Les musées d’histoire et la bande dessinée

Qu’il est loin le temps où la bande dessinée était considérée comme un art mineur ! Objet d’étude, analysée dans des ouvrages scientifiques, des colloques, des séminaires de grandes universités, la bande dessinée fait depuis quelques années une entrée triomphale dans nos musées. Conservateurs, commissaires d’expositions reviennent sur les expériences conduites dans cette famille particulière de musées que sont les musées d’histoire, quand la bande dessinée – expression d’une culture vivante – permet d’éclairer l’écriture de l’histoire.

Voici la programmation de la journée d’étude du mercredi 11 mai 2011 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation:

Modérateur : Xavier de La Selle, directeur du Rize, centre Mémoires et Société à Villeurbanne

10h Accueil par I sabelle Doré-Rivé et Xavier de La Selle.

10h30 : De l’exposition à la bande dessinée, quand la fiction s’attaque à l’histoire par Emmanuelle Polack, historienne, commissaire de l’exposition « Rose Valland sur le front de l’art ». L’élaboration de la grande exposition consacrée au parcours de Rose Valland (CHRD, 2009) a parallèlement nourri l’écriture d’un scénario de bande dessinée, révélant les qualités fictionnelles d’un personnage historique épique et attachant. Cet exemple permet d’interroger les relations entre la fiction propre à toute oeuvre littéraire et le matériel historique mis à disposition des scénaristes et des illustrateurs. Pour démontrer enfin qu’une bande dessinée particulièrement documentée est un médium intéressant pour l’historien.
11h15 : Lecture croisée entre des objets de collection et des auteurs de bande dessinée par Xavier Aumage, Archiviste, musée de la Résistance nationale (Champigny-sur-Marne), commissaire de l’exposition « Traits résistants ».
À l’inverse de ce qui se fait depuis des années pour la Première Guerre mondiale, l’image du résistant n’avait pas encore étudiée sous l’angle de la bande dessinée. Fruit du travail de deux musées « de la Résistance », l’exposition a souhaité renouveler le champ historiographique de la période à partir de cette forme d’expression artistique très prisée. Déroulant le fil de plus de soixante ans de création, l’exposition a également permis d’impulser de nouveaux projets de bande dessinée.

12h : Visite libre de l’exposition Traits résistants en présence du commissaire, Xavier Aumage

La genèse du projet : Deux musées de France, le CHRD à Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, s’associent pour créer une exposition sur la Résistance dans la bande dessinée, exposition présentée à Lyon d’avril à septembre 2011.

Le projet : L’exposition présente plus de soixante ans de création artistique. Elle rend compte tout à la fois de la reconnaissance progressive de cet objet particulier qu’est la bande dessinée et de l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans nos consciences et notre imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle.
Dès la Libération, lorsque les résistants sortent de la clandestinité, la diffusion d’affiches et d’imprimés, de photographies sur les maquis et la période insurrectionnelle cristallise pour des décennies l’archétype du résistant. Dans les illustrés pour la jeunesse, un trait particulier permet alors de définir son image : celle du maquisard, fier et courageux, surgissant de l’ombre.
Icône choisie pour le visuel de l’exposition, une vignette de la série « Le capitaine invisible », illustrée par Robert Rigot en 1945 pour le périodique Message aux Coeurs Vaillants, symbolise parfaitement cette représentation et sa puissance d’évocation.
L’exposition Traits résistants propose d’interroger la constance de cette image et de ses archétypes au fil du temps et des infléchissements de l’historiographie de la Résistance. S’attachant aux grands classiques de la bande dessinée, issus des périodiques comme Vaillant, Coq Hardi, Tarzan, etc., l’exposition aborde également la présence du thème dans la bande dessinée contemporaine.
Auteurs-acteurs de la Seconde Guerre mondiale, Edmond- François Calvo, René Brantonne, Jacques Dumas (alias Marijac), Pierre Mouchot (alias Chott), Roger Lecureux, Robert Rigot et Albert Uderzo sont quelques-unes de ces grandes figures auxquelles répond, dans l’espace d’exposition et dans un contexte marqué par l’élargissement de la notion de résistance, l’oeuvre de Stéphane Levallois, Jean-Pierre Gibrat, Sylvain Vallée et Fabien Nury.

Un catalogue : Enfin, on conseillera la lecture du catalogue de l’exposition envisagé comme un recueil de textes permettant de dresser un état du sujet. Parmi les contributeurs figurent l’archiviste Xavier Aumage, les historiens Laurent Douzou et Sylvain Lesage, l’historien du cinéma d’animation Philippe Moins, le spécialiste de bande dessinée Didier Pasamonik, le bibliothécaire Henri Champanhet, ainsi que le conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image Jean-Pierre Mercier. Fort d’une liste des sources (albums, séries et récits complets) sur le thème de la Résistance intérieure en France, l’ouvrage présente également la retranscription d’une interview de Stéphane Levallois, auteur en 2008 de « La résistance du sanglier » chez Futuropolis.

http://www.editions-libel.fr/agence-maison-edition/

13h : Pause déjeuner

14h30 : Exposer la bande dessinée historique : quels enjeux ? par Vincent Marie, Historien, commissaire de l’exposition « Mobilisation générale, 14-18 dans la bande dessinée » et « Tardi », Historial de la Grande Guerre (Péronne). Quelles que soient les époques, la bande dessinée apparaît comme un véritable laboratoire de création d’images sur la Première guerre mondiale. Avec « Mobilisation générale », qui présentait l’ensemble des bandes dessinées sur la Grande Guerre dans leur contexte d’époque, et l’exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Tardi, l’Historial de la Grande Guerre soulève la question des enjeux esthétiques et scientifiques qui président lors de l’élaboration de ces manifestations.

15h15 : « De superman au chat du rabbin » : une porte d ’entrée dans l’univers des codes visuels se référant à la mémoire et à l’histoire par Anne-Hélène Hoog, Conservatrice, musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris), commissaire de l’exposition « De superman au chat du rabbin ».
Première manifestation d’envergure consacrée au 9e art dans un musée d’histoire, « De superman au chat du rabbin » mettait en évidence la présence et le rôle de nombreux auteurs juifs dans la bande dessinée, des années 1912-1930 à nos jours. 230 oeuvres issues du travail d’artistes américains et européens évoquaient la manière dont la bande dessinée a contribué, essentiellement par le roman graphique, à créer et diffuser différentes visions du passé juif.

16h00: L’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! Regards dessinés sur les génocides » : quelle matière pour dire les processus ? par Laure Piaton, Directrice du Centre du Patrimoine Arménien (Valence), commissaire de l’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! ». Qu’elles s’inscrivent de manière « frontale » ou « distanciée » dans le génocide dont elles traitent, les bandes dessinées sur le sujet participent toutes d’un même objectif : contribuer à la connaissance et à la reconnaissance. Privilégiant l’approche comparative, qui permet de saisir la singularité de chaque génocide et en révèle les traits communs, l’exposition propose un parcours thématique entre les planches afin de montrer comment, malgré leurs différences, l’ensemble des oeuvres présentées expriment l’essence du génocide.

16h45 : Débat
17h : Conclusion par Xavier de La Selle

Pour plus d’informations : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/


Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Publié par

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *