Image(s) et vérité: l’image fixe et mobile dans la représentation du Génocide

L’Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah lance un appel à communication intitulé : « Image(s) et vérité : penser les rapports de l’image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide ». Cette proposition ne manquera certainement pas d’intéresser des chercheurs travaillant sur une bande dessinée qui s’est à plusieurs reprises penchée sur le cas de l’Holocauste : outre le célèbre Maus d’Art Spiegelmann, pensons à Auschwitz de Pascal Croci, Nous n’irons pas voir Auschwitz de Jeremie Dres ou encore Yossel de Joe Kubert. Cette liste, bien loin d’être exhaustive, semble pouvoir, dans le cas qui nous intéresse, être appréhendée au regard d’une question : la valeur documentaire du dessin, et plus largement de toute forme d’image entendant « dans le cadre d’un génocide, […] transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre ». La Shoah nous place en effet face à une forme de paradoxe : comment imager des événements à propos desquels nous possédons en fait fort peu d’images (les camps n’ayant été à notre connaissance majoritairement filmés et photographiés qu’a posteriori) ? Telle est sans doute l’une des questions que se sont posés les auteurs cités ci-dessus et que l’on retrouve dans l’ouvrage de Jonathan Haudot, Shoah et bande dessinée (L’Harmattan, 2012) qu’il s’agira pour nos lecteurs de lire avant le 1er mars prochain.

 

 


Image(s) et vérité :

Penser les rapports de l’Image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide.

 

Date limite : 1er mars 2013

L’association ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah) propose, pour son Université d’été qui aura lieu entre le 10 et le 12 juillet 2013 à l’IUFM de Marseille, de poursuivre la réflexion fructueuse de l’Université d’été 2012 sur les liens entre Image(s) fixes ou mobiles et Vérité dans la représentation du génocide au cinéma, dans la BD, et la littérature.

ARES, association présidée par Renée DRAY-BENSOUSAN, Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Informations rédigées et mises en ligne par Lucie BERTRAND-LUTHEREAU, Agrégée de Lettres et Docteur en 9ème section CNU, lucinice@hotmail.fr

Le débat concernant l’image, considérée tantôt comme révélatrice de Vérité ou, au contraire comme mensongère et dangereuse ne date pas d’hier. En effet, l’image peut être considérée comme fidèle à la réalité, et par conséquent, comme le moyen d’accéder à la Vérité du réel représenté. Elle peut même être perçue comme le moyen d’accéder, par les moyens de l’Art, à une Vérité plus profonde que toute représentation fidèle échouerait à saisir. Et inversement : l’image qui se veut une représentation du réel est souvent fustigée pour ses lacunes : comment pourrait-elle donner accès à ce qui est vraiment représenté puisqu’elle n’est qu’une transposition ? N’est-elle pas plutôt un écran à la vérité du réel représenté ? Enfin, l’image artistique n’a cessé d’être suspectée de mentir, de donner un accès faussé à une réalité désormais lointaine. Dans le contexte de la représentation du génocide, ces débats ont pris un deuxième souffle. Le rôle et les capacités de l’image ont été remis en question face au caractère crucial du sujet. D’une part, le sujet, en lui-même, posait plus que jamais la question des moyens de la représentation (il s’agissait de donner accès à une réalité méconnue d’un lectorat essentiellement constitué de néophytes). Et d’autre part, le débat était d’autant plus vif que l’objectif était crucial : il s’agit, dans le cadre d’un génocide, de transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre. La question au centre de ces journées peut être simplement formulée en ces termes : L’image fixe ou mobile, au cinéma, dans la BD et la littérature est-elle susceptible de transmettre la Vérité dans le cadre du génocide ? La réponse à cette question étant propice à mille nuances, (la vérité étant sans doute à mi-chemin des points de vue tranchés et fonction des acceptions des termes en balance dans notre sujet), les contributions allant dans ce sens sont particulièrement bienvenues.

Si notre appel à contributions se réfère régulièrement au génocide entrepris par les nazis pendant la seconde guerre mondiale, les propositions concernant les autres génocides sont également bienvenues. Dans la mesure où elles nourrissent la réflexion proposée, toute définition de « l’image » est acceptée : image photographique, image de propagande peinture, dessin, image cinématographique, littéraire, bande-dessinée, image mentale…, l’ouverture de l’investigation n’a de limite que la pertinence des propositions qui nous serons soumises.

Les réflexions, sans limite véritable, peuvent être envisagées selon plusieurs axes :

  • Image de propagande et déformation de la vérité
  • Image artistique : mensongère ou voie royale vers la vérité ?
  • Image, réalité, vérité
  • L’irreprésentable : un défi pour l’image vecteur de vérité
  • Image, vérité et absence : comment « imager » une vérité de ce dont on n’a aucune image ?
  • Images et  négationnisme : les images nécessaires à une vérité niée
  • Images actuelles véhiculées sur la Shoah et les autres génocides : un miroir déformant fait de bonnes intentions ?

Les propositions, de 700 à 1000 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à rendb@free.fr et à lucinice@hotmail.fr avant le 1er mars 2013.

Les auteurs seront informés du choix du comité de lecture le 25 avril 2013.

Responsable : A.R.E.S, présidée par Renée Dray-Bensousan, d’ARES,Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Url de référence :
http://ares-assoc.net

Adresse : ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah),Maison des associations,93, la Canebière,13001, MARSEILLE


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC
Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique
Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC
Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique
Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *