Les représentations du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire

Le Groupe Renaissance et Age Classique de l’université Lumière Lyon 2 organise les 12 et 13 mai un colloque intitulé « Les représentations du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire ». Il est à noter que les pistes de réflexion proposées sont fort diverses puisqu’elles vont des enjeux pédagogiques, aux modes de représentation en passant par les dispositifs éditoriaux abordant le XVIIe siècle. Les organisateurs jugent que la bande dessinée a toute sa place au sein de semblable questionnement et nous invitent à diffuser cet appel à communication dont l’échéance est fixée au 30 avril 2010.

Les représentations du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse contemporaine :
patrimoine, symbolique, imaginaire


A l’heure où le XVIIe siècle connaît une désaffection dans l’enseignement du français au collège en raison de sa complexité linguistique et culturelle, il suscite au contraire un intérêt des plus vifs dans la littérature de jeunesse. Ce paradoxe mérite réflexion en regard de la portée éducative communément attribuée à la littérature de jeunesse. Les Colombes du Roi‑Soleil (2005-08), A la poursuite d’Olympe (1995), Les Orangers de Versailles (2000), Louison et Monsieur Molière (2001), Guerre secrète à Versailles (2003), Mesdemoiselles de la vengeance (2009)… : autant de séries et de titres qui pourraient, en effet, contribuer idéalement « à l’acquisition d’une culture personnelle », permettre « d’instaurer un dialogue avec les œuvres patrimoniales » et faciliter parfois « l’accès à la lecture des œuvres classiques »[1]. Au vrai, pourquoi le XVIIe siècle jouit-il d’une telle faveur éditoriale, que sont loin de lui disputer les XVIe et XVIIIe siècles ? Est-ce un hasard si le XVIIe siècle, Versailles et Louis XIV, sans compter La Princesse de Clèves, best-seller de l’année 2009, sont autant à l’honneur dans les caricatures, les analyses politiques et les discours universitaires ?

Il y a donc tout lieu de s’interroger sur la vogue du XVIIe siècle dans la littérature de jeunesse pour savoir si elle relève d’un pur effet de mode – Versailles n’est‑il pas le décor choyé des documentaires télévisés, du cinéma et des arts du spectacle ? –, d’une vocation pédagogique – quelle meilleure propédeutique pour les collégiens français aux grands textes et auteurs classiques ? –, ou encore d’enjeux restant à définir – nostalgie, en période de crise, pour un siècle qu’emblématisent les ors et les fastes de Versailles ? glorification d’un pouvoir fort ? goût pour le commerce galant dû à la pipolisation des politiques ?… A moins qu’une génération d’auteurs nourrie à la lecture des Trois mousquetaires ne se souvienne, tout simplement, que le XVIIe siècle s’impose comme une période historique des plus fertiles en aventures romanesques…

En dégageant la spécificité des stratégies d’écriture, des enjeux esthétiques et socio‑politiques à l’œuvre dans les récits de jeunesse consacrés à cette époque, le but du colloque sera d’éclairer les représentations du XVIIe siècle que les auteurs cherchent à promouvoir auprès de leur public.

Ces questionnements engagent à l’évidence une réflexion pluridisciplinaire, à la croisée de la littérature, de l’histoire, de la didactique et du monde de l’édition. Le corpus envisagé se limitera aux récits fictionnels (romans, biographies romancées…). Les classiques abrégés pourront également faire l’objet d’une étude.

NB : on trouvera un corpus indicatif sur le site du GRAC

(http://recherche.univ-lyon2.fr/grac. Actualités > Colloques et journées d’étude).

Les communications s’inscriront au moins dans un des axes suivants :

1/ les enjeux pédagogiques, socio-politiques et historiques de la représentation du XVIIe siècle ;

2/ l’imaginaire du XVIIe siècle français et ses topoi : Molière, Louis XIV et Versailles ;

3/ le XVIIe siècle européen : ses thèmes et ses figures propres – Cromwell en Angleterre, Rembrandt aux Pays-Bas, Velázquez en Espagne, etc. – et les bouleversements historiques qui le caractérisent (la découverte du Nouveau Monde, par exemple) ;

4/ les politiques éditoriales : choix iconographiques et typographiques, appareil critique, séries, cœur de cible (sexe, âge)…


[1] Bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, Programmes du collège, Programmes de l’enseignement de français.

URL de référence ici.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *