L’image en question : entre souvenir et fiction

Le laboratoire Littérature, Savoir, Arts de l’université Paris Est Marne La Vallée organise une journée d’études destinée aux jeunes chercheurs le 11 juin 2010. Intitulée « L’image en question : entre souvenir et fiction », cet événement semble directement appeler des propositions étant en rapport avec la bande dessinée. Nous reproduisons ici l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 15 mars 2010.

L’axe – Voir et Savoir – choisi par le plan quadriennal du LISA (Littératures Savoirs Arts-EA 4120), est celui des rapports entre l’oeil et l’esprit. En matière d’image, il implique de penser la représentation, de rechercher ce qui détermine sa nature et sa fonction, son pouvoir et son efficacité. L’image devient, ainsi, le lieu d’une interrogation sur l’acte même de voir et de connaître.

Pour éclairer cette question, l’approche que se propose de réaliser notre journée d’étude est celle qui étudie les rapports entre imagination et mémoire dans la production de l’image. Pour cela, on s’intéressera à sa source, à la manière dont elle se transforme en image ainsi qu’à sa transmission. Ce qui implique de considérer les médiums qui les rendent visibles physiquement, tout en prenant en compte les images mentales ou intérieures. En effet, comme l’a signalé Hans Belting (Pour une anthropologie des images), « les images du souvenir et de l’imagination naissent dans notre corps, comme dans un médium vivant ». L’image existe bien à travers la double histoire de sa production matérielle et mentale. Nous rejoindrons l’historien en disant que la question n’est pas le dualisme entre images extérieures et images intérieures, mais plutôt « l’interaction entre ce que nous voyons et ce que nous imaginons ou ce dont nous nous souvenons ». Le propos invite à considérer l’image du point de vue de l’utilisateur – celle qui se forme chez le spectateur – comme de celui de l’inventeur, afin d’explorer les spécificités de l’univers iconique.

L’image ne cesse d’être au coeur des débats, apparaissant tantôt comme la fidèle reproduction du réel, tantôt, au contraire, s’en éloignant totalement quand elle se présente comme une production de l’imagination. Au-delà de ce clivage, on peut se demander comment sont reliés réalité et imaginaire – ce vaste réservoir d’images mentales, d’imagination et de mémoire.

Si l’image mobilise une réalité vécue, si elle est construite sur le souvenir, est-elle un frein à l’imagination ? A-t-elle simplement une fonction de rappel de choses déjà vues ou est-elle un instrument d’évasion ? Si l’image est figuration de l’invisible dans le visible, devant quel monde nous place-t-elle ? Et, ce faisant, modifie-t-elle notre connaissance ? Si, comme l’a remarqué Wittgenstein dans ses Recherches Philosophiques, voir consiste à « voir comme », voir la chose comme un monde, on pourra tenter d’analyser comment est transcendé le réel.

La réflexion s’appliquant au domaine des arts visuels ou à tout autre domaine qui touche aux représentations du monde, cette journée d’étude a pour projet d’appréhender l’image sur un mode interdisciplinaire et ouvert.

Les propositions de communication (titre et résumé de 15 lignes environ accompagné d’une présentation de l’auteur) sont à retourner au comité scientifique pour le 15 mars 2010 à Martine Heredia, à l’adresse suivante : ma.heredia@voila.fr

Elles seront d’une durée de 20 minutes. Les actes de cette journée seront publiés dans la revue électronique L’Age d’Or.

URL: http://www.fabula.org/actualites/article35409.php

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *