Parutions : « légitimité culturelle » et « matérialité » de la bande dessinée

Deux récentes publications sont susceptibles d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée.

– Kinéphanos, revue canadienne de recherche sur le cinéma et les « médias populaires », vient de faire paraître un numéro consacré aux logiques de légitimation culturelle. Ce numéro contient un article de Gabriel Gaudette portant sur le graphic novel : « Tensions, prétentions et galvaudage; gains et écueils du roman graphique comme stratégie du cheval de Troie en Amérique du Nord ».

Si l’article en lui-même n’a rien de bien révolutionnaire, il a cependant le mérite de s’intéresser aux effets symboliques d’une forme éditoriale, dans un contexte canadien très éloigné de la situation européenne.

La suite de l’article peut être lue à l’adresse suivante : http://www.kinephanos.ca/2011/romans-graphiques/

-La revue Communication & Langages consacre son n°167 (coordonné par
Pauline Escande-Gauquié et Emmanuël Souchier) au thème : « Bande dessinée : le pari de la matérialité ».

 

PAULINE ESCANDE-GAUQUIÉ ET EMMANUËL SOUCHIER

Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états

PIERRE FRESNAULT-DERUELLE

Scénariographie

ELENI MOURATIDOU

D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée

PASCAL ROBERT

De la « subversion sémiotique » comme mode d’existence matériel de la BD

ÉMELINE SEIGNOBOS ET AUDE SEURRAT

La série commémorée dans L’Anniversaire d’Astérix et Obélix

JULIA BONACCORSI

La bande dessinée aux prises avec la « machinerie éditoriale » du smartphone

NICOLAS GENEIX ET JEAN-FRANÇOIS GUENNOC

Le Photographe au défi de la BD

Ce numéro interroge la matérialité de la bande dessinée, une dimension souvent omise dans les analyses. Or la matérialité fonde les conditions de possibilité de l’énonciation éditoriale, elle forge l’appareil énonciatif et justifie la métamorphose des supports. C’est une condition instituante du média qui participe des nouveaux usages et des pratiques culturelles émergentes.

La bande dessinée a acquis ses lettres de noblesse et sa légitimité depuis la fin des années 1970. Légitimité esthétique et artistique avec ses rituels, ses prix et ses salons, légitimité éducative et culturelle avec ses écoles, ses arts et ses professions, légitimité industrielle enfin avec ses éditeurs, ses imprimeurs et ses diffuseurs qui se sont inscrits dans le tissu économique et social. Elle a accompagné le déploiement intellectuel et éditorial des sciences humaines et sociales, faisant l’objet de nombreux travaux universitaires dans l’ordre sémiotique et esthétique, psychanalytique et politique avec quelques incursions dans l’espace des études littéraires ou celui des cultural studies.

Avec une approche ancrée en Sciences de l’information et de la communication, ce dossier se propose d’aborder le champ croisé de la matérialité et des supports de la bande dessinée. À l’heure de la « plurimédiatisation » et des industries dites « créatives», la discipline présente en effet un certain nombre d’atouts pour analyser cet art en pleine effervescence qui recouvre des réalités médiatiques protéiformes allant du strip traditionnel à l’album en passant par le « blog-BD » et les smartphones.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *