Le translucide : entre transparence et lucidité

La revue électronique Post-Scriptum lance un appel à communication intitulé « Le translucide : entre transparence et lucidité ». Cette proposition nous invite à réfléchir à une notion présentée comme « le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. » Parmi les pistes indiquées, la bande dessinée n’est pas mentionnée (fainéants !), et cela nous semble d’autant plus regrettable que la notion de « translucide » nous semble constituer un véritable enjeu sur le plan esthétique. Toute une partie du neuvième art semble en effet vouloir s’en écarter, comme le montre Thierry Groensteen dans Asterix, Barbarella et Cie : « L’une des premières qualités du dessin hergéen est sa parfaite lisibilité, son apparente simplicité. Cette transparence nous ferait presque oublier qu’Hergé dessine » (Somogy, 2000, p. 56). A l’inverse, d’autres modes de création semblent s’en réclamer, à l’instar de  celui d’un Alberto Breccia qui n’a de cesse (dans Les Mythes de Cthulhu) de faire subir tous les outrages à la page (salissure, entailles, humidification…) pour aboutir à un résultat on ne peut plus monstrueux, ou encore d’un Hugo Pratt dont les aquarelles (rééditées en 1996 par Casterman) développent une véritable poétique du translucide qu’il s’agira d’analyser avant le 15 juin prochain.

Post-Scriptum

Revue électronique interdisciplinaire en textes et médias.

Département de littérature comparée Université de Montréal

Numéro 14 – Automne 2011

Le translucide : entre transparence et lucidité


Post-Scriptum invite tous les étudiants/es de deuxième et troisième cycles universitaires à réfléchir sur les rapports entre transparence et lucidité, ceux-ci appréhendés à travers leur forme téléscopée : le translucide. Le translucide est à penser comme un intervalle : le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. Le translucide rend manifeste la médiation alors que le dispositif qu’il sous-tend se distingue de la transparence qui occulte le rapport à la matière.

Si le transparent répond d’un désir d’appréhension immédiate et authentique de l’objet, il appelle aussi une certaine lucidité qui paraît problématique. Car cette lucidité, comprise comme clairvoyance, peut être considérée autant comme révélation mystique que comme élucidation rationnelle. La parfaite translucidité est-elle utopique ou réelle ? Celle-ci est-elle à penser comme absence de médiation ou comme monstration de la médiation ? Est-ce que la reconnaissance de l’entre-deux compromet le savoir ou le permet ?

Le comité de rédaction de Post-Scriptum invite les collaborateurs de toutes les disciplines à penser le translucide dans les champs d’études suivants :

  • La transparence médiatique et politique, wikileaks et l’information publique.
  • Clarté, objectivité et lucidité en philosophie.
  • L’effacement du médium comme idéologie de la technologie ; la réalité virtuelle, la transparence et l’hypermédialité.
  • L’inframince, tel que conceptualisé par Marcel Duchamp, la matérialité de l’interstice ou de la strate en art moderne et contemporain.
  • L’honnêteté intellectuelle et ses implications éthiques.
  • Transparence et matérialité du langage en littérature et en poésie.
  • Le poreux des frontières linguistiques, identitaires, géographiques, idéologiques.
  • Un état de la matière entre le visible et l’invisible : le visqueux, le laiteux, le halo et l’aura.

Les collaborateurs sont invités à soumettre leurs propositions d’articles de 250-300 mots avant le 15 juin 2011 à l’adresse post.scriptum.org@gmail.com.

Url de référence :
http://www.post-scriptum.org/


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *