La science-fiction française depuis 1970

19 novembre 2012
Par

 

Irène Langlet, de l’université de Limoges, lance un appel à communication pour le troisième numéro de la revue ReS Futurae qui verra le jour sur revues.org en décembre prochain. Intitulé « La science-fiction française depuis 1970 », cette proposition mentionne directement la bande dessinée et invite les chercheurs à s’interroger sur une période durant laquelle la science-fiction « s’est fermement établie dans le champ littéraire ». Le constat vaut aussi pour le neuvième art puisqu’après les pionniers du genre (Raymond Poivet et Roger Lecureux avec Les Pionniers de l’espérance encore Marijac et Auguste Liquois avec Guerre à la Terre, voire Edgar P. Jacobs avec Le Secret de l’espadon ou SOS Météores), c’est effectivement dans les années 70 qu’apparaît une nouvelle génération de créateurs dont le travail contribua assurément à pérenniser le genre (pensons à Jean-Claude Forest, auteur de Barbarella ou des Naufragés du temps ou encore à Pierre Christin et Jean-Claude Mézières pour Valérian, agent spatio-temporel). Nous pourrions compléter cette liste à l’infini, tant le corpus est dense, mais nous nous permettons de suggérer à nos lecteurs une piste parmi l’ensemble des propositions qu’il est susceptible de soumettre au comité de rédaction de la revue : une histoire du rôle majeur que joua Métal Hurlant pour le développement du genre reste largement à écrire puisque c’est dans le cadre de ce magazine que parurent les premières œuvres de Bilal (Exterminateur 17), de Philippe Druillet (Lone Sloane) ou encore de Moebius (L’Incal). Et il est assez étonnant de constater que l’une des publications qui donne au neuvième art ses premières lettres de noblesse s’est organisée autour d’un genre longtemps synonyme de « para » et « sous » littérature : nous sommes ici aux antipodes des traditionnels discours sur la légitimation culturelle. Nous invitons nos lecteurs à faire leur cette idée avant le 20 décembre prochain.

 

 

La science-fiction française depuis 1970

ReS Futurae, numéro 3

Date limite : 20 décembre 2012

Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques oeuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les oeuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertainCette chère humanitéDelirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (BlueRempart des naufrageursPoupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner CityF.A.U.S.T.La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraieLes Guerriers du silenceLe Chant du cosmosAucune étoile aussi lointaineUne porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalitéStructura maximaPollenPlaguersRêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera proposer des études sur des oeuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, tels que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvageLes Maîtres du tempsGandahar), ou les oeuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace HotelTykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae :

Responsable : Irène Langlet

Url de référence :
http://resf.hypotheses.org/1142


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Appels à communication

Laisser un commentaire