« Comicalités. Etudes de culture graphique » : ouverture

La revue Comicalités.Etudes de culture graphique est désormais disponible à l’adresse suivante :

 

http://comicalites.revues.org/

 

Vous trouverez ci-dessous la présentation de ses cinq premières publications : ne fonctionnant pas par numéro, la revue fera l’objet de mises à jour régulières et tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont invités à proposer leurs travaux pour publication (dont les modalités sont présentées dans la rubrique « la revue »).

 

Comicalités. Etudes de culture graphique.

Publications du 6 juillet 2011.

 

Thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

 

Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère

Thierry Crépin

Du long parcours de la reconnaissance de la bande dessinée, on retient généralement quelques faits : la création du Club des bandes dessinées animé par Francis Lacassin dans les années 1960, puis celle du festival d’Angoulême et du CNBDI dans la décennie suivante. Mais il est une initiative qui est oubliée : la création, à l’initiative d’Auguste Liquois et du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants, d’un Grand Prix de l’image française qui entendait doter les auteurs de bande dessinée d’un dispositif de consécration comparable à ceux que connaissent les écrivains. Voyant le jour en 1946, ce prix se solde par un échec à la mesure de la place occupée dans la culture d’alors par une bande dessinée accusée de tous les maux qui frappent la jeunesse.

 

L’impossible seconde vie ? Le poids des standards éditoriaux et la résistance de la bande dessinée franco-belge au format de poche

Sylvain Lesage

Si le livre de poche a joué un rôle central dans la diffusion du patrimoine littéraire, la bande dessinée ne dispose pas de cet outil permettant la constitution d’un corpus de classiques aisément accessibles au plus grand nombre. En ceci, la bande dessinée constitue bien une véritable exception dans le champ éditorial français, par la quasi-absence de collections permettant de republier des classiques en format de poche. L’importance de l’image et l’impératif de lisibilité compliquent en effet le problème de l’adaptation du « grand format » vers le poche, mais demeurent insuffisants pour comprendre la réticence de la bande dessinée au poche. Le présent article propose un retour en arrière sur les expériences des années 1980-1990, afin de mieux cerner cette singularité éditoriale.

 

Le classique en bande dessinée

Frank-Michel Gorgeard

Quelles sont les grandes œuvres de la bande dessinée, celles qui font son histoire, ses « classiques » ? Sont-ils bien ceux que l’on croit ? On s’efforce ici de répondre à cette question en confrontant les discours et les pratiques des auteurs, de la critique et des éditeurs. La notion de classique, particulièrement polysémique, apparaît d’autant plus brouillée que les producteurs font rarement référence au travail de leurs pairs en raison notamment de l’incapacité supposée ou réelle du public à les comprendre. Elle-même s’explique par l’état du champ, en cours d’autonomisation : en l’absence d’un arbitre faisant autorité et qui serait l’école, la notion de « classsique » se retrouve au cœur d’une lutte entre deux pôles antagonistes. Alors qu’une partie de la critique et des éditeurs célèbre des « classiques » qui sont autant de bandes dessinées conventionelles, établissant ainsi une « confusion du langage », d’autres, qui affirment des positions artistiques exigeantes, rejettent le mot de classique mais identifient des maîtres, reconnaissent des précurseurs, prospectent du côté de l’avant-garde.

 

Eclectiques

 

La légitimation en devenir de la bande dessinée

Xavier Guilbert

Qualifiée d’ « objet culturel non identifié » par Thierry Groensteen en 2006, la bande dessinée semble aujourd’hui encore à la recherche d’une reconnaissance culturelle qui lui échappe. Cet article se propose de faire le tour des différentes modalités selon lesquelles s’établit le discours de sa légitimation. Il sera ainsi question de l’importance du discours économique et de l’attachement à une bande dessinée lue par « les jeunes de 7 à 77 ans ». Ensuite, on considérera l’émergence relativement récente d’une bande dessinée dite d’auteur, et les tensions qu’elle a pu susciter vis-à-vis des garants d’une bande dessinée « populaire ». Ensuite, on examinera la place centrale du Festival d’Angoulême dans le traitement médiatique, la rareté du discours critique au sein des supports généralistes et spécialistes, et, enfin, la problématique de l’exposition de la bande dessinée, en particulier au musée.

 

Two Flashes. Entertainment, Adaptation : Flash Gordon as comic strip and serial.

Nicolas Labarre

Cet article examine les relations entre le comic strip Flash Gordon, d’Alex Raymond, et son adaptation sous forme de serial en 1936. Le second épisode de celui-ci, « The Tunnel of Terror », et les trois pages dominicales de février 1934 sur lesquelles il est basé sont l’occasion d’une étude des techniques et enjeu de l’adaptation de ce récit sériel. Le serial affiche une volonté de fidélité à l’œuvre de Raymond permettant des comparaisons fines entre des scènes parfois très similaires. Outre des transpositions directes, dans le cas de certaines cases, le serial développe des techniques de narration permettant de reproduire les effets et la temporalité de certains passages du comic strip. L’étude suggère que c’est au niveau de l’articulation entre les scènes mais aussi du rapport de proximité avec les personnages que les deux versions divergent.

This article studies the relationship between Alex Raymond’s Flash Gordon comic strip and its adaptation as a serial in 1936. It focuses on the second episode, “The Tunnel of Terror”, and on the three Sunday pages from February 1934 on which this episode was based, in order to examine the adaptation process from a technical and pragmatic point of view. Because the serial aims at being faithful to its source material, very similar scenes exist in both versions, which makes it possible to conduct a detailed comparison of narrative techniques. In addition to replicating certain panels from the comic strip, the serial contains examples of alternative narrative choices devised to replicate some of the effects of the source material, notably its temporality. This study suggests that the two versions differ mostly in the articulation between scenes and in the proximity established between the reader/viewer and the characters.

 

 

 


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Une réflexion au sujet de « « Comicalités. Etudes de culture graphique » : ouverture »

  1. On tombe parfois sur un site web comme on tombe à travers l’espace de la page dans une vieille planche de Little Nemo ou de Philémon.
    Un saut dans l’espace, et l’on se retrouve dans « dans la case du bas. Si loin, si proche ».

    Et la case s’élargit, devient paysage, une ligne d’horizon : une ligne de temps. Des archives, des mois, des années défilent. On peut – partout – aller. On a rencontré le sillage d’une machine encore bien lancée. Que faire ? On plante dans le sol une balise, un lien se perd si facilement.
    Après avoir lu quelques (très bons) articles, on le poste sur le « mur » d’un ami, sachant très bien que d’autres l’y verront. On intitule une nouvelle « perle » BD-COMICS, on envoie quelques pages bien choisies dans « la zone », instapapérisées, pour le trom’ du lendemain.

    Cela devient quelque chose. « On vous écrira », pourrait-être une phrase très sympathique…

    On vous lit. On vous écrira sûrement, dans ces pieds de page. Sur Grant Morrison peut-être, sur Alan Moore il le faudrait absolument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *