurs savoirs pendant cette journée qui sera suivie d’une soirée festive, musicale et graphique.

À l’heure du numérique, comment la bande dessinée contemporaine se réinvente-t-elle sur le papier et dans des formats hybrides ? 

Du Turbomédia à l’impression à la demande en passant par le livre-objet, les nouvelles technologies et l’évolution des pratiques éditoriales nous imposent de repenser la matérialité de la bande dessinée. L’adaptation du blog en livre est l’exemple le plus visible de l’intrusion du numérique dans nos librairies. Dans ce cas, Internet s’impose comme un outil de prépublication. Au-delà du blog BD, le Web est aussi le lieu d’initiatives créatives et éditoriales plus spécifiques au support numérique, comme celles de Sandawe, feu Manolosanctis ou GrandPapier.
Les supports numériques amènent également une mutation des langages. Ils permettent des interactions avec d’autres médiums comme le cinéma, l’animation ou le jeu vidéo et jouent avec les frontières de la bande dessinée.
En parallèle, l’univers de l’édition papier semble interroger lui aussi sa forme matérielle, en se dirigeant vers des objets travaillés aux multiples formats, des ouvrages micro-édités aux livres-objets en passant par les recherches de l’Oubapo.
D’un côté, ces productions valorisent la matérialité à travers des publications parfois coûteuses et peu diffusées, tandis que de l’autre Internet permet une diffusion maximale, souvent gratuite et internationale des contenus. Quelles nouvelles pratiques éditoriales naissent de ces diverses expériences ?

Toutes les propositions de communication (200 mots environ) sont à faire parvenir à Lise Lamarche avant le 20 mars 2013.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *