Représentations

Rafael Guijarro García et Claire Romero Pérez lancent un appel à communication pour un numéro de la revue Logosphère intitulé : « Représentations ». Le chantier est de taille car il s’agit de l’une des notions centrales de la pensée philosophique et esthétique, comme le montrent les auteurs qui la définissent comme un « lien symbolique entre le monde extérieur et le monde mental » modelant « notre rapport au réel » et s’inscrivent dans le cadre strict de la littérature. Mais, même s’il est question de « tissage de mots savamment choisis », il nous semble pertinent de poser une question : les « littératures dessinées », pour reprendre un mot d’Harry Morgan, et plus largement toutes les formes de récit imagées, n’invitent-elles pas à repenser les contours de cette notion si large ? La question n’a rien d’anecdotique et il nous semble qu’elle se pose aussi bien à propos de l’autobiographie photographique d’André Breton (Nadja) qu’à propos de L’Immense solitude de Frédéric Pajak. Dans les deux cas, il s’agit d’organiser une rencontre entre texte et image que l’on ne saurait réduire au champ de la « bande dessinée » et qui semble bien nous inviter à répondre à la question ici soulevée : « Qu’est-ce que la littérature ? » au regard de ses modalités de représentation.

Logosphère Nº 8

«Représentations»

APPEL À CONTRIBUTIONS

Date limite de réception : le 30 avril 2012

Coordonnent ce numéro:  Rafael Guijarro García (guijarro@ugr.es) – Mª Claire Romero Pérez (mcromero@ugr.es).

La notion de représentation signifie « l’action de mettre devant les yeux ou devant l’esprit de quelqu’un » (Grand Robert), c’est-à-dire « rendre présent ce qui est absent », mais également ce qui est rendu présent et ce qui remplace. Il s’agit non seulement de l’action de représenter mais aussi du résultat de cette action.

À la croisée de domaines de recherche variés (sciences humaines et sociales), la représentation est en pleine expansion. Lien symbolique entre le monde extérieur et le monde mental, elle joue un rôle primordial dans les théories cognitives puisque notre rapport au réel, la façon de le saisir et d’intervenir sur lui dépendent essentiellement de ses apparences manifestes et d’une série de processus cognitifs.

La représentation, considérée comme une entité concrète ou abstraite, donne donc forme et contenu à une autre entité réelle ou supposée réelle. Étant donné sa nature plurielle, ses manifestations recouvrent deux principaux domaines :

– Représentations immatérielles : une image mentale, l’idée que l’on se fait d’un objet, d’un concept…

– Représentations matérielles : un tableau, une sculpture, arts du spectacle (théâtre, opéra…), discours et points de vue d’autrui, littérature…

La représentation littéraire est probablement la plus ambiguë par son caractère exclusivement linguistique. L’expression représentation littéraire entraîne dans son sillage l’éternelle question, à savoir « Qu’est-ce que la littérature ? ». S’agit-il d’une représentation du monde, du réel, ou du fictif, provenant d’un tissage de mots savamment choisis ? Aux yeux de certains, la représentation littéraire est devenue un concept controversé, ce qui ne peut qu’attiser la discussion à laquelle nous vous incitons, par vos articles, à participer pour éclairer tant soit peu la propre notion, et à rejoindre par là-même d’autres représentations qui lui sont naturellement liées.

Tenant compte que toute représentation peut être individuelle ou collective/sociale (Bourdieu, Jodelet…) et s’appuyant sur le dynamisme produit par sa nature multiple, nous vous invitons à vous pencher sur les domaines qui intègrent les différentes manières de représenter.

Logosphère se trouve indexée dans les bases de données DICE, ISOC (IEDCYT), SUDOC, dans les catalogues et répertoires Latindex, CatBUA, Rebiun, Dialnet.

NORMES POUR LA PRÉSENTATION D’UN ARTICLE

Envoi

Logosphère est une revue périodique à parution annuelle qui publie essentiellement des articles de recherche en littérature et en linguistique, dans le domaine des études en langue française. Les contributions, rédigées soit en espagnol soit en français, seront supervisées par les membres du Comité Scientifique, ou par une commission d’évaluation externe si le sujet de l’article le requiert, après expertise du Comité Éditorial. Pour garantir l’anonymat, le travail sera précédé d’une page sur laquelle seront indiqués le titre de l’article, le(s) nom(s) et prénom de l’auteur ainsi que son adresse professionnelle ; facultativement, son adresse personnelle, son nº de téléphone et son courriel, qui ne seront pas publiés. À l’exception du titre, ces informations ne doivent pas figurer dans le texte de l’article. Il est prié de ne pas inclure dans le travail de références qui pourraient identifier son auteur. Les propositions d’articles, rédigées en français ou en espagnol, seront envoyées à : Dra. Montserrat Serrano Mañes. Directora de Logosphère. Departamento de Filología Francesa. Facultad de Letras. Campus Universitario de Cartuja. Universidad de Granada. 18071-GRANADA. Email: mserrano@ugr.es

Normes

Les articles sont soumis à une évaluation anonyme. Les évaluateurs ne connaissent pas le nom de l’auteur et celui-ci ignore l’identité des évaluateurs.

· Remise de l’article sur version papier et sur CD-Rom ou diskette –PC Word de préférence–, où figurera le nom de l’auteur ainsi que le titre de l’article.

· La sortie papier sera envoyée en trois exemplaires numérotés à la main. Les textes ne seront pas restitués.

· Les articles, inédits, n’excèderont pas quinze pages, bibliographie et notes incluses. Format A4. La proposition d’article sera accompagnée d’un résumé de cinq lignes (600 caractères au maximum) rédigé en espagnol, en français et en anglais, et suivi de cinq mots-clé. Ces résumés seront séparés du titre par deux lignes blanches, et du corps du texte par trois lignes blanches.

· Titre de l’article : Times New Roman, taille 18, caractères gras.

· Corpus du texte : Times New Roman, taille 12, interligne 1,5. Ne pas sauter de ligne entre les paragraphes, sauf pour marquer les grandes articulations. Marges supérieure, inférieure, droite et gauche : 2,5 cm.

· Résumés et mots-clé : taille 10, interligne simple, italique.

· Citations de plus de trois lignes :

-police Times New Roman, taille 10, interligne simple.

-à séparer du corps du texte par une ligne blanche avant et après.

-en retrait d’un centimètre.

-sans guillemets au début et à la fin.

-suivies du nom de l’auteur, la date de publication et les pages citées, entre parenthèses : (Auteur, date : pages).

· Les citations de moins de trois lignes seront présentées dans le corps du texte entre guillemets, suivies du nom de l’auteur, la date de publication et les pages citées, entre parenthèses : (Auteur, date : pages).

· Paragraphes : La première ligne de chaque paragraphe est présentée avec un retrait d’un centimètre.

· Sous-titres : Si le texte est subdivisé, on utilisera pour les sous-titres, numérotés, des caractères gras.

· L’utilisation du gras et du soulignement dans le corps du texte est à proscrire.

· Notes : Les notes en bas de page sont uniquement utilisées lorsqu’il est nécessaire d’ajouter des informations. Police Times New Roman, taille 10, interligne simple.

· Les schémas et dessins apparaîtront sur la disquette ou le CD-Rom, dans le même programme, à la fin de l’article devant la bibliographie.

· Les références bibliographiques complètes, classées par ordre alphabétique, seront fournies trois lignes après la fin de l’article. Police Times New Roman, taille 10. La date de l’édition apparaît immédiatement entre parenthèses, après le nom de l’auteur. Lorsque la référence renvoie à une édition autre que la première, la date de la première édition sera indiquée à la fin.

Exemples :

UBERSFELD, A. (1997) Lire le théâtre, Paris, Eds. Sociales, 1992.

GASTON ELDUAYEN, L. (2004) Rabelais, Madrid, Ed. Síntesis.

KÜPER, J., “The Traditional Cosmos and the new world”, Modern Language Notes, 2003, v. 118, nº 2: 363-393, The John Hopkins University Press, Baltimore.

IRELAN, S., “La voix des guerrières : les écrivaines algériennes contemporaines », in La Francophonie sans frontières : une nouvelle cartographie de l’imaginaire au féminin, L. Lequin et C. Mavrikakis, Paris, L’Harmattan 2001.

· COMPTES RENDUS.-

· Pour la présentation des comptes rendus on appliquera les mêmes que pour les articles.

· Maximum trois pages.

Adresse : Dra. Montserrat Serrano Mañes. Directora de Logosphère. Departamento de Filología Francesa. Facultad de Letras. Campus Universitario de Cartuja. Universidad de Granada. 18071-GRANADA.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *