Bande dessinée et adaptation

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt du Centre Interlangue Texte, Image, Langage de l’université de Bourgogne (Dijon) lancent un appel à communication intitulé : « Bande dessinée et adaptation. Du texte aux images. De la page à l’écran ». Cette proposition d’inscrit dans un projet de recherche plus large puisque l’événement sera suivi, en 2013, par un second colloque traitant du passage de « l’image fixe à l’image mouvante/animée ». Il s’agit d’interroger tous les aspects d’un phénomène de circulation qui, à en croire les organisateurs et l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous nous invite à replacer « la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit :

son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. » Telle est la position qu’il s’agira de discuter avant le 31 octobre prochain, en s’appuyant par exemple sur les nombreuses collections proposant des adaptations : « Rivages Noir » (Scarface de Christian de Metter d’après Armitage Trail, Prisonnier du ciel de Marcelino Truong et Claire Le Luhern d’après James Lee Burke…), « Petits meurtres » (Nettoyage par le vide de PTOMA d’après Mickey Spillane) ou « Agatha Christie » chez Emmanuel Proust, et bien sûr « Ex Libris (Robinson Crusoe, Frankenstein…) chez Delcourt.

 

Bande dessinée et adaptations

Du texte aux images

De la page à l’écran


Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, la question de l’adaptation appliquée à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions (Gaudreault et Groensteen, 1998 ; Boillat, 2010).

Cette pratique que l’on pourrait croire marginale cesse de l’être dès lors que l’on replace la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit : son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Capable de transformer un roman en associant l’image fixe au texte, sa morphologie narrative iconotextuelle basée sur la séquentialité lui donne aussi une évidente proximité avec le cinéma. Habitué depuis longtemps à travailler depuis un storyboard (étape proto-filmique se présentant comme une bande dessinée), le cinéma a des prédispositions naturelles pour transformer les images fixes de la bande dessinée en images mouvantes (films, films d’animation, dessins animés), et il le prouve de plus en plus souvent.

Outre l’aspect narratologique, ce phénomène est aussi intéressant en ce qu’il est révélateur d’un « état historique de la création » (Groensteen) dans lequel le clivage entre culture savante et culture populaire tend à s’estomper et dans lequel l’hybridation (l’intermédialité étant une manifestation parmi d’autres) devient une tendance lourde.

On s’intéressera également à la question du « transfert culturel et historique » (Coremans) que pose l’adaptation, sorte de réincarnation en un espace-temps parfois fort éloigné de son contexte d’origine.

Compte tenu de l’amplitude des champs sémiotiques et fictionnels à couvrir (texte littéraire – bande dessinée – cinéma), la réflexion sera articulée en deux journées d’étude afin de bien isoler chacune de ces deux pratiques.

Le premier volet, le 17 février 2012, sera consacré au passage du texte à l’image et le second, en 2013, à celui de l’image fixe à l’image mouvante/animée. Cette segmentation qui permet de mettre clairement en valeur les relations de la bande dessinée tantôt avec le texte littéraire tantôt avec le cinéma aura aussi l’avantage d’isoler les deux dimensions de l’adaptation : adapter et être adapté.

Les communications peuvent se faire dans toutes les langues représentées dans le Centre T.I.L. (allemand, anglais, espagnol, italien, russe). Toutefois, afin de favoriser le dialogue et l’échange scientifique, il serait préférable que les discussions soient en français.

Axes de réflexion possibles :

-Aspects narratologiques et esthétiques. Comment adapter ? Quelles transformations ?

-Aspects médiatiques et génériques : la « médiagénie » (Marion, 1997) : une barrière à l’adaptation ? Existe-t-il des genres plus adaptables que d’autres ?

-Aspects didactiques. Pourquoi adapter ? Existe-t-il un effet vulgarisateur ?

-Aspects économiques. L’adaptation : la poule aux oeufs d’or ?

Bibliographie Sélective

BOILLAT, Alain (dir.) : Les cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue, Genève, Georg, 2010, 360 p.

COREMANS, Linda : La transformation filmique, Bern, Frankfurt/M. / New York, Peter Lang, 1990, 227 p.

GABILLIET, Jean-Paul : Des comics et des hommes, Paris, Éditions du Temps, 2005, 478 p.

GAUDREAULT, A. et GROENSTEEN, Th. (dirs.) : La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation, Québec / Angoulême, Editions Nota Bene / CNBDI, 1998, 277 p.

GOGGIN, J. et HASSLER-FOREST, D. : The Rise and Reason of Comics and Graphic Literature, Jefferson, McFarland, 2010, 244 p.

GROENSTEEN, Thierry : Système de la bande dessinée, Paris, P.U.F., 1999, 206 p.

HUTCHEON, Linda : A Theory of Adaptation, New York / London, Routledge, 2006, 272 p.

MARION, Philippe : « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communications, n° 7, 1997, pp. 61-87.

MILLER, Anne : Reading Bande Dessinee : Critical Approaches to French-language Comic Strip, Bristol / Chicago Intellect Books, 2007, 364 p. (En particulier la deuxième partie, “Analytical Frameworks”).

PEETERS, Benoît, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, 2002, 194 p.

Les propositions sont à envoyer à Isabelle Schmitt (isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr), Benoît Mitaine (bmitaine@gmail.com) et David Roche (mudrock@neuf.fr) avant le 31 octobre 2011.

Responsable : Benoît Mitaine et Isabelle Schmitt

Url de référence :
http://til.u-bourgogne.fr/

Adresse : 2 bd Gabriel21000 Dijon


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *